« La querelle de l’accouchement »

Della Sudda Magali, Mosconi Nicole, « La querelle de l’accouchement », Travail, genre et sociétés, 2018/1 (n° 39), p. 175-178.

La maternité a, de longue date, eu une place dans la théorie féministe. Loin de se réduire au site premier de la domination, cette expérience fait l’objet aujourd’hui d’appropriations féministes variées et, parfois, contradictoires comme le soulignent Coline Cardi, Michela Villani, Lorraine Odier et Anne-Sophie Vozari dans le numéro « Penser les maternités d’un point de vue féministe » [Cardi et al., 2016]. Récemment, Chiara Quagliarello dans la revue Nouvelles Questions féministes montre ainsi comment les parturientes et les sages-femmes se sont emparé de l’accouchement dit naturel auquel les pères sont associés [Quagliarello, 2016]. Les recherches sur l’accouchement se font l’écho de la remise en cause de la médicalisation de la naissance dont témoigne une littérature destinée au grand public [Winckler, 2009], et la création de maisons de naissance à partir de 2013 en France, à la suite d’autres pays étrangers. Autonomisation des femmes – parturiente et accompagnante –, réappropriation de son corps et implication du père sont autant d’éléments qui participent d’un discours féministe. Les supports de communication sur internet mettent à disposition des femmes un savoir profane et scientifique qui facilitent une lecture critique des rapports de pouvoir dans les institutions médicalisées. En témoigne ainsi le blog du journal Le Monde, « Marie accouche là » de Marie-Hélène Lahaye.

Sur un autre registre, cette mise en cause de l’accouchement à l’hôpital participe d’une contestation du pouvoir médical et de l’industrie pharmaceutique afin de rendre aux femmes la maîtrise de leur fécondité ou de leur accouchement. Cette critique, formulée de manière précoce par Ann Oakley dans différents ouvrages – qui n’ont pas été traduits en français à ce jour – a mis en évidence les rapports de pouvoir qui se nouent autour du corps des femmes et de leur utérus [Oakley, 1984 et 1994]. Elle s’articule aujourd’hui à une opposition croissante aux sophistications techniques de l’accouchement médicalisé et à l’idée d’un accouchement « naturel » en se réclamant de l’écoféminisme…

Pour lire la suite: https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2018-1-page-175.htm

Sommaire de la controverse: Controverse : la querelle de l’Accouchement

DOI : 10.3917/tgs.039.0175.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.