Ces femmes «gilets jaunes» qui ont investi les ronds-points

Le Figaro.fr, mercredi 12 décembre 2018 – 1605 mots

Lombard-Latune, Marie-Amélie, Ducros, Christine

ENQUÊTE – Au sein de ce mouvement né sur les réseaux sociaux et sans vrais leaders, les femmes sont en première ligne. Familières des fins de mois difficiles, élevant souvent seules leurs enfants, rejetant la politique, elles ont été parmi les plus promptes à se mobiliser.

Marine Charrette-Labadie, 22 ans, est serveuse à Brive-la-Gaillarde. Au chômage depuis quelques mois. Le jour où Éric Drouet, chauffeur routier de Melun, en Seine-et-Marne, figure des «gilets jaunes», qui appellera plus tard à «entrer dans l’Élysée», lance sa page Facebook, la jeune femme vient d’être interdite bancaire. La cause de cette sanction? Un chèque en bois pour payer son plein d’essence. Autant dire que l’appel d’Éric Drouet à un «blocage national contre la hausse du carburant» tombe à pic. Aussitôt, elle relaie cette initiative en Corrèze et devient à son tour une «coordinatrice» du mouvement.

Avant elle, la pionnière, Priscillia Ludosky, 32 ans, avait, dès le 29 mai, lancé sa pétition. Un million cent mille signatures ont été recueillies depuis par cette autoentrepreneuse de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne). Impossible de ne pas les voir parmi les gilets fluo: elles sont partout! Marine, Priscillia, mais aussi Laetitia ou Ingrid. Et Jacline Mouraud, bien sûr, à la vidéo virale, vue plus de cinq millions de fois: «Je crois que si le message est passé, c’est parce que j’ai les cheveux gris et que je suis une femme. J”ai mis le feu aux poudres, mais la mèche était allumée.»

Le président de la République ne s’y est pas trompé. Dès les premières minutes de son allocution lundi, il s’arrête longuement sur la colère de «la mère de famille célibataire, veuve ou divorcée, qui ne vit même plus, qui n’a pas les moyens de faire garder les enfants et d’améliorer ses fins de mois et n’a plus d’espoir. Je les ai vues, ces femmes de courage pour la première fois disant cette détresse sur tant de ronds-points.»

Depuis un mois, jeunes ou âgées, rurales ou citadines, salariées ou chômeuses, militantes ou novices, elles occupent les giratoires comme les plateaux télévisés, fabriquent les banderoles et distribuent des bonbons aux automobilistes. Désormais, elles poussent aussi les portes des mairies pour y noircir des cahiers de doléances. «À Saint-Étienne, nous avons ouvert la permanence et les registres lundi à 9 heures. À 17 heures, nous avions 50 témoignages dont la moitié de femmes. Je ne l’aurais jamais imaginé, témoigne Gaël Perdriau, maire LR de Saint-Étienne. Les plus âgées se plaignent de leur retraite trop faible, les plus jeunes de l’éducation difficile de leurs enfants. Et beaucoup sont agacées par la façon dont le président leur parle.»

Des Gauloises «présentes dès les XVIIIe et XIXe siècles sur les barricades»

L’une des premières à avoir rempli une page est une handicapée de 55 ans, avec un fils étudiant à sa charge. Elle s’adresse au président et à «ces messieurs du gouvernement» pour trouver un CDD. Une dame de 68 ans s’est, elle aussi, précipitée pour reprocher à Emmanuel Macron d’être «déconnecté de la réalité», lui demander «d’arrêter de ponctionner les ouvriers et les retraités» et lui lancer: «Les Gaulois n’en peuvent plus!», d’une belle écriture appliquée.

Des Gauloises qui, selon Mathilde Larrère, historienne des mouvements révolutionnaires, ont été «présentes dès les XVIIIe et XIXe siècles sur les barricades. Mais elles chargeaient les fusils à l’arrière tandis que les insurgés étaient aux avant-postes». Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS-Sciences Po Bordeaux, complète: «Aujourd’hui, il n’y a pas de leaders bien identifiés parmi les “gilets jaunes”. Du coup, les médias tendent leurs micros à tout le monde, aux hommes comme aux femmes. Dès le début, cette visibilité féminine a attiré notre attention.» Avec 70 collègues, elle a distribué des questionnaires pour mieux cerner ces profils. Les premiers retours de cette vaste enquête montrent que, parmi les Français mobilisés, 45 % sont des femmes.

En 2018, plus d’un tiers (35%) de la population vit seul, d’après l’Insee. Le nombre de familles monoparentales a augmenté de 43% en vingt ans. Le plus souvent, ce sont des femmes qui élèvent seules leurs enfants. Près de Crest, dans la Drôme, c’est le cas de Nathalie, 42 ans, qui alterne les CDD d’assistante administrative dans le BTP et les périodes de chômage. Elle a élevé en solo ses deux fils de 18 ans et 6 ans. «Pour l’aîné, dans les années 2000, je m’en sortais encore. Mais là, avec le petit, je rame vraiment. J’ai dû quitter ma maison pour un HLM. Les factures s’accumulent: électricité, eau, Internet, cantine, garderie… Mes parents ne roulaient pas sur l’or mais, moi, je vis nettement moins bien qu’eux.» Pour cette Drômoise, l’adhésion au mouvement se concrétise par un gilet jaune posé sur son tableau de bord.

«Ces femmes tiennent les cordons de la bourse»

Assistante maternelle, Cécile, qui vit seule avec sa fille de 16 ans, est une assidue d’un rond-point de Montpellier, celui de Prés d’Arènes, «tenu» par une trentaine de «gilets jaunes» dont une dizaine de femmes. «Je n’ai jamais manifesté de ma vie, mes nouvelles copines non plus, mais nous sommes dans la même galère, les problèmes d’argent, ce sont des problèmes de femmes», lance-t-elle. Pas de tabou sur les barrages: des mères qui se connaissent à peine, se confient sur le casse-tête de leurs pensions alimentaires impayées – 35%, selon plusieurs rapports de l’Ined et de la Cnaf.

«Aujourd’hui, vous ne pouvez plus vivre si vous n’avez pas deux revenus. Or, qu’elles soient seules ou en couple, ces femmes remplissent le réfrigérateur et tiennent les cordons de la bourse. Les dépenses, les crédits, les pleins de carburant et les montants des réparations de la voiture: c’est leur domaine. Dans les couches populaires, ce sont toujours les femmes qui ont géré le porte-monnaie, analyse Dominique Desjeux, anthropologue, professeur émérite à la Sorbonne. Elles savent mieux que personne ce que signifie pour le budget une chaudière, un lave-linge ou une voiture qui lâchent. Et, maintenant, parmi leurs dépenses contraintes, il y a aussi les téléphones portables et les ordinateurs.»

Sur les ronds-points et les barrages, ces femmes reprennent souvent leur rôle domestique: elles servent les cafés, confectionnent les gâteaux et décorent les sapins de Noël. Mais n’hésitent pas à hausser le ton. Coralie Dubost, députée LaREM à Montpellier, a voulu les rencontrer. Lundi, avant le discours d’Emmanuel Macron, elle a organisé une réunion «gilets jaunes» à sa permanence.

Parmi les sept porte-parole présents pendant deux heures, six femmes, dont trois au chômage. «Même quand elles ont un travail, elles vivent dans la précarité, très seules. Venir papoter ou tenter de refaire le monde sur les ronds-points leur permet de se resocialiser. La déléguée du rond-point de Lunel dit même “mes garçons” quand elle parle des “gilets jaunes”», constate l’élue qui décrit des échanges «rock’n’roll» avec des «femmes agressives à l’égard du politique, colportant des “fake news“». Pas de grand débat sur l’identité culturelle mais cette histoire de migrants logés gratuitement dans des appartements avec «cuisines équipées flambant neuves». «Elles répètent “Vous ne faites rien pour nous.” Et croient dur comme fer à tout ce qu’elles ramassent sur Internet, réfutant toute parole officielle, tout appel à la raison.»

Leur communication, le plus souvent via Facebook, ne garantit guère une information fiable. D’autant que tous les groupes créés sur la même thématique – «Blocages 19», «Blocages 26», «Blocages 34»- monopolisent les fils d’actualité des internautes. C’est bien connu, Facebook favorise les contenus issus des amis et des groupes, ce qui tend à enfermer chacun dans une «bulle de filtre» (un univers d’information personnalisé). Un entre-soi bien confortable où une fausse information, mille fois partagée, finit par devenir une prétendue vérité. «Allez lutter contre cela! Vous vous attirez les foudres de tout le groupe», se désole la députée Coralie Dubost, sortie lessivée de cette réunion.

Un site de rencontres «Adopte un gilet jaune»

Très présentes sur Facebook, Instagram ou Snapchat, les femmes sont les premières à alimenter le flux de ces nouveaux journaux intimes. «Elles sont parfaitement à l’aise sur le digital pour raconter des histoires comme pour mobiliser un réseau. Leurs atouts? Leur sincérité et leur persévérance», confirme Sophie Noël, directrice générale de l’agence de communication Heaven.

Mais ces nouvelles militantes peuvent aussi se transformer en pasionarias, voire venir gonfler les rangs de La France insoumise ou du Rassemblement national. «Elles sont là, y compris quand ça devient violent, comme le week-end dernier à Saint-Étienne. Ça m’a surpris», observe Gaël Perdriau, le maire de la ville. Un autre élu, le député LR de Seine-et-Marne Christian Jacob, qui a un long passé de syndicaliste à la tête de la FNSEA, complète: «Elles sont moins nombreuses sur les barrages depuis que le mouvement se radicalise. Mais elles y ont été massivement dès le début. Ça m’a immédiatement frappé. Cela veut dire que le mouvement est profond car les femmes ne s’engagent pas pour de l’accessoire.»

Ce qui n’exclut pas de s’amuser. Le samedi 8 décembre, des flots de champagne et 200 personnes ont célébré le mariage de «Chouchoune et Coco Bel Œil» au petit matin sur le barrage de Séméac, près de Tarbes, où le couple, tout en jaune fluo, s’était rencontré un mois plus tôt. Au même moment, dans les Landes, Cécile et Elisabeth créaient «Adopte un gilet jaune 40», un site de rencontres pour célibataires. Mardi, le groupe comptait déjà plus de 3.000 membres.

https://i.f1g.fr/media/figaro/616x347_crop/2018/12/12/XVMd681a2bc-fe00-11e8-b5a2-b44637c34deb.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.