Quels enseignements peut-on tirer de la mobilisation des gilets jaunes ?Trois clefs pour comprendre

Sud Ouest, mardi 30 avril 2019, p. Bergerac ~ Sarlat-C1_4- 433 mots,

par Jefferson Desport

1 Quel est le portrait-robot du gilet jaune ?

À la faveur des premiers résultats de l’étude menée depuis mi-novembre sur ce mouvement et à laquelle participe Magali Della Sudda, plusieurs traits communs émergent. À commencer par leurs revendications dont les trois principales sont : ” Le pouvoir d’achat, une réforme institutionnelle pour améliorer la représentation et la justice sociale. Mais, observe Magali Della Sudda, il n’y a rien sur l’immigration, ni sur la laïcité. “

Sur le profil des manifestants, là aussi des éléments apparaissent. ” Parmi les personnes qui nous ont répondu, nous avons une forte proportion de femmes, souligne la chercheuse. Ce n’est pas du 50-50, mais on s’en rapproche. L’âge moyen est de 47 ans. Beaucoup sont concernés directement ou indirectement par la question du handicap et de l’invalidité. ” Enfin, l’étude en cours fait apparaître un revenu moyen de ” 1 800 euros par foyer “. ” Ce sont des gens très modestes “, appuie Magali Della Sudda.

2 Peut-on parler d’une crise de la représentation ?

Parmi les lignes de force qui soutiennent ce mouvement émerge aussi la réelle défiance des représentations habituelles. ” Ce mouvement est très protéiforme, souligne Vincent Tiberj, mais il y a un décrochage face à la représentation classique. C’est fini le temps du citoyen bien éduqué qui s’en remettait aux élites pour choisir pour lui. Cette culture de la déférence est terminée. “

Une analyse confirmée par les entretiens menés sur les ronds-points, comme le souligne Magali Della Sudda. ” Pour trois-quarts des gilets jaunes, les partis n’ont pas leur place dans le mouvement. Tout comme les syndicats. On note aussi le refus de se positionner sur l’axe gauche-droite. ” Mais ceux qui le font penchent ” plutôt à gauche “. Si elle ne nie pas la présence ” d’identitaires “, elle affirme que ” ce n’est pas le gros des troupes “.

3 Que peut devenir le mouvement ?

Se refusant à jouer les astrologues, Magali Della Sudda estime néanmoins que ” des changements très profonds ” sont à l’oeuvre. Pour Vincent Tiberj, l’avenir s’annonce, en revanche, ” compliqué “, en raison notamment de ” la culture anti-chef ” des gilets jaunes.

Une certitude : si le Grand Débat a rassemblé près de 2 millions de contributions, ce résultat mérite d’être nuancé à leurs yeux. ” On n’a pas les mêmes chances de participer selon que l’on est un homme ou une femme, selon qu’on s’intéresse à la politique ou pas, qu’on est diplômé ou pas, souligne Vincent Tiberj. Rien que le mécanisme d’écrire sur Internet a exclu un certain nombre de citoyens. Tout cela renvoie à des inégalités sociales. “

(1) Retrouvez cette interview sur


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.