Antifeministisch, reaktionär, rassistisch

Die neuen Frauen der französischen Rechten: Eine Buchbesprechung vor der Parlamentswahl

Traduction

Florence Hervé

Tous les cinq ans, les Françaises sont courtisées avant les élections présidentielles. Cette année, on remarque à la fois le nombre relativement élevé de candidates et l’évocation de thèmes féministes. Rien qu’à droite, voire à l’ultra-droite, deux candidates vont à la pêche aux voix féminines en se donnant un air féministe :

Marine Le Pen du Rassemblement national (RN), qui ne s’est pas particulièrement engagée jusqu’ici pour les droits des femmes, défend désormais un prétendu “vrai féminisme”. Valérie Pécresse (Les Républicains, LR), qui participait il y a quelques années encore à la Manif pour tous (droite conservatrice et catholique) contre le mariage homosexuel et le droit à l’adoption pour les couples de même sexe, vante désormais son équipe de campagne paritaire. La ministre de l’Education nationale sous l’ex-président Nicolas Sarkozy déclare désormais que “le temps des femmes est venu”. Elle a également “changé d’avis” sur le mariage homosexuel.

Il en va autrement du raciste, sexiste et masculiniste Éric Zemmour (Reconquête) qui, dans son pamphlet “Le premier sexe” (2006), mettait notamment en garde contre le prétendu danger de féminisation de la société et de destruction de la masculinité. On y lit également : “Les féministes veulent la mort de la France”. L’homophobe et prédicateur d’une culture du viol, qui a plusieurs accusations de harcèlement sexuel sur le dos, considère les femmes comme des objets sexuels, des “proies”.

Derrière ces représentants de partis se trouvent également les “nouvelles femmes de droite”. Un livre paru en février de Magali Della Sudda, politiste au prestigieux Centre national de la recherche scientifique (CNRS), donne des informations sur ces dernières. Della Sudda y fait état d’une demi-douzaine de groupes de femmes qui ont vu le jour au cours des dix dernières années et dont certains se disent féministes – notamment en réaction aux politiques d’égalité et de genre. La plupart des groupes ont en commun le rejet de l’avortement, du “mariage homosexuel” et du droit d’adoption pour les couples de même sexe, des techniques de reproduction ainsi que de l’immigration extra-européenne.

Les “Caryatides”, rattachées au Parti national (PNF), plaident pour un nationalisme féminin – hétérosexuel et chrétien – et pour un “ordre naturel” de complémentarité des sexes. Dans la tradition de Philippe Pétain, collaborateur de Vichy, les femmes sont le pilier de la famille, les valeurs sont la patrie, la famille et la religion. Le “Cercle fraternité” au sein du RN de Le Pen milite depuis 2016 pour un féminisme blanc à identité nationale. Le “Cercle” ne s’exprime pas sur l’avortement, mais revendique le droit des femmes à protéger leur propre corps et rend les immigrés responsables des violences faites aux femmes.

Le groupe de femmes “Belle et Rebelle” défend un féminisme identitaire et féminin amusant. Il défend une prétendue identité européenne et polémique contre l’immigration et l’islam, qu’il considère comme la cause de la violence envers les femmes. Le “Collectif Nemesis” se veut non-conformiste, féministe identitaire. L’ennemi n’est pas le patriarcat, mais les migrants. Il s’agit de défendre l’identité des femmes européennes. La violence sexuelle y est chargée d’une connotation raciste. Il existe des contacts avec le réseau de femmes de droite allemand Lukreta.

Les “Antigones” partent du principe de la complémentarité des sexes et luttent pour l’émancipation par la soumission à une “loi naturelle”. Le corps des femmes est un terrain de lutte, il doit être soustrait à l’influence de l’État. Le planning familial et le droit à l’avortement sont rejetés en tant que violence légale et mécanismes d’oppression.

L’autrice conclut que les nouveaux groupes de femmes se situent entre l’antiféminisme et le fémonationalisme. Ils rejettent le projet politique d’une émancipation critique du patriarcat et rendent les migrants masculins non-européens responsables de la violence contre les femmes. Le fait que ces groupes exercent une influence politique et médiatique non négligeable est particulièrement critique.

Magali Della Sudda : Les nouvelles femmes de droite. Marseille 2022, 280 pages, 19 euros



Citer ce billet
Magali Della Sudda (2022, 18 mars). Antifeministisch, reaktionär, rassistisch. Magali Della Sudda. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rb4i

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.