Tous les articles par Magali Della Sudda

Chargée de recherche CNRS au Centre Emile Durkheim (Sciences Po Bordeaux).

“Les Nouvelles femmes de droite”

Revue de presse

La Vie des Idées a publié une analyse sur les “droites radicales” et les “droites extrêmes” à la veille du second tour de l’élection présidentielle de 2022. Cet entretien avec René Monzat pointe deux évolutions : d’une part la conquête d’un électorat féminin et des militantes abordé dans Les Nouvelles femmes de droite, d’autre part les transformations du catholicisme et le renforcement d’un pôle conservateur bien documenté par Yann Raison du Cleuziou dans “Une contre-révolution catholique : aux origines de la Manif pour Tous” (19/04/2022).

Jean-Paul Gautier, historien spécialiste des extrêmes-droites en France, auteur d’un ouvrage très complet sur le sujet, propose une recension des Nouvelles femmes de droite sur le site québécois Presse de gauche. Il y souligne la complexité et la fragmentation de différents groupes et courants qui s’opposent aux féministes (19/04/2022).

Le magazine Elle s’est fait l’écho des Nouvelles femmes de droite, le 20 avril 2022. L’entretien avec Thomas André revient sur ce qui distingue les “Femmes de droite”, qui s’opposaient jadis aux féministes aux “Nouvelles femmes de droite” qui, pour certaines ont patrimonialisé certains thèmes du féminisme mais combattent celles qu’elles désignent comme les “néo-féministes”. A la veille du second tour de l’élection présidentielle, l’incarnation du rôle politique joué par Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national dans la campagne présidentielle, a évolué, marqué par une forme de maternalisme protecteur qui n’est pas exempt de contradictions entre la ligne familialiste du Front national et  le remboursement de la pilule contraceptive, entre la ligne économique libérale avec le définancement de la sécurité sociale via la baisse des cotisations sociales et l’ouverture de services de maternité.

Antifeministisch, reaktionär, rassistisch

Die neuen Frauen der französischen Rechten: Eine Buchbesprechung vor der Parlamentswahl

Traduction

Florence Hervé

Tous les cinq ans, les Françaises sont courtisées avant les élections présidentielles. Cette année, on remarque à la fois le nombre relativement élevé de candidates et l’évocation de thèmes féministes. Rien qu’à droite, voire à l’ultra-droite, deux candidates vont à la pêche aux voix féminines en se donnant un air féministe :

Marine Le Pen du Rassemblement national (RN), qui ne s’est pas particulièrement engagée jusqu’ici pour les droits des femmes, défend désormais un prétendu “vrai féminisme”. Valérie Pécresse (Les Républicains, LR), qui participait il y a quelques années encore à la Manif pour tous (droite conservatrice et catholique) contre le mariage homosexuel et le droit à l’adoption pour les couples de même sexe, vante désormais son équipe de campagne paritaire. La ministre de l’Education nationale sous l’ex-président Nicolas Sarkozy déclare désormais que “le temps des femmes est venu”. Elle a également “changé d’avis” sur le mariage homosexuel.

Il en va autrement du raciste, sexiste et masculiniste Éric Zemmour (Reconquête) qui, dans son pamphlet “Le premier sexe” (2006), mettait notamment en garde contre le prétendu danger de féminisation de la société et de destruction de la masculinité. On y lit également : “Les féministes veulent la mort de la France”. L’homophobe et prédicateur d’une culture du viol, qui a plusieurs accusations de harcèlement sexuel sur le dos, considère les femmes comme des objets sexuels, des “proies”.

Derrière ces représentants de partis se trouvent également les “nouvelles femmes de droite”. Un livre paru en février de Magali Della Sudda, politiste au prestigieux Centre national de la recherche scientifique (CNRS), donne des informations sur ces dernières. Della Sudda y fait état d’une demi-douzaine de groupes de femmes qui ont vu le jour au cours des dix dernières années et dont certains se disent féministes – notamment en réaction aux politiques d’égalité et de genre. La plupart des groupes ont en commun le rejet de l’avortement, du “mariage homosexuel” et du droit d’adoption pour les couples de même sexe, des techniques de reproduction ainsi que de l’immigration extra-européenne.

Les “Caryatides”, rattachées au Parti national (PNF), plaident pour un nationalisme féminin – hétérosexuel et chrétien – et pour un “ordre naturel” de complémentarité des sexes. Dans la tradition de Philippe Pétain, collaborateur de Vichy, les femmes sont le pilier de la famille, les valeurs sont la patrie, la famille et la religion. Le “Cercle fraternité” au sein du RN de Le Pen milite depuis 2016 pour un féminisme blanc à identité nationale. Le “Cercle” ne s’exprime pas sur l’avortement, mais revendique le droit des femmes à protéger leur propre corps et rend les immigrés responsables des violences faites aux femmes.

Le groupe de femmes “Belle et Rebelle” défend un féminisme identitaire et féminin amusant. Il défend une prétendue identité européenne et polémique contre l’immigration et l’islam, qu’il considère comme la cause de la violence envers les femmes. Le “Collectif Nemesis” se veut non-conformiste, féministe identitaire. L’ennemi n’est pas le patriarcat, mais les migrants. Il s’agit de défendre l’identité des femmes européennes. La violence sexuelle y est chargée d’une connotation raciste. Il existe des contacts avec le réseau de femmes de droite allemand Lukreta.

Les “Antigones” partent du principe de la complémentarité des sexes et luttent pour l’émancipation par la soumission à une “loi naturelle”. Le corps des femmes est un terrain de lutte, il doit être soustrait à l’influence de l’État. Le planning familial et le droit à l’avortement sont rejetés en tant que violence légale et mécanismes d’oppression.

L’autrice conclut que les nouveaux groupes de femmes se situent entre l’antiféminisme et le fémonationalisme. Ils rejettent le projet politique d’une émancipation critique du patriarcat et rendent les migrants masculins non-européens responsables de la violence contre les femmes. Le fait que ces groupes exercent une influence politique et médiatique non négligeable est particulièrement critique.

Magali Della Sudda : Les nouvelles femmes de droite. Marseille 2022, 280 pages, 19 euros

“Les femmes, grandes oubliées de l’histoire”

Article et entretien réalisés par Maud Rieu

https://www.sudouest.fr/societe/egalite-femmes-hommes/les-femmes-grandes-oubliees-de-l-histoire-9444541.php?utm_source=fid&utm_campaign=MonAlerteAboDossierRedac&utm_medium=email

Dans cet entretien, j’ai évoqué la manière dont les femmes ont fait irruption comme sujet d’histoire durant les dernières décennies du XXe siècle. A partir des années 1970, pour des raisons socio-culturelles et structurelles, de jeunes femmes, historiennes et sociologues notamment, ont renouvelé les sujets et méthodes de leur discipline pour mieux prendre en compte les silences et impensés. Parmi elles, Michelle Perrot, Rolande Trempé ou Madeleine Rébérioux qui sont évoquées dans cet article.

“Derrière le ‘féminisme’ d’extrême-droite” un entretien pour l’Humanité

par Lola Ruscio, journaliste à l’Humanité

Idéologie Magali Della Sudda a enquêté sur ces militantes qui s’autoproclament défenseuses de la cause des femmes pour mieux vanter la « race blanche » et stigmatiser les étrangers. Publié leJeudi 17 Février 2022

La suite de l’article ici : https://www.humanite.fr/politique/extreme-droite/derriere-le-feminisme-dextreme-droite-entretien-avec-magali-della-sudda

New Right-Wing Women

Feminism is in tension. In many Western countries, women are challenging feminist narratives and struggles. Some of them explicitly challenge feminist’s organization legitimacy to represent women’s claim. Other claim specific feminist identity such as “true feminism”, “identitarian feminism” or even White feminism. The emergence of “New Right Wing Women” as champions of women’s advocacy received media coverage but little attention in academic scholarship. This book addresses the shift in women’s political participation in favor of radical-right wing movements and anti-gender equality. France is an interesting observatory of the shift: since 2012, women aligned their vote for Marine Le Pen and the Rassemblement national was first among the 25-34 women voters in 2017. The radical-right gender gap seems to no longer exist. At the same time, right-wing and extreme-right wing parties have merged to oppose gender equality policies launched under the socialist governments (2012-2017). In reaction to the laws passed by the French socialist majority between 2021 and 2017, conservative and religious networks in abeyance have been reactivated within a conservative social movement called “La Manif pour tous” (Demo for All). The conservative coalition led to a desectorisation within different political spaces and among the various currents within the Catholic Church. This conjunctural effect is articulated to a more structural effect of opportunity : the ecological crisis, because it raises the question of nature, gives new legitimacy to naturalist or essentialist arguments disqualified by most feminist currents. New women leaders emerged to challenge gender equality and to reclaim femininity.

This book based on empirical research – in depth-interviews, observation and on-line data – provides a an insight right-wing women activism, ranging from the traditional antifeminist activism to current conservative eco-feminism. 1) Female nationalism is represented by the women’s section of the “Caryatides” of the French nationalist Party (2013). Explicitly anti-feminists, these women assume a gendered hierarchy and a strong nationalist project, reffering to French authoritarian Régime de Vichy. 2) More central on the political spectrum, the Cercle Fraternité, a think tank founded by the Front National (2016), provides a pro-women and pro-family frame for the presidential election of 2017. It is still active and illustrates modern femonationalism, using pro-women rethoric to promote anti-immigration and islam politics. They explicitly refer to Christian identity and oppose reproductive rights. 3) Identitarian women and Occidentalist feminism : The radical-right wing party the “Identitarian” are not to be outdone. It assumes to be “women friendly” but remains shaped by gender, which determines differentiated symbolic retribution. The Identitarian women claim to be “feminine but not feminist”. They joined together in the “Belle et Rebelle” group within the organisation. In 2014, the group ceased to be active. Today, the Collectif Nemesis founded n 2019 is their heir. They use feminist frames such as gender equality, violence against women to claim the superiority of Europeans civilization against Islam and immigration. This supremacist use of gender equality is also to be found in Solveig Mineo’s Occidentalist Feminism. Her organisation is mostly virtual and has closed ties to the “Occidentalist Party”. It distinguishes itself from the first four groups by its attachment to secularism and even its anticlericalism and by its explicit feminism. But it clings to nationalist or identity-based currents by its defence of Western civilisation because of the place of women.

Less concerned by femonationalist rethoric, two other groups identify themselves as “alterfeminists” and seems specific to France.  The “Antigones, this group of women born in 2013 and which acts as a crucible for alterfeminism. This only-women group oppose current feminism as FEMEN, the Femocrats and more broadly feminists groups that do not refer to women identity but rather to gender or queer politics. Their political project is based on sexual essentialism, men and women complementarity, their crucial role as primary cel of society within the family and ecology. As a consequence they oppose reproductive technology as techno-medical power over women’s body. They cautiously avoid to be associated to political parties or religion, though considering Christianity and Pre-Christian philosophies as central for Western civilization and women empowerment. By puting “Nature” at the forefront, their opposition to chemical contraception, abortion or reproductive technology is no longer perceive as conservative but rather eco-feminist. Christian alterfeminism and integral feminism emerged at the crossroads of Pope Francis’ human ecology, conservative feminism and ecology. It is directly derived from the Demo for All protests since allthe founder of this philosophical current. Based on essentialism and differentialism – i.e. Men and Women are different and have different functions assigned by God, although they have equal dignity, it drews from Catholic theology and moral on sexuality.

All of these groups oppose liberal and radical feminism, as well as gender politics. Some of them explicitly refer to nationalism and western culture supremacy while other tend to refer to Nature as the core of their political project. By so doing, they provide new frames for essentialism and differentialism.

 

Obéir et soumettre: Les Sanctions spirituelles et la condamnation de l’Action Française (1926-1939)

Référence: Magali Della Sudda, “Obéir et soumettre : la condamnation de l’Action française (1926-1939)”, Fulmen 2 : Le lancement, les relances et la levée des sanctions spirituelles (déclaration, promulgation, publication, réitération, réconciliation, absolution) dans le temps long de la tradition chrétienne (Ve-XXIe s.), organisé par Théry-Astruc, Julien, Fossier, Arnaud et Jesné, Fabrice, Rome, Italie, 14&15 janvier 2019 ⟨halshs-03197618⟩

Résumé : La communication interroge un usage qui peut sembler paradoxal de la sanction spirituelle : l’intervention dans le champ politique au XXe siècle. Dans un contexte de sécularisation constatée par les sociologues et déplorée par les clercs, la sanction religieuse fut utilisée tout au long du XXe siècle dans le champ politique. Le Sillon, l’Action Française, mais aussi les catholiques suspects de sympathie pour le communisme subirent différents types de sanctions religieuses, dont la mémoire est encore patente aujourd’hui. Moins connue, la condamnation du féminisme en pleine crise moderniste, attira les foudres de certains membres de la Curie romaine sur des femmes catholiques professant une spiritualité féminine égalitaire et démocrate. Le cas de l’Action française est sans doute celui qui a fait l’objet des travaux les plus riches. Nous proposons ici de revenir sur la condamnation de 1926 et ses déclinaisons en portant une attention plus marquée au processus d’énonciation et d’application de la sanction, et en particulier à la manière dont les clercs l’interprètent et la mettent en pratique. La performance de certains rites devenant un indicateur de l’orthodoxie politique. Nous nous attacherons plus précisément à déterminer les modes de contrainte pour faire appliquer la décision de la Curie romaine depuis la lettre du Cardinal Andrieu et le décret du Saint-Office du 29 décembre 1926 jusqu’à la levée des sanctions en 1939 à l’aune d’études de cas. Nous nous appuierons pour ce faire sur les documents conservés dans le fonds des Affaires ecclésiastiques extraordinaires et dans celui de la Nonciature apostolique de France (Archives secrètes vaticanes).

Obedience and submission: Spiritual sanctions and the condemnation of the Action française (1926-1939)

Abstract: This presentation questions a use of spiritual sanction that may seem paradoxical in a secularised country: the Church intervention in the political field in French Third Republic. In a context of secularisation acknowledged by sociologists and deplored by clerics, religious sanction was used throughout the 20th century in the French political field. Political groups as the christian-democrat Le Sillon, the monarchist l’Action Française, but also Catholics suspected of sympathising with communism were subjected to various types of religious sanctions, the memory of which is still evident today. Less well known is the condemnation of feminism in the midst of the modernist crisis, which drew the wrath of certain members of the Roman Curia on Catholic women professing an egalitarian and democratic feminine spirituality. The case of Action Française is without doubt the one that has been the subject of the richest works. We propose here to return to the 1926 condemnation and its variations by paying closer attention to the process of enunciation and application of the sanction, and in particular to the way in which the clerics interpreted it and put it into practice. The performance of certain rites becomes an indicator of political orthodoxy. More specifically, we will examine the modes of coercion used to enforce the Roman Curia’s decision from Cardinal Andrieu’s letter and the Holy Office’s decree of 29 December 1926 to the lifting of sanctions in 1939 through case studies. We will base our analysis on the documents kept in the collection of the Extraordinary Ecclesiastical Affairs and in that of the Apostolic Nunciature of France (Vatican Secret Archives). 

To read the document in English: MDS_Obey-and-Subdue-Ecclesiastical-Sanctions-FULMEN-2Télécharger

Électrices et ÉLUES AU VILLAGE

Magali Della Sudda, Victor Marneur. Les électrices et les élues au village. Granger, Christophe; Le Gall, Laurent; Vignon, Sébastien. Voter au village : Les formes locales de la vie politique, XXe-XXIe siècles, Presses universitaires du Septentrion, 2021. ⟨halshs-03094816⟩

Résumé : Notre contribution, restreinte au cas français métropolitain, a pour ambition modeste d’esquisser des pistes de recherche sur la politisation des femmes en milieu rural avant le droit de suffrage et d’éligibilité, puis de donner quelques résultats pour la période contemporaine. Pour cela, ce texte s’appuie sur les matériaux récoltés dans le cadre d’une enquête sur les femmes élues dans les espaces ruraux en Gironde des années 1970 à nos jours, ainsi que sur des fonds d’archives. On s’interrogera dans un premier temps sur les modalités d’inclusion des femmes dans la communauté politique villageoise et dans un second temps sur les conditions d’éligibilité des femmes en milieu rural.

Abstract : Our contribution, restricted to the case of metropolitan France, has the modest ambition of outlining avenues of research on the politicization of women in rural areas before the right to vote and eligibility, and then to give some results for the contemporary period. To do so, this text is based on material collected in the framework of a survey of women elected in rural areas in the Gironde from the 1970s to the present day, as well as on archival holdings. The first part of the paper will look at the ways in which women are included in the village political community and the second part will look at the conditions of eligibility of women in rural areas.

https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-03094816

From Natural Law to Ecology : Changing Conceptions of “Nature” in Catholic Sexual Morality (20th-21st C.)

Romain Carnac, Magali Sudda. “De la loi naturelle à l’écologie : évolution des conceptions de la « nature » mobilisées dans la morale sexuelle catholique (20e-21e siècle)”, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, Association Paul Langevin, 2020, Dossier : « Le sexe dans l’Église (Moyen Âge – 21e siècle) », pp.53-68.

En Français ici ⟨10.4000/chrhc.15222⟩.

Abstract : Sexuality has always been subject to normative and practical regulation by the Catholic Church. During the contemporary period the deployment of discourse and technics designed to control, contain and repress sexual practices seems to be evolving. In a secular society, the effectiveness of these normative devices is challenged and has to be renewed. The valorization of “responsible” and ethical sexuality tends to take precedence over the enumeration of sins which, although still very present, are no longer at the centre of the Church discourse on sexuality. Today, facing climate change and environmental crisis, the emancipatory power of technology raises more scepticism. From a Catholic perspective, “human ecology” – or even an “integral ecology” – should be followed in sexual conduct; the condemnation of sexuality outside marriage, “artificial” contraception and medically assisted procreation technologies is no longer directly justified by “moral” considerations but by biological and environmental considerations.

 

 

Le point sur les Gilets jaunes sur Radio TOTEM

Infos, Radio Totem, mercredi 18 novembre 2020, 7h30.

L’Invitée du Matin, l’historienne Magali Della Sudda, revient sur les deux ans des Gilets Jaunes et ce qu’il en reste.

Le 17 novembre 2018 débutait le mouvement des Gilets Jaunes autour des ronds-points. Un mouvement qui a bousculé le gouvernement, beaucoup ne l’ont pas vu venir… Qu’en reste-il deux ans après ?

Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS, répond aux questions d’Olivier Cammas

https://www.radiototem.fr/infos/7993-que-reste-t-il-des-gilets-jaunes-deux-ans-apres

Gilets jaunes: comment ce mouvement inédit a évolué depuis son apparition il y a deux ans

par Salomé Vincendon, BFMTV, 17/11/2020

https://www.bfmtv.com/societe/gilets-jaunes-comment-ce-mouvement-inedit-a-evolue-depuis-son-apparition-il-y-a-deux-ans_AN-202011170269.html

“Cette évolution rapide entraîne aussi des départs parmi les manifestants. “Une partie des personnes qui étaient là le 17 novembre ou en décembre ne sont ensuite plus revenues ni aux manifestations, ni sur les ronds-points”, explique Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS et au centre Emile Durkheim de Bordeaux. Elle a également participé au groupe de recherche qui a suivi, dès ses débuts, le mouvement des gilets jaunes.”

“Il y a celles et ceux qui ne s’étaient jamais engagés auparavant et qui ont tout simplement arrêté”, explique-t-elle. Mais il est aussi possible que certains ne soient descendus dans la rue que pour le retrait de la taxe carbone, et “ne se soient plus retrouvés dans les revendications du RIC, de justice sociale et environnementale” qui ont suivi.”

M. Della Sudda, BFMTV, 17/11/2017

où en sont Les Gilets jaunes deux ans après?

Journal de 12h30 par Thomas Cluzel, Mathieu Laurent et Rédaction, Mardi 17 novembre 2020

C’est aujourd’hui le deuxième anniversaire du mouvement des “gilets jaunes”.  Où en est-on des promesses économiques et sociales faites par Emmanuel Macron pour répondre à cette colère ?

Invitée de la rédaction : Magali Della Sudda, chargée de recherche au CNRS.

https://www.franceculture.fr/emissions/journal-de-12h30/journal-de-12h30-du-mardi-17-novembre-2020

Ciné-Club “Un pays qui se tient sage”

Mardi 29 septembre 10h00-12h00, Cinéma l’Utopia Bordeaux

Ce film documentaire, en avant-première, traite des « violences policières » sous le quinquennat Macron. Il montre comment à partir de témoignages et de commentaires, est mis en place un fonctionnement nouveau ( pour la France) du « maintien de l’ordre », vis à vis des manifestations et des revendications sociales, qui a pour conséquences une augmentation sans précédent des violences policières comme du regard de la population sur cette même police.
Le journaliste David Dufresne y donne la parole aux Gilets jaunes victimes de violences policières, à des représentants des forces de l’ordre, à des universitaires – juriste, politiste, historiennes -, à des avocats et rapporteur des nations unis, ainsi qu’à l’écrivain Alain Damasio.
Il a été suivi d’un débat qui a porté sur l’usage de la force ou l’exercice de la violence légitime par les forces de l’ordre durant le mouvement social des Gilets jaunes. Mais pas seulement. La discussion a été l’occasion de souligner l’invisibilisation d’autres violences policières et de revenir sur les restrictions apportées à la jouissance de libertés fondamentales et à l’exercice du droit de manifester.