Tous les articles par Magali Della Sudda

Chargée de recherche CNRS au Centre Emile Durkheim (Sciences Po Bordeaux).

Obéir et soumettre: Les Sanctions spirituelles et la condamnation de l’Action Française (1926-1939)

Référence: Magali Della Sudda, “Obéir et soumettre : la condamnation de l’Action française (1926-1939)”, Fulmen 2 : Le lancement, les relances et la levée des sanctions spirituelles (déclaration, promulgation, publication, réitération, réconciliation, absolution) dans le temps long de la tradition chrétienne (Ve-XXIe s.), organisé par Théry-Astruc, Julien, Fossier, Arnaud et Jesné, Fabrice, Rome, Italie, 14&15 janvier 2019 ⟨halshs-03197618⟩

Résumé : La communication interroge un usage qui peut sembler paradoxal de la sanction spirituelle : l’intervention dans le champ politique au XXe siècle. Dans un contexte de sécularisation constatée par les sociologues et déplorée par les clercs, la sanction religieuse fut utilisée tout au long du XXe siècle dans le champ politique. Le Sillon, l’Action Française, mais aussi les catholiques suspects de sympathie pour le communisme subirent différents types de sanctions religieuses, dont la mémoire est encore patente aujourd’hui. Moins connue, la condamnation du féminisme en pleine crise moderniste, attira les foudres de certains membres de la Curie romaine sur des femmes catholiques professant une spiritualité féminine égalitaire et démocrate. Le cas de l’Action française est sans doute celui qui a fait l’objet des travaux les plus riches. Nous proposons ici de revenir sur la condamnation de 1926 et ses déclinaisons en portant une attention plus marquée au processus d’énonciation et d’application de la sanction, et en particulier à la manière dont les clercs l’interprètent et la mettent en pratique. La performance de certains rites devenant un indicateur de l’orthodoxie politique. Nous nous attacherons plus précisément à déterminer les modes de contrainte pour faire appliquer la décision de la Curie romaine depuis la lettre du Cardinal Andrieu et le décret du Saint-Office du 29 décembre 1926 jusqu’à la levée des sanctions en 1939 à l’aune d’études de cas. Nous nous appuierons pour ce faire sur les documents conservés dans le fonds des Affaires ecclésiastiques extraordinaires et dans celui de la Nonciature apostolique de France (Archives secrètes vaticanes).

Obedience and submission: Spiritual sanctions and the condemnation of the Action française (1926-1939)

Abstract: This presentation questions a use of spiritual sanction that may seem paradoxical in a secularised country: the Church intervention in the political field in French Third Republic. In a context of secularisation acknowledged by sociologists and deplored by clerics, religious sanction was used throughout the 20th century in the French political field. Political groups as the christian-democrat Le Sillon, the monarchist l’Action Française, but also Catholics suspected of sympathising with communism were subjected to various types of religious sanctions, the memory of which is still evident today. Less well known is the condemnation of feminism in the midst of the modernist crisis, which drew the wrath of certain members of the Roman Curia on Catholic women professing an egalitarian and democratic feminine spirituality. The case of Action Française is without doubt the one that has been the subject of the richest works. We propose here to return to the 1926 condemnation and its variations by paying closer attention to the process of enunciation and application of the sanction, and in particular to the way in which the clerics interpreted it and put it into practice. The performance of certain rites becomes an indicator of political orthodoxy. More specifically, we will examine the modes of coercion used to enforce the Roman Curia’s decision from Cardinal Andrieu’s letter and the Holy Office’s decree of 29 December 1926 to the lifting of sanctions in 1939 through case studies. We will base our analysis on the documents kept in the collection of the Extraordinary Ecclesiastical Affairs and in that of the Apostolic Nunciature of France (Vatican Secret Archives). 

To read the document in English: MDS_Obey-and-Subdue-Ecclesiastical-Sanctions-FULMEN-2Télécharger

Électrices et ÉLUES AU VILLAGE

Magali Della Sudda, Victor Marneur. Les électrices et les élues au village. Granger, Christophe; Le Gall, Laurent; Vignon, Sébastien. Voter au village : Les formes locales de la vie politique, XXe-XXIe siècles, Presses universitaires du Septentrion, 2021. ⟨halshs-03094816⟩

Résumé : Notre contribution, restreinte au cas français métropolitain, a pour ambition modeste d’esquisser des pistes de recherche sur la politisation des femmes en milieu rural avant le droit de suffrage et d’éligibilité, puis de donner quelques résultats pour la période contemporaine. Pour cela, ce texte s’appuie sur les matériaux récoltés dans le cadre d’une enquête sur les femmes élues dans les espaces ruraux en Gironde des années 1970 à nos jours, ainsi que sur des fonds d’archives. On s’interrogera dans un premier temps sur les modalités d’inclusion des femmes dans la communauté politique villageoise et dans un second temps sur les conditions d’éligibilité des femmes en milieu rural.

Abstract : Our contribution, restricted to the case of metropolitan France, has the modest ambition of outlining avenues of research on the politicization of women in rural areas before the right to vote and eligibility, and then to give some results for the contemporary period. To do so, this text is based on material collected in the framework of a survey of women elected in rural areas in the Gironde from the 1970s to the present day, as well as on archival holdings. The first part of the paper will look at the ways in which women are included in the village political community and the second part will look at the conditions of eligibility of women in rural areas.

https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-03094816

From Natural Law to Ecology : Changing Conceptions of “Nature” in Catholic Sexual Morality (20th-21st C.)

Romain Carnac, Magali Sudda. “De la loi naturelle à l’écologie : évolution des conceptions de la « nature » mobilisées dans la morale sexuelle catholique (20e-21e siècle)”, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, Association Paul Langevin, 2020, Dossier : « Le sexe dans l’Église (Moyen Âge – 21e siècle) », pp.53-68.

En Français ici ⟨10.4000/chrhc.15222⟩.

Abstract : Sexuality has always been subject to normative and practical regulation by the Catholic Church. During the contemporary period the deployment of discourse and technics designed to control, contain and repress sexual practices seems to be evolving. In a secular society, the effectiveness of these normative devices is challenged and has to be renewed. The valorization of “responsible” and ethical sexuality tends to take precedence over the enumeration of sins which, although still very present, are no longer at the centre of the Church discourse on sexuality. Today, facing climate change and environmental crisis, the emancipatory power of technology raises more scepticism. From a Catholic perspective, “human ecology” – or even an “integral ecology” – should be followed in sexual conduct; the condemnation of sexuality outside marriage, “artificial” contraception and medically assisted procreation technologies is no longer directly justified by “moral” considerations but by biological and environmental considerations.

 

 

Le point sur les Gilets jaunes sur Radio TOTEM

Infos, Radio Totem, mercredi 18 novembre 2020, 7h30.

L’Invitée du Matin, l’historienne Magali Della Sudda, revient sur les deux ans des Gilets Jaunes et ce qu’il en reste.

Le 17 novembre 2018 débutait le mouvement des Gilets Jaunes autour des ronds-points. Un mouvement qui a bousculé le gouvernement, beaucoup ne l’ont pas vu venir… Qu’en reste-il deux ans après ?

Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS, répond aux questions d’Olivier Cammas

https://www.radiototem.fr/infos/7993-que-reste-t-il-des-gilets-jaunes-deux-ans-apres

Gilets jaunes: comment ce mouvement inédit a évolué depuis son apparition il y a deux ans

par Salomé Vincendon, BFMTV, 17/11/2020

https://www.bfmtv.com/societe/gilets-jaunes-comment-ce-mouvement-inedit-a-evolue-depuis-son-apparition-il-y-a-deux-ans_AN-202011170269.html

“Cette évolution rapide entraîne aussi des départs parmi les manifestants. “Une partie des personnes qui étaient là le 17 novembre ou en décembre ne sont ensuite plus revenues ni aux manifestations, ni sur les ronds-points”, explique Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS et au centre Emile Durkheim de Bordeaux. Elle a également participé au groupe de recherche qui a suivi, dès ses débuts, le mouvement des gilets jaunes.”

“Il y a celles et ceux qui ne s’étaient jamais engagés auparavant et qui ont tout simplement arrêté”, explique-t-elle. Mais il est aussi possible que certains ne soient descendus dans la rue que pour le retrait de la taxe carbone, et “ne se soient plus retrouvés dans les revendications du RIC, de justice sociale et environnementale” qui ont suivi.”

M. Della Sudda, BFMTV, 17/11/2017

où en sont Les Gilets jaunes deux ans après?

Journal de 12h30 par Thomas Cluzel, Mathieu Laurent et Rédaction, Mardi 17 novembre 2020

C’est aujourd’hui le deuxième anniversaire du mouvement des “gilets jaunes”.  Où en est-on des promesses économiques et sociales faites par Emmanuel Macron pour répondre à cette colère ?

Invitée de la rédaction : Magali Della Sudda, chargée de recherche au CNRS.

https://www.franceculture.fr/emissions/journal-de-12h30/journal-de-12h30-du-mardi-17-novembre-2020

Ciné-Club “Un pays qui se tient sage”

Mardi 29 septembre 10h00-12h00, Cinéma l’Utopia Bordeaux

Ce film documentaire, en avant-première, traite des « violences policières » sous le quinquennat Macron. Il montre comment à partir de témoignages et de commentaires, est mis en place un fonctionnement nouveau ( pour la France) du « maintien de l’ordre », vis à vis des manifestations et des revendications sociales, qui a pour conséquences une augmentation sans précédent des violences policières comme du regard de la population sur cette même police.
Le journaliste David Dufresne y donne la parole aux Gilets jaunes victimes de violences policières, à des représentants des forces de l’ordre, à des universitaires – juriste, politiste, historiennes -, à des avocats et rapporteur des nations unis, ainsi qu’à l’écrivain Alain Damasio.
Il a été suivi d’un débat qui a porté sur l’usage de la force ou l’exercice de la violence légitime par les forces de l’ordre durant le mouvement social des Gilets jaunes. Mais pas seulement. La discussion a été l’occasion de souligner l’invisibilisation d’autres violences policières et de revenir sur les restrictions apportées à la jouissance de libertés fondamentales et à l’exercice du droit de manifester.

Pour les chercheurs, une « approche globale » du monde

La Croix, no. 41647 Evénement, lundi 2 mars 2020, p. 2-3 631 mots.

par Xavier Le Normand et Nicolas Senèze

L’ouverture des archives du pontificat de Pie XII était attendue avec impatience par les chercheurs pour leur richesse dépassant largement le cadre strictement ecclésial.

«Les fonds du Vatican offrent un panoptique, une vision sans pareille sur le monde.» Spécialiste en science politique, chargée de recherche au CNRS, Magali Della Sudda ne cache pas son enthousiasme à l’approche de l’ouverture des archives du pontificat de Pie XII (1939-1958). Ces documents, assure-t-elle, «constituent une source extrêmement précieuse pour le politique au sens large» . «Les archives de Pie XII sont fondamentales pour l’histoire contemporaine» , renchérit Fabien Archambault, maître de conférences à l’université de Limoges. «S’ils ne devraient pas apporter de bouleversement , précise-t-il, ces fonds permettront de préciser beaucoup de choses.»

L’agrégé en histoire en est d’autant plus convaincu que la religion n’est pas son sujet de recherche initial. «Je suis venu à la religion par le football» , explique-t-il. Sa thèse sur l’importance du ballon rond en Italie l’a amené à se plonger dans le «continent archivistique» de l’Église. «Rien n’est étranger à l’Église et elle se donne les moyens de savoir ce qu’il se passe partout dans le monde, dans tous les domaines» , se réjouit-il. «On peine à imaginer la richesse des fonds romains, mais ils se placent vraiment dans une approche globale» , confirme Laura Pettinaroli, directrice du master d’histoire de l’Institut catholique de Paris. «Si un historien de l’éducation veut le meilleur tableau statistique sur l’enseignement dans le monde en 1950, c’est au Vatican qu’il le trouvera» , illustre Fabien Archambault.

Les fonds autres que les Archives apostoliques (environ 60% des archives du Saint-Siège) ou ceux de la Secrétairerie d’État pourraient se révéler capitaux pour les chercheurs. Ainsi ceux de la Congrégation pour les Églises orientales, témoins de la chute des Églises slaves sous la coupe communiste et de l’entraînement du Proche-Orient dans le tourbillon des nationalismes arabes. De même, les documents de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples sont riches de rapports de première main sur la décolonisation en marche. «Le patrimoine archivistique du Vatican est un patrimoine mondial qui ne parle pas que de l’Église» , résume Fabrice Jesné, directeur des études pour les époques moderne et contemporaine à l’École française de Rome.

Selon lui, «il y a une véritable effervescence au sein de la communauté des chercheurs» à l’idée d’accéder à ces nouveaux fonds. Pour préparer leur exploration, Laura Pettinaroli, forte de son expertise sur les archives de Pie XI, a réuni un groupe de chercheurs pour organiser quatre colloques en amont de l’ouverture. «L’objectif était de permettre aux chercheurs de différentes générations et de différentes nationalités de se rencontrer» , détaille-t-elle. «Nous voulons valoriser la collaboration plutôt que la compétition» , poursuit Magali Della Sudda. Pour Fabrice Jesné, «il y a vraiment une dimension de partage pour être plus efficace que le chercheur isolé» . Il s’agit aussi de «décloisonner» la recherche, reprend Laura Pettinaroli, en montrant la richesse que peuvent offrir les fonds ecclésiaux à des chercheurs moins habitués à s’y plonger. «Il faut que d’autres disciplines se saisissent de ces matériaux» , espère Magali Della Sudda.

Pour mettre en commun les premiers résultats et dresser une esquisse de bilan, un colloque est d’ores et déjà programmé en juin, sous l’égide de l’École française de Rome et de son équivalent allemand. «Des chercheurs de tous les pays nous ont contactés pour y participer» , indique Fabrice Jesné. «Nous avons besoin d’échanger pour savoir qui se positionne sur quoi et comment travailler ensemble car ces fonds sont gigantesques» , souligne Laura Pettinaroli. Si ce premier symposium aura lieu seulement trois mois après l’ouverture des archives, tempère Fabien Archambault, «il y en a pour des dizaines d’années d’études» . D’autant qu’à elles seules les archives du pontificat de Pie XII seraient plus vastes que celles de tous les pontificats précédents réunis.

Pourquoi la place des femmes dans le mouvement des gilets jaunes fait-elle tant polémique ?

Article publié en libre accès sur lesinrocks.fr le 17 décembre 2018, par Vincent Bilhem

“Entre le 17 et le 24 novembre, un tournant s’est opéré. Les mouvements de gauche ont rejoint les gilets jaunes, ce qui a ouvert les portes à des préoccupations plus larges que le débat originel sur les taxes”, retrace Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS et à Sciences Po Bordeaux.

Le 8 décembre marque quant à lui un changement décisif, avec l’arrivée de manifestants plus aguerris. Une diversité bienvenue, qui a permis par exemple d’entendre l’hymne du Mouvement de Libération des Femmes (MLF) dans certains cortèges. C’est plutôt rare, même dans les manifestations de gauche, explique l’universitaire, qui travaille actuellement sur les gilets jaunes.

Magali Della Sudda, propos recueillis par Vincent Bilhem

“Femmes, engagement et classes populaires”

Édito: Une histoire vivante

Hayes Ingrid, Della Sudda Magali, « Femmes, engagement et classes populaires. Une histoire vivante », Le Mouvement Social, 2018/4 (n° 265), p. 3-15.

Dans son ouvrage consacré à l’histoire des femmes, l’historienne Françoise Thébaud rappelle la matrice originelle d’une historiographie engagée et parfois militante. Les jeunes femmes qui entrent en masse à l’université dans les années 1960 sont les contemporaines d’un contexte bien particulier. À l’allongement de la scolarité des filles s’ajoutent la reprise du travail salarié pour les femmes (notable à partir de 1965, elle s’accentue après 1968, même si la durée de vie active reste très inférieure à celle des hommes, jusqu’au milieu des années 1970) et la reconnaissance de nouveaux droits (celui par exemple de placer son salaire sur son propre compte en banque ou de travailler sans l’autorisation de son mari, obtenu en 1965).
Dans le sillage de Mai 68 émerge la deuxième vague du féminisme, dont bien des jeunes femmes sont à la fois les témoins et les actrices. Parmi les universitaires qui ouvrent les brèches des études féministes et de l’histoire des femmes, beaucoup sont des militantes qui rejoignent le Mouvement de libération des femmes (MLF) lors de sa création en 1970. Schématiquement, trois courants distincts coexistent : « Psychanalyse et politique », animé par Antoinette Fouque ; les féministes radicales, emmenées notamment par Christine Delphy ; et les « féministes lutte des classes », regroupant des militantes de diverses organisations d’extrême gauche. À côté de ces groupes militants revendiquant une vision systémique de la lutte pour les droits des femmes, des féministes manifestent ou s’engagent sur la libéralisation de la contraception et du droit à l’avortement…

La suite ici: https://www.cairn.info/revue-le-mouvement-social-2018-4-page-3.htm?contenu=resume

Sommaire du numéro:

http://www.lemouvementsocial.net/numero_revue/2018-4-l-engagement-des-femmes-des-classes-populaires-en-france-depuis-1945/

DOI : 10.3917/lms.265.0003

“Les transformations de l’exercice de l’autorité épiscopale dans l’Église catholique en France à la lumière de la condamnation de l’Action française”

Della Sudda Magali, « Les transformations de l’exercice de l’autorité épiscopale dans l’Église catholique en France à la lumière de la condamnation de l’Action française », Genèses, 2012/3 (n° 88), p. 68-88.

Conseil central de la Ligue patriotique des Françaises, 1927, Archives de l’Action catholique des femmes (H402)

Résumé: Cet article revient sur les transformations de l’exercice de l’autorité religieuse dans l’Église catholique de France lors de la condamnation de l’Action française en 1926. Le contexte dans lequel la condamnation prend place est celui d’une évolution centralisatrice du pouvoir dans l’Église au profit de la curie romaine. Le rôle inédit joué par le pape mais aussi l’explicitation des attentes du centre romain vis-à-vis des évêques de France chargés de faire appliquer les sanctions ont laissé des traces de la transformation de l’exercice de l’autorité religieuse épiscopale.

Summary: This article re-examines the changes in the exercise of religious authority in the Catholic Church in France in the light of the condemnation of l’Action Française in 1926. The condemnation took place in the context of a centralizing evolution in church authority in favor of the Roman Curie. The new role played by the pope as well as Rome’s explicit expectations of French bishops in charge of applying sanctions left traces of the transformation in the exercise of Episcopal religious authority.

Article en français: http://URL : https://www.cairn.info/revue-geneses-2012-3-page-68.htm