Tous les articles par Magali Della Sudda

Chargée de recherche CNRS au Centre Emile Durkheim (Sciences Po Bordeaux).

From Natural Law to Ecology : Changing Conceptions of « Nature » in Catholic Sexual Morality (20th-21st C.)

Romain Carnac, Magali Sudda. « De la loi naturelle à l’écologie : évolution des conceptions de la « nature » mobilisées dans la morale sexuelle catholique (20e-21e siècle) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, Association Paul Langevin, 2020, Dossier : « Le sexe dans l’Église (Moyen Âge – 21e siècle) », pp.53-68.

En Français ici ⟨10.4000/chrhc.15222⟩.

Abstract : Sexuality has always been subject to normative and practical regulation by the Catholic Church. During the contemporary period the deployment of discourse and technics designed to control, contain and repress sexual practices seems to be evolving. In a secular society, the effectiveness of these normative devices is challenged and has to be renewed. The valorization of « responsible » and ethical sexuality tends to take precedence over the enumeration of sins which, although still very present, are no longer at the centre of the Church discourse on sexuality. Today, facing climate change and environmental crisis, the emancipatory power of technology raises more scepticism. From a Catholic perspective, « human ecology » – or even an « integral ecology » – should be followed in sexual conduct; the condemnation of sexuality outside marriage, « artificial » contraception and medically assisted procreation technologies is no longer directly justified by « moral » considerations but by biological and environmental considerations.

 

 

Le point sur les Gilets jaunes sur Radio TOTEM

Infos, Radio Totem, mercredi 18 novembre 2020, 7h30.

L’Invitée du Matin, l’historienne Magali Della Sudda, revient sur les deux ans des Gilets Jaunes et ce qu’il en reste.

Le 17 novembre 2018 débutait le mouvement des Gilets Jaunes autour des ronds-points. Un mouvement qui a bousculé le gouvernement, beaucoup ne l’ont pas vu venir… Qu’en reste-il deux ans après ?

Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS, répond aux questions d’Olivier Cammas

https://www.radiototem.fr/infos/7993-que-reste-t-il-des-gilets-jaunes-deux-ans-apres

Gilets jaunes: comment ce mouvement inédit a évolué depuis son apparition il y a deux ans

par Salomé Vincendon, BFMTV, 17/11/2020

https://www.bfmtv.com/societe/gilets-jaunes-comment-ce-mouvement-inedit-a-evolue-depuis-son-apparition-il-y-a-deux-ans_AN-202011170269.html

« Cette évolution rapide entraîne aussi des départs parmi les manifestants. « Une partie des personnes qui étaient là le 17 novembre ou en décembre ne sont ensuite plus revenues ni aux manifestations, ni sur les ronds-points », explique Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS et au centre Emile Durkheim de Bordeaux. Elle a également participé au groupe de recherche qui a suivi, dès ses débuts, le mouvement des gilets jaunes. »

« Il y a celles et ceux qui ne s’étaient jamais engagés auparavant et qui ont tout simplement arrêté », explique-t-elle. Mais il est aussi possible que certains ne soient descendus dans la rue que pour le retrait de la taxe carbone, et « ne se soient plus retrouvés dans les revendications du RIC, de justice sociale et environnementale » qui ont suivi. »

M. Della Sudda, BFMTV, 17/11/2017

où en sont Les Gilets jaunes deux ans après?

Journal de 12h30 par Thomas Cluzel, Mathieu Laurent et Rédaction, Mardi 17 novembre 2020

C’est aujourd’hui le deuxième anniversaire du mouvement des « gilets jaunes ».  Où en est-on des promesses économiques et sociales faites par Emmanuel Macron pour répondre à cette colère ?

Invitée de la rédaction : Magali Della Sudda, chargée de recherche au CNRS.

https://www.franceculture.fr/emissions/journal-de-12h30/journal-de-12h30-du-mardi-17-novembre-2020

Ciné-Club « Un pays qui se tient sage »

Mardi 29 septembre 10h00-12h00, Cinéma l’Utopia Bordeaux

Ce film documentaire, en avant-première, traite des « violences policières » sous le quinquennat Macron. Il montre comment à partir de témoignages et de commentaires, est mis en place un fonctionnement nouveau ( pour la France) du « maintien de l’ordre », vis à vis des manifestations et des revendications sociales, qui a pour conséquences une augmentation sans précédent des violences policières comme du regard de la population sur cette même police.
Le journaliste David Dufresne y donne la parole aux Gilets jaunes victimes de violences policières, à des représentants des forces de l’ordre, à des universitaires – juriste, politiste, historiennes -, à des avocats et rapporteur des nations unis, ainsi qu’à l’écrivain Alain Damasio.
Il a été suivi d’un débat qui a porté sur l’usage de la force ou l’exercice de la violence légitime par les forces de l’ordre durant le mouvement social des Gilets jaunes. Mais pas seulement. La discussion a été l’occasion de souligner l’invisibilisation d’autres violences policières et de revenir sur les restrictions apportées à la jouissance de libertés fondamentales et à l’exercice du droit de manifester.

Pour les chercheurs, une « approche globale » du monde

La Croix, no. 41647 Evénement, lundi 2 mars 2020, p. 2-3 631 mots.

par Xavier Le Normand et Nicolas Senèze

L’ouverture des archives du pontificat de Pie XII était attendue avec impatience par les chercheurs pour leur richesse dépassant largement le cadre strictement ecclésial.

«Les fonds du Vatican offrent un panoptique, une vision sans pareille sur le monde.» Spécialiste en science politique, chargée de recherche au CNRS, Magali Della Sudda ne cache pas son enthousiasme à l’approche de l’ouverture des archives du pontificat de Pie XII (1939-1958). Ces documents, assure-t-elle, «constituent une source extrêmement précieuse pour le politique au sens large» . «Les archives de Pie XII sont fondamentales pour l’histoire contemporaine» , renchérit Fabien Archambault, maître de conférences à l’université de Limoges. «S’ils ne devraient pas apporter de bouleversement , précise-t-il, ces fonds permettront de préciser beaucoup de choses.»

L’agrégé en histoire en est d’autant plus convaincu que la religion n’est pas son sujet de recherche initial. «Je suis venu à la religion par le football» , explique-t-il. Sa thèse sur l’importance du ballon rond en Italie l’a amené à se plonger dans le «continent archivistique» de l’Église. «Rien n’est étranger à l’Église et elle se donne les moyens de savoir ce qu’il se passe partout dans le monde, dans tous les domaines» , se réjouit-il. «On peine à imaginer la richesse des fonds romains, mais ils se placent vraiment dans une approche globale» , confirme Laura Pettinaroli, directrice du master d’histoire de l’Institut catholique de Paris. «Si un historien de l’éducation veut le meilleur tableau statistique sur l’enseignement dans le monde en 1950, c’est au Vatican qu’il le trouvera» , illustre Fabien Archambault.

Les fonds autres que les Archives apostoliques (environ 60% des archives du Saint-Siège) ou ceux de la Secrétairerie d’État pourraient se révéler capitaux pour les chercheurs. Ainsi ceux de la Congrégation pour les Églises orientales, témoins de la chute des Églises slaves sous la coupe communiste et de l’entraînement du Proche-Orient dans le tourbillon des nationalismes arabes. De même, les documents de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples sont riches de rapports de première main sur la décolonisation en marche. «Le patrimoine archivistique du Vatican est un patrimoine mondial qui ne parle pas que de l’Église» , résume Fabrice Jesné, directeur des études pour les époques moderne et contemporaine à l’École française de Rome.

Selon lui, «il y a une véritable effervescence au sein de la communauté des chercheurs» à l’idée d’accéder à ces nouveaux fonds. Pour préparer leur exploration, Laura Pettinaroli, forte de son expertise sur les archives de Pie XI, a réuni un groupe de chercheurs pour organiser quatre colloques en amont de l’ouverture. «L’objectif était de permettre aux chercheurs de différentes générations et de différentes nationalités de se rencontrer» , détaille-t-elle. «Nous voulons valoriser la collaboration plutôt que la compétition» , poursuit Magali Della Sudda. Pour Fabrice Jesné, «il y a vraiment une dimension de partage pour être plus efficace que le chercheur isolé» . Il s’agit aussi de «décloisonner» la recherche, reprend Laura Pettinaroli, en montrant la richesse que peuvent offrir les fonds ecclésiaux à des chercheurs moins habitués à s’y plonger. «Il faut que d’autres disciplines se saisissent de ces matériaux» , espère Magali Della Sudda.

Pour mettre en commun les premiers résultats et dresser une esquisse de bilan, un colloque est d’ores et déjà programmé en juin, sous l’égide de l’École française de Rome et de son équivalent allemand. «Des chercheurs de tous les pays nous ont contactés pour y participer» , indique Fabrice Jesné. «Nous avons besoin d’échanger pour savoir qui se positionne sur quoi et comment travailler ensemble car ces fonds sont gigantesques» , souligne Laura Pettinaroli. Si ce premier symposium aura lieu seulement trois mois après l’ouverture des archives, tempère Fabien Archambault, «il y en a pour des dizaines d’années d’études» . D’autant qu’à elles seules les archives du pontificat de Pie XII seraient plus vastes que celles de tous les pontificats précédents réunis.

Pourquoi la place des femmes dans le mouvement des gilets jaunes fait-elle tant polémique ?

Article publié en libre accès sur lesinrocks.fr le 17 décembre 2018, par Vincent Bilhem

« Entre le 17 et le 24 novembre, un tournant s’est opéré. Les mouvements de gauche ont rejoint les gilets jaunes, ce qui a ouvert les portes à des préoccupations plus larges que le débat originel sur les taxes », retrace Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS et à Sciences Po Bordeaux.

Le 8 décembre marque quant à lui un changement décisif, avec l’arrivée de manifestants plus aguerris. Une diversité bienvenue, qui a permis par exemple d’entendre l’hymne du Mouvement de Libération des Femmes (MLF) dans certains cortèges. « C’est plutôt rare, même dans les manifestations de gauche« , explique l’universitaire, qui travaille actuellement sur les gilets jaunes.

Magali Della Sudda, propos recueillis par Vincent Bilhem

« La querelle de l’accouchement »

Della Sudda Magali, Mosconi Nicole, « La querelle de l’accouchement », Travail, genre et sociétés, 2018/1 (n° 39), p. 175-178.

La maternité a, de longue date, eu une place dans la théorie féministe. Loin de se réduire au site premier de la domination, cette expérience fait l’objet aujourd’hui d’appropriations féministes variées et, parfois, contradictoires comme le soulignent Coline Cardi, Michela Villani, Lorraine Odier et Anne-Sophie Vozari dans le numéro « Penser les maternités d’un point de vue féministe » [Cardi et al., 2016]. Récemment, Chiara Quagliarello dans la revue Nouvelles Questions féministes montre ainsi comment les parturientes et les sages-femmes se sont emparé de l’accouchement dit naturel auquel les pères sont associés [Quagliarello, 2016]. Les recherches sur l’accouchement se font l’écho de la remise en cause de la médicalisation de la naissance dont témoigne une littérature destinée au grand public [Winckler, 2009], et la création de maisons de naissance à partir de 2013 en France, à la suite d’autres pays étrangers. Autonomisation des femmes – parturiente et accompagnante –, réappropriation de son corps et implication du père sont autant d’éléments qui participent d’un discours féministe. Les supports de communication sur internet mettent à disposition des femmes un savoir profane et scientifique qui facilitent une lecture critique des rapports de pouvoir dans les institutions médicalisées. En témoigne ainsi le blog du journal Le Monde, « Marie accouche là » de Marie-Hélène Lahaye.

Sur un autre registre, cette mise en cause de l’accouchement à l’hôpital participe d’une contestation du pouvoir médical et de l’industrie pharmaceutique afin de rendre aux femmes la maîtrise de leur fécondité ou de leur accouchement. Cette critique, formulée de manière précoce par Ann Oakley dans différents ouvrages – qui n’ont pas été traduits en français à ce jour – a mis en évidence les rapports de pouvoir qui se nouent autour du corps des femmes et de leur utérus [Oakley, 1984 et 1994]. Elle s’articule aujourd’hui à une opposition croissante aux sophistications techniques de l’accouchement médicalisé et à l’idée d’un accouchement « naturel » en se réclamant de l’écoféminisme…

Pour lire la suite: https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2018-1-page-175.htm

Sommaire de la controverse: Controverse : la querelle de l’Accouchement

DOI : 10.3917/tgs.039.0175.

« Femmes, engagement et classes populaires »

Édito: Une histoire vivante

Hayes Ingrid, Della Sudda Magali, « Femmes, engagement et classes populaires. Une histoire vivante », Le Mouvement Social, 2018/4 (n° 265), p. 3-15.

Dans son ouvrage consacré à l’histoire des femmes, l’historienne Françoise Thébaud rappelle la matrice originelle d’une historiographie engagée et parfois militante. Les jeunes femmes qui entrent en masse à l’université dans les années 1960 sont les contemporaines d’un contexte bien particulier. À l’allongement de la scolarité des filles s’ajoutent la reprise du travail salarié pour les femmes (notable à partir de 1965, elle s’accentue après 1968, même si la durée de vie active reste très inférieure à celle des hommes, jusqu’au milieu des années 1970) et la reconnaissance de nouveaux droits (celui par exemple de placer son salaire sur son propre compte en banque ou de travailler sans l’autorisation de son mari, obtenu en 1965).
Dans le sillage de Mai 68 émerge la deuxième vague du féminisme, dont bien des jeunes femmes sont à la fois les témoins et les actrices. Parmi les universitaires qui ouvrent les brèches des études féministes et de l’histoire des femmes, beaucoup sont des militantes qui rejoignent le Mouvement de libération des femmes (MLF) lors de sa création en 1970. Schématiquement, trois courants distincts coexistent : « Psychanalyse et politique », animé par Antoinette Fouque ; les féministes radicales, emmenées notamment par Christine Delphy ; et les « féministes lutte des classes », regroupant des militantes de diverses organisations d’extrême gauche. À côté de ces groupes militants revendiquant une vision systémique de la lutte pour les droits des femmes, des féministes manifestent ou s’engagent sur la libéralisation de la contraception et du droit à l’avortement…

La suite ici: https://www.cairn.info/revue-le-mouvement-social-2018-4-page-3.htm?contenu=resume

Sommaire du numéro:

http://www.lemouvementsocial.net/numero_revue/2018-4-l-engagement-des-femmes-des-classes-populaires-en-france-depuis-1945/

DOI : 10.3917/lms.265.0003

« Pouvoirs, genre et religions »

Della Sudda Magali, Malochet Guillaume, « Pouvoirs, genre et religions », Travail, genre et sociétés, 2012/1 (n° 27), p. 29-32

Pouvoirs, genre et religions, Travail, genre et sociétés, 2012.

Ce dossier ne manquera pas de surprendre au premier abord. Qu’est-ce que Travail, Genre et Sociétés peut bien avoir à dire de la religion ? Évitons tout de suite les malentendus. Il ne s’agit pas d’ouvrir un débat sans fin sur la question religieuse. En revanche, nous pensons qu’il est possible – et même souhaitable – de soustraire l’analyse des mouvements religieux de leur substrat idéologique pour les comprendre comme des organisations de travail à part entière. Une telle conviction invite alors, enquêtes de terrain à l’appui, à un double mouvement : d’une part, examiner comment s’organise la division sexuelle du travail au sein de certaines institutions religieuses – judaïsme, christianisme, islam – en Orient et en Occident et, d’autre part, analyser comment le genre est lui-même retravaillé par la production de nouvelles normes et l’adaptation constante des systèmes de représentation du masculin et du féminin.

Avec le dossier proposé ici, Travail, Genre et Sociétés contribue à une dynamique de recherche encore récente, mais prometteuse, qui a vu se renouveler depuis une décennie les grilles de lecture sur la hiérarchie du genre au sein des différentes institutions religieuses. L’analyse de la domination masculine caractéristique de toute Église en tant qu’institution patriarcale s’est complexifiée pour interroger désormais les accommodements, le consentement mais aussi la subversion, voire la contestation, de l’inégalité entre les sexes.

Dossier disponible: https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2012-1-page-29.htm

DOI : 10.3917/tgs.027.0029

« Appropriations empiriques du genre »

Introduction du numéro « (En)quêtes de genre.

Bargel Lucie, Bessière Céline, Della Sudda Magali et al., « Appropriations empiriques du genre », Sociétés & Représentations, 2007/2 (n° 24), p. 5-10.

Depuis les années Soixante-dix, nombreux sont les ouvrages en sciences sociales qui ont mis en évidence le caractère socialement construit des inégalités entre les sexes. Le genre, tant en histoire qu’en sociologie, en anthropologie et en science politique, s’est ainsi peu à peu constitué en catégorie d’analyse indépassable. Dans beaucoup de travaux, cependant, le terme « genre » reste malheureusement un simple synonyme de « sexe ». Les inégalités entre les hommes et les femmes qui concernent les pratiques observées n’y sont pas systématiquement reliées aux représentations du « masculin » et du « féminin » qui les sous-tendent. Pourtant, le concept de genre pose précisément la question de l’articulation entre les représentations et les inégalités sociales.

Ce numéro confronte les approches de doctorant(e)s et de jeunes chercheur(e)s qui se sont rencontré(e)s autour d’interrogations communes sur la place du genre dans la construction de leurs objets d’études, alors même qu’ils et elles travaillent dans des disciplines (histoire, sociologie, science politique) et selon des méthodes et des matériaux d’enquête divers (archives historiques, observations de terrain, entretiens ethnographiques).

Nous entendons ainsi par « genre », non seulement l’ensemble des discours qui produisent la différence des sexes mais, plus généralement, la construction sociale de la différence sexuelle en tant qu’elle s’inscrit dans l’économie des rapports sociaux de sexe, structurés par une domination du « masculin » sur le « féminin », et évolue dans l’histoire et dans l’espace social.

« Appropriations empiriques du genre », Sociétés & Représentations, 2007, p.5.

https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2007-2-page-5.htm

https://doi.org/10.3917/sr.024.0005