Tous les articles par Magali Della Sudda

Chargée de recherche CNRS au Centre Emile Durkheim (Sciences Po Bordeaux).

« Le sexe de l’Homme de la Déclaration des droits »

Contestation et Appropriations par les catholiques italiennes de l’héritage de 1789 (1900-1919)

Résumé : Qui représentait l’Homme de la Déclaration des Droits de 1789 ? A quels individus de chair et d’os cette catégorie abstraite renvoyait-elle ? Olympe de Gouge et les féministes qui se réclamèrent de l’héritage révolutionnaire apportaient une première réponse pour faire reconnaître le caractère bi-sexué de l’Homme et être inclues dans le corps des citoyens. A côté d’elles, d’autres voix féminines se prononcèrent pour une autre catégorisation du genre de l’Homme. En opérant un double déplacement dans le temps et dans l’espace, cet article propose de lire en creux la représentation de l’Homme de la Déclaration des Droits qui prévalait dans des mouvements féminins catholiques. A partir des écrits de la fondatrice du premier mouvement féminin catholique italien, la figure de la citoyenne catholique émerge comme un sujet politique différent de l’Homme masculin. L’article met en lumière les évolutions dans le discours des associations catholiques qui se rallient après la Grande guerre à une idée de l’Homme bi-sexué.

Della Sudda, Magali, Le sexe de l’Homme de la Déclaration des droits. Contestation et Appropriations par les catholiques italiennes de l’héritage de 1789 (1900-1919), Clio&Thémis, revue en ligne, n°3, 2010.

Texte en français : http://cliothemis.com/Le-sexe-de-l-Homme-de-la

« La politique malgré elles »

Mobilisations féminines catholiques en France et en Italie (1900-1914)

Della Sudda Magali, « La politique malgré elles. Mobilisations féminines catholiques en France et en Italie (1900-1914) », Revue française de science politique, 2010/1 (Vol. 60), p. 37-60

Femmes de France, Mères chrétiennes! Tract de la Ligue patriotique des Françaises, 1905, Archives de l’Action catholique des femmes.

Résumé: À travers l’étude comparée de deux associations catholiques, la Ligue patriotique des Françaises (LPDF) et l’Union des femmes catholiques d’Italie (Unione fra le donne cattoliche d’Italia : UDCI), cet article met au jour les effets du genre et le rôle de l’Église dans l’apprentissage du jeu démocratique. Aux côtés des hommes catholiques en politique, les ligueuses françaises mettent en place un répertoire féminin conservateur de l’action collective et investissent la compétition électorale. En revanche, le contexte politique et religieux italien ne laisse pas d’espace pour une telle intervention des catholiques italiennes aux côtés de l’Union électorale masculine. Cet article éclaire ainsi les différentes voies de la politique avant le suffrage.

Version française: https://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2010-1-page-37.htm

Summary: Politics before suffrage : Politicization, gender and catholicism in french and italian catholic women’s movements (1900-1914). Through a comparative study of two Catholic associations, the Ligue patriotique des Françaises (French Women’s Patriotic League, LPDF) and the Unione fra le donne cattoliche d’Italia (Union of CatholicWomenof Italy, UDCI), this article sheds some light on the role of gender and the Church in the politicization process. Working alongside Roman Catholic politicians, the women in the LPDF established a conservative feminine repertoire of collective action and participated, albeit indirectly, in electoral politics. The Italian political and religious context, in contrast, did not allow any such scope for Catholic women to get involved in politics. This article aims to gain some new insight into the various ways conservative women did politics before their eventual enfranchisement.

English version : https://www.cairn-int.info/article-E_RFSP_601_0037–politics-despite-themselves.htm?DocId=41975&hits=13351+13350+13148+13147+12028+12027+11487+11486+31+30+17+16+

« La suppression de l’hebdomadaire dominicain Sept »

Immixtion du Vatican dans les affaires françaises (1936-1937) ?

Della Sudda Magali, « La suppression de l’hebdomadaire dominicain Sept. Immixtion du Vatican dans les affaires françaises (1936-1937) ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2009/4 (n° 104), p. 29-44.

Couverture de l’hebdomadaire Sept, 10 mars 1934.

Résumé: À la fin de l’été 1937, l’hebdomadaire Sept annonce sa disparition. Celle-ci pourrait sembler anodine dans une période de difficultés pour la presse de manière générale. Quoi de surprenant, dès lors, qu’une publication fondée par des dominicains mette la clé sous la porte ? C’est qu’au-delà du motif financier invoqué, certains ont vu dans la fin du journal une intervention directe du Vatican dans les affaires françaises. Cet article s’appuie sur les fonds du pontificat de Pie XI ouverts à la consultation en 2006. Il apporte des éléments nouveaux pour comprendre la politique de Pie XI à l’égard du Front populaire. La suppression de Sept peut ainsi être interprétée comme un moment de redéfinition des frontières entre l’engagement religieux, moral et politique ainsi que l’indice d’un renforcement du rôle de la Curie romaine dans le contrôle de la presse catholique en France.

Summary : August 1937. The editorial board of the weekly magazine Sept announced the end of the publication, which could seem trifling during this harsh time for the press. But beyond the apparent financial motive for the closing of the newspaper, some people saw a direct intervention of the Vatican in French politics. This paper is based on material from the secret Vatican archive of Pope Pius XI, opened to public consultation in 2006. It provides an insight into the policies of Pius XI concerning the Popular Front. The end of Sept can be interpreted as a crucial moment when the boundaries of politics, moral issues and religious commitments were reshaped. It also reveals the intensification of the role of the Vatican Curia in the control of the Catholic press in France.

https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2009-4-page-29.htm?contenu=article

« La charité et les affaires »

Le cas de la ligue patriotique des françaises (1901-1914)

Della Sudda Magali, « La charité et les affaires. le cas de la ligue patriotique des françaises (1901-1914) », Entreprises et histoire, 2009/3 (n° 56), p. 11-29.

Résumé: Dans cet article, l’auteure montre en s’appuyant sur les archives de l’organisation féminine la plus importante du siècle dernier en termes d’adhérentes, la Ligue patriotique des Françaises, comment la nécessité de la gestion s’impose à une association. En confrontant différents types d’archives, il est possible de mettre au jour l’appropriation de modes de gestion en partie inspirés de l’entreprise. L’association revêtant un caractère de masse avec plusieurs centaines de milliers de membres, il faut l’administrer. Apparaît ainsi une nouvelle catégorie d’employés : l’employé d’association dont le statut comme les rémunérations sont à définir. Diriger une association catholique en lui imprimant un fonctionnement rationnel, systématisé voire une logique de rentabilité en termes d’action et de financement ne va pas de soi. Les résistances et les limites de ce mode d’organisation sont aussi étudiées dans l’article.

Summary Charity and business: the case of the ligue patriotique des françaises (1901-1914) : In this article, the author sheds light on the management of a female Catholic association, the Ligue patriotique des Françaises, which was the single largest feminine organization in France before the First World War. Drawing on a variety of archival material, the author shows how the association was forced to appropriate certain managerial practices inspired by the business world. Because of its large size (counting several hundred thousand members), the association required the strong administrative style of a mass enterprise. As a result, a new category of employees emerged within the ranks of the association: an “association employee” whose status and work conditions had to be defined. Running a Catholic association by using a rational, systematic structure of administration and finance did not come naturally to the new management, whose resistance and limitations are also explored.

Boutique de la Ligue patriotique des Françaises à Lourdes, 1912, Archives de l’Action catholique des femmes.

https://www.cairn.info/revue-entreprises-et-histoire-2009-3-page-11.htm

DOI : 10.3917/eh.056.0011.

« Temporalités à l’épreuve de la parité »

Parité et temporalités professionnelle, familiale et politique chez les élues d’une ville moyenne (2001-2002)

Magali Della Sudda, « Temporalités à l’épreuve de la parité », Temporalités [Online], 9 | 2009, Online since 02 October 2009

DOI : 10.4000/temporalites.999

Résumé: Cet article propose de mettre en lumière l’articulation des différents temps sociaux et des régimes de temporalité qui président à l’entrée en politique des élus hommes et femmes dans une ville moyenne française en 2001. Il interroge une éventuelle spécificité de genre dans la façon de percevoir le temps et de l’organiser chez les élu-e-s selon trois régimes de temporalités. L’« entrée en politique » est présentée comme une rupture ou une continuation selon les configurations : novice plutôt que profane, les élues disposent de savoir-faire acquis hors du champ politique qui sont convertis en ressource à cette occasion. L’appréhension du temps par les élus et les élues témoigne d’un effet du genre sur l’articulation des temps sociaux : tue chez les élus, elle est perçue comme problématique chez la majorité des élues. Mais le genre n’explique par tout, la situation dans le parcours de vie au moment de l’entrée en politique influe sur la façon de ressentir l’articulation des temps sociaux. Cette réflexion permet d’isoler les effets du genre mais aussi de l’âge dans ces trajectoires militantes en confrontant les parcours et les discours des élus des deux sexes.

Summary : This paper seeks to shed some light on the harmonization between various social times and the temporality governing the entry of men and women into politics. It poses the question as to whether perceptions of time and temporality may be gender-specific. Depending on configurations, “going into politics” is presented as either change or continuity: novice rather than “profane”, on this occasion elected female candidates convert the “savoir-faire” acquired outside the political arena into a resource. Analyzing the perception of time reveals a gender effect on how social times work together: whereas elected male candidates do not even mention it, the majority of women in public office perceive it as problematic. Moreover, women’s position in the life course at the time of their election influences the way they experience the articulation of social times. Our approach will isolate the effects of gender but also of age in these militant trajectories, when confronting the experiences and discourses of elected officials of both sexes.

http://URL : http://journals.openedition.org/temporalites/999

« Le temps des élues » : Temps militant, professionnel et familial chez les élues d’un conseil municipal

Résumé : Cet article tiré d’une enquête menée à l’issue des élections municipales de 2001 interroge les effets du genre dans le militantisme municipal des nouvelles élues. Il met au jour l’importance du genre dans la façon dont les élus articulent les différentes temporalités – professionnelle, familiale, politique. Il examine ainsi l’idée selon laquelle la « disponibilité » est élément fondamental dans le cumul de ressources politiques pour les femmes qui cumulent ces différentes activités. Cependant, le genre n’est pas la seule variable qui entre en jeu pour expliquer la façon dont les élues se situent dans l’arène politique municipale : le fait d’être novice ou expérimentée joue un rôle tout aussi déterminant.

« Le temps des élues », Temps militant, professionnel et familial chez les élues d’un conseil municipal, Sens-public, 22 mai 2009 (revue en ligne)

http://www.sens-public.org/article676.html

« Appropriations empiriques du genre »

Bargel Lucie, Bessière Céline, Della Sudda Magali et al., « Appropriations empiriques du genre », Sociétés & Représentations, 2007/2 (n° 24), p. 5-10. DOI : 10.3917/sr.024.0005.

Ce texte est l’introduction d’un numéro de revue tiré d’une journée d’études.

« Depuis les années Soixante-dix, nombreux sont les ouvrages en sciences sociales qui ont mis en évidence le caractère socialement construit des inégalités entre les sexes. Le genre, tant en histoire qu’en sociologie, en anthropologie et en science politique, s’est ainsi peu à peu constitué en catégorie d’analyse indépassable. Dans beaucoup de travaux, cependant, le terme « genre » reste malheureusement un simple synonyme de « sexe ». Les inégalités entre les hommes et les femmes qui concernent les pratiques observées n’y sont pas systématiquement reliées aux représentations du « masculin » et du « féminin » qui les sous-tendent. Pourtant, le concept de genre pose précisément la question de l’articulation entre les représentations et les inégalités sociales… »

http://URL : https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2007-2-page-5.htm

« Discours conservateurs, pratiques novatrices »

Della Sudda Magali, « Discours conservateurs, pratiques novatrices », Sociétés & Représentations, 2007/2 (n° 24), p. 211-231. DOI : 10.3917/sr.024.0211.

Congrès de la Ligue féminine d’action catholiques française, Archives Action catholique des femmes.

Résumé : En s’intéressant à la principale ligue féminine française du début du siècle dernier, la Ligue patriotique des Françaises (LPDF), il s’agit de mettre au jour l’apparente contradiction entre, d’une part, des discours conservateurs sur le plan politique et, d’autre part, les pratiques parfois novatrices de certaines Catholiques. La LPDF, qui comptait plus d’un million et demi en 1933, a représenté pour de nombreuses Catholiques un lieu de politisation qui explique, pour partie, le comportement électoral des femmes lors des premières consultations. Sous la contrainte de la loi de 1901, et au nom de la défense de la religion et du conservatisme, les militantes ont contribué à la modernisation du système politique en s’appropriant certaines techniques de la démocratie partisane de masse et en reconvertissant des savoir-faire acquis à travers leur expérience religieuse. Apparaît ainsi au début du XXe siècle la femme politique moderne, conservatrice certes, mais capable de financer les candidats, de formuler des propositions politiques, voire de promouvoir certaines réformes sociales.

URL : https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2007-2-page-211.htm

Questionner l’effondrement

Journée d’études organisée par Paul Cary, Nadia Garnoussi, Yann Le Lann et Caroline Senez.


Session Faire face à l’effondrement : luttes sociales et alternatives.
crédits photographiques Paul Cary.

« Ce que la contamination du monde fait aux femmes : perspectives Alter-féministes sur l’Effondrement »

Date: Jeudi 21 novembre 2019, Maison de la recherche, Université de Lille.

Lieu : Centre de Recherche « Individus, Epreuves, Sociétés », Université de Lille

Les différences entre gilets jaunes des ronds-points, des manifs et de Facebook, selon deux études

Cet article est paru en libre acccès dans HuffPost – France (site web) , samedi 16 novembre 2019 – 1197 mots.

Par Grégory Rozières

Depuis un an, le mouvement social a été analysé par de nombreux chercheurs. Voici les conclusions de deux d’entre eux sur le terrain et les réseaux sociaux.

POLITIQUE – Le 17 novembre 2018, le mouvement des gilets jaunes prenait la France entière par surprise. Cette contestation massive venait de nulle part et n’était pas affiliée à un mouvement politique ou syndical.

Protéiforme et difficilement lisible, elle a pourtant été abondamment commentée, et ce dès les premières heures du mouvement, avec plus, mais surtout moins de pertinence. Très vite, sociologues, politologues, géographes et autres chercheurs se sont mis en devoir d’analyser ce mouvement avec une méthode scientifique éprouvée, pour sortir des préjugés et de l’effet loupe des réseaux sociaux et des médias en temps réel.

De premiers résultats ont été publiés au cours de l’année qui vient de s’écouler, alors que le mouvement s’amplifiait, puis se dégonflait. Mais le temps de la recherche est plus long que celui de l’actualité. À l’occasion de l’anniversaire du mouvement des gilets jaunes, Le HuffPost a interrogé deux chercheurs du CNRS, Frédéric Gonthier et Magali Della Sudda, qui ont suivi, avec leurs équipes, ce mouvement pendant des mois.

Grâce à leurs analyses (dont une devrait être publiée dans les jours à venir), il est possible de dresser une sorte de portrait robot des gilets jaunes, mais aussi de pointer des différences entre les membres du mouvement, selon qu’ils soient présents sur les ronds-points, dans les manifestations ou sur les groupes Facebook.

Plus de travailleurs précaires sur Facebook

Frédéric Gonthier et son équipe du laboratoire Pacte se sont concentrés sur les groupes Facebook. Ils ont fait passer un questionnaire sur 300 groupes nationaux et locaux, lieux de rencontre et d’organisation des gilets jaunes.

« Nous avons aujourd’hui plus de 4500 réponses pour la première vague et avons lancé à la rentrée une seconde vague », explique le chercheur en sciences politiques. « Le constat principal, c’est que les gilets jaunes sont des travailleurs pauvres. 70% des personnes interrogées et déclarant avoir pris part à une manifestation, blocage ou rond-point peuvent être considérés comme précaires ».

Eux-mêmes, au vu des réponses aux questionnaires passés par les chercheurs, se définissent « comme une communauté de travailleurs produisant la vraie richesse de la nation, mais celle-ci ne leur profite plus, car elle est captée par une élite parasite », analyse Frédéric Gonthier.

Par rapport à des membres de mouvements sociaux plus classiques, on voit aussi des différences. « Il y a une surreprésentation des femmes et des personnes n’ayant jamais manifesté auparavant », précise le chercheur.

La place des femmes sur les ronds-points

Ce point se retrouve même sur les ronds-points et dans les manifestations, ce qui est assez surprenant, estime Magali Della Sudda, politiste chargée de recherche au Centre Émile Durkheim (CNRS-Sciences Po Bordeaux). Avec l’équipe de l’Enquête gilets jaunes, elle a fait passer des questionnaires dans différents endroits en France métropolitaine, dès le 23 novembre 2018. L’enquête s’est notamment déroulée sur les ronds-points et dans les manifestations des gilets jaunes, jusqu’au printemps dernier.

« C’est un mouvement mixte avec des femmes, comme les autres mouvements sociaux, mais sa spécificité, c’est que les femmes sont très visibles », estime-t-elle. Elles ont un rôle clé dans l’organisation, car les gilets jaunes ne se sont pas structurés autour de mouvements préexistants. « Quand sur un rond-point, il faut monter une cabane, les rôles ne sont pas assignés et les femmes ont pu y prendre leur place sans être mises en minorité », explique la chercheuse.

« On a vu aussi beaucoup de mères célibataires, de même que quelques pères seuls avec enfants. Quand une maman seule se mobilise, cela montre que cette partie de la population est à bout », analyse Magali Della Sudda, qui a noté une forte entraide entre gilets jaunes sur le terrain.

Autre différence par rapport aux gilets jaunes sur Facebook, « nous avons une surreprésentation de personnes au chômage, vivant avec des minimas sociaux et qui ne peuvent pas faire autrement », détaille-t-elle. Cela peut s’expliquer par le fait qu’il est plus facile pour eux d’être mobilisés en manifestation ou sur les ronds-points et qu’ils n’ont pas tous accès à un poste d’ordinateur pour pouvoir répondre en ligne. Dans l’analyse de Frédéric Gonthier, les chômeurs sont bien présents, mais dans des proportions représentatives de l’ensemble des Français.

Le rond-point et la manif, deux usages bien différents

Même au sein des gilets jaunes mobilisés physiquement, il existe des différences. Ainsi, le rond-point était une forme de lutte locale et quotidienne. « On y vient à l’horaire qui convient, en fonction des trajets du quotidien, alors que la manifestation est un rite hebdomadaire », explique-t-elle.

Comme sur Facebook, les gilets jaunes interrogés sur les ronds-points et dans les rues le samedi étaient nombreux à n’avoir jamais participé à une manifestation auparavant. Et ils étaient également majoritairement apolitiques. Pour autant, sur la politique aussi, il y a des nuances. Et des évolutions.

« Sur les ronds-points, les gilets jaunes étaient apolitiques et quand ils s’exprimaient, très à gauche ou très à droite », note Magali Della Sudda. « En manifestations, s’il y a toujours une majorité apolitique, ceux qui ont une opinion sont très majoritairement à gauche ».

La droite évincée du mouvement

Sur Facebook aussi, les gilets jaunes sont clairement plus apolitiques que la population française en moyenne. « 55% des gilets jaunes sur les groupes Facebook ne se retrouvent pas dans les catégories gauche/droite, contre 30% de la population générale », explique Frédéric Gonthier.

Et pour ceux affirmant se retrouver dans un mouvement politique, il y a plutôt une sous-représentation de la droite et du centre, une représentation égale d’extrême droite et de gauche, ainsi qu’une surreprésentation d’extrême gauche. Pas exactement le même profil donc.

Plus étonnant: ce rapport a évolué sur le terrain, note Magali Della Sudda. « Au fur et à mesure du mouvement, les personnes qui avaient une sensibilité plus à droite sont parties, ont été évincées ou bien ne se sont plus senties à leur place ». C’était surtout le cas dans les manifestations, mais aussi sur les ronds-points. « Parfois, il y avait deux ronds-points occupés, avec des sensibilités politiques très différentes », se rappelle la chercheuse.

Ce qui est sûr, politiquement, c’est que le mouvement des gilets jaunes, qu’il soit considéré comme un échec ou une réussite, a eu un effet sur ses participants. Dans la deuxième vague de questionnaires envoyée sur les groupes Facebook, Frédéric Gonthier note que « les gilets jaunes parlent d’éveil politique ».

Il faudra encore de longues années pour savoir vraiment qui sont les gilets jaunes et quel aura été leur impact. D’ailleurs, les différents chercheurs français qui travaillent sur la question ont monté un projet de recherche commun pour analyser avec plus de moyens ce mouvement inédit. Ils attendent une validation de leur demande par l’Agence nationale de la recherche. Il faudra encore attendre pour répondre définitivement à la question « qui sont les gilets jaunes ».

A voir également sur Le HuffPost:

LIRE AUSSI : Le 17 novembre, ce « grand soir » que les gilets jaunes essaient en vain de revivre Pour leur anniversaire, des gilets jaunes appellent à retourner sur les Champs-Elysées.

« Gilets jaunes », syndicats : l’inconnue de la convergence des luttes

Cet article est paru en libre accès sur Les Échos (site web) vendredi 15 novembre 2019 – 1036 mots

par Elsa Freyssenet

Un artisan ou une aide à domicile se sentiront-ils concernés par les difficultés d’un cheminot ou d’un enseignant malgré l’impact sur leur vie quotidienne du blocage des transports ou des fermetures d’école ? Y aura-t-il persistance d’une méfiance de tous contre tous ou au contraire conjonction des ressentiments contre le gouvernement ? A la veille de la mobilisation anti-réforme des retraites le 5 décembre prochain dans les transports, les experts se divisent sur le sujet.

L’an dernier, Luis De Freitas, délégué syndical (CFDT puis Unsa) chez un sous-traitant d’ArcelorMittal à Florange, s’est rendu sur un rond-point de Thionville à la rencontre des « gilets jaunes » . « Au début, j’ai eu du mal, car les gens ne voulaient pas de syndicaliste », raconte-t-il. Au bout de quelques semaines, ses camarades de rond-point en ont fait leur porte-parole « parce que tu as de l’expérience » , lui ont-ils dit. Un an après, il est encore sur le pont. Le 5 décembre prochain, jour de mobilisation dans les transports et point de départ, espèrent la CGT, la FSU, FO et SUD, d’un mouvement interprofessionnel, Luis De Freitas se mettra, lui aussi, en grève « pour une durée illimitée » . Il pourrait incarner le cauchemar de l’exécutif, la jonction entre les petites classes moyennes du secteur privé (le socle des « gilets jaunes ») et leurs homologues de la fonction publique (qui expriment leur colère en cet automne).

Bien malin qui pourrait prédire s’il y aura la fameuse « convergence des luttes » comme en mai 1968 ou encore « une grève par procuration » comme en 1995. Cela dépend non seulement du degré de colère accumulée – il est élevé – mais aussi de la volonté et de la capacité des différentes professions et classes d’âge concernées à être solidaires les unes avec les autres. Un artisan ou une aide à domicile se sentiront-ils concernés par les difficultés d’un cheminot ou d’un enseignant malgré l’impact sur leur vie quotidienne du blocage des transports ou des fermetures d’école ? Y aura-t-il persistance d’une méfiance de tous contre tous ou conjonction des ressentiments contre le gouvernement ?

Un ennemi commun

Le seul fait que l’hypothèse ne soit pas exclue en dit long sur l’état de fébrilité du pays. Hospitaliers, « gilets jaunes », agriculteurs, pompiers, policiers ou étudiants… « Pour l’instant, les foyers sont isolés et séparés […] Mais un jour tout peut basculer », s’inquiète dans « L’Express » Raymond Soubie, l’ancien conseiller social des présidents de droite qui en a pourtant vu d’autres. Le sondeur Jérôme Fourquet, lui, ne croit pas au front commun : « La convergence des luttes ne s’est pas faite au pic du mouvement des ‘gilets jaunes’, alors pourquoi se ferait-elle maintenant ? » L’auteur de « L’Archipel français » (1) ajoute néanmoins : « Sur la réforme des retraites, attention danger ! » Car elle concerne tout le monde, et que plus personne ne comprend ce que veut l’exécutif. Le même type de réaction se produit chez le politologue grenoblois Frédéric Gonthier : « Le mouvement des ‘gilets jaunes’ est original dans son rapport à la politique et à l’organisation, il est donc assez peu fusionnable avec un mouvement syndical », commence par dire ce maître de conférences à Sciences Po Grenoble qui a coordonné l’étude de 5.000 questionnaires remplis par les membres des 300 groupes Facebook les plus fréquentés l’hiver dernier. Mais il note aussi : « Pour coaliser, il faut un ennemi et celui-là est bien identifié de part et d’autre : c’est Emmanuel Macron. »

Archipel ou front uni ?

Alors l’archipel ou le front commun ? On ne se perdra pas en conjecture, mais on peut en revanche examiner les éléments de continuité (ou pas) entre les deux révoltes. A première vue, tout les oppose : des travailleurs précarisés du secteur privé l’an dernier versus des professions à statut cet automne; des publics syndicalisés aujourd’hui contre des gens se défiant des corps intermédiaires et de tout mécanisme de représentation hier… Sauf que ces dernières semaines, les confédérations sont souvent dépassées par leur propre base, et les chercheurs font état d’acteurs communs aux deux mouvements. « Dans les manifestations de ‘gilets jaunes’, il y avait beaucoup de fonctionnaires de catégorie C et de ‘cols roses’, infirmières, aides-soignantes ou aides à domicile. Les professions qui craquent aujourd’hui étaient déjà mobilisées hier », souligne la sociologue Magali Della Sudda, qui a coordonné une étude de 1.500 questionnaires remplis sur les ronds-points et en manifestation.

Les publics n’étaient pas forcément identiques dans la rue – au maximum 300.000 manifestants – et sur les groupes Facebook. Et avec le temps, seuls sont restés les plus déterminés et les plus politisés. Ce qui peut expliquer que « l’assemblée des assemblées » des « gilets jaunes » ait récemment appelé à la mobilisation le 5 décembre.

L’influence des femmes

Mais il existe d’autres explications plus inquiétantes pour l’exécutif. « Les femmes étaient très présentes chez les ‘gilets jaunes’ et porteuses d’une forte exigence de solidarité ou de justice intergénérationnelle », relèvent en choeur Magali Della Sudda et Frédéric Gonthier. Alors forcément, elles se sentent concernées par la réforme des retraites. « Le peuple des ronds-points et les professions qui craquent ont pour point commun de se vivre comme les soutiers du modèle économique, des gens en première ligne mais pas reconnus », ajoute Jérôme Fourquet. Le mépris à leur endroit pour sentiment partagé, un sujet anxiogène (les retraites) et un coupable tout désigné (le président)… L’économiste Daniel Cohen (2) ne croit pas à la grève générale et ne voit pas de « plate-forme commune » entre les révoltés d’hier et ceux d’aujourd’hui. Ce n’est pas forcément signe de modération : « Leur seule demande commune pourrait être le retrait pur et simple de la réforme » – la CGT le demande déjà. Et de prévenir : « Il y a urgence, car il y a un point d’ébullition où les gens ne se satisferont que d’une capitulation du gouvernement. »

VIDEO. Un an après les « Gilets jaunes », le malaise persistant de la « France discount »

(1) Seuil 2019.

(2) « Les Origines du populisme », par Yann Algan, Elizabeth Beasley, Daniel Cohen, Martial Foucault, Seuil 2019.

Elsa FreyssenetNote(s) :

Articles connexes :

L’opposition à la réforme des retraites grandit

L’insécurité économique et la solitude : ferments du populisme

Macron face à l’archipel social

Rentrée : les sujets à risques du gouvernement sur le front social

« Gilets jaunes » : est-ce la fin du mouvement ?

« Gilets jaunes » : un an après, le malaise persistant de la « France discount »

Pourquoi les gilets jaunes n’ont pas réussi à transformer l’essai en politique

Cet article est paru en libre accès sur L‘Express (site web) Politique, mercredi 13 novembre 2019 – 1380 mots

par Julien Chabrout

Refus de représentation, défiance vis-à-vis des partis, incapacité à créer leur propre formation… Le mouvement n’a pas su s’intégrer dans le système politique partisan.

Le sondage était trop beau et il n’a pas résisté à l’épreuve du temps. Le 9 décembre 2018, une liste de gilets jaunes était créditée de 12% aux élections européennes, selon un sondage Ipsos pour le JDD commandé par La République en marche. Mais plus de six mois plus tard, le score des deux listes issues du mouvement a finalement été bien en-deçà: 0,54 % pour « Alliance jaune » de Francis Lalanne, et 0,01 % pour « Évolution citoyenne », menée par Christophe Chalençon.

La première tentative électorale des gilets jaunes s’est donc soldée par un échec. « Nous nous sommes présentés avec seulement 2500 euros, sans compte en banque. Par ailleurs, notre mouvement n’a pas été convié à un seul plateau télé, c’était compliqué de percer médiatiquement », avance Christophe Chalençon, joint par l’Express.

Les raisons de l’échec sont aussi plus profondes. « Ce n’est pas un scrutin très mobilisateur pour les classes populaires », rappelle à L’Express Magali Della Sudda, chargée de recherche au CNRS. « Le parti préféré des gilets jaunes est l’abstention », précise l’une des 70 personnes ayant réalisé une enquête sur les manifestants, avec le centre Émile Durkheim, une unité de recherche de Sciences Po Bordeaux.

« Ce mouvement était trop hétérogène politiquement pour pouvoir aussi rapidement se synthétiser sur une liste, ce qui nécessite une homogénéité », estime auprès de L’Express Éric Coquerel, le député de La France insoumise (LFI), formation qui n’a eu de cesse de se présenter en adéquation avec « l’esprit gilet jaune ». « Ce mouvement est tellement polymorphe qu’il est très compliqué d’incarner une seule des tendances », abonde la porte-parole d’EELV Sandra Regol.

La « cacophonie revendicative » des gilets jaunes

Dès le 4 décembre 2018, Jean-François Barnaba, l’une des figures des gilets jaunes, indiquait qu’il « travaillait » à la constitution d’une liste aux européennes. Sans succès. Une autre personnalité, Ingrid Levavasseur, avait renoncé en février dernier à mener sa liste. En cause: des menaces et des insultes suivies de défections dans ses rangs.

« Le simple fait de refuser l’émergence de leaders et de porte-paroles a contraint les gilets jaunes à une espèce de ‘cacophonie revendicative' », explique à L’Express Luc Rouban, directeur de recherche au CNRS et auteur de La matière noire de la démocratie , aux Presses de Sciences Po.

« Ils veulent être en dehors du système de la démocratie représentative », souligne également Luc Rouban. « Résultat: cela les conduit à s’auto-enfermer dans la contestation et ils n’ont pas de représentants ».

Gérer les désaccords, une difficulté de taille pour les gilets jaunes

Un an après le lancement du mouvement, une partie des gilets jaunes refuse toujours de plonger dans le grand bain et d’intégrer un système qu’ils dénoncent, via des candidatures aux élections, l’adhésion à un parti politique ou la création de leur propre formation. « Quand vous créez votre parti, vous êtes obligés de vous entendre sur un programme, de gérer des contradictions et des désaccords », observe Éric Coquerel. Une difficulté de taille pour des manifestants qui ne partagent pas tous le même socle idéologique.

« Dès le début du mouvement, un refus très fort a été exprimé vis-à-vis des partis et, d’une manière générale, de ce qui divise. Or la compétition électorale ou la politique divisent, c’est même le sens originel du terme ‘parti’, observe Magali Della Sudda. Néanmoins, cette docteure en histoire contemporaine note que « les syndicalistes de la base sont souvent bienvenus dans le mouvement, de même que les personnes membres de partis politiques, tant qu’elles ne récupèrent pas la contestation ».

LIRE AUSSI >> Un an après le début des gilets jaunes, 10 000 gardes à vue et 3100 condamnations

Si quelques gilets jaunes, comme le porte-parole de Debout la France (DLF) Benjamin Cauchy, ont été candidats aux européennes, la quasi-totalité d’entre eux s’est opposée à toute tentative de récupération politique. Contactée par plusieurs formations, notamment par LFI, Priscillia Ludosky avait ainsi décliné.

« Les gilets jaunes, c’est un mouvement social sans structuration politique sur lequel les partis n’ont pas de prise », analyse auprès de L’Express l’ex-premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis. Il poursuit: « Sous la Ve République, aucun mouvement social ne s’est transformé en mouvement politique. La mutation entre le social et la politique est complexe, parce que le social c’est le ‘tous ensemble’, tandis que le politique c’est le ‘moi sauf les autres’, ce n’est donc pas la même nature. »

« La création d’un parti regroupant les gilets jaunes ne peut pas fonctionner car c’est un mouvement social et non pas politique », abonde Nicolas Dupont-Aignan, député et président de DLF. Un constat partagé par le député européen du Rassemblement national (RN), Philippe Olivier, lui aussi joint par L’Express.

Groupe de réflexion, parti… Les initiatives des figures du mouvement

Mais d’autres gilets jaunes veulent offrir un débouché politique. Le 7 janvier, Jacline Mouraud, qui avait vite pris ses distances avec le mouvement, fondait son parti, les Émergents. L’expérience a tourné court. « Certains m’ont soutenu, d’autres m’ont dit que les gilets jaunes sont apolitiques », explique-t-elle aujourd’hui.

Jacline Mouraud s’est « rendue compte qu’un parti politique, cela enferme » et évoque son « mal de fou à trouver une banque ». Les Émergents sont désormais « en train de muter en groupe de réflexion politique et de propositions », précise cette gilet jaune « sur le fond, mais pas sur la forme ».

Malgré son échec aux européennes et en dépit des difficultés des gilets jaunes à maîtriser un certain nombre de codes de la vie politique partisane, Christophe Chalençon s’attelle lui à « structurer » au niveau régional son mouvement « Évolution citoyenne ». L’objectif? « Créer une force politique citoyenne en miroir à En marche », selon lui.

Figure de la contestation dans le Vaucluse, Christophe Chalençon souhaite que les gilets jaunes se dotent d’un ou de plusieurs porte-paroles et ‘d’une ligne politique ». Et voit plus loin: il compte se présenter aux élections législatives, en 2022, et souhaite que les gilets jaunes aient leur propre candidat à la présidentielle de cette même année. « La crise des gilets jaunes fera la prochaine élection présidentielle », assure Nicolas Dupont-Aignan. « Et si les gilets jaunes votent à la présidentielle, ce que je pense, Emmanuel Macron a du souci à se faire », veut croire le député de l’Essonne.

Les élections municipales dans le viseur

En attendant 2022, plusieurs figures comptent déjà se présenter aux élections municipales. Parmi elles, Benjamin Cauchy à Vigneux-sur-Seine, également dans l’Essonne, et Ingrid Levavasseur à Louviers, dans l’Eure, où elle sera candidate sur une liste « citoyenne » soutenue par LFI, le PCF et EELV. « Les municipales, c’est une élection où le projet est beaucoup plus palpable que pour d’autres », déclare-t-elle à L’Express.

LIRE AUSSI >> « Certains gilets jaunes trouveront leur voie dans les élections municipales »

La jeune femme, qui a pris ses distances avec le mouvement, note un changement d’attitude. « Jusqu’à présent, beaucoup de gens, comme moi, n’avaient pas de conscience politique. Je n’avais pas forcément envie de participer à la vie politique car cela n’avait pas de sens », explique-t-elle. « Mais de nombreuses personnes se sont rendues compte que, finalement, ‘intégrer le système’ pour pouvoir le changer de l’intérieur, ce n’était pas une mauvaise chose. Si l’on ne fait que de manifester et de râler, les choses ne peuvent pas évoluer. »

Un an après le coup d’envoi du mouvement, d’autres gilets jaunes, dénonçant initialement les difficultés à boucler les fins de mois, continuent de battre le pavé. Mais la mobilisation évolue. Certains ont rejoint les cortèges des récentes mobilisations en faveur du climat, où fleurissent des pancartes « Fin de mois, fin du monde = même combat ».

« La conscience politique se construit. Au départ, le mouvement était strictement apolitique. Aujourd’hui, il commence à conjuguer des revendications de réaction avec des demandes d’intérêt général. La question écologique est donc prise en compte car les gilets jaunes y sont confrontés au premier chef », note à L’Express le coordinateur politique de Génération.s, Guillaume Balas. Du gilet jaune au gilet vert, seule la couleur du chasuble change…

Les femmes voient jaune

Cet article est paru en libre accès sur Libération (site web) mercredi 6 novembre 2019 – 160 mots

Entretien réalisé par Léa Mormin-Chauvac

«45% de femmes ont participé à la mobilisation des gilets jaunes» explique l’historienne Magali Della Sudda, qui a travaillé sur le mouvement dès ses débuts.

«Sur les ronds-points, on a souvent vu des mères célibataires, rappelant les figures de femmes luttant pour avoir du pain, la justice sociale et les libertés au XVIIIe siècle. Ce sont les émeutières de 1848, de 1830… Mais au-delà du symbole historique, c’est la difficulté de leur quotidien qui les a poussées à occuper des ronds-points. Elles exercent souvent des professions emblématiques des difficultés sociales, les métiers du soin, largement féminisés: aides à domicile, infirmières, aides-soignantes, agentes dans les écoles. Elles sont les premières touchées par les réformes de l’État-providence entamées depuis vingt ans. Quand l’État se retire, elles sont aux premières loges : les familles doivent suppléer, mais elles ne le peuvent plus.»

Extrait d’«L», notre newsletter féminisme, genre et sexualités à découvrir gratuitement en vous inscrivant sur Libe.fr Cet article est paru dans Libération (site web)

«Quand l’Etat se retire, les mères sont aux premières loges»

Intégralité de l’entretien réalisé par Léa Mormin-Chauvac, Libération, 12 novembre 2019.

L’historienne et politiste Magali Della Sudda, qui mène avec d’autres chercheurs une enquête sur les gilets jaunes, commente la place des femmes dans le mouvement et leur positionnement vis-à-vis des féministes.

La présence des femmes dans le mouvement des gilets jaunes s’explique notamment par la forte féminisation des professions emblématiques des difficultés sociales, selon la chercheuse Magali Della Sudda. Cette historienne et politiste au centre Emile-Durkheim, à Bordeaux, a co-initié il y a un an un projet de recherche pour analyser le mouvement des gilets jaunes dès ses débuts. Plus de soixante-dix chercheurs dans la France entière y collaborent.

A lire aussi Gilets jaunes, un an après : les femmes mettent les ronds-points sur les «i»

Métiers emblématiques. «45 % de femmes ont participé à la mobilisation des gilets jaunes, selon les résultats de notre enquête, menée dès novembre 2018. On retrouve cette même proportion féminine dans les manifestations de 1995 contre la réforme des retraites ou, à l’opposé du champ politique, lors de la Manif pour tous en 2012-2013. Le mouvement a rassemblé des professions emblématiques des difficultés sociales, les métiers du soin, exercés principalement par les femmes : aides à domicile, infirmières, aides-soignantes, agentes dans les écoles.»

Femmes du peuple. «Sur les ronds-points, on a aussi vu des mères célibataires, rappelant les figures maternelles de femmes luttant pour avoir du pain, la justice sociale et les libertés au XIXe siècle. Ce sont les émeutières de 1830, de 1848… Ces combats de femmes du peuple font écho à la difficulté de vivre des mères mobilisées au sein des gilets jaunes. L’absence de porte-parole a poussé les médias à tourner leur regard vers ces participantes ordinaires. Au-delà du symbole historique, c’est la difficulté de leur quotidien qui les a poussées à occuper des ronds-points. La majorité d’entre elles n’ont pas les conditions d’existence suffisantes pour vivre décemment. Elles sont les premières victimes, les premières touchées par les réformes de l’Etat-providence entamées depuis vingt ans. Quand l’Etat se retire, elles sont aux premières loges : les familles doivent suppléer, mais elles ne le peuvent plus.»

Jonction avec les féministes. «Les tentatives de rassemblement entre féministes et gilets jaunes n’ont pas toujours abouti. Il y a eu des marches de femmes, des cortèges séparés à Bordeaux, à Paris. Le jour de la manifestation pour le droit à l’avortement du 28 septembre, certains gilets jaunes ne comprenaient pas pourquoi ces militantes étaient là. Parfois, cela a été l’inverse : le 24 novembre 2018, l’acte II des gilets jaunes a croisé la manifestation contre les violences faites aux femmes. Des manifestantes de ce cortège étaient également gilets jaunes. Et à Montpellier, les gilets jaunes ont fait une haie d’honneur aux militantes féministes.

«Depuis quelque temps, j’observe une jonction entre les deux mouvements : la question des féminicides a été remise à l’agenda par des collectifs féministes qui manifestent tous les samedis en même temps que les gilets jaunes. Il y a quelques semaines, la manifestation des femmes à Bordeaux a pris la tête du cortège des gilets jaunes, et des gilets jaunes étaient présents lors d’une performance pour dénoncer le silence à propos des féminicides. Quelque chose se passe, même si ça ne se fait pas du jour au lendemain. Mais le mouvement des gilets jaunes transcende les identités particulières. Quand les manifestantes portent la chasuble, elles ne sont pas là en tant que femmes, même si c’est le seul groupe avec une identité singulière.»