Tous les articles par Magali Della Sudda

Chargée de recherche CNRS au Centre Emile Durkheim (Sciences Po Bordeaux).

« Introduction : Le Genre une nouvelle approche du fait religieux »

Della Sudda, Magali & Tippelskirch Xenia von, « Introduction », Les Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée modernes et contemporaines (MEFRIM), Dossier « Le genre, une nouvelle approche du fait religieux », 2016, 128, 2, p.1-10.

Disponible ici: https://journals.openedition.org/mefrim/2690

Lawmaker’s Downfall May Hold Lesson for Men : Behave

A group of women demonstrated against the sexual harassment of women in front of the National Assembly in Paris this month. The Assembly’s vice president, Denis Baupin, resigned amid accusations of misbehavior.Credit…Dominique Faget/Agence France-Presse — Getty Images

Late Edition – Final Foreign, Monday, May 23, 2016 1336 mots, p. A 6 – MEMO FROM FRANCE

 

By ADAM NOSSITER; Benoit Morenne contributed reporting.

PARIS — With its guffawing masculine hilarity, the National Assembly, France’s lower house of Parliament, would not be put to shame by the most boisterous American state legislature. The marble-and-velvet setting may be more elegant, but the rowdy laughter says the same thing: Men dominate.

Over the last week, that male world has been shaken. The Assembly’s vice president, Denis Baupin, was forced to resign after several women came forward publicly with accusations that he had sexually harassed numerous female colleagues for years.

One said Mr. Baupin had pushed her against a wall, grabbed one of her breasts and tried to force a kiss. Others said he had sent explicit text messages. Another said he had chased her around a desk. Still another, that he had pinched her buttocks.

The Paris prosecutor has announced a criminal investigation. Mr. Baupin, 53, a representative from Paris and a rising star of the Green Party, has complained about a « setup » and has threatened to sue the media outlets that broke the story.

Nonetheless, the charges have set off soul-searching over whether anything has changed in France since the downfall of a former International Monetary Fund boss, Dominique Strauss-Kahn, after a New York hotel housekeeper accused him of assault in 2011.

That, it seems, did nothing to stop Mr. Baupin. But in the country where even the word for « bawdy joke » — gauloiserie — recalls the ancestral homeland, Gaul, there are indications that this time some things may be different.

On the one hand, Mr. Baupin’s behavior was an open secret. Since the allegations have become public, ranking Green Party members have shamefacedly acknowledged knowing of Mr. Baupin’s bad behavior for years. Women knew never to get in an elevator alone with him or go to his office unaccompanied. They nicknamed him « the Octopus. »

The men were apparently unfazed, however. « Ah, so he’s started up again? » a male Green Party member said nonchalantly after a shocked woman recounted an assault against her in 2011, according to the news website Mediapart.

Yet at the time of his arrest in New York, Mr. Strauss-Kahn, who was widely seen as a contender for president, had plenty of defenders. « Nobody has been killed, » Jack Lang, a former Socialist culture minister, had said.

Mr. Strauss-Kahn, known as DSK, defended himself in a French court with claims that he was merely a « libertine » pursuing an alternative lifestyle. (He later settled out of court for what was reportedly a substantial sum.)

Even if few male French politicians have stepped up to denounce Mr. Baupin, nobody is defending him, either. The prominent right-leaning philosopher Alain Finkielkraut grumbled on the radio that « France is Americanizing itself in a hurry, » but added that he condemned « unseemly actions. »

The affair has proved embarrassing to the male-dominated political class — 75 percent of the Assembly’s members are men — not least because Mr. Baupin was a leading member of the Greens, one of France’s most feminist-friendly political parties.

Now, even his wife, Emmanuelle Cosse, also a Green and the minister of housing in the current Socialist government, has been accused by at least one other party member of covering up for her husband. She has denied it.

Sandrine Rousseau, a spokeswoman for the Greens, told France Inter radio and Mediapart about her experience in 2011 during a party meeting.

« I took a break, » she said. « In the corridor along the hall, along comes Denis Baupin. He pushed me up against the wall while grabbing my breast. He tried to kiss me. I pushed him away forcefully. At that point I was so shocked I didn’t say anything. »

Elen Debost, another of the four women who came forward by name to expose him, wrote in an open letter to the Greens that she was « nauseated » and « vomited » after seeing him in a March photo jauntily wearing lipstick, in supposed support of International Women’s Day.

The condemnation has been stark. Prominent Frenchwomen in politics — 16 former ministers — have made a public vow to « never shut up again, » writing in the Sunday newspaper Journal du Dimanche. This time « it’s too much, » the women wrote. « Omertà and the law of silence are no longer possible. »

« The behavior of some men must change, » they wrote.

Some of Mr. Baupin’s victims already perceive a change. « There is a difference, » said Annie Lahmer, a Paris regional councilor who said Mr. Baupin had chased her around a desk in the late 1990s.

« Bartolone asked him to resign immediately, even though this had just happened, » Ms. Lahmer added, referring to the president of the National Assembly, Claude Bartolone.

In addition, « people are talking more freely now » than they did after the DSK affair, she said. « For Baupin, nobody is saying he’s just a libertine. He’s got no defenders. We’ve passed to another stage. »

After Ms. Lahmer spurned his advances, Mr. Baupin told her angrily, « You will never have a position in the party, » she told France Inter radio.

« There’s a big difference » between the reaction to Mr. Baupin and to Mr. Strauss-Kahn, said Isabelle Attard, a representative at the Assembly, who told the journalists who broke the story that she had received numerous salacious texts from Mr. Baupin in 2012 and 2013.

« This is a group of women who are testifying and who have the same need to say, ‘Never again,’ particularly after the publication of that photo » showing Mr. Baupin with lipstick, Ms. Attard said. « It’s not just one woman alone. One woman alone would never have come forward. »

How could the pro-feminist Greens have ignored Mr. Baupin’s transgressions for so long?

« Because it’s a feminist party, there was shame about having this man in the party, » Ms. Attard said. « It was impossible to acknowledge that a man like Denis Baupin could be in the ranks. »

A year ago, a collective of female political journalists in France created a stir by denouncing a culture of systematic sexual harassment in French politics, from frequent text messages along the lines of « one scoop equals one drink » to explicit comments about dress and low necklines.

« We thought the DSK affair had shifted the lines, and that macho habits, the symbols of dated political tackiness, were on the way to extinction. Alas, » the women wrote in the newspaper Libération.

« As long as politics is very much in the hands of heterosexual men more or less in their 60s, nothing will change, » they wrote. A quick look around the Assembly, overwhelmingly male, confirms that this is still the case.

Yet one of the godmothers of French feminism, Yvette Roudy, who was the women’s rights minister under the Socialist president François Mitterrand and who translated Betty Friedan in the 1960s, saw reason for hope in the wake of the Baupin affair.

« We think this could advance the rights of women, » Ms. Roudy said in a phone interview. « We certainly hope so. What is good is that today women are reacting. They are defending themselves. »

Ms. Roudy’s cautious optimism was shared by at least one political analyst who specializes in women in politics.

« Not a single political personality or intellectual has dared to excuse the conduct of Denis Baupin, » said Magali Della Sudda of the University of Bordeaux. « Nobody is using the argument of seduction. »

« Having more women on the benches of the Assembly, and in other political forums, means that some behaviors are simply not tolerated, » Ms. Della Sudda added. In the Baupin affair, « what is really interesting is that it allowed women to denounce these practices, and in public, » she said. « That’s new. »

Magali Della Sudda, researcher at the CNRS Sciences Po Bordeaux-University of Bordeaux
https://www.nytimes.com/2016/05/23/world/europe/france-sexual-harassment-denis-baupin-politics.html

 

Sexisme en politique : une spécificité française ?

Entretien réalisé par Anne Chemin

Le Monde.fr jeudi 12 mai 2016 1430 mots

Après les accusations d’agressions sexuelles qui visent le député écologiste Denis Baupin, la politiste Magali Della Sudda revient sur la longue histoire du sexisme en politique.

Le monde politique est-il gangrené par le machisme? Après les accusations de harcèlement sexuel portées à l’encontre du député écologiste Denis Baupin, Magali Della Sudda, politiste au Centre Émile Durkheim de Sciences Po Bordeaux, évoque le sexisme de cet univers qui s’est ouvert tardivement aux femmes.

Quelle est votre réaction aux révélations concernant le comportement de Denis Baupin?

Au-delà du cas personnel de Denis Baupin, cette affaire témoigne de l’illégitimité de pratiques qui jusqu’alors étaient tolérées. Elle rappelle également que les dispositifs de lutte contre le harcèlement demeurent à ce jour insuffisants: c’est en effet dans la presse, et non devant la justice, que ces faits ont été dénoncés. Cela montre l’importance des médias et du journalisme d’investigation dans la publicisation de faits qui jusqu’alors étaient tus ou évacués du débat public.

Estimez-vous que le monde politique est un univers plus «macho» que d’autres milieux professionnels?

Les pratiques de harcèlement sexuel, puisque c’est de cela qu’il est question, ne sont pas spécifiques au champ politique, mais elles sont sans doute favorisées dans les métiers, comme celui-ci, où le pouvoir a longtemps été l’apanage des hommes. Le silence qui entoure le harcèlement sexuel est en outre accentué dans des milieux – comme celui de la politique – où la précarité des postes ainsi que la variété des statuts n’encouragent pas les victimes à saisir la justice. Depuis lundi [9mai], lesfemmes politiques qui se sont exprimées ont rappelé que, dans un univers professionnel où la réputation est importante, les collaboratrices d’élus ont peu de chances de retrouver un poste si elles portent plainte.

L’an dernier, un documentaire diffusé sur France 5, Le Sexisme en politique: un mal dominant , a rappelé la persistance de comportements et de discours sexistes dans le champ politique. Mais il montrait aussi, et c’est un signe encourageant, que les femmes politiques réagissent et entendent mettre fin à ces pratiques. Ce métier se construit comme un métier masculin, l’expression de la virilité participe du «charisme» politique, mais la présence des femmes questionne ce machisme: lorsque les hommes tiennent des propos graveleux dans les assemblées, ils sont désormais sommés de s’excuser.

Au nom de quoi les femmes ont-elles été longtemps exclues du pouvoir politique?

La spécificité de la France est la citoyenneté paradoxale: c’est le seul pays au monde où le décalage entre les dates d’obtention du suffrage universel pour les hommes et pour les femmes est aussi grand. Depuis les commémorations du bicentenaire en1989, on a redécouvert Olympe de Gouges, mais, pendant la Révolution, rares étaient celles et ceux qui demandaient que l’égalité politique s’applique aux femmes: Nicolas de Condorcet ou Olympe de Gouges étaient des voix isolées. A la suite de la révolution de 1848, tous les hommes ont obtenu le droit de suffrage, mais les femmes sont demeurées des citoyennes passives, privées de ce droit et d’éligibilité jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale.

Les arguments de l’époque étaient explicitement sexistes: ils étaient fondés sur une prétendue nature féminine incompatible avec des fonctions publiques. Dans un débat entre Jenny d’Héricourt, qui écrivait dans La Voix des femmes, en1848, et le socialiste Pierre-Joseph Proudhon, celui-ci justifiait ainsi la vision inégalitaire de l’homme et de la femme qu’il développait dans La Pornocratie : «Je n’ai pas voulu et je ne veux pas pour la femme (…) de la guerre, parce que la guerre sied aussi peu à la beauté que la servitude. Je ne veux pas de politique, parce que la politique, c’est la guerre. Je dis que le règne de la femme est dans la famille; que la sphère de son rayonnement est le domicile conjugal.» Pour lui, la politique est contraire à la nature des femmes.

On retrouve le même argument chez les hommes politiques de la IIIe République. Émile Morlot, qui fut maître des requêtes au Conseil d’État et député, écrivait en1884: «Destinée à la maternité, faite pour la vie de famille, la dignité de sa situation sera d’autant plus grande qu’elle n’ira point la compromettre dans les luttes du forum et dans les hasards de la vie publique… On a donc parfaitement raison d’exclure de la vie politique les femmes et les personnes qui, par leur peu de maturité d’esprit, ne peuvent prendre une part intelligente à la conduite des affaires publiques.»

En 1919, le sénateur Alexandre Bérard s’opposait lui aussi au vote des femmes car il «souillerait» leurs mains. «Les mains des femmes sont-elles bien faites pour le pugilat de l’arène publique? Plus que pour manier le bulletin de vote, les mains de femme sont faites pour être baisées, baisées dévotement quand ce sont celles des mères, amoureusement quand ce sont celles des femmes et des fiancées… Séduire et être mère, c’est pour cela qu’est faite la femme.» En1944, Paul Giacobbi, député de l’Assemblée nationale constituante, était encore un farouche opposant au vote des femmes. Et on oublie souvent que l’ordonnance d’Alger du 21avril 1944 ne s’est appliquée aux Algériennes qu’en1958!

Pensez-vous que les formes du sexisme en politique ont changé?

Elles ont effectivement évolué en lien avec la présence des femmes dans les assemblées. Dans les arènes politiques ou les médias, les formes brutales de sexisme, qui ont accompagné l’irruption des femmes dans le champ politique, ont fait place à une expression plus subtile: assigner, par exemple, les femmes politiques à des sujets traditionnellement féminins comme la famille, l’enfance ou les personnes âgées, ou faire référence à leur physique – on se souvient de la réponse cinglante de Nathalie Kosciusko-Morizet à un journaliste commentant sa coiffure, en2013.

Blagues déplacées, drague insistante: pendant l’affaire DSK, des féministes américaines ont dénoncé la culture française de l’«amour courtois», expliquant qu’il était difficile, dans cepays, d’échapper à des relations de séduction qui frôlent parfois leharcèlement. Etes-vous d’accord aveccette analyse?

Au moment de l’affaire Dominique Strauss-Kahn, on a vu resurgir des propos antiféministes prenant la défense de la «séduction» et des baisers volés. C’est un discours assez ancien, qui se développe dès la fin du XIXe siècle, en France et ailleurs: il reproche aux femmes qui aspirent à l’égalité et à une sexualité librement consentie de saper les fondements des relations harmonieuses entre hommes et femmes.

La galanterie «à la française», y compris quand elle frôle le harcèlement, serait, dans cette optique, un prolongement de l’amour courtois. C’est sur cette base que certains se sont opposés aux études de genre ou à des législations sanctionnant les discriminations fondées sur le sexe, agitant le spectre de la guerre des sexes importée des États-Unis.

Il faut cependant rappeler que ce qui distingue la séduction du harcèlement sexuel, de l’agression sexuelle ou du viol, c’est le consentement. La législation contre le harcèlement, qui a été complétée sous la tutelle de Najat Vallaud-Belkacem au ministère des droits des femmes en2012, ne prohibe pas la séduction. Elle protège en revanche contre «toute forme de pression grave (même non répétée) dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte sexuel, au profit de l’auteur des faits ou d’un tiers» . Que l’on se rassure, le «doux commerce» entre les sexes existe aussi aux Etats-Unis; la France n’a pas l’apanage de la séduction!

On avait le sentiment, grâce à la parité, que le monde politique se féminisait. Pourquoi le sexisme perdure-t-il dans des assemblées qui comptent 25%, voire30% de femmes?

Roselyne Bachelot, qui est entrée à l’Assemblée nationale quand les femmes ne représentaient que 6% des députés, a évoqué à plusieurs reprises l’idée d’une «masse critique»: elle estime que, quand il y a plus de 30% de femmes dans une assemblée, le «machisme et l’esprit de caserne» ont du mal à s’exprimer. En2012, elle voyait donc dans l’arrivée des femmes à l’Assemblée nationale un tournant: les femmes représentaient alors 27% des élus du Palais-Bourbon.

Malgré ce rééquilibrage, les scandales ont continué à émailler la vie politique, mais il est vrai que quelque chose a changé: aujourd’hui, des pratiques que l’on jugeait autrefois légitimes, voire valorisantes, sont unanimement condamnées. Les hommes qui entrent aujourd’hui dans le champ politique n’ont plus tout à fait les mêmes profils que les plus anciens: quand Patrick Balkany déclare qu’on peut «regarder une femme avec intérêt sans que ce soit du machisme» afin de justifier les sifflements et les plaisanteries graveleuses qui ont accueilli une intervention à l’Assemblée de la ministre Cécile Duflot, qui portait une robe à fleurs, il se situe dans un registre politique daté et marqué par la domination masculine. Je ne suis pas sûre que tous les députés partagent son point de vue.

« When male heterosexual leaders politicize gender and sexual issues »

The logic of representation in the 2014 Bordeaux municipal election campaign

Arambourou Clément, Della Sudda Magali, Bugnon Fanny, Marneur Victor, Neyrat Frédéric et Paoletti Marion, “When male heterosexual leaders politicize gender and sexual issues: The logic of representation in the 2014 Bordeaux municipal election campaign”, French Politics, 14(1), avril 2016, p. 83-100.

Summary: Gender and sexual politics were major issues during the 2014 French municipal elections campaign. A few weeks before the election, France experienced large-scale campaigns against gay marriage and gender equality policies. The aim of this article is to question the relationship between descriptive and substantive representation in the context of the municipal election campaign in Bordeaux. In the context of the ‘demo for all’, the return of a religious-based opposition between ‘moral order and permissiveness’ calls for further investigation. This article thus offers an original point of view based on fieldwork at the municipal level and polling data.

Available here: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02156547/file/DELLA%20SUDDA%20When%20male%20French%20politics%202016.pdf

Editor: https://link.springer.com/article/10.1057/fp.2015.23

« Genre et christianisme. Plaidoyers pour une histoire croisée »

Coordination avec Magali Della Sudda & Matthieu Bréjon de Lavergnée (dir), Genre et christianisme. Plaidoyers pour une histoire croisée, Paris, Beauchesne, 2014, 419p. coll. Bibliothèque Beauchesne, n°42

Sommaire et couverture « Genre et Christianisme.

La politisation des questions sexuelles en Europe a connu un moment de crispation particulièrement vif en 2012-2013 à la faveur de l’ouverture en France du mariage civil aux couples de même sexe qui, dans son projet initial, envisageait aussi la question de l’homoparentalité. Du « Mariage pour tous » à la « Manif pour tous », le « gender » ou la « théorie du genre » est devenu un des arguments clefs au cœur d’un débat où institutions religieuses et croyants, principalement catholiques, mais aussi protestants, juifs et musulmans, ont formé la pointe de l’opposition.

Pour autant, on ne saurait oublier que le genre a une histoire, que ses acceptions sont diverses et que l’historiographie anglo-saxonne l’a proposé voici trente ans comme une clef de lecture au même titre que d’autres catégories d’analyse plus familières au lecteur français comme la religion, la classe ou l’âge.

De l’histoire des femmes, qui offre des voies de renouvellement à la faveur du genre, à la plus jeune histoire des masculinités, les quatorze auteurs réunis par Matthieu Brejon de Lavergnée et Magali Della Sudda montrent de manière convaincante que le genre peut permettre de penser le religieux dans ses articulations avec le social, le politique, le culturel voire, en régime chrétien, son cœur même : la piété, la mystique et le miracle.

Sommaire

  • Langlois Claude, « Du féminin dans le catholicisme contemporain ».
  • Rousseau Sabine, « Vingt ans d’histoire religieuse des femmes et du genre en France ».
  • Hoegaerts Josephine, « Soldats dévots et saints combatifs. Regards sur l’historiographie anglophone et germanophone des masculinités religieuses (XIXe-XXe siècle) ».
  • Guise Castelnuovo Antoinette, « Lourdes au prisme des études de genre. Quelques jalons ».
  • Verdeil Chantal, « La sœur, le prêtre et les mariés: lecture d’une source missionnaire au prisme du genre ».
  • Chopelin Paul, « Une affaire de femmes ? Les résistances laïques à la politique religieuse d’Etat sous la Révolution française ».
  • Rochefort Florence, « Les conceptions de genre du journal féminin protestant La Femme (1879-1891) ».
  • Moussel-Brillaxis Delphine, «  »Âme du foyer » ou « soldat du Christ »? La jeune fille d’Action catholique au Mexique dans les années 1950″.
  • Muller Caroline, « Le catholicisme au masculin? Un jeune homme catholique au tournant du siècle, Antoine Manilève (1879-1950) ».
  • Raison du Cleuziou Yann, « Devenir homme parmi les hommes. Révolution ascétique et redéfinition de la virilité sacerdotale au milieu du XXe siècle ».
  • Groeninger Fabien, « Sport catholique et genre : une confrontation de modèles et de pratiques (fin XIXe siècle-début des années 1950) ».
  • Favier Anthony, « Filles et gars de la jeunesse ouvrière chrétienne : une remise en cause relative des normes de genre (années 1950-1970) ».
  • Teinturier Sara, « De la mixité des sexes à « l’éducation différenciée » dans les établissements privés catholiques (1960-2010) ».
  • Carnac Romain, « Les autorités catholiques dans le débat français sur la reconnaissance légale des unions homosexuelles (1992-2013) ».

« Réseaux catholiques féminins. Une perspective de genre sur une mobilisation transnationale »

Magali Della Sudda, « Réseaux catholiques féminins. Une perspective de genre sur une mobilisation transnationale.  », Genre & Histoire [Online], 12-13 | Printemps-Automne 2013, Online since 28 December 2013.

Résumé: Cet article est consacré à la manière dont le rassemblement des différents mouvements féminins catholiques, nés avant 1914, s’est opérée. Le matériau principal sur lequel porte l’analyse provient de la riche documentation déposée aux Archives secrètes vaticanes, à savoir le fonds des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, celui de la Secrétairerie d’État et celui de la nonciature de France pour la période concernée. Un premier point porte sur la naissance des mouvements, en insistant sur le rôle d’un institut séculier féminin lié à la Compagnie de Jésus. D’abord informels, ces réseaux prennent une allure plus officielle avec la naissance de la Fédération internationale des ligues féminines catholiques. La guerre marque un arrêt dans les liens entre membres des pays belligérants. Cependant, les réseaux féminins demeurent et seront réactivés après guerre, sous le contrôle du Saint-Siège. Cette mobilisation s’inscrit dans le processus plus large de transformation de l’Église comme institution étatique reconnue par les accords de Latran (1929) et comme institution religieuse, centre de la catholicité.

Summary: This article is devoted to the transnational dimensions of Catholic women’s movements before and shortly after the Great War. The main source material comes from the rich documentation of the Vatican’s Secret Archives, namely, for the period under consideration, the extraordinary ecclesiastical affairs collection, that the Secretary of State and that of the Nunciature in France. The article analyses the birth of these Catholic women’s movements, focusing on the role played by a religious secular institution connected to the Society of Jesus. These initially informal networks adopted a more formal shape when they joined the International Federation of Catholic Women’s Leagues. The War interrupted the ties between members of belligerent countries. However, the networks were reactivated after the War under the control of the Holy See, confirming the ambiguous place of lay women within the Church hierarchy.

Article en français: http://journals.openedition.org/genrehistoire/1872

« Les femmes catholiques dans la Grande Guerre »

Della Sudda, Magali, « Les femmes catholiques dans la Grande Guerre », Communio, Revue catholique internationale, XXXVIII, 1, n°226, août 2013, pp.51-73.

La guerre a projeté les mouvements catholiques féminins dans l’action publique. Les femmes ont exercé les métiers des appelés, accompagné la mobilisation des enfants, soutenu les soldats au front, réinséré blessés et mutilés, bousculant ainsi la hiérarchie du genre. Les pouvoirs publics ont reconnu combien leur présence et leur action ont été bénéfiques.

Mme de Solages, Infirmière, in M. Reille, Faire sans dire, 2001.

De l’activité des femmes catholiques durant le premier conflit mondial, on ne connaît souvent que le rôle de pourvoyeuses de colis, d’infirmières à la Croix rouge ou la Croix blanche. Pourtant, parce que les hommes sont au front, mais aussi parce que les États ne peuvent venir à bout de toutes les misères et soulager toutes les détresses, les membres des associations féminines catholiques participent activement à l’encadrement des civiles – et au soutien des militaires.

Site de la revue: https://communio.fr/numero/summary/2395

« Des Antichambres du Parlement »

L’Action catholique féminine et la carrière des députées italiennes (1945-1950)

Della Sudda Magali, « Des antichambres du Parlement ? L’Action catholique féminine et la carrière des députées italiennes (1945-1950) », Parlement[s], Revue d’histoire politique, 2013/1 (n° 19), p. 31-47.

Résumé: Cet article s’intéresse au rôle joué par l’Union des femmes d’Action catholique italienne dans la carrière politique des premières députées italiennes durant la période charnière des années 1945-1950. L’hypothèse est que les mouvements d’Action catholique féminine ont constitué un vivier pour la Démocratie chrétienne, légitimant de manière paradoxale la présence de ces outsiders dans le champ politique.

Riassunto: L’antecamera della Camera? L’Azione cattolica femminile nella carriera politica delle prime deputate italiane (1945-1950). Questo articolo s’interessa al ruolo delle deputate cattoliche durante la prima legislature della Repubblica italiana. L’ipotesi è che l’Azione cattolica ha avuto un effetto paradossale nella legitimazione della presenza delle donne nel campo politico.

Summary: Antechambers of the Chamber? Women’s Catholic Action activism and the political career of women MPs in Italy (1945-1950). This article focuses on the role played by the Italian Catholic Women’s organization in the political career of the first Italian MPs during the crucial period of the Constituent and the firs legislature (1945-1950’s). The assumption is that the militancy within the Women’s Catholic Action legitimized in a paradoxical way the presence of these outsiders in the political field.

Article en français: https://www.cairn.info/revue-parlements1-2013-1-page-31.htm

DOI : 10.3917/parl.019.0031

« Pouvoirs, genre et religions »

Della Sudda Magali, Malochet Guillaume, « Pouvoirs, genre et religions », Travail, genre et sociétés, 2012/1 (n° 27), p. 29-32

Pouvoirs, genre et religions, Travail, genre et sociétés, 2012.

Ce dossier ne manquera pas de surprendre au premier abord. Qu’est-ce que Travail, Genre et Sociétés peut bien avoir à dire de la religion ? Évitons tout de suite les malentendus. Il ne s’agit pas d’ouvrir un débat sans fin sur la question religieuse. En revanche, nous pensons qu’il est possible – et même souhaitable – de soustraire l’analyse des mouvements religieux de leur substrat idéologique pour les comprendre comme des organisations de travail à part entière. Une telle conviction invite alors, enquêtes de terrain à l’appui, à un double mouvement : d’une part, examiner comment s’organise la division sexuelle du travail au sein de certaines institutions religieuses – judaïsme, christianisme, islam – en Orient et en Occident et, d’autre part, analyser comment le genre est lui-même retravaillé par la production de nouvelles normes et l’adaptation constante des systèmes de représentation du masculin et du féminin.

Avec le dossier proposé ici, Travail, Genre et Sociétés contribue à une dynamique de recherche encore récente, mais prometteuse, qui a vu se renouveler depuis une décennie les grilles de lecture sur la hiérarchie du genre au sein des différentes institutions religieuses. L’analyse de la domination masculine caractéristique de toute Église en tant qu’institution patriarcale s’est complexifiée pour interroger désormais les accommodements, le consentement mais aussi la subversion, voire la contestation, de l’inégalité entre les sexes.

Dossier disponible: https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2012-1-page-29.htm

DOI : 10.3917/tgs.027.0029

« L’internationale blanche. La Fédération internationale des Ligues féminines catholiques »

Della Sudda, Magali « L’internationale blanche. La Fédération internationale des Ligues féminines catholiques », Bibliothèque du CRH, « Pratiques du transnational : Preuves, terrains, limites », coordonné par Jean-Paul Zuñiga, n°1, 2011, pp.79-100.

Résumé: Dans la lignée des réflexions actuelles menées sur les organisations internationales, cet article s’attache à éclairer la manière dont l’Église catholique a pris part, au début du siècle dernier, à la dynamique transnationale qui a caractérisé les mobilisations en faveur de la « cause des femmes ». Il conjugue une démarche comparative à une approche par les circulations transnationales pour dégager les  ressors d’une mobilisation collective féminine transnationale. Il met en évidence la participation précoce des organisations catholiques à une action collective internationale et souligne le poids du Vatican, tout à la fois centre de l’autorité religieuse pour les catholique et capitale d’un Etat qui tend à intervenir au-delà des frontières nationales. Dans cette perspective, le rôle de passeuse joué par certaines militantes entre différents mouvements et pays sera mis en lumière, invitant ainsi à reconsidérer le clivage autour de la question religieuse qui structure l’espace de mobilisation autour de la cause des femmes.

Dirigeantes de l’UMOFC v.1952

« Le Sfide del pontificato di Pio XI per l’azione cattolica femminile »

Della Sudda, Magali, « Le Sfide del pontificato di Pio XI per l’azione cattolica femminile », in Alberto Guasco, Raffaella Perin, Pius XI: Keywords, Lit Verlag, Münster, coll. « Christianity and History, series of the « John XXIII Foundation for Religious Studies in Bologna », vol.7. 2010, pp.207-225.

Book abstract: The documents of Pius XI’s pontificate from the Vatican Secret Archives, recently accessible for the first time, establish new perspectives of research and analysis. International experts and junior specialists discuss here the Roman point of view concerning the most important issues in the international scene between the two world wars and offer new outlooks and interpretations marking a substantial step forward in research. Alberto Guasco, a researcher at the John XXIII Foundation for Religious Studies, focuses on the pontificate of Pius XI, especially the relations between the Holy See and the Fascist Regime. Raffaella Perin, a researcher at the University Ca’ Foscari of Venice, studies the relation between the anti-Protestant and anti-Semitic prejudice in the pontificates of Pius X, Benedict XV and Pius XI.

« Appropriations empiriques du genre »

Introduction du numéro « (En)quêtes de genre.

Bargel Lucie, Bessière Céline, Della Sudda Magali et al., « Appropriations empiriques du genre », Sociétés & Représentations, 2007/2 (n° 24), p. 5-10.

Depuis les années Soixante-dix, nombreux sont les ouvrages en sciences sociales qui ont mis en évidence le caractère socialement construit des inégalités entre les sexes. Le genre, tant en histoire qu’en sociologie, en anthropologie et en science politique, s’est ainsi peu à peu constitué en catégorie d’analyse indépassable. Dans beaucoup de travaux, cependant, le terme « genre » reste malheureusement un simple synonyme de « sexe ». Les inégalités entre les hommes et les femmes qui concernent les pratiques observées n’y sont pas systématiquement reliées aux représentations du « masculin » et du « féminin » qui les sous-tendent. Pourtant, le concept de genre pose précisément la question de l’articulation entre les représentations et les inégalités sociales.

Ce numéro confronte les approches de doctorant(e)s et de jeunes chercheur(e)s qui se sont rencontré(e)s autour d’interrogations communes sur la place du genre dans la construction de leurs objets d’études, alors même qu’ils et elles travaillent dans des disciplines (histoire, sociologie, science politique) et selon des méthodes et des matériaux d’enquête divers (archives historiques, observations de terrain, entretiens ethnographiques).

Nous entendons ainsi par « genre », non seulement l’ensemble des discours qui produisent la différence des sexes mais, plus généralement, la construction sociale de la différence sexuelle en tant qu’elle s’inscrit dans l’économie des rapports sociaux de sexe, structurés par une domination du « masculin » sur le « féminin », et évolue dans l’histoire et dans l’espace social.

« Appropriations empiriques du genre », Sociétés & Représentations, 2007, p.5.

https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2007-2-page-5.htm

https://doi.org/10.3917/sr.024.0005