Archives de catégorie : Billets

“Les femmes, grandes oubliées de l’histoire”

Article et entretien réalisés par Maud Rieu

https://www.sudouest.fr/societe/egalite-femmes-hommes/les-femmes-grandes-oubliees-de-l-histoire-9444541.php?utm_source=fid&utm_campaign=MonAlerteAboDossierRedac&utm_medium=email

Dans cet entretien, j’ai évoqué la manière dont les femmes ont fait irruption comme sujet d’histoire durant les dernières décennies du XXe siècle. A partir des années 1970, pour des raisons socio-culturelles et structurelles, de jeunes femmes, historiennes et sociologues notamment, ont renouvelé les sujets et méthodes de leur discipline pour mieux prendre en compte les silences et impensés. Parmi elles, Michelle Perrot, Rolande Trempé ou Madeleine Rébérioux qui sont évoquées dans cet article.

“Derrière le ‘féminisme’ d’extrême-droite” un entretien pour l’Humanité

par Lola Ruscio, journaliste à l’Humanité

Idéologie Magali Della Sudda a enquêté sur ces militantes qui s’autoproclament défenseuses de la cause des femmes pour mieux vanter la « race blanche » et stigmatiser les étrangers. Publié leJeudi 17 Février 2022

La suite de l’article ici : https://www.humanite.fr/politique/extreme-droite/derriere-le-feminisme-dextreme-droite-entretien-avec-magali-della-sudda

New Right-Wing Women

Feminism is in tension. In many Western countries, women are challenging feminist narratives and struggles. Some of them explicitly challenge feminist’s organization legitimacy to represent women’s claim. Other claim specific feminist identity such as “true feminism”, “identitarian feminism” or even White feminism. The emergence of “New Right Wing Women” as champions of women’s advocacy received media coverage but little attention in academic scholarship. This book addresses the shift in women’s political participation in favor of radical-right wing movements and anti-gender equality. France is an interesting observatory of the shift: since 2012, women aligned their vote for Marine Le Pen and the Rassemblement national was first among the 25-34 women voters in 2017. The radical-right gender gap seems to no longer exist. At the same time, right-wing and extreme-right wing parties have merged to oppose gender equality policies launched under the socialist governments (2012-2017). In reaction to the laws passed by the French socialist majority between 2021 and 2017, conservative and religious networks in abeyance have been reactivated within a conservative social movement called “La Manif pour tous” (Demo for All). The conservative coalition led to a desectorisation within different political spaces and among the various currents within the Catholic Church. This conjunctural effect is articulated to a more structural effect of opportunity : the ecological crisis, because it raises the question of nature, gives new legitimacy to naturalist or essentialist arguments disqualified by most feminist currents. New women leaders emerged to challenge gender equality and to reclaim femininity.

This book based on empirical research – in depth-interviews, observation and on-line data – provides a an insight right-wing women activism, ranging from the traditional antifeminist activism to current conservative eco-feminism. 1) Female nationalism is represented by the women’s section of the “Caryatides” of the French nationalist Party (2013). Explicitly anti-feminists, these women assume a gendered hierarchy and a strong nationalist project, reffering to French authoritarian Régime de Vichy. 2) More central on the political spectrum, the Cercle Fraternité, a think tank founded by the Front National (2016), provides a pro-women and pro-family frame for the presidential election of 2017. It is still active and illustrates modern femonationalism, using pro-women rethoric to promote anti-immigration and islam politics. They explicitly refer to Christian identity and oppose reproductive rights. 3) Identitarian women and Occidentalist feminism : The radical-right wing party the “Identitarian” are not to be outdone. It assumes to be “women friendly” but remains shaped by gender, which determines differentiated symbolic retribution. The Identitarian women claim to be “feminine but not feminist”. They joined together in the “Belle et Rebelle” group within the organisation. In 2014, the group ceased to be active. Today, the Collectif Nemesis founded n 2019 is their heir. They use feminist frames such as gender equality, violence against women to claim the superiority of Europeans civilization against Islam and immigration. This supremacist use of gender equality is also to be found in Solveig Mineo’s Occidentalist Feminism. Her organisation is mostly virtual and has closed ties to the “Occidentalist Party”. It distinguishes itself from the first four groups by its attachment to secularism and even its anticlericalism and by its explicit feminism. But it clings to nationalist or identity-based currents by its defence of Western civilisation because of the place of women.

Less concerned by femonationalist rethoric, two other groups identify themselves as “alterfeminists” and seems specific to France.  The “Antigones, this group of women born in 2013 and which acts as a crucible for alterfeminism. This only-women group oppose current feminism as FEMEN, the Femocrats and more broadly feminists groups that do not refer to women identity but rather to gender or queer politics. Their political project is based on sexual essentialism, men and women complementarity, their crucial role as primary cel of society within the family and ecology. As a consequence they oppose reproductive technology as techno-medical power over women’s body. They cautiously avoid to be associated to political parties or religion, though considering Christianity and Pre-Christian philosophies as central for Western civilization and women empowerment. By puting “Nature” at the forefront, their opposition to chemical contraception, abortion or reproductive technology is no longer perceive as conservative but rather eco-feminist. Christian alterfeminism and integral feminism emerged at the crossroads of Pope Francis’ human ecology, conservative feminism and ecology. It is directly derived from the Demo for All protests since allthe founder of this philosophical current. Based on essentialism and differentialism – i.e. Men and Women are different and have different functions assigned by God, although they have equal dignity, it drews from Catholic theology and moral on sexuality.

All of these groups oppose liberal and radical feminism, as well as gender politics. Some of them explicitly refer to nationalism and western culture supremacy while other tend to refer to Nature as the core of their political project. By so doing, they provide new frames for essentialism and differentialism.

 

“Les transformations de l’exercice de l’autorité épiscopale dans l’Église catholique en France à la lumière de la condamnation de l’Action française”

Della Sudda Magali, « Les transformations de l’exercice de l’autorité épiscopale dans l’Église catholique en France à la lumière de la condamnation de l’Action française », Genèses, 2012/3 (n° 88), p. 68-88.

Conseil central de la Ligue patriotique des Françaises, 1927, Archives de l’Action catholique des femmes (H402)

Résumé: Cet article revient sur les transformations de l’exercice de l’autorité religieuse dans l’Église catholique de France lors de la condamnation de l’Action française en 1926. Le contexte dans lequel la condamnation prend place est celui d’une évolution centralisatrice du pouvoir dans l’Église au profit de la curie romaine. Le rôle inédit joué par le pape mais aussi l’explicitation des attentes du centre romain vis-à-vis des évêques de France chargés de faire appliquer les sanctions ont laissé des traces de la transformation de l’exercice de l’autorité religieuse épiscopale.

Summary: This article re-examines the changes in the exercise of religious authority in the Catholic Church in France in the light of the condemnation of l’Action Française in 1926. The condemnation took place in the context of a centralizing evolution in church authority in favor of the Roman Curie. The new role played by the pope as well as Rome’s explicit expectations of French bishops in charge of applying sanctions left traces of the transformation in the exercise of Episcopal religious authority.

Article en français: http://URL : https://www.cairn.info/revue-geneses-2012-3-page-68.htm

Les femmes voient jaune

Cet article est paru en libre accès sur Libération (site web) mercredi 6 novembre 2019 – 160 mots

Entretien réalisé par Léa Mormin-Chauvac

«45% de femmes ont participé à la mobilisation des gilets jaunes» explique l’historienne Magali Della Sudda, qui a travaillé sur le mouvement dès ses débuts.

«Sur les ronds-points, on a souvent vu des mères célibataires, rappelant les figures de femmes luttant pour avoir du pain, la justice sociale et les libertés au XVIIIe siècle. Ce sont les émeutières de 1848, de 1830… Mais au-delà du symbole historique, c’est la difficulté de leur quotidien qui les a poussées à occuper des ronds-points. Elles exercent souvent des professions emblématiques des difficultés sociales, les métiers du soin, largement féminisés: aides à domicile, infirmières, aides-soignantes, agentes dans les écoles. Elles sont les premières touchées par les réformes de l’État-providence entamées depuis vingt ans. Quand l’État se retire, elles sont aux premières loges : les familles doivent suppléer, mais elles ne le peuvent plus.»

Extrait d’«L», notre newsletter féminisme, genre et sexualités à découvrir gratuitement en vous inscrivant sur Libe.fr Cet article est paru dans Libération (site web)

«Quand l’Etat se retire, les mères sont aux premières loges»

Intégralité de l’entretien réalisé par Léa Mormin-Chauvac, Libération, 12 novembre 2019.

L’historienne et politiste Magali Della Sudda, qui mène avec d’autres chercheurs une enquête sur les gilets jaunes, commente la place des femmes dans le mouvement et leur positionnement vis-à-vis des féministes.

La présence des femmes dans le mouvement des gilets jaunes s’explique notamment par la forte féminisation des professions emblématiques des difficultés sociales, selon la chercheuse Magali Della Sudda. Cette historienne et politiste au centre Emile-Durkheim, à Bordeaux, a co-initié il y a un an un projet de recherche pour analyser le mouvement des gilets jaunes dès ses débuts. Plus de soixante-dix chercheurs dans la France entière y collaborent.

A lire aussi Gilets jaunes, un an après : les femmes mettent les ronds-points sur les «i»

Métiers emblématiques. «45 % de femmes ont participé à la mobilisation des gilets jaunes, selon les résultats de notre enquête, menée dès novembre 2018. On retrouve cette même proportion féminine dans les manifestations de 1995 contre la réforme des retraites ou, à l’opposé du champ politique, lors de la Manif pour tous en 2012-2013. Le mouvement a rassemblé des professions emblématiques des difficultés sociales, les métiers du soin, exercés principalement par les femmes : aides à domicile, infirmières, aides-soignantes, agentes dans les écoles.»

Femmes du peuple. «Sur les ronds-points, on a aussi vu des mères célibataires, rappelant les figures maternelles de femmes luttant pour avoir du pain, la justice sociale et les libertés au XIXe siècle. Ce sont les émeutières de 1830, de 1848… Ces combats de femmes du peuple font écho à la difficulté de vivre des mères mobilisées au sein des gilets jaunes. L’absence de porte-parole a poussé les médias à tourner leur regard vers ces participantes ordinaires. Au-delà du symbole historique, c’est la difficulté de leur quotidien qui les a poussées à occuper des ronds-points. La majorité d’entre elles n’ont pas les conditions d’existence suffisantes pour vivre décemment. Elles sont les premières victimes, les premières touchées par les réformes de l’Etat-providence entamées depuis vingt ans. Quand l’Etat se retire, elles sont aux premières loges : les familles doivent suppléer, mais elles ne le peuvent plus.»

Jonction avec les féministes. «Les tentatives de rassemblement entre féministes et gilets jaunes n’ont pas toujours abouti. Il y a eu des marches de femmes, des cortèges séparés à Bordeaux, à Paris. Le jour de la manifestation pour le droit à l’avortement du 28 septembre, certains gilets jaunes ne comprenaient pas pourquoi ces militantes étaient là. Parfois, cela a été l’inverse : le 24 novembre 2018, l’acte II des gilets jaunes a croisé la manifestation contre les violences faites aux femmes. Des manifestantes de ce cortège étaient également gilets jaunes. Et à Montpellier, les gilets jaunes ont fait une haie d’honneur aux militantes féministes.

«Depuis quelque temps, j’observe une jonction entre les deux mouvements : la question des féminicides a été remise à l’agenda par des collectifs féministes qui manifestent tous les samedis en même temps que les gilets jaunes. Il y a quelques semaines, la manifestation des femmes à Bordeaux a pris la tête du cortège des gilets jaunes, et des gilets jaunes étaient présents lors d’une performance pour dénoncer le silence à propos des féminicides. Quelque chose se passe, même si ça ne se fait pas du jour au lendemain. Mais le mouvement des gilets jaunes transcende les identités particulières. Quand les manifestantes portent la chasuble, elles ne sont pas là en tant que femmes, même si c’est le seul groupe avec une identité singulière.»

 

Les “Gilets jaunes” n’ont-ils plus rien à dire?

18h20 France Culture : Mme Magali DELLA SUDDA, chargée de recherche au CNRS, M. Olivier FILLIEULE, professeur de sociologie politique à l’Université de Lausanne, Mme Aline LECLERC, reporter au service politique du Monde (“Du grain à moudre” : “Gilets jaunes : qu’ont-ils encore à nous dire ?”)

Ils étaient 280 000 le 17 novembre dernier. Sept mois plus tard, les “gilets jaunes” ne sont plus que 7 000. Comment ont évolué leurs revendications ? Quel regard portent-ils aujourd’hui sur la mobilisation ? Comment voient-ils la suite ?

Des Gilets jaunes à Marseille, le 12 janvier 2019
Des Gilets jaunes à Marseille, le 12 janvier 2019• Crédits : Boris HORVATAFP

Ils étaient 280 000 le 17 novembre dernier. Plus que 7 000 avant-hier. En sept mois, la mobilisation des “gilets jaunes” a été divisée par 40. Chaque samedi enregistre désormais une moindre participation que le précédent. Est-ce à dire pour autant que cette mobilisation, d’une ampleur et d’une durée inédites, appartient au passé ?

Les résultats des européennes le laissent penser. Les listes qui affichaient leur appartenance aux “gilets jaunes” n’ont pas dépassé les 1% des suffrages. Signe, selon certains observateurs, d’un décalage entre la médiatisation de ce mouvement et la réalité de son ancrage.

Il serait pourtant périlleux de détourner trop vite le regard, tant ce mouvement a imprégné l’actualité politique et sociale de ces derniers mois. A son apogée, le soutien aux “gilets jaunes” était très largement majoritaire dans l’opinion. Il a obligé le pouvoir exécutif à réagir, sur le fond et sur la forme.

Quant à la participation aux actions (manifs du samedi, occupation des ronds-points), elle a transformé celles et ceux qui y ont participé. Et qui continuent, autrement, à se mobiliser.

« A quoi les Gilets jaunes sont-ils réduits ? »

Articles :

“Qu’espèrent les derniers Gilets jaunes ?”, Le Républicain Lorrain, le 17/06/2019

[abonnés] “« Gilets jaunes » : après six mois de contestation, l’heure du découragement”, Le Monde, le 17/05/2019

“Dans la Meuse, une assemblée de « gilets jaunes » de toute la France propose un appel commun”, Le Monde, 27/01/2019

Analyses :

[abonnés] “« Gilets jaunes » : une enquête pionnière sur la « révolte des revenus modestes »”, tribune d’un collectif de chercheurs (dont Magali Della Sudda) pour Le Monde, le 11/12/2018

[abonnés] “« Gilets jaunes » : moins mobilisés, toujours aussi visibles, 5 mois après, où en est le mouvement ?”, Le Monde, le 19/04/2019

[abonnés] Mediapart, “Gilets jaunes: la recherche aussi s’est mobilisée”, Mediapart, le 19/04/2019 

https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-a-moudre/du-grain-a-moudre-emission-du-lundi-17-juin-2019

EXposition en ligne: 100 ans d’engagements catholiques féminins

MUSEA est un site édité par l’université d’Angers qui propose depuis 2004 des expositions virtuelles sur l’histoire des femmes et du genre. Pour découvrir l’exposition que j’ai réalisée avec l’aide de Fanny Bugnon en 2009 suivez le lien ci-dessous.

Musea is a website hosted by the University of Angers. It offers virtual exhibitions on Women and gender History. To discover the exhibition I conveyed with the help of Fanny Bugnon in 2009 follow the link:

http://musea.fr/exhibits/show/100-ans-d-engagements-catholiq/presentation

Remerciements : l’équipe de l’Action catholique générale féminine, devenue Action catholique des femmes a ouvert ses archives avec générosité et permis de mener à bien ce travail de recherche, qu’elle en soit chaleureusement remerciée.