Archives de catégorie : Entretien

où en sont Les Gilets jaunes deux ans après?

Journal de 12h30 par Thomas Cluzel, Mathieu Laurent et Rédaction, Mardi 17 novembre 2020

C’est aujourd’hui le deuxième anniversaire du mouvement des “gilets jaunes”.  Où en est-on des promesses économiques et sociales faites par Emmanuel Macron pour répondre à cette colère ?

Invitée de la rédaction : Magali Della Sudda, chargée de recherche au CNRS.

https://www.franceculture.fr/emissions/journal-de-12h30/journal-de-12h30-du-mardi-17-novembre-2020

« Gilets jaunes », syndicats : l’inconnue de la convergence des luttes

Cet article est paru en libre accès sur Les Échos (site web) vendredi 15 novembre 2019 – 1036 mots

par Elsa Freyssenet

Un artisan ou une aide à domicile se sentiront-ils concernés par les difficultés d’un cheminot ou d’un enseignant malgré l’impact sur leur vie quotidienne du blocage des transports ou des fermetures d’école ? Y aura-t-il persistance d’une méfiance de tous contre tous ou au contraire conjonction des ressentiments contre le gouvernement ? A la veille de la mobilisation anti-réforme des retraites le 5 décembre prochain dans les transports, les experts se divisent sur le sujet.

L’an dernier, Luis De Freitas, délégué syndical (CFDT puis Unsa) chez un sous-traitant d’ArcelorMittal à Florange, s’est rendu sur un rond-point de Thionville à la rencontre des « gilets jaunes » . « Au début, j’ai eu du mal, car les gens ne voulaient pas de syndicaliste », raconte-t-il. Au bout de quelques semaines, ses camarades de rond-point en ont fait leur porte-parole « parce que tu as de l’expérience » , lui ont-ils dit. Un an après, il est encore sur le pont. Le 5 décembre prochain, jour de mobilisation dans les transports et point de départ, espèrent la CGT, la FSU, FO et SUD, d’un mouvement interprofessionnel, Luis De Freitas se mettra, lui aussi, en grève « pour une durée illimitée » . Il pourrait incarner le cauchemar de l’exécutif, la jonction entre les petites classes moyennes du secteur privé (le socle des « gilets jaunes ») et leurs homologues de la fonction publique (qui expriment leur colère en cet automne).

Bien malin qui pourrait prédire s’il y aura la fameuse « convergence des luttes » comme en mai 1968 ou encore « une grève par procuration » comme en 1995. Cela dépend non seulement du degré de colère accumulée – il est élevé – mais aussi de la volonté et de la capacité des différentes professions et classes d’âge concernées à être solidaires les unes avec les autres. Un artisan ou une aide à domicile se sentiront-ils concernés par les difficultés d’un cheminot ou d’un enseignant malgré l’impact sur leur vie quotidienne du blocage des transports ou des fermetures d’école ? Y aura-t-il persistance d’une méfiance de tous contre tous ou conjonction des ressentiments contre le gouvernement ?

Un ennemi commun

Le seul fait que l’hypothèse ne soit pas exclue en dit long sur l’état de fébrilité du pays. Hospitaliers, « gilets jaunes », agriculteurs, pompiers, policiers ou étudiants… « Pour l’instant, les foyers sont isolés et séparés […] Mais un jour tout peut basculer », s’inquiète dans « L’Express » Raymond Soubie, l’ancien conseiller social des présidents de droite qui en a pourtant vu d’autres. Le sondeur Jérôme Fourquet, lui, ne croit pas au front commun : « La convergence des luttes ne s’est pas faite au pic du mouvement des ‘gilets jaunes’, alors pourquoi se ferait-elle maintenant ? » L’auteur de « L’Archipel français » (1) ajoute néanmoins : « Sur la réforme des retraites, attention danger ! » Car elle concerne tout le monde, et que plus personne ne comprend ce que veut l’exécutif. Le même type de réaction se produit chez le politologue grenoblois Frédéric Gonthier : « Le mouvement des ‘gilets jaunes’ est original dans son rapport à la politique et à l’organisation, il est donc assez peu fusionnable avec un mouvement syndical », commence par dire ce maître de conférences à Sciences Po Grenoble qui a coordonné l’étude de 5.000 questionnaires remplis par les membres des 300 groupes Facebook les plus fréquentés l’hiver dernier. Mais il note aussi : « Pour coaliser, il faut un ennemi et celui-là est bien identifié de part et d’autre : c’est Emmanuel Macron. »

Archipel ou front uni ?

Alors l’archipel ou le front commun ? On ne se perdra pas en conjecture, mais on peut en revanche examiner les éléments de continuité (ou pas) entre les deux révoltes. A première vue, tout les oppose : des travailleurs précarisés du secteur privé l’an dernier versus des professions à statut cet automne; des publics syndicalisés aujourd’hui contre des gens se défiant des corps intermédiaires et de tout mécanisme de représentation hier… Sauf que ces dernières semaines, les confédérations sont souvent dépassées par leur propre base, et les chercheurs font état d’acteurs communs aux deux mouvements. « Dans les manifestations de ‘gilets jaunes’, il y avait beaucoup de fonctionnaires de catégorie C et de ‘cols roses’, infirmières, aides-soignantes ou aides à domicile. Les professions qui craquent aujourd’hui étaient déjà mobilisées hier », souligne la sociologue Magali Della Sudda, qui a coordonné une étude de 1.500 questionnaires remplis sur les ronds-points et en manifestation.

Les publics n’étaient pas forcément identiques dans la rue – au maximum 300.000 manifestants – et sur les groupes Facebook. Et avec le temps, seuls sont restés les plus déterminés et les plus politisés. Ce qui peut expliquer que « l’assemblée des assemblées » des « gilets jaunes » ait récemment appelé à la mobilisation le 5 décembre.

L’influence des femmes

Mais il existe d’autres explications plus inquiétantes pour l’exécutif. « Les femmes étaient très présentes chez les ‘gilets jaunes’ et porteuses d’une forte exigence de solidarité ou de justice intergénérationnelle », relèvent en choeur Magali Della Sudda et Frédéric Gonthier. Alors forcément, elles se sentent concernées par la réforme des retraites. « Le peuple des ronds-points et les professions qui craquent ont pour point commun de se vivre comme les soutiers du modèle économique, des gens en première ligne mais pas reconnus », ajoute Jérôme Fourquet. Le mépris à leur endroit pour sentiment partagé, un sujet anxiogène (les retraites) et un coupable tout désigné (le président)… L’économiste Daniel Cohen (2) ne croit pas à la grève générale et ne voit pas de « plate-forme commune » entre les révoltés d’hier et ceux d’aujourd’hui. Ce n’est pas forcément signe de modération : « Leur seule demande commune pourrait être le retrait pur et simple de la réforme » – la CGT le demande déjà. Et de prévenir : « Il y a urgence, car il y a un point d’ébullition où les gens ne se satisferont que d’une capitulation du gouvernement. »

VIDEO. Un an après les « Gilets jaunes », le malaise persistant de la « France discount »

(1) Seuil 2019.

(2) « Les Origines du populisme », par Yann Algan, Elizabeth Beasley, Daniel Cohen, Martial Foucault, Seuil 2019.

Elsa FreyssenetNote(s) :

Articles connexes :

L’opposition à la réforme des retraites grandit

L’insécurité économique et la solitude : ferments du populisme

Macron face à l’archipel social

Rentrée : les sujets à risques du gouvernement sur le front social

« Gilets jaunes » : est-ce la fin du mouvement ?

« Gilets jaunes » : un an après, le malaise persistant de la « France discount »

Quels enseignements peut-on tirer de la mobilisation des gilets jaunes ?Trois clefs pour comprendre

Sud Ouest, mardi 30 avril 2019, p. Bergerac ~ Sarlat-C1_4- 433 mots,

par Jefferson Desport

1 Quel est le portrait-robot du gilet jaune ?

À la faveur des premiers résultats de l’étude menée depuis mi-novembre sur ce mouvement et à laquelle participe Magali Della Sudda, plusieurs traits communs émergent. À commencer par leurs revendications dont les trois principales sont : ” Le pouvoir d’achat, une réforme institutionnelle pour améliorer la représentation et la justice sociale. Mais, observe Magali Della Sudda, il n’y a rien sur l’immigration, ni sur la laïcité. “

Sur le profil des manifestants, là aussi des éléments apparaissent. ” Parmi les personnes qui nous ont répondu, nous avons une forte proportion de femmes, souligne la chercheuse. Ce n’est pas du 50-50, mais on s’en rapproche. L’âge moyen est de 47 ans. Beaucoup sont concernés directement ou indirectement par la question du handicap et de l’invalidité. ” Enfin, l’étude en cours fait apparaître un revenu moyen de ” 1 800 euros par foyer “. ” Ce sont des gens très modestes “, appuie Magali Della Sudda.

2 Peut-on parler d’une crise de la représentation ?

Parmi les lignes de force qui soutiennent ce mouvement émerge aussi la réelle défiance des représentations habituelles. ” Ce mouvement est très protéiforme, souligne Vincent Tiberj, mais il y a un décrochage face à la représentation classique. C’est fini le temps du citoyen bien éduqué qui s’en remettait aux élites pour choisir pour lui. Cette culture de la déférence est terminée. “

Une analyse confirmée par les entretiens menés sur les ronds-points, comme le souligne Magali Della Sudda. ” Pour trois-quarts des gilets jaunes, les partis n’ont pas leur place dans le mouvement. Tout comme les syndicats. On note aussi le refus de se positionner sur l’axe gauche-droite. ” Mais ceux qui le font penchent ” plutôt à gauche “. Si elle ne nie pas la présence ” d’identitaires “, elle affirme que ” ce n’est pas le gros des troupes “.

3 Que peut devenir le mouvement ?

Se refusant à jouer les astrologues, Magali Della Sudda estime néanmoins que ” des changements très profonds ” sont à l’oeuvre. Pour Vincent Tiberj, l’avenir s’annonce, en revanche, ” compliqué “, en raison notamment de ” la culture anti-chef ” des gilets jaunes.

Une certitude : si le Grand Débat a rassemblé près de 2 millions de contributions, ce résultat mérite d’être nuancé à leurs yeux. ” On n’a pas les mêmes chances de participer selon que l’on est un homme ou une femme, selon qu’on s’intéresse à la politique ou pas, qu’on est diplômé ou pas, souligne Vincent Tiberj. Rien que le mécanisme d’écrire sur Internet a exclu un certain nombre de citoyens. Tout cela renvoie à des inégalités sociales. “

(1) Retrouvez cette interview sur

Municipales: «Il est difficile de prévoir le vote des “gilets jaunes”»

Le Figaro (site web) vendredi 21 février 2020 – 1209 mots

par Carcenac, Paul

INTERVIEW – Magali Della Sudda est universitaire et a coordonné la plus vaste enquête menée en France sur les «gilets jaunes». Elle analyse les mutations du mouvement né il y a plus d’un an.

Les «gilets jaunes» n’ont pas disparu. En province, surtout dans le sud de la France, certains réinvestissent des ronds-points. Magali Della Sudda est l’une des universitaires qui connaît le mieux la dynamique de ce mouvement. L’hiver dernier, elle a coordonné la plus vaste enquête sociopolitique menée sur le sujet par quatre-vingts chercheurs.

Aujourd’hui, elle continue de suivre l’évolution de la mobilisation, et ses mutations. À l’heure des municipales, les «gilets jaunes» ne considèrent toujours pas les urnes comme un moyen d’expression efficace. Ils semblent, en revanche, avoir trouvé dans la contestation contre la réforme des retraites un nouvel angle d’attaque face au gouvernement.

LE FIGARO.- Aucune liste de «gilets jaunes» n’émerge dans la campagne des municipales. Après l’échec des européennes, peut-on dire que le mouvement se dirige vers un nouveau rendez-vous électoral manqué?

Magali DELLA SUDDA.- Nous, chercheurs, pensions que les municipales seraient l’occasion pour les «gilets jaunes» de faire le lien avec le champ politique. Le jeu des partis est moins important qu’aux européennes. Personnellement, je révise mon jugement. Il faut attendre le dépôt des listes, mais, pour l’instant, ils ne semblent pas s’engager massivement dans la campagne. Notre enquête a montré que ces personnes sont toujours éloignées des urnes et ne sont pas convaincues que le vote soit forcément la meilleure manière d’exprimer leurs opinions.

» LIRE AUSSI – Européennes 2019: les listes «gilets jaunes» obtiennent moins de 1% des voix

Néanmoins, dans quelles villes devra-t-on surveiller les résultats?

Les petites communes seront sûrement plus intéressantes à observer que les métropoles, peu ouvertes aux nouveaux entrants. Des listes de collectifs de «gilets jaunes» s’y créent. On peut supposer des passages plus faciles du rond-point à la mairie dans ces lieux où ils vivent en majorité comme l’a montré mon collègue Etienne Walker. Des listes «citoyennes» leur réservent aussi des places. C’est une formule qui semble fonctionner. Il y a celle de Philippe Poutou à Bordeaux, créditée dans un sondage à 11 % des intentions de vote, ou encore celle, à Cenon (Gironde), emmenée par le «gilet jaune» Alexandre Ribeiro.

Ingrid Levavasseur, ex-figure du mouvement, est impliquée dans la campagne à Louviers, dans l’Eure, mais pas en tant que représentante du mouvement. Contestée par la base en raison de son ambition politique aux européennes, elle avait annoncé assez tôt qu’elle s’engagerait pour les municipales. Son parcours semble illustrer la difficulté qu’ont les «gilets jaunes» à avoir une trajectoire électorale. La suspension de la circulaire Castaner (qui prévoyait de ne plus attribuer de nuance politique dans les villes de moins de 9000 habitants, NDLR) est une bonne nouvelle: cela permettra d’observer le score des «gilets jaunes» sur le plan national.

Dans les urnes, n’est-ce pas le Rassemblement national qui, dans un élan de «dégagisme», peut bénéficier d’un «effet “gilet jaune”»?

Il n’y a pas de traduction automatique d’un mouvement social dans les urnes. La plupart des «gilets jaunes» refusent de se positionner sur l’axe gauche-droite. Ceux qui expriment quand même une préférence politique citent plus souvent la gauche radicale. Très peu d’entre eux se revendiquent proches du RN, dans les enquêtes.

Il y a bien eu des tentatives de militants identitaires d’occuper des ronds-points, mais ils étaient minoritaires. En revanche, les «gilets jaunes» qui sont actifs sur les réseaux sociaux expriment une préférence bien plus affirmée pour l’extrême droite. C’est pour cela qu’il est difficile de prévoir leur vote.

Des «gilets jaunes» continuent de défiler, avec des affrontements, chaque samedi en province, en particulier dans le sud de la France. De qui est composé ce noyau dur?

Il y a des gens qui sont là depuis le premier jour du mouvement, le 17 novembre 2018, et qui n’ont jamais fait défection. On remarque aussi le retour de personnes qui avaient disparu. Elles reviennent depuis quelques semaines à la faveur des mobilisations contre la réforme des retraites, de la défense de l’hôpital public ou de la grève des enseignants.

On note enfin la présence d’une troisième catégorie de personnes, avec une double casquette: «gilet jaune» et syndicaliste, ou membre d’un parti de gauche. On voit désormais, le samedi, à Bordeaux ou à Toulouse par exemple, des cortèges avec des drapeaux. Les syndicalistes, très longtemps sceptiques, ont appris à connaître les «gilets jaunes».

La convergence entre les «gilets jaunes» et les syndicats, qui avaient des relations très compliquées, s’est donc finalement opérée?

Pas tout à fait. Selon les lieux et les configurations, les pratiques et les habitudes peuvent diverger entre la CGT et les «gilets jaunes». Ces derniers ne sont pas habitués à défiler dans un cortège, avec un service d’ordre, qu’on leur dise où aller. La moitié d’entre eux, au début du mouvement, n’étaient pas habitués aux manifestations.

» LIRE AUSSI – Bousculés par les «gilets jaunes», les syndicats cherchent la parade

Les cultures militantes se frictionnent. Reste que la contestation contre la réforme des retraites a ouvert un espace de convergence comme le souligne Karine Clément. Elle s’est créée en Lorraine, sur les ronds-points, comme à la RATP, où les grévistes se sont réapproprié le gilet jaune.

Laval, Boulogne-sur-Mer, Vannes, Poitiers, Cahors… Ces dernières semaines, plusieurs groupes composés de dizaines de «gilets jaunes» se rassemblent de nouveau sur des ronds-points. Le signe d’un retour?

On ne peut pas prédire l’avenir. Il s’agit principalement de ronds-points où les «gilets jaunes» ont une sensibilité à la question sociale, avec une majorité de gens de gauche. Nous avons surtout des éléments de l’enquête faite en Moselle par ma collègue Karine Clément, ou de Raphaël Challier dans l’Est de la France. On remarque que le mouvement contre la réforme des retraites les a remobilisés et leur a donné l’espoir d’une mobilisation plus large.

Ils y ont vu un second souffle. Ils sont très concernés par cette question car ils sont en moyenne plus âgés qu’en manifestations. Il y a plus d’ouvriers ou de femmes travaillant dans le domaine médico-social.

Le référendum d’initiative citoyenne, le RIC, a disparu du débat public aussi brutalement qu’il y est entré…

Ce mot d’ordre du RIC a permis, à un moment, de faire tenir une coalition de personnes qui avaient des visions du monde très différentes. Il était la clé pour traduire les demandes des «gilets jaunes» en actions politiques concrètes. Mais il y avait des débats sur ses modalités, sur sa mise en œuvre. Il a cependant eu deux traductions. Le référendum sur la privatisation des aéroports de Paris (ADP), même s’il va échouer, a recueilli plus d’un million de signatures. Il y a aussi la conférence pour le climat avec 150 citoyens tirés au sort. Sans les «gilets jaunes», ces dispositifs n’auraient jamais existé.

Bastion des gilets jaunes, Bordeaux s’interroge sur les violences

Cet article est paru en libre accès dans La Croix (site web), samedi 19 janvier 2019 – 573 mots

par Simon Barthélemy (à Bordeaux)

Dans la métropole girondine, depuis le début du mouvement, les violences sont légion, que ce soit du côté des manifestants ou de celui des forces de l’ordre.

Olivier Béziade est sorti du coma mercredi 16 janvier au soir. Ce père de famille et pompier volontaire de 47 ans, vivant à Bazas (Gironde), manifestait le samedi précédent à Bordeaux lorsqu’il a été touché à la nuque, probablement par un tir de flashball de la police. Depuis son réveil, son pronostic vital n’est plus engagé, mais sa main est encore paralysée.

Des blessures extrêmement graves

La préfecture de la Gironde a saisi l’IGPN (la « police des polices ») pour faire la lumière sur cette affaire mais elle n’a pas déclenché d’enquête pour d’autres faits similaires. Lors de ce même « acte IX », un jeune homme a été éborgné par un tir de lanceur de balles de défense (LBD).

Depuis le début du mouvement des gilets jaunes en Gironde, « on dénombre ainsi pas moins d’une dizaine de personnes victimes de blessures extrêmement graves, irréversibles », s’est indigné vendredi 18 janvier un collectif d’associations, syndicats et partis de gauche (FSU, CGT, SNJ-CGT, Ligue des droits de l’Homme…), citant « des défigurations du visage, l’ablation d’un testicule, des handicaps moteurs permanents, deux mains arrachées ».

À lire?: Le Sud-Ouest, terre de « gilets jaunes »

Ce collectif demande au préfet de la Gironde, outre un moratoire sur les LBD, « l’abandon immédiat des techniques répressives dangereuses et excessives ». L’Observatoire girondin des libertés publiques a dénoncé également de son côté « la brutalité et l’illégalité de telles pratiques de “maintien de l’ordre” ». Il collecte des témoignages de victimes, et des avocats pourraient former un recours collectif en justice.

Des poches de pauvreté

Comment expliquer de tels déchaînements à Bordeaux?? Car avant ces derniers épisodes, la mobilisation massive de gilets jaunes, plusieurs milliers de manifestants tous les samedis, souvent plus qu’à Paris, avait aussi été marquée par des actes non moins violents côté manifestants.

Ici, la gauche radicale fait des scores importants, Jean-Luc Mélenchon y a recueilli 23,43 % des voix au premier tour en 2017. Selon le président (PS) du département, Jean-Luc Gleyze, la métropole bordelaise est l’« incarnation d’une société mondialisée qui fonctionne comme un rouleau compresseur ». Si le dynamisme économique et démographique de la ville est pour lui « une chance pour la Gironde », il « peut créer un sentiment de fracture avec les communes moins bien loties », précise-t-il.

Ainsi, relève François Richard, de la FSU33, les gilets jaunes qui se réunissent à Bordeaux viennent du « couloir de la pauvreté » situé au nord de la Gironde, dans des territoires viticoles et des petites villes (Médoc, Blaye, Libourne…).

Une « gentrification » de la ville

Mais avec 17,2 % de Bordelais en dessous du seuil de pauvreté, la ville elle aussi « concentre une grande partie de la misère départementale », comme le rappelle Alain Juppé. Magali Della Sudda, coordonnatrice d’une vaste enquête du Centre Émile Durkheim (Sciences-Po Bordeaux) sur les gilets jaunes, l’explique par une « gentrification » de la ville?:

« La métropolisation s’est accompagnée de transformations sociales et urbaines très brutales : destruction de l’habitat populaire traditionnel, augmentation très importante de l’immobilier (évoquée à plusieurs reprises par les gilets jaunes) et éviction des ménages modestes, dans un contexte où les infrastructures de transport et scolaires sont lacunaires.»

Magali Della Sudda, CNRS, coordinatrice de l’enquête Gilets jaunes

Beaucoup ont donc dû (ou préféré) quitter Bordeaux, tout en étant contraints de s’y rendre chaque jour pour le travail. Des vies pendulaires qui peuvent nourrir la colère.

Enquête sur les GILETS JAUNES

20 Minutes (site web), lundi 17 décembre 2018 – 1096 mots

par Elsa Provenzano

«Si on s’en tient aux voitures qui brûlent, on ne comprend pas pourquoi le mouvement tient»

Magali Della Sudda, chargée de recherche au CNRS-Centre Émile Durkheim

SOCIAL Environ 80 chercheurs de toute la France recueillent des données auprès des participants au mouvement des « gilets jaunes » pour rendre compte de ce mouvement social qui secoue le pays. Magali Della Sudda, chercheuse au centre Émile Durkheim de Sciences Po Bordeaux, répond aux questions de 20 Minutes…

Un collectif de chercheurs récolte des données auprès des « gilets jaunes » mobilisés sur les ronds points et en manifestations pour mieux comprendre le mouvement. Selon leurs premiers résultats, ils décrivent une révolte populaire empreinte de justice sociale, avec des revendications minoritaires sur l’immigration. L’enquête dépeint un mouvement qui associe des revendications matérielles et des exigences de transformation politique.

Qui sont les « gilets jaunes » mobilisés depuis le 17 novembre partout en France ? C’est la question sur laquelle s’est penché un collectif de chercheurs en sciences humaines (histoire, géographie, sciences politiques etc.) pour mieux cerner le mouvement social. Magali Della Sudda est l’une des trois chercheuses du centre Emile-Durkheim, rattaché à Sciences Po Bordeaux, qui participent aux enquêtes de terrain. Elle commente pour 20 Minutes les premières données récoltées, précisant que le travail d’enquête est toujours en cours et le sera tout au long du mouvement. A l’heure actuelle, environ 500 questionnaires ont été exploités et livrent des résultats provisoires.

D’où part l’idée de vous intéresser au mouvement ?

Les chercheurs doivent absolument pouvoir rendre compte le plus fidèlement possible de ce mouvement, de sa sociologie, de ses revendications et aussi de ses transformations. Si on est parti d’un type de manifestation assez bien connue, c’est-à-dire des blocages contre les taxes et l’Etat, on a basculé vers d’autres modalités d’actions et d’autres revendications et cela, on a voulu le saisir, car cela nous semblait très pertinent dans nos métiers de chercheuses en sciences politiques.

Quelle méthodologie employez-vous pour rendre compte de ce mouvement ?

Aujourd’hui, 80 chercheuses et chercheurs sont mobilisés sur cette enquête, aidés par des étudiants, des doctorants, des enseignants-chercheurs en poste ou à la retraite. On passe des questionnaires sur les ronds-points, les péages et lors des manifestations et on réalise des immersions sur le terrain auprès de personnes mobilisées, mais dont les retours ne sont pas encore disponibles. On a fait le choix d’un questionnaire qui commence par des questions ouvertes pour ne pas induire de réponses. Cela peut parfois prendre 40 minutes pour le remplir, ce sont de petits entretiens. Dans les manifestations, on est tributaires des mouvements de foule et certains n’ont pas confiance ou n’ont pas le temps et on essuie donc des refus. On peut comprendre la sociologie du mouvement par différents types d’enquête de sciences sociales.

Le contexte de la manifestation sans parcours annoncé, sans service d’ordre et avec des violences rend particulièrement complexe la passation du questionnaire.

Nous assurons une présence régulière sur le terrain qui permet d’avoir une continuité dans la collecte des données.

Vous relevez qu’une grande majorité des enquêtés se retrouve autour d’une problématique de pouvoir d’achat ?

Beaucoup sont préoccupés par le pouvoir d’achat, le leur mais aussi celui d’autres personnes, il y a vraiment une revendication de justice sociale. Très vite, on a eu des gens qui ne cochaient même pas la case : « Je suis là pour protester contre la hausse des taxes sur les carburants ». C’est la France des «Petits moyens», si je reprends l’expression de collègues qui ont travaillé sur la banlieue pavillonnaire et ses habitants (Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Yasmine Siblot).

Avez-vous constaté la présence de nombreux primo manifestants ?

Pour l’instant, l’enquête est une photo du mouvement entre le 24 novembre et le 1er décembre et elle montre que 45 % des enquêtés se mobilisaient pour la première fois de leur vie. Déjà le 8 décembre, à notre petite échelle bordelaise, on a collecté davantage de réponses de personnes habituées à des cortèges protestataires (contre la loi travail, la réforme du rail, etc.). Certains enquêtés s’étaient déjà mobilisés sur des enjeux locaux de fermeture de lignes et de transformation des services de transports publics.

Peut-on dire qu’il y a une surreprésentation des femmes dans ce mouvement ?

Non, elles ne sont pas plus présentes qu’à la manif pour tous, par exemple. Elles sont plus visibles mais pas davantage présentes. Le mouvement n’a pas de porte-parole émanant d’organisations comme on le voit habituellement or, les journalistes ont l’habitude de se tourner vers ces représentants, qui sont souvent des hommes. Cette nouvelle configuration contraint les médias à embrasser d’un regard plus vaste les personnes qui sont là et donc à donner de la visibilité aux femmes.

Les revendications portées par les enquêtés sur le thème de l’immigration vont à rebours de ce qu’on entend sur le mouvement. Expliquez-nous.

Une petite minorité des personnes qui nous a répondu évoque la question des migrants et on s’attendait, au regard de tout ce que les médias nous renvoyaient sur le mouvement, à voir sortir ces questions-là plus fréquemment. Et, il s’agissait souvent pour les répondants de mettre en avant le sujet de l’accueil des personnes. Précisons qu’on a essuyé des refus et bien sûr, on ne sait pas quel est le positionnement par rapport à cette question de ceux qui n’ont pas souhaité répondre.

Il ressort aussi de l’enquête une demande de réforme des institutions, une demande finalement très politique pour un mouvement présenté comme apolitique, non ?

C’est un mouvement qui n’est pas partisan mais qui est très politique. Il y a un désir très fort de réforme institutionnelle, que l’on voit monter de plus en plus et qui est assez unanimement partagé. Cette demande d’une réforme démocratique a une dimension très politique, au sens originel du terme (question de l’organisation de la vie dans la cité).

Avez-vous observé le développement d’une certaine sociabilité sur les points de mobilisation des « gilets jaunes » ?

Cela remonte des observations de terrain. Il y a des rencontres et de la solidarité entre eux. C’est important de le souligner car si on s’en tient aux voitures qui brûlent, aux violences qu’on voit à la télévision, on ne peut pas comprendre pourquoi ce mouvement tient. Si on écarte ces aspects, on se demande pourquoi les gens vont aller se mettre dans ces situations-là, alors qu’ils ne sont pas solidaires des violences et qu’ils ne veulent pas faire de dégradations matérielles. La « casse » est la méthode la plus condamnée de toutes par nos enquêtés. 89 % répondent qu’ils ne pourraient « absolument pas » y avoir recours. Cet article est paru dans 20 Minutes (site web)

https://www.20minutes.fr/societe/2397427-20181217-video-enquete-gilets-jaunes-si-tient-voitures-brulent-comprend-pourquoi-mouvement-tient

Catholic women’s 1968 responses to Humanae Vitae

La Croix International (web site) Home, Friday, July 20, 2018 941 mots

Catholic women’s 1968 responses to Humanae Vitae The demand for conjugal intimacy and the rejection of an inquisitorial approach to sexuality on the part of the priest are clearly visible Anne-Bénédicte Hoffner France

Sociologist Magali Della Sudda, a research fellow at the Emile Durkheim Center in Bordeaux, has studied 100 letters sent to the Women’s General Catholic Action (ACGF) movement following the publication of Pope Paul VI’s encyclical Humanae Vitae in 1968. The women – and a few men – describe their struggle with their daily experience and the teaching of the magisterium. The letters were sent to the movement’s journal between October 1968 and February 1969 in the wake of the publication of Humanae Vitae. Anne-Bénédicte Hoffner for La Croix interviews Magali Della Sudda.

La Croix: What do these letters say?

Magali Della Sudda: The October 1968 edition of L’Echo de notre temps (The Echo of Our Time), the bimonthly publication of the ACGF, commented on the encyclical Humanae Vitae and invited readers to respond.

Out of the 2,958 responses received by the movement following its appeal, only 98 letters are still preserved in its archives. Most — 76 — were written by women, four by couples, 17 by men and one by ‘a group of Christian households.’

The letters, which record very concrete and sometimes extremely intimate experiences – albeit with reserve – reveal the extent to which the authors were torn between their attachment to the church and doubts over their ability to implement its teaching.

They express their regret at not receiving the support they were looking for from the church.

What are their arguments?

Most argue from their own situation as mothers of families, although some also base themselves on their experience as doctors or nurses, expressing either frank disagreement or doubt.

They cite health problems, including “nervous depression” linked to “numerous births,” caesarian births, irregular cycles and financial concerns, particularly in working class families.

Many women also referred to “conjugal duty,” “charity” regarding their spouses. They cannot see how to “say no” to their partner without pushing him into adultery.

One husband, who had five children, of whom the last one was an Ogino baby [The Ogino method is a calendar-based method of avoiding conception, named after Kyasaku Ogino] wrote of the need for a couple to experience a fulfilling sexuality.

‘We think that the current successor of Peter is not very well informed from a practical point of view,’ he wrote. ‘He writes abstractly and from a legalistic perspective.’

However, several older women completely defended the document. So too did the only priest who contributed, a movement chaplain, who was furious that the magazine dared to present the encyclical as a subject for debate and ask readers to express their views!

Finally, one woman expressed her rupture with the church over the issue of sexuality and access to contraception.

What do the letters indicate about the state of mind and marital life of Catholic women during the 1960s?

This is a completely unprecedented voice of women dating from a period when letters from readers, e.g. of the magazine Marie-Claire or Ménie Grégoire’s TV program on RTL, became a vital means of expression, emancipation or at least affirmation of oneself and one’s femininity, both inside and outside the church.

It is interesting in two respects, first because the ACGF was the most important women’s movement of the time, and secondly because this period is now little known.

The women of those years were always suspect in the eyes of those who came later of having been too conservative and not feminist enough.

However, these archives demonstrate that change was already under way. The letters written by the men are also interesting on the issue of equality between the spouses.

There is a radical change here from the “Letters to Fr Viollet” written during the 1920s and 1930s. [Martine Sevegrand, L’Amour en toutes lettres : Questions à l’abbé Viollet sur la sexualité, 1924-1943, Albin Michel, 1996]

At that time, women – and sometimes their spouses – wrote to ask for advice. Thirty years later, the tone had changed.

The demand for conjugal intimacy and the rejection of an inquisitorial approach to sexuality on the part of the priest are clearly visible.

Several letters also mention the desire to take a decision ‘in conscience’ and highlight the contradiction with the emphasis placed on this point by Vatican II.

The call to responsibility by the faithful lay at the center of aggiornamento of those years.

Some Catholics expected that this would also apply to the field of sexuality. Thus, Humanae Vitae seemed to them to treat people like children.

‘For the last two or three years, they have invited us to become adults, to take decisions ourselves without constantly asking what is permissible and what is prohibited,’ wrote one married woman with six children.

‘Now that Paul VI has spoken, we need to make love on command and not when we desire,’ she wrote.

Another couple made reference to a decision ‘taken in full conscience which appears to us to be the only one possible.’

The ACGF did not take a stand itself.

However, the very fact that it opened its columns to debate and allowed dissent to appear scandalized some readers.

Moreover, the publication of certain extracts, which are quite representative of the whole, illustrates that the leaders and chaplains of the movement wished to give a voice to women.

None of the women claimed sexual freedom outside of marriage. They simply wished to articulate the injunctions of the magisterium with their desire for a fulfilling sex life, which was not necessarily procreative. This article was published in La Croix International (web site)