Archives de catégorie : Media

« Gilets jaunes », syndicats : l’inconnue de la convergence des luttes

Cet article est paru en libre accès sur Les Échos (site web) vendredi 15 novembre 2019 – 1036 mots

par Elsa Freyssenet

Un artisan ou une aide à domicile se sentiront-ils concernés par les difficultés d’un cheminot ou d’un enseignant malgré l’impact sur leur vie quotidienne du blocage des transports ou des fermetures d’école ? Y aura-t-il persistance d’une méfiance de tous contre tous ou au contraire conjonction des ressentiments contre le gouvernement ? A la veille de la mobilisation anti-réforme des retraites le 5 décembre prochain dans les transports, les experts se divisent sur le sujet.

L’an dernier, Luis De Freitas, délégué syndical (CFDT puis Unsa) chez un sous-traitant d’ArcelorMittal à Florange, s’est rendu sur un rond-point de Thionville à la rencontre des « gilets jaunes » . « Au début, j’ai eu du mal, car les gens ne voulaient pas de syndicaliste », raconte-t-il. Au bout de quelques semaines, ses camarades de rond-point en ont fait leur porte-parole « parce que tu as de l’expérience » , lui ont-ils dit. Un an après, il est encore sur le pont. Le 5 décembre prochain, jour de mobilisation dans les transports et point de départ, espèrent la CGT, la FSU, FO et SUD, d’un mouvement interprofessionnel, Luis De Freitas se mettra, lui aussi, en grève « pour une durée illimitée » . Il pourrait incarner le cauchemar de l’exécutif, la jonction entre les petites classes moyennes du secteur privé (le socle des « gilets jaunes ») et leurs homologues de la fonction publique (qui expriment leur colère en cet automne).

Bien malin qui pourrait prédire s’il y aura la fameuse « convergence des luttes » comme en mai 1968 ou encore « une grève par procuration » comme en 1995. Cela dépend non seulement du degré de colère accumulée – il est élevé – mais aussi de la volonté et de la capacité des différentes professions et classes d’âge concernées à être solidaires les unes avec les autres. Un artisan ou une aide à domicile se sentiront-ils concernés par les difficultés d’un cheminot ou d’un enseignant malgré l’impact sur leur vie quotidienne du blocage des transports ou des fermetures d’école ? Y aura-t-il persistance d’une méfiance de tous contre tous ou conjonction des ressentiments contre le gouvernement ?

Un ennemi commun

Le seul fait que l’hypothèse ne soit pas exclue en dit long sur l’état de fébrilité du pays. Hospitaliers, « gilets jaunes », agriculteurs, pompiers, policiers ou étudiants… « Pour l’instant, les foyers sont isolés et séparés […] Mais un jour tout peut basculer », s’inquiète dans « L’Express » Raymond Soubie, l’ancien conseiller social des présidents de droite qui en a pourtant vu d’autres. Le sondeur Jérôme Fourquet, lui, ne croit pas au front commun : « La convergence des luttes ne s’est pas faite au pic du mouvement des ‘gilets jaunes’, alors pourquoi se ferait-elle maintenant ? » L’auteur de « L’Archipel français » (1) ajoute néanmoins : « Sur la réforme des retraites, attention danger ! » Car elle concerne tout le monde, et que plus personne ne comprend ce que veut l’exécutif. Le même type de réaction se produit chez le politologue grenoblois Frédéric Gonthier : « Le mouvement des ‘gilets jaunes’ est original dans son rapport à la politique et à l’organisation, il est donc assez peu fusionnable avec un mouvement syndical », commence par dire ce maître de conférences à Sciences Po Grenoble qui a coordonné l’étude de 5.000 questionnaires remplis par les membres des 300 groupes Facebook les plus fréquentés l’hiver dernier. Mais il note aussi : « Pour coaliser, il faut un ennemi et celui-là est bien identifié de part et d’autre : c’est Emmanuel Macron. »

Archipel ou front uni ?

Alors l’archipel ou le front commun ? On ne se perdra pas en conjecture, mais on peut en revanche examiner les éléments de continuité (ou pas) entre les deux révoltes. A première vue, tout les oppose : des travailleurs précarisés du secteur privé l’an dernier versus des professions à statut cet automne; des publics syndicalisés aujourd’hui contre des gens se défiant des corps intermédiaires et de tout mécanisme de représentation hier… Sauf que ces dernières semaines, les confédérations sont souvent dépassées par leur propre base, et les chercheurs font état d’acteurs communs aux deux mouvements. « Dans les manifestations de ‘gilets jaunes’, il y avait beaucoup de fonctionnaires de catégorie C et de ‘cols roses’, infirmières, aides-soignantes ou aides à domicile. Les professions qui craquent aujourd’hui étaient déjà mobilisées hier », souligne la sociologue Magali Della Sudda, qui a coordonné une étude de 1.500 questionnaires remplis sur les ronds-points et en manifestation.

Les publics n’étaient pas forcément identiques dans la rue – au maximum 300.000 manifestants – et sur les groupes Facebook. Et avec le temps, seuls sont restés les plus déterminés et les plus politisés. Ce qui peut expliquer que « l’assemblée des assemblées » des « gilets jaunes » ait récemment appelé à la mobilisation le 5 décembre.

L’influence des femmes

Mais il existe d’autres explications plus inquiétantes pour l’exécutif. « Les femmes étaient très présentes chez les ‘gilets jaunes’ et porteuses d’une forte exigence de solidarité ou de justice intergénérationnelle », relèvent en choeur Magali Della Sudda et Frédéric Gonthier. Alors forcément, elles se sentent concernées par la réforme des retraites. « Le peuple des ronds-points et les professions qui craquent ont pour point commun de se vivre comme les soutiers du modèle économique, des gens en première ligne mais pas reconnus », ajoute Jérôme Fourquet. Le mépris à leur endroit pour sentiment partagé, un sujet anxiogène (les retraites) et un coupable tout désigné (le président)… L’économiste Daniel Cohen (2) ne croit pas à la grève générale et ne voit pas de « plate-forme commune » entre les révoltés d’hier et ceux d’aujourd’hui. Ce n’est pas forcément signe de modération : « Leur seule demande commune pourrait être le retrait pur et simple de la réforme » – la CGT le demande déjà. Et de prévenir : « Il y a urgence, car il y a un point d’ébullition où les gens ne se satisferont que d’une capitulation du gouvernement. »

VIDEO. Un an après les « Gilets jaunes », le malaise persistant de la « France discount »

(1) Seuil 2019.

(2) « Les Origines du populisme », par Yann Algan, Elizabeth Beasley, Daniel Cohen, Martial Foucault, Seuil 2019.

Elsa FreyssenetNote(s) :

Articles connexes :

L’opposition à la réforme des retraites grandit

L’insécurité économique et la solitude : ferments du populisme

Macron face à l’archipel social

Rentrée : les sujets à risques du gouvernement sur le front social

« Gilets jaunes » : est-ce la fin du mouvement ?

« Gilets jaunes » : un an après, le malaise persistant de la « France discount »

Pourquoi les gilets jaunes n’ont pas réussi à transformer l’essai en politique

Cet article est paru en libre accès sur L‘Express (site web) Politique, mercredi 13 novembre 2019 – 1380 mots

par Julien Chabrout

Refus de représentation, défiance vis-à-vis des partis, incapacité à créer leur propre formation… Le mouvement n’a pas su s’intégrer dans le système politique partisan.

Le sondage était trop beau et il n’a pas résisté à l’épreuve du temps. Le 9 décembre 2018, une liste de gilets jaunes était créditée de 12% aux élections européennes, selon un sondage Ipsos pour le JDD commandé par La République en marche. Mais plus de six mois plus tard, le score des deux listes issues du mouvement a finalement été bien en-deçà: 0,54 % pour “Alliance jaune” de Francis Lalanne, et 0,01 % pour “Évolution citoyenne”, menée par Christophe Chalençon.

La première tentative électorale des gilets jaunes s’est donc soldée par un échec. “Nous nous sommes présentés avec seulement 2500 euros, sans compte en banque. Par ailleurs, notre mouvement n’a pas été convié à un seul plateau télé, c’était compliqué de percer médiatiquement”, avance Christophe Chalençon, joint par l’Express.

Les raisons de l’échec sont aussi plus profondes. “Ce n’est pas un scrutin très mobilisateur pour les classes populaires”, rappelle à L’Express Magali Della Sudda, chargée de recherche au CNRS. “Le parti préféré des gilets jaunes est l’abstention”, précise l’une des 70 personnes ayant réalisé une enquête sur les manifestants, avec le centre Émile Durkheim, une unité de recherche de Sciences Po Bordeaux.

“Ce mouvement était trop hétérogène politiquement pour pouvoir aussi rapidement se synthétiser sur une liste, ce qui nécessite une homogénéité”, estime auprès de L’Express Éric Coquerel, le député de La France insoumise (LFI), formation qui n’a eu de cesse de se présenter en adéquation avec “l’esprit gilet jaune”. “Ce mouvement est tellement polymorphe qu’il est très compliqué d’incarner une seule des tendances”, abonde la porte-parole d’EELV Sandra Regol.

La “cacophonie revendicative” des gilets jaunes

Dès le 4 décembre 2018, Jean-François Barnaba, l’une des figures des gilets jaunes, indiquait qu’il “travaillait” à la constitution d’une liste aux européennes. Sans succès. Une autre personnalité, Ingrid Levavasseur, avait renoncé en février dernier à mener sa liste. En cause: des menaces et des insultes suivies de défections dans ses rangs.

“Le simple fait de refuser l’émergence de leaders et de porte-paroles a contraint les gilets jaunes à une espèce de ‘cacophonie revendicative'”, explique à L’Express Luc Rouban, directeur de recherche au CNRS et auteur de La matière noire de la démocratie , aux Presses de Sciences Po.

“Ils veulent être en dehors du système de la démocratie représentative”, souligne également Luc Rouban. “Résultat: cela les conduit à s’auto-enfermer dans la contestation et ils n’ont pas de représentants”.

Gérer les désaccords, une difficulté de taille pour les gilets jaunes

Un an après le lancement du mouvement, une partie des gilets jaunes refuse toujours de plonger dans le grand bain et d’intégrer un système qu’ils dénoncent, via des candidatures aux élections, l’adhésion à un parti politique ou la création de leur propre formation. “Quand vous créez votre parti, vous êtes obligés de vous entendre sur un programme, de gérer des contradictions et des désaccords”, observe Éric Coquerel. Une difficulté de taille pour des manifestants qui ne partagent pas tous le même socle idéologique.

“Dès le début du mouvement, un refus très fort a été exprimé vis-à-vis des partis et, d’une manière générale, de ce qui divise. Or la compétition électorale ou la politique divisent, c’est même le sens originel du terme ‘parti’, observe Magali Della Sudda. Néanmoins, cette docteure en histoire contemporaine note que “les syndicalistes de la base sont souvent bienvenus dans le mouvement, de même que les personnes membres de partis politiques, tant qu’elles ne récupèrent pas la contestation”.

LIRE AUSSI >> Un an après le début des gilets jaunes, 10 000 gardes à vue et 3100 condamnations

Si quelques gilets jaunes, comme le porte-parole de Debout la France (DLF) Benjamin Cauchy, ont été candidats aux européennes, la quasi-totalité d’entre eux s’est opposée à toute tentative de récupération politique. Contactée par plusieurs formations, notamment par LFI, Priscillia Ludosky avait ainsi décliné.

“Les gilets jaunes, c’est un mouvement social sans structuration politique sur lequel les partis n’ont pas de prise”, analyse auprès de L’Express l’ex-premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis. Il poursuit: “Sous la Ve République, aucun mouvement social ne s’est transformé en mouvement politique. La mutation entre le social et la politique est complexe, parce que le social c’est le ‘tous ensemble’, tandis que le politique c’est le ‘moi sauf les autres’, ce n’est donc pas la même nature.”

“La création d’un parti regroupant les gilets jaunes ne peut pas fonctionner car c’est un mouvement social et non pas politique”, abonde Nicolas Dupont-Aignan, député et président de DLF. Un constat partagé par le député européen du Rassemblement national (RN), Philippe Olivier, lui aussi joint par L’Express.

Groupe de réflexion, parti… Les initiatives des figures du mouvement

Mais d’autres gilets jaunes veulent offrir un débouché politique. Le 7 janvier, Jacline Mouraud, qui avait vite pris ses distances avec le mouvement, fondait son parti, les Émergents. L’expérience a tourné court. “Certains m’ont soutenu, d’autres m’ont dit que les gilets jaunes sont apolitiques”, explique-t-elle aujourd’hui.

Jacline Mouraud s’est “rendue compte qu’un parti politique, cela enferme” et évoque son “mal de fou à trouver une banque”. Les Émergents sont désormais “en train de muter en groupe de réflexion politique et de propositions”, précise cette gilet jaune “sur le fond, mais pas sur la forme”.

Malgré son échec aux européennes et en dépit des difficultés des gilets jaunes à maîtriser un certain nombre de codes de la vie politique partisane, Christophe Chalençon s’attelle lui à “structurer” au niveau régional son mouvement “Évolution citoyenne”. L’objectif? “Créer une force politique citoyenne en miroir à En marche”, selon lui.

Figure de la contestation dans le Vaucluse, Christophe Chalençon souhaite que les gilets jaunes se dotent d’un ou de plusieurs porte-paroles et ‘d’une ligne politique”. Et voit plus loin: il compte se présenter aux élections législatives, en 2022, et souhaite que les gilets jaunes aient leur propre candidat à la présidentielle de cette même année. “La crise des gilets jaunes fera la prochaine élection présidentielle”, assure Nicolas Dupont-Aignan. “Et si les gilets jaunes votent à la présidentielle, ce que je pense, Emmanuel Macron a du souci à se faire”, veut croire le député de l’Essonne.

Les élections municipales dans le viseur

En attendant 2022, plusieurs figures comptent déjà se présenter aux élections municipales. Parmi elles, Benjamin Cauchy à Vigneux-sur-Seine, également dans l’Essonne, et Ingrid Levavasseur à Louviers, dans l’Eure, où elle sera candidate sur une liste “citoyenne” soutenue par LFI, le PCF et EELV. “Les municipales, c’est une élection où le projet est beaucoup plus palpable que pour d’autres”, déclare-t-elle à L’Express.

LIRE AUSSI >> “Certains gilets jaunes trouveront leur voie dans les élections municipales”

La jeune femme, qui a pris ses distances avec le mouvement, note un changement d’attitude. “Jusqu’à présent, beaucoup de gens, comme moi, n’avaient pas de conscience politique. Je n’avais pas forcément envie de participer à la vie politique car cela n’avait pas de sens”, explique-t-elle. “Mais de nombreuses personnes se sont rendues compte que, finalement, ‘intégrer le système’ pour pouvoir le changer de l’intérieur, ce n’était pas une mauvaise chose. Si l’on ne fait que de manifester et de râler, les choses ne peuvent pas évoluer.”

Un an après le coup d’envoi du mouvement, d’autres gilets jaunes, dénonçant initialement les difficultés à boucler les fins de mois, continuent de battre le pavé. Mais la mobilisation évolue. Certains ont rejoint les cortèges des récentes mobilisations en faveur du climat, où fleurissent des pancartes “Fin de mois, fin du monde = même combat”.

“La conscience politique se construit. Au départ, le mouvement était strictement apolitique. Aujourd’hui, il commence à conjuguer des revendications de réaction avec des demandes d’intérêt général. La question écologique est donc prise en compte car les gilets jaunes y sont confrontés au premier chef”, note à L’Express le coordinateur politique de Génération.s, Guillaume Balas. Du gilet jaune au gilet vert, seule la couleur du chasuble change…

Manif pour tous, militants catholiques, Veilleurs… Qui défile sous la bannière de “Marchons enfants” pour s’opposer à la PMA pour toutes ?

par Jean-Loup Adénor & Valentine Pasquesoone pour France Télévisions

Article publié en libre accès sur francetvinfo.fr le dimanche 06 octobre 2019, disponible ici.

“Les Sentinelles, ces manifestants immobiles, debout et en silence devant des institutions publiques pendant la mobilisation contre le mariage pour tous, avaient réussi à maintenir une petite présence dans la rue ces dernières années. Jusqu’en 2017, ils réunissaient chaque semaine quelques dizaines de personnes à Bordeaux (Gironde), d’après Magali Della Sudda. Avec la PMA pour toutes, ces Sentinelles appellent à de nouvelles “veillées”.”

Künstliche Befruchtung für alle – Bündnis macht mobil

GrenzEcho POLITIK, Friday, October 4, 2019, p.13 – 581 mots.

Es ist die Einlösung eines Versprechens von Emmanuel Macron: Die künstliche Befruchtung für alle. Damit hat Frankreichs Präsident eine Gesetzesreform mit großer gesellschaftlicher Bedeutung auf den Weg gebracht. Bisher ist die künstliche Befruchtung in Frankreich nur heterosexuellen Paaren erlaubt – sie müssen verheiratet sein oder mindestens zwei Jahre zusammen leben. Das soll sich nun ändern. Auch lesbische und alleinstehende Frauen sollen sich ihren Kinderwunsch erfüllen dürfen. Macron hatte das im Wahlkampf zugesagt, nun will er liefern.

Doch katholische Verbände und Politiker aus dem rechten Spektrum machen gegen die geplante Reform mobil. Und vor allem ein Bündnis will die Menschen zum Protest auf die Straße holen: „La Manif pour tous”. Sie rufen am Sonntag zu einer Großdemonstration in Paris auf. „La Manif pour tous” kennt man in Frankreich nur zu gut. Vor sechs Jahren hatte das konservative Bündnis Hunderttausende Menschen gegen die Legalisierung der gleichgeschlechtlichen Ehe mobilisiert. Wochenlang gab es Massenproteste, die Demonstranten lieferten sich Auseinandersetzungen mit der Polizei. Stehen Frankreich erneut derartige Großdemonstrationen bevor? Ein neuer heißer Herbst sozusagen, nachdem sich die „Gelbwesten”-Demos größtenteils beruhigt haben?

“Manif pour tous” – das heißt auf Deutsch so viel wie “Demo für alle”. Und das dürfte vielen auch in Deutschland noch ein Begriff sein. Das Bündnis hat im Nachbarland gegen die angebliche “Frühsexualisierung” von Kindern an Schulen demonstriert und sich gegen Lehrpläne gestellt, die verschiedene Lebensmodelle neben der klassischen Ehe gleichberechtigt vermitteln. An der geplanten Demo am Sonntag in Paris will das deutsche Bündnis aber nicht teilnehmen, hieß es auf Anfrage. Aber wie das Original lehnt die Gruppe die Reformpläne der französischen Regierung ab. „La Manif pour Tous” ist für das deutsche Pendant ein Vorbild gewesen, vor allen in „Erscheinungsbild und Auftreten”, erklärt die Organisatorin, Hedwig Freifrau von Beverfoerde. Das Besondere an der französischen Bewegung ist tatsächlich ihr bunter Auftritt mit modernem Anstrich bei gleichzeitig erzkonservativen Positionen. Es gab bei den Demos farbige Ballons, T-Shirts und Plakate, Happenings wurden organisiert. Bloß nicht bieder wirken. Das Bündnis war ein Sammelbecken für junge Menschen aus dem katholisch-konservativen Umfeld. Die Kirche stand hinter dem Protest. Aber auch die rechtspopulistische Marion Maréchal-Le Pen, Enkelin des Rechtsextremisten Jean-Marie Le Pen, trat auf. Warum aber stört sich „La Manif pour Tous” überhaupt an der künstlichen Befruchtung für alle? Das Bündnis argumentiert, eine solche Regelung würde die Kinder nicht nur des Vaters, sondern der gesamten väterlichen Familie berauben. Es sei eine große Ungerechtigkeit für Kinder, sagte die Organisatorin des Bündnisses, Ludovine de La Rochère, dem Sender Franceinfo. „Ich denke, es gibt eine sehr breite Ablehnung.”

Damit dürfte sie falsch liegen. Eine aktuelle Umfrage zeigt, dass 65 Prozent der Franzosen die künstliche Befruchtung für lesbische Paare unterstützen und 68 Prozent für alleinstehende Frauen. Und auch die Kirche gibt sich dieses Mal eher zurückhaltend. Auch von den „Gelbwesten” wird die Bewegung Experten zufolge eher nicht profitieren können – zu unterschiedlich sind die Bewegungen. Wird aus dem groß geplanten Protest also eine Luftnummer? “Die Formen der Mobilisierung sind weniger spektakulär”, erklärt Magali Della Sudda mit Blick auf die Demos von damals. Sie forscht unter anderem zu Religion und Geschlecht am politisch-soziologischen Centre Émile Durkheim in Bordeaux. Dadurch, so die Expertin, würden die Medien das Interesse verlieren – die Illusion des Verschwindens entstehe. Die Rückkehr auf die Straße markiere nun aber den Versuch einer Wiedererweckung der Demonstrationen von damals gegen die Ehe für alle. (dpa)

“Gilets jaunes” : quelles leçons pour les sciences sociales ?

France Culture, le 19 septembre 2019

À retrouver dans l’émissionL’Invité des Matins par Guillaume Erner

Alors que de nombreux travaux universitaires tentent d’éclairer le mouvement des “gilets jaunes”, le décalage entre temps politique et médiatique et temps de la recherche apparaît criant. Les sciences sociales ont-elles les moyens d’éclairer des phénomènes sociaux en construction ?

Rassemblement de gilets jaunes le 7 septembre à Montpellier.
Rassemblement de gilets jaunes le 7 septembre à Montpellier.• Crédits : Pascal GUYOTAFP

Dix mois après l’acte I des “gilets jaunes”, les universitaires se sont pleinement emparés de ce mouvement comme objet d’étude. De nombreux travaux académiques cherchent aujourd’hui à éclairer ce phénomène. Dans le même temps, le nombre de manifestants dans la rue a fortement faibli. Les “gilets jaunes” semblent avoir pris de court une partie du monde de la recherche, et le recul nécessaire pour étudier ce mouvement met en évidence le décalage entre actualité brûlante et temporalité du chercheur.

Que peuvent nous dire les sciences sociales sur les “gilets jaunes” ? Quelles leçons tirent-elles de ce mouvement ? Les sciences sociales ont-elles les moyens d’éclairer l’actualité en train de se faire ? 

Pour en parler, nous recevons Magali Della Sudda, historienne et politiste, chargée de recherche au CNRS, membre du centre Emile-Durkheim, co-autrice d’une l’enquête du centre Emile-Durkheim auprès de 1 300 “gilets jaunes”, et Cyril Lemieux, directeur d’études à l’EHESS en sociologie, sociologue des médias, notamment co-auteur avec Bruno Karsenti de Socialisme et sociologie (éditions EHESS) et de Pour les sciences sociales, 101 livres (éditions EHESS).

Magali Della Sudda : 

L’écologie est bien présente dans le mouvement des “gilets jaunes” : il s’agit d’une pratique écologiste populaire. On note par exemple un réinvestissement des jardins individuels qui sont issus d’une pratique ouvrière. Les gilets jaunes se tournent aussi vers des marchés de producteurs locaux. 

Dans le mouvement des “gilets jaunes”, les femmes ont réinvesti des rôles traditionnels mais elles ont aussi pris de nouvelles responsabilités comme des rôles de coordination ou de porte-parole. 

Parmi les 1 300 personnes que nous avons interrogées, une personne sur dix a spontanément dit être confrontée soit personnellement soit dans son entourage au handicap. 

Au début du mouvement, on pensait qu’on avait affaire à une défiance des “gilets jaunes” face à la démocratie. C’est plus compliqué : quand on creuse, on comprend qu’ils veulent plus de représentativité, de visibilité. 

Cyril Lemieux : 

Le complotisme est une manière maladroite mais réelle d’entrer en politique pour certains jeunes. C’est l’idée qu’on essaye de trouver sa place, de participer, d’avoir un rapport à l’Etat. Il témoigne de quelque chose de positif : il produit de l’énergie sociale. 

Il y a réellement un risque des sciences sociales de se confondre avec les idéologies : la sociologie avec l’idéologie socialiste, les sciences cognitives ou l’économie avec l’idéologie libérale et parfois même conservatrice. Mais je crois vraiment à la production d’un regard plus objectif sur la société par les sciences sociales.

Bibliographie

Pour les sciences sociales

Pour les sciences sociales : 101 livres CollectifEHESS, 2017

Élections européennes 2019 : « Politiquement, le jaune a cessé d’être une couleur primaire »

mercredi 29 mai 2019 – 891 mots

Signataires : Loïc Bonin , Centre Emile-Durkheim – université Paris-Dauphine; Magali Della Sudda , Centre Emile-Durkheim – CNRS et Sciences Po Bordeaux; Ornella Graziani , Lisa ICPP, Universita di Corsica Pasquale-Paoli; Pauline Liochon , Centre Emile-Durkheim – université Paris-Dauphine; Frédéric Neyrat , DySoLab, université de Rouen.

Les listes qui ont endossé le message des « gilets jaunes » ont échoué dans les urnes, malgré la repolitisation des citoyens enclenchée par le mouvement, constate, dans une tribune au « Monde », un collectif de chercheurs. Collectif

Tribune . Il n’y aura donc pas eu de vague jaune mais dix ans après leur score historique de 2009, une nouvelle vague verte. Les sondages ne l’avaient guère anticipée, tout comme ils n’avaient pas vu venir l’effondrement des Républicains et de La France insoumise. L’abstention, en recul par rapport au dernier scrutin européen, s’élève à près d’un électeur sur deux : 49,88 % des personnes inscrites ne sont pas allées voter. Le Rassemblement national se maintient en première position. Nouvelles venues dans la compétition, les listes « gilets jaunes » n’ont pas remporté le succès escompté au regard de la mobilisation inédite par son ampleur et sa durée. Le mouvement des « gilets jaunes » n’aurait donc pas trouvé de traduction politique aux européennes ?

Certes, les scores des « listes jaunes » sont très faibles : l’Alliance jaune, emmenée par Francis Lalanne, obtient 0,54 % des suffrages, la liste tirée au sort du Mouvement pour l’initiative citoyenne, avec à sa tête Gilles Helgen, réalise 0,03 %, tandis qu’Evolution citoyenne rassemble 0,01 % des voix.

Les « gilets jaunes » étaient pourtant bien présents dans cette campagne. Dès le début du mouvement, l’hypothèse d’une liste « gilets jaunes » avait été testée par les sondeurs. Un sondage, commandité par La République en marche (LRM), leur prédisait un score de 12 %. Une liste Ralliement d’initiative citoyenne (RIC) émergeait d’ailleurs le 23 janvier, avec à sa tête Ingrid Levavasseur. Les critiques l’accusant de faire le jeu d’Emmanuel Macron s’accompagnèrent d’une violence qui se déploya notamment sur les réseaux sociaux et qui la conduisirent très rapidement à renoncer à se présenter.

Peu d’intérêt pour l’Europe

Il n’y eut donc pas de liste de rassemblement, et trois listes revendiquaient directement la couleur jaune; à quoi il faudrait aussi ajouter la liste de Florian Philippot, rebaptisée Ensemble patriotes et « gilets jaunes » (0,6 %) après que Jean-François Barnaba, autre « gilet jaune » médiatique, l’a rejoint. Les partis politiques présents dans les manifestations aux côtés des « gilets jaunes » ne semblent pas avoir bénéficié de la mobilisation.

Il faudra voir, avec les sondages sortis des urnes et les enquêtes postélectorales, ce qu’ont été finalement les votes des « gilets jaunes ». Avec toutes les réserves méthodologiques d’usage tenant à ce que signifie « gilet jaune ». A quelle pratique et à quelle intensité de mobilisation cela renvoie-t-il : être sympathisant, manifester, être sur un rond-point ? Et sur quelle durée ? On peut faire l’hypothèse que l’augmentation inattendue de la participation à ces élections doit paradoxalement quelque chose à ce mouvement social et à ses suites.

L’intérêt pour l’Europe se manifeste peu dans le mouvement des « gilets jaunes ». L’Europe est peu visible sur la scène manifestante. A titre indicatif, un comptage réalisé sur 900 « gilets jaunes » et pancartes brandies en manifestation (à Paris et Nice) montrait une référence à l’Europe dans plus de 5 % des cas. Une référence critique le plus souvent, quand elle est ainsi arborée, avec une évocation du « Frexit ».

Dans l’enquête – par questionnaire – réalisée entre le 24 novembre et le 16 mars, l’Europe n’est pas la principale motivation pour manifester ou être sur le rond-point (19 ont mentionné l’Europe sur 928 questionnaires, avec une tonalité négative). C’est une question qui peut diviser. Le mouvement des « gilets jaunes » est composite, avec une forte mise à distance des partis politiques, comme le montre notre enquête.

Politisation en dehors des urnes

Politiquement, le jaune a cessé d’être une couleur primaire. De manière inédite, le mouvement a pu et peut réunir effectivement des personnes aux sensibilités politiques différentes, pour ne pas dire franchement divergentes. C’est sans doute la raison de son succès initial, comme celle de sa durée. Ainsi, sur ce rond-point, occupé durablement, comme dans tant d’autres, la règle est que l’on ne parle pas de ses positions partisanes pour ne pas se diviser.

Il y avait donc un risque à ce que l’élection européenne soit vécue sur le mode de la division et que la faible préoccupation affichée se traduise par une faible participation. Les résultats, corroborés par les discussions sur les réseaux sociaux, invitent à déplacer le regard. La mobilisation des « gilets jaunes » pose la question d’une repolitisation. Elle se manifesterait, au-delà de la revendication initiale et unificatrice sur le prix des carburants, dans l’intérêt pour des questions touchant à la justice fiscale, à la redistribution, aux politiques sociales, aux services publics, autrement dit au politique.

Révélatrice aussi de cet intérêt renouvelé pour la chose politique a été l’émergence de préoccupations institutionnelles portant sur la Constitution, le référendum sous ses différentes formes, le rôle des élus ou encore l’Etat de droit quand il est mis à mal par des violences policières. Une repolitisation ancrée dans l’expérience et le quotidien des personnes mobilisées, qui pourrait expliquer que ce regain de la participation n’ait pas profité aux listes « gilets jaunes » et aux partis les soutenant à un niveau européen, mais qui trouvera peut-être une expression spécifique lors des élections municipales.

Quels enseignements peut-on tirer de la mobilisation des gilets jaunes ?Trois clefs pour comprendre

Sud Ouest, mardi 30 avril 2019, p. Bergerac ~ Sarlat-C1_4- 433 mots,

par Jefferson Desport

1 Quel est le portrait-robot du gilet jaune ?

À la faveur des premiers résultats de l’étude menée depuis mi-novembre sur ce mouvement et à laquelle participe Magali Della Sudda, plusieurs traits communs émergent. À commencer par leurs revendications dont les trois principales sont : ” Le pouvoir d’achat, une réforme institutionnelle pour améliorer la représentation et la justice sociale. Mais, observe Magali Della Sudda, il n’y a rien sur l’immigration, ni sur la laïcité. “

Sur le profil des manifestants, là aussi des éléments apparaissent. ” Parmi les personnes qui nous ont répondu, nous avons une forte proportion de femmes, souligne la chercheuse. Ce n’est pas du 50-50, mais on s’en rapproche. L’âge moyen est de 47 ans. Beaucoup sont concernés directement ou indirectement par la question du handicap et de l’invalidité. ” Enfin, l’étude en cours fait apparaître un revenu moyen de ” 1 800 euros par foyer “. ” Ce sont des gens très modestes “, appuie Magali Della Sudda.

2 Peut-on parler d’une crise de la représentation ?

Parmi les lignes de force qui soutiennent ce mouvement émerge aussi la réelle défiance des représentations habituelles. ” Ce mouvement est très protéiforme, souligne Vincent Tiberj, mais il y a un décrochage face à la représentation classique. C’est fini le temps du citoyen bien éduqué qui s’en remettait aux élites pour choisir pour lui. Cette culture de la déférence est terminée. “

Une analyse confirmée par les entretiens menés sur les ronds-points, comme le souligne Magali Della Sudda. ” Pour trois-quarts des gilets jaunes, les partis n’ont pas leur place dans le mouvement. Tout comme les syndicats. On note aussi le refus de se positionner sur l’axe gauche-droite. ” Mais ceux qui le font penchent ” plutôt à gauche “. Si elle ne nie pas la présence ” d’identitaires “, elle affirme que ” ce n’est pas le gros des troupes “.

3 Que peut devenir le mouvement ?

Se refusant à jouer les astrologues, Magali Della Sudda estime néanmoins que ” des changements très profonds ” sont à l’oeuvre. Pour Vincent Tiberj, l’avenir s’annonce, en revanche, ” compliqué “, en raison notamment de ” la culture anti-chef ” des gilets jaunes.

Une certitude : si le Grand Débat a rassemblé près de 2 millions de contributions, ce résultat mérite d’être nuancé à leurs yeux. ” On n’a pas les mêmes chances de participer selon que l’on est un homme ou une femme, selon qu’on s’intéresse à la politique ou pas, qu’on est diplômé ou pas, souligne Vincent Tiberj. Rien que le mécanisme d’écrire sur Internet a exclu un certain nombre de citoyens. Tout cela renvoie à des inégalités sociales. “

(1) Retrouvez cette interview sur

Berkeley hosts conference on the past and future of the right wing

US Official News Saturday, April 27, 2019 – 838 mots

Berkeley: University of California, Berkeley has issued the following news release:

Smadar Lavie spent the 1970s in Israel before earning her degree from the Hebrew University of Jerusalem in 1980. In the last 40 years, Lavie has returned frequently to Israel.

An advocate for Jewish women of color, the UC Berkeley scholar in residence is frequently seen and heard stating the case for Jewish women of color on Israeli television, which hasn’t made her terribly popular.

“Tel Aviv is really divided,” Lavie says. “If I was in north Tel Aviv, which is considered the white city, people would curse me. If I would walk with my dog, they would open their windows and spit on me. And if I took my dog and walked in south Tel Aviv, which is where all the ghettos and barrios are, people would throw all these sloppy kisses on me and say `You really taught them a lesson.'”

Smadar Lavie

UC Berkeley’s Smadar Lavie at Friday’s panel on Women and Gender on the Right. The talk was part of the first Conference on Right-Wing Studies. (UC Berkeley photo by John Hickey)

Lavie was part of a panel – Women and Gender on the Right – during the Inaugural Conference on Right-Wing Studies, which kicked off Thursday evening in Berkeley and will revolve around a series of nine panel discussions today and nine more Saturday.

Scholars from around the world will explore the history and the future of the right wing, politically and culturally.

Lawrence Rosenthal, chairman of the Berkeley Center for Right-Wing Studies, says that this conference is the first of its kind at an American university and adds this kind of work is more important than many realize.

“My overall hope is that people will recognize right wing studies as a coherent academic discipline,” Rosenthal says. “You just have to look around and see how many people are studying these issues from disparate departments.

“Obviously, you also find them in universities all over the USA and all over the world. So, the idea of their being a coherent discipline that binds this all is something that I would like to see people take away from this.”

Magali Della Sudda, who is examining the right-wing movement in France from her post at CNRS-Sciences Po Bordeaux, says while white nationalism of the sort that has surfaced in the United States is relatively rare in France, her exploration of the La Manif Pour Tous – a group fighting against gay marriage in France – brought her to a conference with women drawn to extreme conservative values.

Magali Della Sudda

Magali Della Sudda also spoke at Friday’s panel about women and gender on the right. (UC Berkeley photo by John Hickey)

“The priest was very worried because initially the conference was to be held in an adjoining room,” Sudda says. “2,500 showed up when they were prepared for just 600. These are mostly middle-aged women with a parochial sensibility. Almost all of them were Catholic and nationalists.

“They were activists in the community. They had strong connections with the pro-life movement. They believe in white supremacy, even though that is quite rare in France.”

The four speakers at the Women and Gender on the Right panel – Lavie, Sudda, Victoria Phillips of Columbia University and Michelle Summer of Berkeley – are not likely to be described as being on the right themselves.

But they agree that those on the left hoping to study and to understand those on the right won’t find the going easy.

Phillips, who is in the midst of finishing a book on liberal-turned-right-winger Eleanor Dulles, the highly influential sister of two of the heavyweights of post-World War II American politics, John Foster Dulles and Allen Dulles, says one of the lessons that stuck with her from her time as a student at Columbia, was to “let the silences go.”

“You walk in with your label hat off and just listen,” Phillips says. In order to learn, I have to make myself a blank slate. When someone says the most extraordinary thing, my greatest desire is to make my face absolutely blank, and not show any judgment. Because we can’t learn about how people think if they think we are sitting in judgment.”

Summers is doing work on Ballet Magnificat, which she describes as a merger between ballet and evangelical Christianity. Summers, who says she “identifies as a recovering ballerina and a recovering evangelical,” has been able to dig deeply in the Jackson, Miss.-based group because she can speak their non-spoken language.

“Beyond not saying anything, with dance and having a knowledge of the technique goes a long way for them to be able to trust you in a non-verbal way,” Summers says. “The discussion of how to study subjects you are really uncomfortable with is a really important question.”

In case of any query regarding this article or other content needs please contact: editorial@plusmediasolutions.com

https://news.berkeley.edu/2019/04/26/berkeley-hosts-conference-on-the-past-and-future-of-the-right-wing/

Elles sont Gilets Jaunes : qui sont ces femmes qui manifestent ?

Cet article est paru en libre accès dans Le Journal des Femmes (site web), vendredi 29 mars 2019 – 528 mots

par Lucile Bonnin

Photo: Claude Paris/AP/SIPA

Dans les manifestations des gilets jaunes, on peut voir des femmes seules, des mères, des femmes au foyer, des travailleuses salariées, employées…. Sur les ronds-points ou dans Paris elles font entendre leurs voix. On les aperçoit, mais on ne les connait pas. Une enquête réalisée par Elabe et commandée par l’institut Montaigne permet de dresser le portrait-robot des femmes gilets jaunes et leurs conditions de vie… Qui sont ces manifestantes ?

Gilets jaunes. Une expression tellement utilisée aujourd’hui qu’on en oublierait le sens. Pourtant derrière ce terme se cachent des hommes… et des femmes ! C’est grâce à une étude menée par Elabe pour l’Institut Montaigne que l’on peut préciser plus clairement le profil type d’un(e) gilet jaune. L’acte 19 a rassemblé 40 000 personnes en France. Lors de ce dernier weekend du 23/24 mars 2019, une nouvelle polémique a fait surface. Une septuagénaire, militante d’Attac, a été blessée alors qu’elle participait à la manifestation non-autorisée à Nice. Un événement qui montre que les femmes son présentes et actives dans le mouvement Gilets Jaunes. Des visages féminins qui ont des points communs et dont la visibilité est forte. Qui sont-elles ?

Les femmes seules en tête de cortège

Les gilets jaunes sont majoritairement issus de classes populaires : 25 % sont ouvriers ou ouvrières et 20% sont employé-e-s. Dans l’Express, on peut lire que 53 % d’entre eux sont des hommes mais que cela reste un mouvement inhabituellement porté par des femmes. “C’est assez inédit de voir les femmes aussi présentes sur des lieux, types barrages routiers et blocages, qui jusqu’à présent, dans d’autres mouvements sociaux étaient des types d’actions masculins” explique Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS et à Sciences-Po Bordeaux dans Tv5Monde. L’étude relève un autre point particulièrement intéressant : les femmes vivant seules avec enfants sont surreprésentées chez les gilets jaunes (12%). Les gilets jaunes, en grande majorité, ont aussi des fins de mois difficiles pour 65% d’entre eux et considèrent à 87% vivre dans une société injuste.

Une défiance unificatrice envers les politiques

Que ce soit pour un homme ou bien pour une femme, une chose est certaine : la confiance envers les institutions se fait de plus en plus difficile. Les gilets jaunes sont 75% à se méfier des partis politiques et 80% à défier le chef de l’État. Un rejet du système politique français se fait ressentir dans leurs préférences relevées par l’étude Elabe. 33% des manifestants rejettent tout parti politique, 19% sont proches du Rassemblement National et 10% de La France Insoumise.

Le sentiment d’injustice et d’abandon de la part des politiques est ce qui unit le plus les deux sexes.

Laëtitia Casta explique dans une interview au magazine Grazia que les femmes, malgré leurs vies parfois compliquées, “tiennent parce qu’une femme sait à l’euro près ce que ça représente, le coût de la vie. Leur vision est concrète.”

Si par le biais des gilets jaunes, les femmes apportent une nouvelle image de la politique, on peut espérer que l’environnement politique dirigé majoritairement par les hommes saura davantage évoluer et se restructurer. Avec cette vindicte populaire, la féminisation de la chose publique est en marche…

Marlène Schiappa : un ovni pour la galaxie féministe

Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, le 21 novembre. Photo Cyril Zannettacci

https://www.liberation.fr/politiques/2018/03/20/marlene-schiappa-un-ovni-pour-la-galaxie-feministe_1637682

Par Nathalie Raulin , Catherine Mallaval et Laure Bretton — 20 mars 2018.

Clivante, la secrétaire d’Etat présente, ce mercredi, son projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes. «Libé» a sondé quatre groupes de féministes sur son action et sa personnalité.

Marlène Schiappa : un ovni pour la galaxie féministe

Les débuts ? Un rien maladroits. Puis, de polémiques en recadrages, Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes, a manifestement su trouver sa place au sein du gouvernement. Et la voilà qui présente ce mercredi en Conseil des ministres, avec sa consœur de la Justice, Nicole Belloubet, son projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes (lire pages 12-13), mille fois défloré, reporté, mais enfin ficelé. Les applaudissements vont-ils suivre ? Dans les rangs des féministes, qu’elles soient de gauche ou de droite, penseures ou activistes, la standing-ovation n’est pas acquise.

Les féministes de gauche

Elle parle, elle parle. Fait parler d’elle. Logiquement, les féministes qui portent la cause des femmes depuis des années s’en réjouissent. Anne-Cécile Mailfert, présidente de la Fondation des femmes : «On a besoin d’une parole forte et audible, partout. Tout le temps. Et elle sait mettre les sujets au cœur de l’actualité.» Sa prédécesseure Laurence Rossignol, aujourd’hui sénatrice, confirme : «Elle est active, audible, porte le sujet. Et c’est important, car c’est aussi un ministère de la parole.» Mais Clémentine Autain, députée de La France insoumise, asticote : «La beauté du verbe, c’est important, mais on attend aussi autre chose, non ?» «Si on parle sans agir, ça ne fait que décrédibiliser le combat», rappelle Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d’Osez le féminisme.

Précisément, que pensent ces militantes de l’action de la secrétaire d’État ? De fait, ça raille un peu dans les rangs sur le thème «elle n’a peur de rien, elle annonce, elle annonce, si ça ne marche pas, ce n’est pas grave, elle s’en fout», tacle une féministe de gauche de longue date. Mais passons, son projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes est bel et bien là. Et là, comment être contre ? Pas si simple. D’abord, il y a la question des moyens. «On voulait une loi-cadre, avec un financement adossé,pointe Clémentine Autain. L’argent, c’est le cœur du réacteur, pour former la police, soutenir la justice, soutenir ceux qui bossent, au moment où l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail et le Collectif féministe contre le viol ont dû fermer leurs permanences téléphoniques faute de moyens.» Ensuite, il y a ce que nombre de militantes considèrent comme des dérapages : «Si elle a su accompagner les mouvements “Me Too” et “Balance ton porc”, maintenant, c’est patatras ! Comment peut-elle affirmer sur France Inter qu’elle ne ressent pas de malaise face au cas Darmanin. Et quel besoinde se fendre d’une tribune dans le Journal du dimanche pour dire Monsieur Hulot est très charmant ?» se désespère Autain.«Cette tribune n’est pas digne d’une secrétaire d’Etat qui prétend accompagner la libération de la parole des femmes»,se désole Laurence Rossignol. «Elle a délégitimé sa parole en faisant ça. Ce gouvernement a l’air d’être très cadré, encadré, recadré, on se demande quelle est la marge de manœuvre», lance Raphaëlle Rémy-Leleu.

Et puis, il y a la méthode Schiappa. «Elle passe plus de temps dans les médias qu’avec les associations qui doivent se contenter de suivre sa politique sur Twitter», assure une responsable associative. «Elle ne dispose pas d’un gros budget et pourrait s’appuyer davantage sur les associations, et se servir de leurs revendications comme d’un levier», expose avec calme Anne-Cécile Mailfert. «Pour ficeler son projet, elle a fait son fameux tour de France de l’égalité. C’est bien la rencontre directe avec le peuple, mais elle s’est passée de l’expertise et de la connaissance de terrain des associations. Comme si elle voulait faire table rase du vieux monde. C’est très macronien, regrette une militante. Et puis, très macronien aussi, elle ne supporte pas la critique. Prend tout comme une attaque contre elle. Dès que l’on émet même une nuance sur ses annonces, elle balance des DM [messages directs, ndlr] incendiaires.» Le torchon brûlerait-il ? «Nous n’avons rien de personnel contre elle, affirme une responsable d’association. Nous, tout le mal qu’on lui souhaite, c’est un ministère et un gros budget.»

Les féministes de droite

Puisqu’elle dérange à gauche, Marlène Schiappa remporte-t-elle tous les suffrages à droite ? Loin de là. Dans les rangs de l’alterféminisme, théorisé par la journaliste Eugénie Bastié et l’essayiste Marianne Durano, qui ont signé ensemble un «Manifeste du féminisme intégral» (paru dans leur revue Limite), la personne de Marlène Schiappa a peu d’importance, on se place au niveau politique et philosophique. Cette école de pensée embryonnaire, qui a grandi à l’ombre de la Manif pour tous pendant le quinquennat Hollande, mâtine le féminisme d’écologie et vice-versa. Un grand retour à la nature contre le «féminisme technolâtre». Comprendre : pro-contraception et pro-choix. Cela conduit ses militantes à prôner le retour des mères au foyer et à combattre le capitalisme. Pour Magali Della Sudda, qui enseigne à Sciences-Po Bordeaux et étudie au CNRS la place des femmes dans la recomposition des droites, «le projet libéral, au plan économique et sociétal, d’Emmanuel Macron, les place donc forcément en rupture avec Marlène Schiappa qui est chargée de l’appliquer». Le fait que le père de la secrétaire d’État, historien de formation, a signé un livre intitulé La France n’a pas de racines chrétiennes et que Marlène Schiappa ne soit pas opposée à la présence de mères voilées lors de sorties scolaires n’arrangent pas les choses : elle s’est rapidement retrouvée rangée dans la catégorie «islamo-gauchiste». Voire pire. Dans un article publié par l’hebdo réac Causeur,Schiappa est accusée d’avoir une «vision indigéniste du féminisme». Carrément.

Les marcheuses

Elles lui pardonnent tout, ses faux pas des débuts, ses approximations parfois, ses petites contradictions aussi. Au sein de La République en marche (LREM), la cote de la secrétaire d’Etat ne faiblit pas dans les rangs du «deuxième sexe». Si l’appel du candidat Macron à porter ses couleurs aux législatives les a tirées de leur torpeur un peu partout sur le territoire, l’activisme forcené de Schiappa entretient leur flamme. Mieux, leur confiance dans la volonté du pouvoir d’«agir sur les mœurs», d’écouter et de rendre justice aux femmes. «Elle a donné une visibilité à des sujets longtemps considérés comme secondaires dans le débat public», relève Claire Pitollat, députée LREM des Bouches-du-Rhône qui, comme nombre d’élues marcheuses, a contribué à animer sur son département les ateliers du «tour de France de l’égalité» lancé début octobre par Schiappa pour «recueillir la parole des femmes» sur tout le territoire. Elles lui savent gré d’avoir su anticiper : la secrétaire d’Etat a en effet vendu son idée au Premier ministre avant même que l’affaire Weinstein et les hashtags «Balance ton porc» et «Me Too» ne tournent au défouloir collectif.

Les marcheuses saluent aussi le «courage» de celle qui incarne si bien, à leurs yeux, «la grande cause du quinquennat». Sans songer à lui reprocher de ne pas avoir su doper un budget famélique, à mille lieues des besoins et des attentes des associations féministes.

Cécile Muschotti, députée LREM du Var et membre de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes au sein d’une Assemblée nationale féminisée comme jamais : «Son secrétariat d’Etat est à la croisée de ministères tenus par des hommes : il en faut à une jeune femme ministre pour ne rien lâcher.» Personne non plus pour lui reprocher son approche plus «pragmatique» qu’idéologique des problématiques touchant les femmes. «On a besoin que les choses avancent et elle essaie de trouver des solutions», insiste Marie Pierre Rixain, présidente LREM de la délégation des droits des femmes qui s’appuie sur sa récente réunion publique à Villiers-sur-Orge (Essonne) pour poursuivre.  «Les interrogations des femmes portent sur les sujets concrets : pourquoi elles ne peuvent pas rester au domicile conjugal en cas de violence, pourquoi les mesures d’éloignement sont inopérantes, pourquoi il y a un délai de prescription pour les crimes sur mineurs, pourquoi elles n’ont pas le même salaire que les hommes ? C’est sur ces sujets qu’elles attendent des réponses…» Que la méthode Schiappa leur aille n’exclut pas des vues plus ambitieuses. «Sur les genres, on ne pourra pas en rester au dogme “les filles s’habillent en rose et les garçons en bleu”», estime Muschiotti. «Il y a un gros travail à faire pour que l’Education nationale travaille plus étroitement avec les associations. Il faudrait aussi veiller à ce que les fonctionnaires délégués aux droits des femmes sur le terrain ne coupent pas systématiquement les subventions aux associations qui se préoccupent d’éducation sexuelle ou de sujets sensibles comme le port du voile, comme c’est le cas chez moi en Paca…» Pour toutes, Schiappa, même «montée en compétence», a du boulot devant elle.

Les universitaires

«Je ne m’identifie à personne», dit Marlène Schiappa à l’envi quand on l’interroge sur les figures du féminisme qui l’inspirent. Sûre d’elle, inventant en marchant son propre corpus ? Pour les universitaires, la secrétaire d’Etat n’est pourtant pas un ovni mais la digne héritière d’un courant identifié depuis les années 70 : le féminisme libéral, centré sur le travail, la place des femmes dans les entreprises et les inégalités salariales.

Dans un milieu qui ne jure que par l’universalité ou l’intersectionnalité – c’est-à-dire une forme de convergence de toutes les luttes -, son féminisme pour cadres sup est jugé trop étroit pour faire l’unanimité. «C’est vrai qu’elle ne fonctionne pas par rapport à une idéologie préconçue, qu’elle évite les références aux références, sourit Anne-Charlotte Husson, doctorante à Paris-XIII, spécialisée sur les études de genre et le discours politique. Elle s’inscrit dans une rupture avec la mémoire féministe. Elle n’est pas dans la défense de ses aspects politiques, plus dans la conciliation avec le statu quo.» Accompagner sans changer les choses. Pas de révolution. Le sacro-saint «pragmatisme» macronien adapté au féminisme. «Elle fait semi-table rase du passé féministe et elle est totalement décomplexée. Ce qui lui permet de varier les emprunts en passant de Badinter à Despentes, souligne Catherine Achin, professeure de sciences politiques à Paris-Dauphine. Elle semble relativement au courant des clivages féministes mais refuse de se situer dans un courant.»

Parfois, Marlène Schiappa sort des rails du féminisme libéral et dénote. Quand elle se prononce pour la procréation médicalement assistée pour toutes ou les mères voilées lors des sorties scolaires. Ou quand elle dénonce le «féminicide» d’Alexia Daval, reprenant un concept féministe qui n’existe pas en droit français, inventé en 1976 par Diana E. Russell, spécialiste mondialement reconnue de la lutte contre la violence faite aux femmes. «Avoir des références théoriques n’est pas un préalable à une politique efficace, loin de là, prend soin de préciser Camille Froidevaux-Metterie, prof de sciences politiques à Reims et spécialiste de la pensée féministe. Ce qui pêche plutôt, c’est le manque d’innovation de ses mesures, réactives et non préventives, et le fait qu’elle défende un féminisme par le haut.» Comprendre : des femmes qui sont bien intégrées à la société puisqu’ayant un emploi et une capacité à formuler leurs revendications. Dans la plupart des cas donc, blanches, éduquées et urbaines, soit l’exact décalque des gagnants de la mondialisation qui ont fait l’élection d’Emmanuel Macron. Il n’y a pas de hasard.

Pourquoi les « gilets jaunes » ont épargné les employeurs

Les Échos, no 22907 Idées & Débats, jeudi 14 mars 2019, p. 8 – 970 mots

L’analyse de la rédaction par Elsa Freyssenet

Sur les ronds-points comme dans les réunions du grand débat national, les Français parlent de pouvoir d’achat, de fiscalité, de dépenses contraintes, mais pas de salaires. La révolte fiscale a-t-elle remplacé la revendication salariale ?

Comme souvent, Marlène Schiappa a mis les pieds dans le plat lors d’une rencontre du grand débat national : « Je suis frappée de voir des gens pas assez payés s’en prendre non pas aux employeurs, non pas aux partenaires sociaux, mais à l’Etat », a lancé la secrétaire d’Etat. Un sentiment isolé ? Pas du tout.

Début janvier, un ministre de premier plan s’offusquait en privé : « Le pouvoir d’achat, c’est d’abord la responsabilité des employeurs ! Cette fois-ci, les patrons ont été épargnés, mais ce ne sera pas forcément le cas la prochaine fois… »

Qu’il s’agisse d’un mouvement d’humeur de la part de ministres bousculés par les « gilets jaunes » ou d’un sentiment plus diffus chez les politiques d’être pris pour cible à la place du patronat, la question n’est pas anecdotique. Auteur de « La Lutte et l’Entraide », l’historien Nicolas Delalande la formule ainsi : « Au lieu de remettre en cause en priorité les inégalités primaires produites par le marché, les ‘gilets jaunes’ ont surtout demandé à l’Etat de ne pas les aggraver. » Et la tendance se poursuit, au-delà de leurs rangs, dans le cadre du grand débat national. « Dans les réunions locales, les entreprises sont ciblées sur leur empreinte environnementale mais pas sur le pouvoir d’achat », confie la secrétaire d’Etat Emmanuelle Wargon .

Pourquoi se retourner vers l’Etat et pas vers son employeur quand on a des problèmes d’argent ? La révolte fiscale a-t-elle ou non pris le pas sur la revendication salariale ? Le mouvement actuel étant composite et soumis à des mutations, les réponses ne peuvent être que partielles et multiples.

Il y a bien sûr l’étincelle de départ qui cadre la suite et, dans le cas présent, c’est la hausse des taxes sur le carburant. Les retraités, travailleurs indépendants et petits chefs d’entreprise vus sur les ronds-points n’avaient pas de raisons de s’en prendre à un patron qu’ils n’ont pas. Les infirmières, aides-soignantes et fonctionnaires de catégorie C – « relativement nombreux dans les manifestations » , souligne la sociologue Magali Della Sudda – avaient, eux, toutes les raisons de se retourner vers l’État employeur.

La première explication découle de ce constat : les « gilets jaunes » ont des statuts professionnels très différents, même s’ils ont en commun leur difficulté de vie matérielle. Ils ne touchent pas tous un salaire, mais tous paient des impôts ou des taxes. Un plus petit dénominateur commun qui s’étend aux Français, dont les sondeurs constatent depuis des années le « ras-le-bol fiscal » . Mais pas une demande de moins d’Etat, au contraire.

Au-delà des circonstances présentes, il y a l’Histoire. La construction du sentiment national par la promesse d’une égalité de traitement entre territoires – « c’était la contrepartie au jacobinisme » , souligne Bruno Cautrès, politologue au Cevipof. Et, ajoute Nicolas Delalande, « le rôle que les républicains attribuent à l’Etat pour contenir les inégalités » . Par la fiscalité, par la redistribution et, pendant les Trente Glorieuses, par son intervention dans l’économie.

Pour mettre fin aux grèves de Mai 1968, le gouvernement avait augmenté le SMIC de 35 % et obtenu des organisations patronales une hausse des salaires de 10 %. Autres temps, autres moeurs… Avec la crise et la désindexation des salaires, l’Etat n’a conservé que deux outils : le niveau des cotisations (que le gouvernement a réduit) et celui du SMIC. Les seules mobilisations nationales sur les salaires concernent désormais la fonction publique. S’agissant du secteur privé, les dernières manifestations interprofessionnelles sur le sujet remontent à 2009, dans la foulée de la crise financière.

Voilà déjà des raisons de conclure à un glissement de la conflictualité des salaires vers la fiscalité. Sauf que ce serait trop simple… Car les conflits salariaux n’ont pas disparu : ils sont, presque chaque année, la cause de la moitié des grèves dans le secteur privé, selon le ministère du Travail. « Pour l’essentiel, cela se passe au niveau de l’entreprise. C’est donc moins visible » , souligne le politologue Jean-Marie Pernot, spécialiste des mouvements sociaux à l’Ires. La raison pour laquelle il conteste l’idée d’un remplacement de la revendication salariale par une réclamation fiscale. Les deux seraient concomitantes mais portées par des groupes sociaux différents.

Une autre grille de lecture, pas forcément contradictoire, consiste à se dire que les Français qui s’en prennent à la fiscalité agissent avec pragmatisme. La sociologue Magali Della Sudda coordonne une enquête pluridisciplinaire fondée sur un millier d’entretiens réalisés sur les ronds-points et dans les manifestations. Elle confie : « Les salariés des TPE, dont le patron partage des conditions de vie comparables, ne le perçoivent pas comme un exploiteur. Pour les salariés des multinationales, le patron est très, très loin, et les précaires n’ont pas de collectif de travail. Quand on ne sait plus vers qui se tourner, il reste l’État. » L’historien Gérard Noiriel ajoute : « Avec la pression sur le coût du travail due à la mondialisation et les fermetures d’usines, il peut y avoir une intériorisation que se battre contre son patron est dangereux. »

Si l’on poursuit ce raisonnement, la conscience que « l’État ne peut pas tout » aurait conduit non pas à une réduction des demandes à son endroit, mais à un changement de nature de ces demandes. Les Français ne se retourneraient donc pas vers l’État pour tout et n’importe quoi, mais s’adresseraient juste à l’interlocuteur qui peut encore leur donner quelque chose.

Encadré(s) :

Traditionnellement, les salaires sont au coeur des grands mouvements sociaux, mais celui des « gilets jaunes » fait exception à la règle.

Cela s’explique en partie par la grande différence de leur statut professionnel.

Qu’ils soient retraités ou travailleurs indépendants, beaucoup n’ont pas de patron, mais tous paient des impôts.

Les revendications salariales n’ont pas pour autant disparu, mais elles s’exercent désormais à l’intérieur des entreprises.

Municipales: «Il est difficile de prévoir le vote des “gilets jaunes”»

Le Figaro (site web) vendredi 21 février 2020 – 1209 mots

par Carcenac, Paul

INTERVIEW – Magali Della Sudda est universitaire et a coordonné la plus vaste enquête menée en France sur les «gilets jaunes». Elle analyse les mutations du mouvement né il y a plus d’un an.

Les «gilets jaunes» n’ont pas disparu. En province, surtout dans le sud de la France, certains réinvestissent des ronds-points. Magali Della Sudda est l’une des universitaires qui connaît le mieux la dynamique de ce mouvement. L’hiver dernier, elle a coordonné la plus vaste enquête sociopolitique menée sur le sujet par quatre-vingts chercheurs.

Aujourd’hui, elle continue de suivre l’évolution de la mobilisation, et ses mutations. À l’heure des municipales, les «gilets jaunes» ne considèrent toujours pas les urnes comme un moyen d’expression efficace. Ils semblent, en revanche, avoir trouvé dans la contestation contre la réforme des retraites un nouvel angle d’attaque face au gouvernement.

LE FIGARO.- Aucune liste de «gilets jaunes» n’émerge dans la campagne des municipales. Après l’échec des européennes, peut-on dire que le mouvement se dirige vers un nouveau rendez-vous électoral manqué?

Magali DELLA SUDDA.- Nous, chercheurs, pensions que les municipales seraient l’occasion pour les «gilets jaunes» de faire le lien avec le champ politique. Le jeu des partis est moins important qu’aux européennes. Personnellement, je révise mon jugement. Il faut attendre le dépôt des listes, mais, pour l’instant, ils ne semblent pas s’engager massivement dans la campagne. Notre enquête a montré que ces personnes sont toujours éloignées des urnes et ne sont pas convaincues que le vote soit forcément la meilleure manière d’exprimer leurs opinions.

» LIRE AUSSI – Européennes 2019: les listes «gilets jaunes» obtiennent moins de 1% des voix

Néanmoins, dans quelles villes devra-t-on surveiller les résultats?

Les petites communes seront sûrement plus intéressantes à observer que les métropoles, peu ouvertes aux nouveaux entrants. Des listes de collectifs de «gilets jaunes» s’y créent. On peut supposer des passages plus faciles du rond-point à la mairie dans ces lieux où ils vivent en majorité comme l’a montré mon collègue Etienne Walker. Des listes «citoyennes» leur réservent aussi des places. C’est une formule qui semble fonctionner. Il y a celle de Philippe Poutou à Bordeaux, créditée dans un sondage à 11 % des intentions de vote, ou encore celle, à Cenon (Gironde), emmenée par le «gilet jaune» Alexandre Ribeiro.

Ingrid Levavasseur, ex-figure du mouvement, est impliquée dans la campagne à Louviers, dans l’Eure, mais pas en tant que représentante du mouvement. Contestée par la base en raison de son ambition politique aux européennes, elle avait annoncé assez tôt qu’elle s’engagerait pour les municipales. Son parcours semble illustrer la difficulté qu’ont les «gilets jaunes» à avoir une trajectoire électorale. La suspension de la circulaire Castaner (qui prévoyait de ne plus attribuer de nuance politique dans les villes de moins de 9000 habitants, NDLR) est une bonne nouvelle: cela permettra d’observer le score des «gilets jaunes» sur le plan national.

Dans les urnes, n’est-ce pas le Rassemblement national qui, dans un élan de «dégagisme», peut bénéficier d’un «effet “gilet jaune”»?

Il n’y a pas de traduction automatique d’un mouvement social dans les urnes. La plupart des «gilets jaunes» refusent de se positionner sur l’axe gauche-droite. Ceux qui expriment quand même une préférence politique citent plus souvent la gauche radicale. Très peu d’entre eux se revendiquent proches du RN, dans les enquêtes.

Il y a bien eu des tentatives de militants identitaires d’occuper des ronds-points, mais ils étaient minoritaires. En revanche, les «gilets jaunes» qui sont actifs sur les réseaux sociaux expriment une préférence bien plus affirmée pour l’extrême droite. C’est pour cela qu’il est difficile de prévoir leur vote.

Des «gilets jaunes» continuent de défiler, avec des affrontements, chaque samedi en province, en particulier dans le sud de la France. De qui est composé ce noyau dur?

Il y a des gens qui sont là depuis le premier jour du mouvement, le 17 novembre 2018, et qui n’ont jamais fait défection. On remarque aussi le retour de personnes qui avaient disparu. Elles reviennent depuis quelques semaines à la faveur des mobilisations contre la réforme des retraites, de la défense de l’hôpital public ou de la grève des enseignants.

On note enfin la présence d’une troisième catégorie de personnes, avec une double casquette: «gilet jaune» et syndicaliste, ou membre d’un parti de gauche. On voit désormais, le samedi, à Bordeaux ou à Toulouse par exemple, des cortèges avec des drapeaux. Les syndicalistes, très longtemps sceptiques, ont appris à connaître les «gilets jaunes».

La convergence entre les «gilets jaunes» et les syndicats, qui avaient des relations très compliquées, s’est donc finalement opérée?

Pas tout à fait. Selon les lieux et les configurations, les pratiques et les habitudes peuvent diverger entre la CGT et les «gilets jaunes». Ces derniers ne sont pas habitués à défiler dans un cortège, avec un service d’ordre, qu’on leur dise où aller. La moitié d’entre eux, au début du mouvement, n’étaient pas habitués aux manifestations.

» LIRE AUSSI – Bousculés par les «gilets jaunes», les syndicats cherchent la parade

Les cultures militantes se frictionnent. Reste que la contestation contre la réforme des retraites a ouvert un espace de convergence comme le souligne Karine Clément. Elle s’est créée en Lorraine, sur les ronds-points, comme à la RATP, où les grévistes se sont réapproprié le gilet jaune.

Laval, Boulogne-sur-Mer, Vannes, Poitiers, Cahors… Ces dernières semaines, plusieurs groupes composés de dizaines de «gilets jaunes» se rassemblent de nouveau sur des ronds-points. Le signe d’un retour?

On ne peut pas prédire l’avenir. Il s’agit principalement de ronds-points où les «gilets jaunes» ont une sensibilité à la question sociale, avec une majorité de gens de gauche. Nous avons surtout des éléments de l’enquête faite en Moselle par ma collègue Karine Clément, ou de Raphaël Challier dans l’Est de la France. On remarque que le mouvement contre la réforme des retraites les a remobilisés et leur a donné l’espoir d’une mobilisation plus large.

Ils y ont vu un second souffle. Ils sont très concernés par cette question car ils sont en moyenne plus âgés qu’en manifestations. Il y a plus d’ouvriers ou de femmes travaillant dans le domaine médico-social.

Le référendum d’initiative citoyenne, le RIC, a disparu du débat public aussi brutalement qu’il y est entré…

Ce mot d’ordre du RIC a permis, à un moment, de faire tenir une coalition de personnes qui avaient des visions du monde très différentes. Il était la clé pour traduire les demandes des «gilets jaunes» en actions politiques concrètes. Mais il y avait des débats sur ses modalités, sur sa mise en œuvre. Il a cependant eu deux traductions. Le référendum sur la privatisation des aéroports de Paris (ADP), même s’il va échouer, a recueilli plus d’un million de signatures. Il y a aussi la conférence pour le climat avec 150 citoyens tirés au sort. Sans les «gilets jaunes», ces dispositifs n’auraient jamais existé.

Gilets jaunes : ce que racontent les premières enquêtes de terrain

  La Tribune (France), no 6615 Territoires, vendredi 1 février 2019, p. 85 – 1155 mots

par Pierre Cheminade

Le Centre Emile Durkheim, de l’Université de Bordeaux, mène depuis le mois de novembre une enquête sociologique dans les manifestations et sur les ronds-points des Gilets jaunes dans un quart des départements français. Près de 700 questionnaires ont été traités à ce jour, permettant d’esquisser une première photographie provisoire des personnes mobilisées et des ressorts de leur action.

Lancée le 19 novembre par quatre chercheurs du Centre Emile Durkheim de l’Université de Bordeaux et du CNRS (*), cette vaste enquête de terrain associe désormais une quarantaine de leurs collègues de plusieurs universités françaises qui, chaque week-end, vont interroger des Gilets jaunes dans les manifestations ou sur les ronds-points occupés. 686 questionnaires provenant de 26 communes de 15 départements différents ont désormais été analysés (**) permettant d’en présenter une première synthèse ce mercredi 30 janvier 2019 à Sciences Po Bordeaux, dans un amphithéâtre bondé.

“Ce sont des résultats extrêmement provisoires qui ne prennent pas en compte pleinement l’évolution dans le temps de la mobilisation, tant au niveau des revendications que des profils des participants”, prévient cependant Magali Della Sudda, chargée de recherche au CNRS et l’une des co-pilotes de la démarche. Cette enquête scientifique ne tire donc aucun enseignement définitif à ce stade et ne se veut pas exhaustive mais elle permet de jeter un premier éclairage à la fois sur le profil et sur les motivations des Gilets jaunes ayant accepté de répondre à ces questionnaires.

75 % des foyers ont un revenu inférieur à 2.800 €/mois

Ces derniers ont en moyenne 47 ans et sont à 57 % des hommes. On y trouve environ 1/3 d’inactifs, principalement des retraités. Parmi les actifs, deux tiers ont un emploi en CDI tandis que le dernier tiers se partage entre CDD, indépendants et chômeurs. Les travailleurs indépendants (commerçants et artisans) y sont sur-représentés tandis que parmi les professions les plus citées figurent des ouvriers qualifiés et des métiers tels que les chauffeurs, infirmiers, aides-soignants, travailleurs sociaux ou encore vendeurs. Parmi les femmes, le secteur du soin et du service à la personne, le “care”, est très présent.

“On constate que ce ne sont pas des gens en situation de grande pauvreté mais des gens qui ont un emploi avec des revenus peu élevés et qui vivent chichement de leur travail. Des personnes qui ont aujourd’hui du mal à joindre les deux bouts chaque mois”, explique Camille Bedock, du Centre Emile-Durkheim. Et les chiffres recueillis sont en effet assez éclairants puisqu’un quart des répondants déclarent que leur foyer dispose d’un revenu mensuel inférieur à 1.200 €, la moitié inférieur à 1.800 € et les trois-quarts inférieur à 2.800 €. A titre de comparaison, le salaire net médian en France se situe, selon l’Insee, autour de 1.800 € par personne (et non par foyer).

Le pouvoir d’achat : revendication n°1

Une forte proportion des répondants déclare se mobiliser pour la première fois et le rejet des syndicats (60 %) et des partis politiques (75 %) est très fort. “On constate sur le terrain qu’il y a un fort rejet de la notion de représentation que ce soit par le biais des syndicats, des partis politiques ou des médias mais aussi par des porte-paroles du mouvement. C’est un trait davantage marqué sur les ronds-points qu’en manifestation”, explique Antoine Bernard de Raymond, chercheur à l’Inra. Par ailleurs, un quart des répondants déclare n’avoir jamais voté et ne pas envisager de le faire.

A la question ouverte : “Pourquoi êtes-vous là?”, les Gilets jaunes interrogés répondent à une écrasante majorité : le pouvoir d’achat. “Cela correspond à une volonté de pouvoir vivre de son travail sans dépendre des aides de l’Etat. Cependant, les questions des modes de production, des conditions de travail, du rapport à l’employeur, du rôle du marché sont très peu abordées”, précise Tinette Schnatterer.

L’entreprise et le patron aux abonnés absents

Le chef d’entreprise, le patronat, le niveau des salaires des cadres dans le privé ou encore le rôle des multinationales figurent ainsi parmi les grands absents de cette mobilisation tandis qu’en miroir les organisations patronales se gardent bien de s’exprimer sur le sujet. Quelles en sont les raisons? Rejet des syndicats et de leur dialectique traditionnelle avec le patronat? Surreprésentation des travailleurs indépendants et des retraités? Difficile d’y voir clair à ce stade, d’autant que le poids des fonctionnaires dans la mobilisation n’a pas encore été mesuré. “Ce qui apparaît c’est que les répondants ciblent une fraction bien particulière des élites, principalement les élites politiques avec une forte personnalisation autour d’Emmanuel Macron”, ajoute Antoine Bernard de Raymond. A titre d’exemple, l’affaire Carlos Ghosn est peu évoquée spontanément par les répondants.

Lire aussi : Gilets jaunes : “Notre société a choisi de gérer la pauvreté au lieu de l’éradiquer” (lien : https://objectifaquitaine.latribune.fr/politique/2019-01-28/gilets-jaunes-notre-societe-a-choisi-de-gerer-la-pauvrete-au-lieu-de-l-eradiquer-805167.html)

Plus largement, les chercheurs ont voulu isoler le plus petit dénominateur commun de la mobilisation, au-delà des divergences politiques sur telle ou telle question. “Ce qui ressort c’est une posture contre ‘ceux d’en haut’, les ‘élites’, les ‘riches’ et très peu de revendications à l’encontre de ‘ceux d’en bas’ comme les chômeurs et les “assistés’ “, complète Tinette Schnatterer.

Quid de l’écologie?

Parmi les autres ressorts de la mobilisation, viennent ensuite dans l’ordre les questions de fiscalité et de redistribution, notamment concrétisées par le débat sur l’ISF, les questions institutionnelles, dont le référendum d’initiative populaire, et les critiques du gouvernement, puis le niveau du salaire minimum et des retraites. A noter également une part de personnes déclarant être là par solidarité et/ou pour leurs enfants.

Le prix du diesel, l’écotaxe et les services publics sont peu cités spontanément tandis que l’écologie figure aussi loin derrière, juste devant les deux sujets les moins souvent abordés par les répondants : l’Union européenne et l’immigration, cités seulement par une vingtaine de répondants sur près de 700 questionnaires. “L’écologie n’est pas citée spontanément mais, quand on creuse un peu, ce qui ressort c’est l’idée que l’écologie est importante mais qu’elle n’est pas de leur responsabilité. Ils pointent d’abord la responsabilité des élites politiques, des classes supérieures qui prennent l’avion, des entreprises, etc.”, contextualise Tinette Schnatterer.

——

(*) Le projet a été initié par Camille Bedock , Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux, CNRS, Magali Della Sudda , Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux, CNRS, Tinette Schnatterer , centre Émile Durkheim, Sciences Po Bordeaux, CNRS, Antoine Bernard de Raymond , Irisso, Université Paris-Dauphine, INRA, et Emmanuelle Reungoat , CEPEL, Université Montpellier.

(**) Près de 900 questionnaires ont été remplis depuis le début de la mobilisation des Gilets jaunes en novembre 2018. A ce jour, 686 questionnaires ont été analysés dont 382 provenant de ronds-points et autres lieux d’occupation et 304 provenant des manifestations. Ces questionnaires qualitatifs regroupent une soixantaine de questions ouvertes et fermées et le temps de réponse peut dépasser les 40 minutes. Les questionnaires déjà traités proviennent de 26 communes situées dans 15 départements français dont la Gironde, les Bouches-du-Rhône, la Haute-Garonne, l’Isère, le Calvados, l’Hérault, l’Ille-et-Vilaine et la Corse.

Illustration(s) :

Thibaud Moritz / Agence APPA