Archives de catégorie : Media

Ces femmes «gilets jaunes» qui ont investi les ronds-points

Le Figaro.fr, mercredi 12 décembre 2018 – 1605 mots

Lombard-Latune, Marie-Amélie, Ducros, Christine

ENQUÊTE – Au sein de ce mouvement né sur les réseaux sociaux et sans vrais leaders, les femmes sont en première ligne. Familières des fins de mois difficiles, élevant souvent seules leurs enfants, rejetant la politique, elles ont été parmi les plus promptes à se mobiliser.

Marine Charrette-Labadie, 22 ans, est serveuse à Brive-la-Gaillarde. Au chômage depuis quelques mois. Le jour où Éric Drouet, chauffeur routier de Melun, en Seine-et-Marne, figure des «gilets jaunes», qui appellera plus tard à «entrer dans l’Élysée», lance sa page Facebook, la jeune femme vient d’être interdite bancaire. La cause de cette sanction? Un chèque en bois pour payer son plein d’essence. Autant dire que l’appel d’Éric Drouet à un «blocage national contre la hausse du carburant» tombe à pic. Aussitôt, elle relaie cette initiative en Corrèze et devient à son tour une «coordinatrice» du mouvement.

Avant elle, la pionnière, Priscillia Ludosky, 32 ans, avait, dès le 29 mai, lancé sa pétition. Un million cent mille signatures ont été recueillies depuis par cette autoentrepreneuse de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne). Impossible de ne pas les voir parmi les gilets fluo: elles sont partout! Marine, Priscillia, mais aussi Laetitia ou Ingrid. Et Jacline Mouraud, bien sûr, à la vidéo virale, vue plus de cinq millions de fois: «Je crois que si le message est passé, c’est parce que j’ai les cheveux gris et que je suis une femme. J”ai mis le feu aux poudres, mais la mèche était allumée.»

Le président de la République ne s’y est pas trompé. Dès les premières minutes de son allocution lundi, il s’arrête longuement sur la colère de «la mère de famille célibataire, veuve ou divorcée, qui ne vit même plus, qui n’a pas les moyens de faire garder les enfants et d’améliorer ses fins de mois et n’a plus d’espoir. Je les ai vues, ces femmes de courage pour la première fois disant cette détresse sur tant de ronds-points.»

Depuis un mois, jeunes ou âgées, rurales ou citadines, salariées ou chômeuses, militantes ou novices, elles occupent les giratoires comme les plateaux télévisés, fabriquent les banderoles et distribuent des bonbons aux automobilistes. Désormais, elles poussent aussi les portes des mairies pour y noircir des cahiers de doléances. «À Saint-Étienne, nous avons ouvert la permanence et les registres lundi à 9 heures. À 17 heures, nous avions 50 témoignages dont la moitié de femmes. Je ne l’aurais jamais imaginé, témoigne Gaël Perdriau, maire LR de Saint-Étienne. Les plus âgées se plaignent de leur retraite trop faible, les plus jeunes de l’éducation difficile de leurs enfants. Et beaucoup sont agacées par la façon dont le président leur parle.»

Des Gauloises «présentes dès les XVIIIe et XIXe siècles sur les barricades»

L’une des premières à avoir rempli une page est une handicapée de 55 ans, avec un fils étudiant à sa charge. Elle s’adresse au président et à «ces messieurs du gouvernement» pour trouver un CDD. Une dame de 68 ans s’est, elle aussi, précipitée pour reprocher à Emmanuel Macron d’être «déconnecté de la réalité», lui demander «d’arrêter de ponctionner les ouvriers et les retraités» et lui lancer: «Les Gaulois n’en peuvent plus!», d’une belle écriture appliquée.

Des Gauloises qui, selon Mathilde Larrère, historienne des mouvements révolutionnaires, ont été «présentes dès les XVIIIe et XIXe siècles sur les barricades. Mais elles chargeaient les fusils à l’arrière tandis que les insurgés étaient aux avant-postes». Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS-Sciences Po Bordeaux, complète: «Aujourd’hui, il n’y a pas de leaders bien identifiés parmi les “gilets jaunes”. Du coup, les médias tendent leurs micros à tout le monde, aux hommes comme aux femmes. Dès le début, cette visibilité féminine a attiré notre attention.» Avec 70 collègues, elle a distribué des questionnaires pour mieux cerner ces profils. Les premiers retours de cette vaste enquête montrent que, parmi les Français mobilisés, 45 % sont des femmes.

En 2018, plus d’un tiers (35%) de la population vit seul, d’après l’Insee. Le nombre de familles monoparentales a augmenté de 43% en vingt ans. Le plus souvent, ce sont des femmes qui élèvent seules leurs enfants. Près de Crest, dans la Drôme, c’est le cas de Nathalie, 42 ans, qui alterne les CDD d’assistante administrative dans le BTP et les périodes de chômage. Elle a élevé en solo ses deux fils de 18 ans et 6 ans. «Pour l’aîné, dans les années 2000, je m’en sortais encore. Mais là, avec le petit, je rame vraiment. J’ai dû quitter ma maison pour un HLM. Les factures s’accumulent: électricité, eau, Internet, cantine, garderie… Mes parents ne roulaient pas sur l’or mais, moi, je vis nettement moins bien qu’eux.» Pour cette Drômoise, l’adhésion au mouvement se concrétise par un gilet jaune posé sur son tableau de bord.

«Ces femmes tiennent les cordons de la bourse»

Assistante maternelle, Cécile, qui vit seule avec sa fille de 16 ans, est une assidue d’un rond-point de Montpellier, celui de Prés d’Arènes, «tenu» par une trentaine de «gilets jaunes» dont une dizaine de femmes. «Je n’ai jamais manifesté de ma vie, mes nouvelles copines non plus, mais nous sommes dans la même galère, les problèmes d’argent, ce sont des problèmes de femmes», lance-t-elle. Pas de tabou sur les barrages: des mères qui se connaissent à peine, se confient sur le casse-tête de leurs pensions alimentaires impayées – 35%, selon plusieurs rapports de l’Ined et de la Cnaf.

«Aujourd’hui, vous ne pouvez plus vivre si vous n’avez pas deux revenus. Or, qu’elles soient seules ou en couple, ces femmes remplissent le réfrigérateur et tiennent les cordons de la bourse. Les dépenses, les crédits, les pleins de carburant et les montants des réparations de la voiture: c’est leur domaine. Dans les couches populaires, ce sont toujours les femmes qui ont géré le porte-monnaie, analyse Dominique Desjeux, anthropologue, professeur émérite à la Sorbonne. Elles savent mieux que personne ce que signifie pour le budget une chaudière, un lave-linge ou une voiture qui lâchent. Et, maintenant, parmi leurs dépenses contraintes, il y a aussi les téléphones portables et les ordinateurs.»

Sur les ronds-points et les barrages, ces femmes reprennent souvent leur rôle domestique: elles servent les cafés, confectionnent les gâteaux et décorent les sapins de Noël. Mais n’hésitent pas à hausser le ton. Coralie Dubost, députée LaREM à Montpellier, a voulu les rencontrer. Lundi, avant le discours d’Emmanuel Macron, elle a organisé une réunion «gilets jaunes» à sa permanence.

Parmi les sept porte-parole présents pendant deux heures, six femmes, dont trois au chômage. «Même quand elles ont un travail, elles vivent dans la précarité, très seules. Venir papoter ou tenter de refaire le monde sur les ronds-points leur permet de se resocialiser. La déléguée du rond-point de Lunel dit même “mes garçons” quand elle parle des “gilets jaunes”», constate l’élue qui décrit des échanges «rock’n’roll» avec des «femmes agressives à l’égard du politique, colportant des “fake news“». Pas de grand débat sur l’identité culturelle mais cette histoire de migrants logés gratuitement dans des appartements avec «cuisines équipées flambant neuves». «Elles répètent “Vous ne faites rien pour nous.” Et croient dur comme fer à tout ce qu’elles ramassent sur Internet, réfutant toute parole officielle, tout appel à la raison.»

Leur communication, le plus souvent via Facebook, ne garantit guère une information fiable. D’autant que tous les groupes créés sur la même thématique – «Blocages 19», «Blocages 26», «Blocages 34»- monopolisent les fils d’actualité des internautes. C’est bien connu, Facebook favorise les contenus issus des amis et des groupes, ce qui tend à enfermer chacun dans une «bulle de filtre» (un univers d’information personnalisé). Un entre-soi bien confortable où une fausse information, mille fois partagée, finit par devenir une prétendue vérité. «Allez lutter contre cela! Vous vous attirez les foudres de tout le groupe», se désole la députée Coralie Dubost, sortie lessivée de cette réunion.

Un site de rencontres «Adopte un gilet jaune»

Très présentes sur Facebook, Instagram ou Snapchat, les femmes sont les premières à alimenter le flux de ces nouveaux journaux intimes. «Elles sont parfaitement à l’aise sur le digital pour raconter des histoires comme pour mobiliser un réseau. Leurs atouts? Leur sincérité et leur persévérance», confirme Sophie Noël, directrice générale de l’agence de communication Heaven.

Mais ces nouvelles militantes peuvent aussi se transformer en pasionarias, voire venir gonfler les rangs de La France insoumise ou du Rassemblement national. «Elles sont là, y compris quand ça devient violent, comme le week-end dernier à Saint-Étienne. Ça m’a surpris», observe Gaël Perdriau, le maire de la ville. Un autre élu, le député LR de Seine-et-Marne Christian Jacob, qui a un long passé de syndicaliste à la tête de la FNSEA, complète: «Elles sont moins nombreuses sur les barrages depuis que le mouvement se radicalise. Mais elles y ont été massivement dès le début. Ça m’a immédiatement frappé. Cela veut dire que le mouvement est profond car les femmes ne s’engagent pas pour de l’accessoire.»

Ce qui n’exclut pas de s’amuser. Le samedi 8 décembre, des flots de champagne et 200 personnes ont célébré le mariage de «Chouchoune et Coco Bel Œil» au petit matin sur le barrage de Séméac, près de Tarbes, où le couple, tout en jaune fluo, s’était rencontré un mois plus tôt. Au même moment, dans les Landes, Cécile et Elisabeth créaient «Adopte un gilet jaune 40», un site de rencontres pour célibataires. Mardi, le groupe comptait déjà plus de 3.000 membres.

https://i.f1g.fr/media/figaro/616x347_crop/2018/12/12/XVMd681a2bc-fe00-11e8-b5a2-b44637c34deb.jpg

Catholic women’s 1968 responses to Humanae Vitae

La Croix International (web site) Home, Friday, July 20, 2018 941 mots

Catholic women’s 1968 responses to Humanae Vitae The demand for conjugal intimacy and the rejection of an inquisitorial approach to sexuality on the part of the priest are clearly visible Anne-Bénédicte Hoffner France

Sociologist Magali Della Sudda, a research fellow at the Emile Durkheim Center in Bordeaux, has studied 100 letters sent to the Women’s General Catholic Action (ACGF) movement following the publication of Pope Paul VI’s encyclical Humanae Vitae in 1968. The women – and a few men – describe their struggle with their daily experience and the teaching of the magisterium. The letters were sent to the movement’s journal between October 1968 and February 1969 in the wake of the publication of Humanae Vitae. Anne-Bénédicte Hoffner for La Croix interviews Magali Della Sudda.

La Croix: What do these letters say?

Magali Della Sudda: The October 1968 edition of L’Echo de notre temps (The Echo of Our Time), the bimonthly publication of the ACGF, commented on the encyclical Humanae Vitae and invited readers to respond.

Out of the 2,958 responses received by the movement following its appeal, only 98 letters are still preserved in its archives. Most — 76 — were written by women, four by couples, 17 by men and one by ‘a group of Christian households.’

The letters, which record very concrete and sometimes extremely intimate experiences – albeit with reserve – reveal the extent to which the authors were torn between their attachment to the church and doubts over their ability to implement its teaching.

They express their regret at not receiving the support they were looking for from the church.

What are their arguments?

Most argue from their own situation as mothers of families, although some also base themselves on their experience as doctors or nurses, expressing either frank disagreement or doubt.

They cite health problems, including “nervous depression” linked to “numerous births,” caesarian births, irregular cycles and financial concerns, particularly in working class families.

Many women also referred to “conjugal duty,” “charity” regarding their spouses. They cannot see how to “say no” to their partner without pushing him into adultery.

One husband, who had five children, of whom the last one was an Ogino baby [The Ogino method is a calendar-based method of avoiding conception, named after Kyasaku Ogino] wrote of the need for a couple to experience a fulfilling sexuality.

‘We think that the current successor of Peter is not very well informed from a practical point of view,’ he wrote. ‘He writes abstractly and from a legalistic perspective.’

However, several older women completely defended the document. So too did the only priest who contributed, a movement chaplain, who was furious that the magazine dared to present the encyclical as a subject for debate and ask readers to express their views!

Finally, one woman expressed her rupture with the church over the issue of sexuality and access to contraception.

What do the letters indicate about the state of mind and marital life of Catholic women during the 1960s?

This is a completely unprecedented voice of women dating from a period when letters from readers, e.g. of the magazine Marie-Claire or Ménie Grégoire’s TV program on RTL, became a vital means of expression, emancipation or at least affirmation of oneself and one’s femininity, both inside and outside the church.

It is interesting in two respects, first because the ACGF was the most important women’s movement of the time, and secondly because this period is now little known.

The women of those years were always suspect in the eyes of those who came later of having been too conservative and not feminist enough.

However, these archives demonstrate that change was already under way. The letters written by the men are also interesting on the issue of equality between the spouses.

There is a radical change here from the “Letters to Fr Viollet” written during the 1920s and 1930s. [Martine Sevegrand, L’Amour en toutes lettres : Questions à l’abbé Viollet sur la sexualité, 1924-1943, Albin Michel, 1996]

At that time, women – and sometimes their spouses – wrote to ask for advice. Thirty years later, the tone had changed.

The demand for conjugal intimacy and the rejection of an inquisitorial approach to sexuality on the part of the priest are clearly visible.

Several letters also mention the desire to take a decision ‘in conscience’ and highlight the contradiction with the emphasis placed on this point by Vatican II.

The call to responsibility by the faithful lay at the center of aggiornamento of those years.

Some Catholics expected that this would also apply to the field of sexuality. Thus, Humanae Vitae seemed to them to treat people like children.

‘For the last two or three years, they have invited us to become adults, to take decisions ourselves without constantly asking what is permissible and what is prohibited,’ wrote one married woman with six children.

‘Now that Paul VI has spoken, we need to make love on command and not when we desire,’ she wrote.

Another couple made reference to a decision ‘taken in full conscience which appears to us to be the only one possible.’

The ACGF did not take a stand itself.

However, the very fact that it opened its columns to debate and allowed dissent to appear scandalized some readers.

Moreover, the publication of certain extracts, which are quite representative of the whole, illustrates that the leaders and chaplains of the movement wished to give a voice to women.

None of the women claimed sexual freedom outside of marriage. They simply wished to articulate the injunctions of the magisterium with their desire for a fulfilling sex life, which was not necessarily procreative. This article was published in La Croix International (web site)

1902, les catholiques sont dans la rue

L’Histoire, no. 435 Actualité, lundi 1 mai 2017, p. 26 – 1004 mots

par Magali Della Sudda, Chargée de recherche CNRS à Sciences Po Bordeaux

Depuis La Manif pour tous en 2012, l’Église reviendrait en politique. C’est oublier de grands précédents. Dont le défilé de 1902.

L ‘Église serait de retour en politique. Du côté de l’institution, l’épiscopat s’est prononcé récemment en rappelant les catholiques à leur devoir dans la cité1. Du côté des fidèles, la médiatisation très intense des manifestations de 2012 et de 2013 contre le mariage pour tous, puis, il y a peu, le succès à la primaire de droite du candidat François Fillon, soutenu par Sens commun, un groupe politique issu de La Manif pour tous, soulignent la présence de catholiques dans l’espace public. Ce qui apparaît comme une résurgence étonne à la mesure du succès rencontré par le « récit » sur la « sécularisation » de la société.

La visibilité de groupes d’inspiration catholique doit se comprendre à l’aune des transformations de l’Église. La mobilisation, initiée par des laïcs, a emprunté le répertoire de l’action collective de gauche pour interpeller les pouvoirs publics, notamment l’occupation de la rue par la manifestation.

Cette pratique n’est pas nouvelle à droite. Elle fait cependant l’objet d’investissements mémoriels différents. Si l’Action française commémore encore aujourd’hui les cortèges du 6 février 1934 qui se sont déroulés dans un contexte de scandales politiques et dénonçaient la république parlementaire, peu de mouvements catholiques revendiquent la mémoire des manifestations contre la loi Savary pour la défense de l’école libre (1984).

Contre la loi Waldeck-Rousseau

Aujourd’hui, les mots d’ordre autour de la défense de l’enfant et de la famille des manifestations de l’année 2012 entrent en résonance avec un autre rassemblement organisé par les catholiques en réaction aux effets de la loi Waldeck-Rousseau de 1901 sur la liberté d’association.

Cette loi établit en effet le régime des associations et encadre les congrégations religieuses. Les catholiques se mobilisent mais échouent aux élections législatives de 1902. Cela provoque notamment la division des mouvements de femmes. Certaines veulent abandonner le terrain électoral et constatent l’impossibilité du ralliement à la république.

D’autres, souvent épouses et proches de catholiques libéraux élus à la Chambre et au Sénat, veulent poursuivre l’œuvre électorale. Elles se regroupent dans la Ligue patriotique des Françaises (LPDF) fondée à Paris le 21 mai 1902, dans la même mouvance que l’Action libérale populaire, une organisation politique de catholiques libéraux ralliés à la république, et que l’Action française qui veut défendre la cause de l’Église et celle des femmes catholiques.

La publication des décrets d’application de la loi de 1901 oblige les congrégations non déclarées à la dissolution puis c’est l’abandon des écoles congréganistes en juillet 1902. Les femmes catholiques de la LPDF y voient une menace en tant que mères – dépossédées de leur fonction éducative par l’école publique -, et que catholiques.

La baronne Reille et Mme Richefeu

Les initiatives se multiplient. Le lundi 21 juillet, un cortège de femmes, emmené par la baronne Reille et Mme Richefeu, se rend à l’Élysée pour apporter une pétition de mères à l’épouse du président Loubet. Différents comités et ligues de catholiques organisent des rassemblements devant les écoles tenues par des congrégations susceptibles d’être fermées et accompagnent leurs protestations de réunions politiques. Le 23 juillet, des affrontements émaillent les expulsions de religieuses des écoles congréganistes1 elles sont suivies de contre-manifestations d’« églantinards », terme péjoratif désignant les socialistes, qui portent une fleur ou un bouquet d’églantines à la boutonnière , et de bagarres dans le Quartier latin. A Paris, le député nationaliste du XVIIe arrondissement Pugliesi-Conti est arrêté. La veille, le journaliste d’extrême droite Gaston Méry et deux hommes politiques catholiques sont interpellés à Saint-Ambroise : François Coppée et le député du VIIe arrondissement Jean Lerolle.

Les « mères de famille », qui désignent en réalité différents groupes catholiques et nationalistes masculins comme féminins, appellent alors à un rassemblement à la Concorde le dimanche 27 juillet. A l’annonce de la manifestation, une contre-manifestation est organisée. Le préfet de police Lépine met en place un dispositif innovant : un maillage policier important doit réduire les troubles à l’ordre public et la confrontation entre forces de l’ordre et manifestants des deux bords.

La « délégation » de dames arrive sur la place de la Concorde. La baronne René Reille, épouse et mère de députés, accompagnée de « l’état-major des dames françaises » toutes membres de la LPDF – la comtesse de Mun, Mme Cibiel, Mme de Pomairols, Mme de Richefeu -, se veut les porte-parole des mères françaises. Ne pouvant accéder au ministère de l’Intérieur pour remettre la pétition des « mères françaises », la baronne lance à l’agent de police : « Au revoir… nous protesterons d’une autre manière. » Des affrontements ont lieu entre des ligueurs nationalistes et des contre-manifestants. L’ancien préfet de police Andrieu, qui défile aux côtés des catholiques, est ainsi pris à partie et des coups de canne sont échangés. Des heurts surviennent aussi entre les forces de l’ordre et des nationalistes. Soixante-dix personnes, manifestants et contre-manifestants, sont interpellées et relâchées dans la soirée.

Placées dans une situation inconfortable du fait de leur engagement public, les dames essuient les « moqueries du boulevard Saint-Germain » . Elles ne reçoivent plus l’appui des comités masculins de l’Action libérale populaire qui ne pratiquent pas la manifestation de rue de manière habituelle. La « manifestation des mères de famille », exceptionnelle dans le mode d’action des catholiques, est rapidement oubliée. La Ligue patriotique des Françaises privilégie d’autres modes d’action tels que la propagande par la presse et les conférences, les réunions publiques et privées, et s’appuie sur les oeuvres sociales pour contrer la politique de laïcisation de l’État. Même si le succès électoral ne fut pas au rendez-vous, les réseaux féminins catholiques constituèrent un réseau dense sur le territoire métropolitain et pouvaient revendiquer 500 000 membres en 1914 et autour de 1 million en 1933, au moment de la création de l’unique Ligue féminine d’action catholique française.

Note(s) :

1. Cf. Conseil permanent de la Conférence des évêques de France, Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique , Bayard-Cerf-Mame, 2016 et J.-L. Pouthier, « L’Église revient en politique ! », L’Histoire n° 430, décembre 2016, pp. 28-29.

Manifestation de la Place de la Concorde, carte postale, collection particulière M. Della Sudda. 1902.

Lawmaker’s Downfall May Hold Lesson for Men : Behave

A group of women demonstrated against the sexual harassment of women in front of the National Assembly in Paris this month. The Assembly’s vice president, Denis Baupin, resigned amid accusations of misbehavior.Credit…Dominique Faget/Agence France-Presse — Getty Images

Late Edition – Final Foreign, Monday, May 23, 2016 1336 mots, p. A 6 – MEMO FROM FRANCE

 

By ADAM NOSSITER; Benoit Morenne contributed reporting.

PARIS — With its guffawing masculine hilarity, the National Assembly, France’s lower house of Parliament, would not be put to shame by the most boisterous American state legislature. The marble-and-velvet setting may be more elegant, but the rowdy laughter says the same thing: Men dominate.

Over the last week, that male world has been shaken. The Assembly’s vice president, Denis Baupin, was forced to resign after several women came forward publicly with accusations that he had sexually harassed numerous female colleagues for years.

One said Mr. Baupin had pushed her against a wall, grabbed one of her breasts and tried to force a kiss. Others said he had sent explicit text messages. Another said he had chased her around a desk. Still another, that he had pinched her buttocks.

The Paris prosecutor has announced a criminal investigation. Mr. Baupin, 53, a representative from Paris and a rising star of the Green Party, has complained about a “setup” and has threatened to sue the media outlets that broke the story.

Nonetheless, the charges have set off soul-searching over whether anything has changed in France since the downfall of a former International Monetary Fund boss, Dominique Strauss-Kahn, after a New York hotel housekeeper accused him of assault in 2011.

That, it seems, did nothing to stop Mr. Baupin. But in the country where even the word for “bawdy joke” — gauloiserie — recalls the ancestral homeland, Gaul, there are indications that this time some things may be different.

On the one hand, Mr. Baupin’s behavior was an open secret. Since the allegations have become public, ranking Green Party members have shamefacedly acknowledged knowing of Mr. Baupin’s bad behavior for years. Women knew never to get in an elevator alone with him or go to his office unaccompanied. They nicknamed him “the Octopus.”

The men were apparently unfazed, however. “Ah, so he’s started up again?” a male Green Party member said nonchalantly after a shocked woman recounted an assault against her in 2011, according to the news website Mediapart.

Yet at the time of his arrest in New York, Mr. Strauss-Kahn, who was widely seen as a contender for president, had plenty of defenders. “Nobody has been killed,” Jack Lang, a former Socialist culture minister, had said.

Mr. Strauss-Kahn, known as DSK, defended himself in a French court with claims that he was merely a “libertine” pursuing an alternative lifestyle. (He later settled out of court for what was reportedly a substantial sum.)

Even if few male French politicians have stepped up to denounce Mr. Baupin, nobody is defending him, either. The prominent right-leaning philosopher Alain Finkielkraut grumbled on the radio that “France is Americanizing itself in a hurry,” but added that he condemned “unseemly actions.”

The affair has proved embarrassing to the male-dominated political class — 75 percent of the Assembly’s members are men — not least because Mr. Baupin was a leading member of the Greens, one of France’s most feminist-friendly political parties.

Now, even his wife, Emmanuelle Cosse, also a Green and the minister of housing in the current Socialist government, has been accused by at least one other party member of covering up for her husband. She has denied it.

Sandrine Rousseau, a spokeswoman for the Greens, told France Inter radio and Mediapart about her experience in 2011 during a party meeting.

“I took a break,” she said. “In the corridor along the hall, along comes Denis Baupin. He pushed me up against the wall while grabbing my breast. He tried to kiss me. I pushed him away forcefully. At that point I was so shocked I didn’t say anything.”

Elen Debost, another of the four women who came forward by name to expose him, wrote in an open letter to the Greens that she was “nauseated” and “vomited” after seeing him in a March photo jauntily wearing lipstick, in supposed support of International Women’s Day.

The condemnation has been stark. Prominent Frenchwomen in politics — 16 former ministers — have made a public vow to “never shut up again,” writing in the Sunday newspaper Journal du Dimanche. This time “it’s too much,” the women wrote. “Omertà and the law of silence are no longer possible.”

“The behavior of some men must change,” they wrote.

Some of Mr. Baupin’s victims already perceive a change. “There is a difference,” said Annie Lahmer, a Paris regional councilor who said Mr. Baupin had chased her around a desk in the late 1990s.

“Bartolone asked him to resign immediately, even though this had just happened,” Ms. Lahmer added, referring to the president of the National Assembly, Claude Bartolone.

In addition, “people are talking more freely now” than they did after the DSK affair, she said. “For Baupin, nobody is saying he’s just a libertine. He’s got no defenders. We’ve passed to another stage.”

After Ms. Lahmer spurned his advances, Mr. Baupin told her angrily, “You will never have a position in the party,” she told France Inter radio.

“There’s a big difference” between the reaction to Mr. Baupin and to Mr. Strauss-Kahn, said Isabelle Attard, a representative at the Assembly, who told the journalists who broke the story that she had received numerous salacious texts from Mr. Baupin in 2012 and 2013.

“This is a group of women who are testifying and who have the same need to say, ‘Never again,’ particularly after the publication of that photo” showing Mr. Baupin with lipstick, Ms. Attard said. “It’s not just one woman alone. One woman alone would never have come forward.”

How could the pro-feminist Greens have ignored Mr. Baupin’s transgressions for so long?

“Because it’s a feminist party, there was shame about having this man in the party,” Ms. Attard said. “It was impossible to acknowledge that a man like Denis Baupin could be in the ranks.”

A year ago, a collective of female political journalists in France created a stir by denouncing a culture of systematic sexual harassment in French politics, from frequent text messages along the lines of “one scoop equals one drink” to explicit comments about dress and low necklines.

“We thought the DSK affair had shifted the lines, and that macho habits, the symbols of dated political tackiness, were on the way to extinction. Alas,” the women wrote in the newspaper Libération.

“As long as politics is very much in the hands of heterosexual men more or less in their 60s, nothing will change,” they wrote. A quick look around the Assembly, overwhelmingly male, confirms that this is still the case.

Yet one of the godmothers of French feminism, Yvette Roudy, who was the women’s rights minister under the Socialist president François Mitterrand and who translated Betty Friedan in the 1960s, saw reason for hope in the wake of the Baupin affair.

“We think this could advance the rights of women,” Ms. Roudy said in a phone interview. “We certainly hope so. What is good is that today women are reacting. They are defending themselves.”

Ms. Roudy’s cautious optimism was shared by at least one political analyst who specializes in women in politics.

“Not a single political personality or intellectual has dared to excuse the conduct of Denis Baupin,” said Magali Della Sudda of the University of Bordeaux. “Nobody is using the argument of seduction.”

“Having more women on the benches of the Assembly, and in other political forums, means that some behaviors are simply not tolerated,” Ms. Della Sudda added. In the Baupin affair, “what is really interesting is that it allowed women to denounce these practices, and in public,” she said. “That’s new.”

Magali Della Sudda, researcher at the CNRS Sciences Po Bordeaux-University of Bordeaux
https://www.nytimes.com/2016/05/23/world/europe/france-sexual-harassment-denis-baupin-politics.html

 

Sexisme en politique : une spécificité française ?

Entretien réalisé par Anne Chemin

Le Monde.fr jeudi 12 mai 2016 1430 mots

Après les accusations d’agressions sexuelles qui visent le député écologiste Denis Baupin, la politiste Magali Della Sudda revient sur la longue histoire du sexisme en politique.

Le monde politique est-il gangrené par le machisme? Après les accusations de harcèlement sexuel portées à l’encontre du député écologiste Denis Baupin, Magali Della Sudda, politiste au Centre Émile Durkheim de Sciences Po Bordeaux, évoque le sexisme de cet univers qui s’est ouvert tardivement aux femmes.

Quelle est votre réaction aux révélations concernant le comportement de Denis Baupin?

Au-delà du cas personnel de Denis Baupin, cette affaire témoigne de l’illégitimité de pratiques qui jusqu’alors étaient tolérées. Elle rappelle également que les dispositifs de lutte contre le harcèlement demeurent à ce jour insuffisants: c’est en effet dans la presse, et non devant la justice, que ces faits ont été dénoncés. Cela montre l’importance des médias et du journalisme d’investigation dans la publicisation de faits qui jusqu’alors étaient tus ou évacués du débat public.

Estimez-vous que le monde politique est un univers plus «macho» que d’autres milieux professionnels?

Les pratiques de harcèlement sexuel, puisque c’est de cela qu’il est question, ne sont pas spécifiques au champ politique, mais elles sont sans doute favorisées dans les métiers, comme celui-ci, où le pouvoir a longtemps été l’apanage des hommes. Le silence qui entoure le harcèlement sexuel est en outre accentué dans des milieux – comme celui de la politique – où la précarité des postes ainsi que la variété des statuts n’encouragent pas les victimes à saisir la justice. Depuis lundi [9mai], lesfemmes politiques qui se sont exprimées ont rappelé que, dans un univers professionnel où la réputation est importante, les collaboratrices d’élus ont peu de chances de retrouver un poste si elles portent plainte.

L’an dernier, un documentaire diffusé sur France 5, Le Sexisme en politique: un mal dominant , a rappelé la persistance de comportements et de discours sexistes dans le champ politique. Mais il montrait aussi, et c’est un signe encourageant, que les femmes politiques réagissent et entendent mettre fin à ces pratiques. Ce métier se construit comme un métier masculin, l’expression de la virilité participe du «charisme» politique, mais la présence des femmes questionne ce machisme: lorsque les hommes tiennent des propos graveleux dans les assemblées, ils sont désormais sommés de s’excuser.

Au nom de quoi les femmes ont-elles été longtemps exclues du pouvoir politique?

La spécificité de la France est la citoyenneté paradoxale: c’est le seul pays au monde où le décalage entre les dates d’obtention du suffrage universel pour les hommes et pour les femmes est aussi grand. Depuis les commémorations du bicentenaire en1989, on a redécouvert Olympe de Gouges, mais, pendant la Révolution, rares étaient celles et ceux qui demandaient que l’égalité politique s’applique aux femmes: Nicolas de Condorcet ou Olympe de Gouges étaient des voix isolées. A la suite de la révolution de 1848, tous les hommes ont obtenu le droit de suffrage, mais les femmes sont demeurées des citoyennes passives, privées de ce droit et d’éligibilité jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale.

Les arguments de l’époque étaient explicitement sexistes: ils étaient fondés sur une prétendue nature féminine incompatible avec des fonctions publiques. Dans un débat entre Jenny d’Héricourt, qui écrivait dans La Voix des femmes, en1848, et le socialiste Pierre-Joseph Proudhon, celui-ci justifiait ainsi la vision inégalitaire de l’homme et de la femme qu’il développait dans La Pornocratie : «Je n’ai pas voulu et je ne veux pas pour la femme (…) de la guerre, parce que la guerre sied aussi peu à la beauté que la servitude. Je ne veux pas de politique, parce que la politique, c’est la guerre. Je dis que le règne de la femme est dans la famille; que la sphère de son rayonnement est le domicile conjugal.» Pour lui, la politique est contraire à la nature des femmes.

On retrouve le même argument chez les hommes politiques de la IIIe République. Émile Morlot, qui fut maître des requêtes au Conseil d’État et député, écrivait en1884: «Destinée à la maternité, faite pour la vie de famille, la dignité de sa situation sera d’autant plus grande qu’elle n’ira point la compromettre dans les luttes du forum et dans les hasards de la vie publique… On a donc parfaitement raison d’exclure de la vie politique les femmes et les personnes qui, par leur peu de maturité d’esprit, ne peuvent prendre une part intelligente à la conduite des affaires publiques.»

En 1919, le sénateur Alexandre Bérard s’opposait lui aussi au vote des femmes car il «souillerait» leurs mains. «Les mains des femmes sont-elles bien faites pour le pugilat de l’arène publique? Plus que pour manier le bulletin de vote, les mains de femme sont faites pour être baisées, baisées dévotement quand ce sont celles des mères, amoureusement quand ce sont celles des femmes et des fiancées… Séduire et être mère, c’est pour cela qu’est faite la femme.» En1944, Paul Giacobbi, député de l’Assemblée nationale constituante, était encore un farouche opposant au vote des femmes. Et on oublie souvent que l’ordonnance d’Alger du 21avril 1944 ne s’est appliquée aux Algériennes qu’en1958!

Pensez-vous que les formes du sexisme en politique ont changé?

Elles ont effectivement évolué en lien avec la présence des femmes dans les assemblées. Dans les arènes politiques ou les médias, les formes brutales de sexisme, qui ont accompagné l’irruption des femmes dans le champ politique, ont fait place à une expression plus subtile: assigner, par exemple, les femmes politiques à des sujets traditionnellement féminins comme la famille, l’enfance ou les personnes âgées, ou faire référence à leur physique – on se souvient de la réponse cinglante de Nathalie Kosciusko-Morizet à un journaliste commentant sa coiffure, en2013.

Blagues déplacées, drague insistante: pendant l’affaire DSK, des féministes américaines ont dénoncé la culture française de l’«amour courtois», expliquant qu’il était difficile, dans cepays, d’échapper à des relations de séduction qui frôlent parfois leharcèlement. Etes-vous d’accord aveccette analyse?

Au moment de l’affaire Dominique Strauss-Kahn, on a vu resurgir des propos antiféministes prenant la défense de la «séduction» et des baisers volés. C’est un discours assez ancien, qui se développe dès la fin du XIXe siècle, en France et ailleurs: il reproche aux femmes qui aspirent à l’égalité et à une sexualité librement consentie de saper les fondements des relations harmonieuses entre hommes et femmes.

La galanterie «à la française», y compris quand elle frôle le harcèlement, serait, dans cette optique, un prolongement de l’amour courtois. C’est sur cette base que certains se sont opposés aux études de genre ou à des législations sanctionnant les discriminations fondées sur le sexe, agitant le spectre de la guerre des sexes importée des États-Unis.

Il faut cependant rappeler que ce qui distingue la séduction du harcèlement sexuel, de l’agression sexuelle ou du viol, c’est le consentement. La législation contre le harcèlement, qui a été complétée sous la tutelle de Najat Vallaud-Belkacem au ministère des droits des femmes en2012, ne prohibe pas la séduction. Elle protège en revanche contre «toute forme de pression grave (même non répétée) dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte sexuel, au profit de l’auteur des faits ou d’un tiers» . Que l’on se rassure, le «doux commerce» entre les sexes existe aussi aux Etats-Unis; la France n’a pas l’apanage de la séduction!

On avait le sentiment, grâce à la parité, que le monde politique se féminisait. Pourquoi le sexisme perdure-t-il dans des assemblées qui comptent 25%, voire30% de femmes?

Roselyne Bachelot, qui est entrée à l’Assemblée nationale quand les femmes ne représentaient que 6% des députés, a évoqué à plusieurs reprises l’idée d’une «masse critique»: elle estime que, quand il y a plus de 30% de femmes dans une assemblée, le «machisme et l’esprit de caserne» ont du mal à s’exprimer. En2012, elle voyait donc dans l’arrivée des femmes à l’Assemblée nationale un tournant: les femmes représentaient alors 27% des élus du Palais-Bourbon.

Malgré ce rééquilibrage, les scandales ont continué à émailler la vie politique, mais il est vrai que quelque chose a changé: aujourd’hui, des pratiques que l’on jugeait autrefois légitimes, voire valorisantes, sont unanimement condamnées. Les hommes qui entrent aujourd’hui dans le champ politique n’ont plus tout à fait les mêmes profils que les plus anciens: quand Patrick Balkany déclare qu’on peut «regarder une femme avec intérêt sans que ce soit du machisme» afin de justifier les sifflements et les plaisanteries graveleuses qui ont accueilli une intervention à l’Assemblée de la ministre Cécile Duflot, qui portait une robe à fleurs, il se situe dans un registre politique daté et marqué par la domination masculine. Je ne suis pas sûre que tous les députés partagent son point de vue.

EXposition en ligne: 100 ans d’engagements catholiques féminins

MUSEA est un site édité par l’université d’Angers qui propose depuis 2004 des expositions virtuelles sur l’histoire des femmes et du genre. Pour découvrir l’exposition que j’ai réalisée avec l’aide de Fanny Bugnon en 2009 suivez le lien ci-dessous.

Musea is a website hosted by the University of Angers. It offers virtual exhibitions on Women and gender History. To discover the exhibition I conveyed with the help of Fanny Bugnon in 2009 follow the link:

http://musea.fr/exhibits/show/100-ans-d-engagements-catholiq/presentation

Remerciements : l’équipe de l’Action catholique générale féminine, devenue Action catholique des femmes a ouvert ses archives avec générosité et permis de mener à bien ce travail de recherche, qu’elle en soit chaleureusement remerciée.