Archives de catégorie : Publications

“Les Nouvelles femmes de droite”

Revue de presse

La Vie des Idées a publié une analyse sur les “droites radicales” et les “droites extrêmes” à la veille du second tour de l’élection présidentielle de 2022. Cet entretien avec René Monzat pointe deux évolutions : d’une part la conquête d’un électorat féminin et des militantes abordé dans Les Nouvelles femmes de droite, d’autre part les transformations du catholicisme et le renforcement d’un pôle conservateur bien documenté par Yann Raison du Cleuziou dans “Une contre-révolution catholique : aux origines de la Manif pour Tous” (19/04/2022).

Jean-Paul Gautier, historien spécialiste des extrêmes-droites en France, auteur d’un ouvrage très complet sur le sujet, propose une recension des Nouvelles femmes de droite sur le site québécois Presse de gauche. Il y souligne la complexité et la fragmentation de différents groupes et courants qui s’opposent aux féministes (19/04/2022).

Le magazine Elle s’est fait l’écho des Nouvelles femmes de droite, le 20 avril 2022. L’entretien avec Thomas André revient sur ce qui distingue les “Femmes de droite”, qui s’opposaient jadis aux féministes aux “Nouvelles femmes de droite” qui, pour certaines ont patrimonialisé certains thèmes du féminisme mais combattent celles qu’elles désignent comme les “néo-féministes”. A la veille du second tour de l’élection présidentielle, l’incarnation du rôle politique joué par Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national dans la campagne présidentielle, a évolué, marqué par une forme de maternalisme protecteur qui n’est pas exempt de contradictions entre la ligne familialiste du Front national et  le remboursement de la pilule contraceptive, entre la ligne économique libérale avec le définancement de la sécurité sociale via la baisse des cotisations sociales et l’ouverture de services de maternité.

New Right-Wing Women

Feminism is in tension. In many Western countries, women are challenging feminist narratives and struggles. Some of them explicitly challenge feminist’s organization legitimacy to represent women’s claim. Other claim specific feminist identity such as “true feminism”, “identitarian feminism” or even White feminism. The emergence of “New Right Wing Women” as champions of women’s advocacy received media coverage but little attention in academic scholarship. This book addresses the shift in women’s political participation in favor of radical-right wing movements and anti-gender equality. France is an interesting observatory of the shift: since 2012, women aligned their vote for Marine Le Pen and the Rassemblement national was first among the 25-34 women voters in 2017. The radical-right gender gap seems to no longer exist. At the same time, right-wing and extreme-right wing parties have merged to oppose gender equality policies launched under the socialist governments (2012-2017). In reaction to the laws passed by the French socialist majority between 2021 and 2017, conservative and religious networks in abeyance have been reactivated within a conservative social movement called “La Manif pour tous” (Demo for All). The conservative coalition led to a desectorisation within different political spaces and among the various currents within the Catholic Church. This conjunctural effect is articulated to a more structural effect of opportunity : the ecological crisis, because it raises the question of nature, gives new legitimacy to naturalist or essentialist arguments disqualified by most feminist currents. New women leaders emerged to challenge gender equality and to reclaim femininity.

This book based on empirical research – in depth-interviews, observation and on-line data – provides a an insight right-wing women activism, ranging from the traditional antifeminist activism to current conservative eco-feminism. 1) Female nationalism is represented by the women’s section of the “Caryatides” of the French nationalist Party (2013). Explicitly anti-feminists, these women assume a gendered hierarchy and a strong nationalist project, reffering to French authoritarian Régime de Vichy. 2) More central on the political spectrum, the Cercle Fraternité, a think tank founded by the Front National (2016), provides a pro-women and pro-family frame for the presidential election of 2017. It is still active and illustrates modern femonationalism, using pro-women rethoric to promote anti-immigration and islam politics. They explicitly refer to Christian identity and oppose reproductive rights. 3) Identitarian women and Occidentalist feminism : The radical-right wing party the “Identitarian” are not to be outdone. It assumes to be “women friendly” but remains shaped by gender, which determines differentiated symbolic retribution. The Identitarian women claim to be “feminine but not feminist”. They joined together in the “Belle et Rebelle” group within the organisation. In 2014, the group ceased to be active. Today, the Collectif Nemesis founded n 2019 is their heir. They use feminist frames such as gender equality, violence against women to claim the superiority of Europeans civilization against Islam and immigration. This supremacist use of gender equality is also to be found in Solveig Mineo’s Occidentalist Feminism. Her organisation is mostly virtual and has closed ties to the “Occidentalist Party”. It distinguishes itself from the first four groups by its attachment to secularism and even its anticlericalism and by its explicit feminism. But it clings to nationalist or identity-based currents by its defence of Western civilisation because of the place of women.

Less concerned by femonationalist rethoric, two other groups identify themselves as “alterfeminists” and seems specific to France.  The “Antigones, this group of women born in 2013 and which acts as a crucible for alterfeminism. This only-women group oppose current feminism as FEMEN, the Femocrats and more broadly feminists groups that do not refer to women identity but rather to gender or queer politics. Their political project is based on sexual essentialism, men and women complementarity, their crucial role as primary cel of society within the family and ecology. As a consequence they oppose reproductive technology as techno-medical power over women’s body. They cautiously avoid to be associated to political parties or religion, though considering Christianity and Pre-Christian philosophies as central for Western civilization and women empowerment. By puting “Nature” at the forefront, their opposition to chemical contraception, abortion or reproductive technology is no longer perceive as conservative but rather eco-feminist. Christian alterfeminism and integral feminism emerged at the crossroads of Pope Francis’ human ecology, conservative feminism and ecology. It is directly derived from the Demo for All protests since allthe founder of this philosophical current. Based on essentialism and differentialism – i.e. Men and Women are different and have different functions assigned by God, although they have equal dignity, it drews from Catholic theology and moral on sexuality.

All of these groups oppose liberal and radical feminism, as well as gender politics. Some of them explicitly refer to nationalism and western culture supremacy while other tend to refer to Nature as the core of their political project. By so doing, they provide new frames for essentialism and differentialism.

 

Électrices et ÉLUES AU VILLAGE

Magali Della Sudda, Victor Marneur. Les électrices et les élues au village. Granger, Christophe; Le Gall, Laurent; Vignon, Sébastien. Voter au village : Les formes locales de la vie politique, XXe-XXIe siècles, Presses universitaires du Septentrion, 2021. ⟨halshs-03094816⟩

Résumé : Notre contribution, restreinte au cas français métropolitain, a pour ambition modeste d’esquisser des pistes de recherche sur la politisation des femmes en milieu rural avant le droit de suffrage et d’éligibilité, puis de donner quelques résultats pour la période contemporaine. Pour cela, ce texte s’appuie sur les matériaux récoltés dans le cadre d’une enquête sur les femmes élues dans les espaces ruraux en Gironde des années 1970 à nos jours, ainsi que sur des fonds d’archives. On s’interrogera dans un premier temps sur les modalités d’inclusion des femmes dans la communauté politique villageoise et dans un second temps sur les conditions d’éligibilité des femmes en milieu rural.

Abstract : Our contribution, restricted to the case of metropolitan France, has the modest ambition of outlining avenues of research on the politicization of women in rural areas before the right to vote and eligibility, and then to give some results for the contemporary period. To do so, this text is based on material collected in the framework of a survey of women elected in rural areas in the Gironde from the 1970s to the present day, as well as on archival holdings. The first part of the paper will look at the ways in which women are included in the village political community and the second part will look at the conditions of eligibility of women in rural areas.

https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-03094816

From Natural Law to Ecology : Changing Conceptions of “Nature” in Catholic Sexual Morality (20th-21st C.)

Romain Carnac, Magali Sudda. “De la loi naturelle à l’écologie : évolution des conceptions de la « nature » mobilisées dans la morale sexuelle catholique (20e-21e siècle)”, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, Association Paul Langevin, 2020, Dossier : « Le sexe dans l’Église (Moyen Âge – 21e siècle) », pp.53-68.

En Français ici ⟨10.4000/chrhc.15222⟩.

Abstract : Sexuality has always been subject to normative and practical regulation by the Catholic Church. During the contemporary period the deployment of discourse and technics designed to control, contain and repress sexual practices seems to be evolving. In a secular society, the effectiveness of these normative devices is challenged and has to be renewed. The valorization of “responsible” and ethical sexuality tends to take precedence over the enumeration of sins which, although still very present, are no longer at the centre of the Church discourse on sexuality. Today, facing climate change and environmental crisis, the emancipatory power of technology raises more scepticism. From a Catholic perspective, “human ecology” – or even an “integral ecology” – should be followed in sexual conduct; the condemnation of sexuality outside marriage, “artificial” contraception and medically assisted procreation technologies is no longer directly justified by “moral” considerations but by biological and environmental considerations.

 

 

“Femmes, engagement et classes populaires”

Édito: Une histoire vivante

Hayes Ingrid, Della Sudda Magali, « Femmes, engagement et classes populaires. Une histoire vivante », Le Mouvement Social, 2018/4 (n° 265), p. 3-15.

Dans son ouvrage consacré à l’histoire des femmes, l’historienne Françoise Thébaud rappelle la matrice originelle d’une historiographie engagée et parfois militante. Les jeunes femmes qui entrent en masse à l’université dans les années 1960 sont les contemporaines d’un contexte bien particulier. À l’allongement de la scolarité des filles s’ajoutent la reprise du travail salarié pour les femmes (notable à partir de 1965, elle s’accentue après 1968, même si la durée de vie active reste très inférieure à celle des hommes, jusqu’au milieu des années 1970) et la reconnaissance de nouveaux droits (celui par exemple de placer son salaire sur son propre compte en banque ou de travailler sans l’autorisation de son mari, obtenu en 1965).
Dans le sillage de Mai 68 émerge la deuxième vague du féminisme, dont bien des jeunes femmes sont à la fois les témoins et les actrices. Parmi les universitaires qui ouvrent les brèches des études féministes et de l’histoire des femmes, beaucoup sont des militantes qui rejoignent le Mouvement de libération des femmes (MLF) lors de sa création en 1970. Schématiquement, trois courants distincts coexistent : « Psychanalyse et politique », animé par Antoinette Fouque ; les féministes radicales, emmenées notamment par Christine Delphy ; et les « féministes lutte des classes », regroupant des militantes de diverses organisations d’extrême gauche. À côté de ces groupes militants revendiquant une vision systémique de la lutte pour les droits des femmes, des féministes manifestent ou s’engagent sur la libéralisation de la contraception et du droit à l’avortement…

La suite ici: https://www.cairn.info/revue-le-mouvement-social-2018-4-page-3.htm?contenu=resume

Sommaire du numéro:

http://www.lemouvementsocial.net/numero_revue/2018-4-l-engagement-des-femmes-des-classes-populaires-en-france-depuis-1945/

DOI : 10.3917/lms.265.0003

“Les transformations de l’exercice de l’autorité épiscopale dans l’Église catholique en France à la lumière de la condamnation de l’Action française”

Della Sudda Magali, « Les transformations de l’exercice de l’autorité épiscopale dans l’Église catholique en France à la lumière de la condamnation de l’Action française », Genèses, 2012/3 (n° 88), p. 68-88.

Conseil central de la Ligue patriotique des Françaises, 1927, Archives de l’Action catholique des femmes (H402)

Résumé: Cet article revient sur les transformations de l’exercice de l’autorité religieuse dans l’Église catholique de France lors de la condamnation de l’Action française en 1926. Le contexte dans lequel la condamnation prend place est celui d’une évolution centralisatrice du pouvoir dans l’Église au profit de la curie romaine. Le rôle inédit joué par le pape mais aussi l’explicitation des attentes du centre romain vis-à-vis des évêques de France chargés de faire appliquer les sanctions ont laissé des traces de la transformation de l’exercice de l’autorité religieuse épiscopale.

Summary: This article re-examines the changes in the exercise of religious authority in the Catholic Church in France in the light of the condemnation of l’Action Française in 1926. The condemnation took place in the context of a centralizing evolution in church authority in favor of the Roman Curie. The new role played by the pope as well as Rome’s explicit expectations of French bishops in charge of applying sanctions left traces of the transformation in the exercise of Episcopal religious authority.

Article en français: http://URL : https://www.cairn.info/revue-geneses-2012-3-page-68.htm

“Gender, Fascism and the Right-Wing in France between the Wars”

The Catholic Matrix

Della Sudda, Magali, « Gender, Fascism and the Right-Wing in France between the Wars: The Catholic Matrix » Julie V. Gottlieb (Ed.) “Gender and Fascism”, Totalitarian Movements and Political Religion, 2012, vol.13, issue 2, pp.179-195.

Marie-Thérèse Moreau (1883-1969)

Summary: This article seeks to take the discussion of French fascism in a different direction by offering an analysis from a gendered perspective. Based on original archive material and literature, it provides an interpretation in terms of continuity between prewar conservative movements, Catholic women’s leagues and far right organizations in terms of gender representations and the sexual division of political labour. The first part of the article focuses on the contrast between a vivid and flourishing scholarship on gender and fascism led by English-speaking scholars, and the relative paucity of research conducted from within the French academy on the same. The debate over the existence and the peculiarity of French fascism has represented an obstacle for the emergence of innovative research on subjects such as women, masculinity and more generally gender in France. Nevertheless, an empirical survey based on archival material of the Catholic Church and Catholic women’s leagues, as well as the more usual material from the National Archives, provides new evidences of continuity from an organisational and ideological perspective to the Catholic Action league, the Croix de Feu/Parti social français and the Jeunesses patriotes.

https://doi.org/10.1080/21567689.2012.675706

“Le sexe de l’Homme de la Déclaration des droits”

Contestation et Appropriations par les catholiques italiennes de l’héritage de 1789 (1900-1919)

Résumé : Qui représentait l’Homme de la Déclaration des Droits de 1789 ? A quels individus de chair et d’os cette catégorie abstraite renvoyait-elle ? Olympe de Gouge et les féministes qui se réclamèrent de l’héritage révolutionnaire apportaient une première réponse pour faire reconnaître le caractère bi-sexué de l’Homme et être inclues dans le corps des citoyens. A côté d’elles, d’autres voix féminines se prononcèrent pour une autre catégorisation du genre de l’Homme. En opérant un double déplacement dans le temps et dans l’espace, cet article propose de lire en creux la représentation de l’Homme de la Déclaration des Droits qui prévalait dans des mouvements féminins catholiques. A partir des écrits de la fondatrice du premier mouvement féminin catholique italien, la figure de la citoyenne catholique émerge comme un sujet politique différent de l’Homme masculin. L’article met en lumière les évolutions dans le discours des associations catholiques qui se rallient après la Grande guerre à une idée de l’Homme bi-sexué.

Della Sudda, Magali, Le sexe de l’Homme de la Déclaration des droits. Contestation et Appropriations par les catholiques italiennes de l’héritage de 1789 (1900-1919), Clio&Thémis, revue en ligne, n°3, 2010.

Texte en français : http://cliothemis.com/Le-sexe-de-l-Homme-de-la

“La politique malgré elles”

Mobilisations féminines catholiques en France et en Italie (1900-1914)

Della Sudda Magali, « La politique malgré elles. Mobilisations féminines catholiques en France et en Italie (1900-1914) », Revue française de science politique, 2010/1 (Vol. 60), p. 37-60

Femmes de France, Mères chrétiennes! Tract de la Ligue patriotique des Françaises, 1905, Archives de l’Action catholique des femmes.

Résumé: À travers l’étude comparée de deux associations catholiques, la Ligue patriotique des Françaises (LPDF) et l’Union des femmes catholiques d’Italie (Unione fra le donne cattoliche d’Italia : UDCI), cet article met au jour les effets du genre et le rôle de l’Église dans l’apprentissage du jeu démocratique. Aux côtés des hommes catholiques en politique, les ligueuses françaises mettent en place un répertoire féminin conservateur de l’action collective et investissent la compétition électorale. En revanche, le contexte politique et religieux italien ne laisse pas d’espace pour une telle intervention des catholiques italiennes aux côtés de l’Union électorale masculine. Cet article éclaire ainsi les différentes voies de la politique avant le suffrage.

Version française: https://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2010-1-page-37.htm

Summary: Politics before suffrage : Politicization, gender and catholicism in french and italian catholic women’s movements (1900-1914). Through a comparative study of two Catholic associations, the Ligue patriotique des Françaises (French Women’s Patriotic League, LPDF) and the Unione fra le donne cattoliche d’Italia (Union of CatholicWomenof Italy, UDCI), this article sheds some light on the role of gender and the Church in the politicization process. Working alongside Roman Catholic politicians, the women in the LPDF established a conservative feminine repertoire of collective action and participated, albeit indirectly, in electoral politics. The Italian political and religious context, in contrast, did not allow any such scope for Catholic women to get involved in politics. This article aims to gain some new insight into the various ways conservative women did politics before their eventual enfranchisement.

English version : https://www.cairn-int.info/article-E_RFSP_601_0037–politics-despite-themselves.htm?DocId=41975&hits=13351+13350+13148+13147+12028+12027+11487+11486+31+30+17+16+

“La suppression de l’hebdomadaire dominicain Sept”

Immixtion du Vatican dans les affaires françaises (1936-1937) ?

Della Sudda Magali, « La suppression de l’hebdomadaire dominicain Sept. Immixtion du Vatican dans les affaires françaises (1936-1937) ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2009/4 (n° 104), p. 29-44.

Couverture de l’hebdomadaire Sept, 10 mars 1934.

Résumé: À la fin de l’été 1937, l’hebdomadaire Sept annonce sa disparition. Celle-ci pourrait sembler anodine dans une période de difficultés pour la presse de manière générale. Quoi de surprenant, dès lors, qu’une publication fondée par des dominicains mette la clé sous la porte ? C’est qu’au-delà du motif financier invoqué, certains ont vu dans la fin du journal une intervention directe du Vatican dans les affaires françaises. Cet article s’appuie sur les fonds du pontificat de Pie XI ouverts à la consultation en 2006. Il apporte des éléments nouveaux pour comprendre la politique de Pie XI à l’égard du Front populaire. La suppression de Sept peut ainsi être interprétée comme un moment de redéfinition des frontières entre l’engagement religieux, moral et politique ainsi que l’indice d’un renforcement du rôle de la Curie romaine dans le contrôle de la presse catholique en France.

Summary : August 1937. The editorial board of the weekly magazine Sept announced the end of the publication, which could seem trifling during this harsh time for the press. But beyond the apparent financial motive for the closing of the newspaper, some people saw a direct intervention of the Vatican in French politics. This paper is based on material from the secret Vatican archive of Pope Pius XI, opened to public consultation in 2006. It provides an insight into the policies of Pius XI concerning the Popular Front. The end of Sept can be interpreted as a crucial moment when the boundaries of politics, moral issues and religious commitments were reshaped. It also reveals the intensification of the role of the Vatican Curia in the control of the Catholic press in France.

https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2009-4-page-29.htm?contenu=article

“La charité et les affaires”

Le cas de la ligue patriotique des françaises (1901-1914)

Della Sudda Magali, « La charité et les affaires. le cas de la ligue patriotique des françaises (1901-1914) », Entreprises et histoire, 2009/3 (n° 56), p. 11-29.

Résumé: Dans cet article, l’auteure montre en s’appuyant sur les archives de l’organisation féminine la plus importante du siècle dernier en termes d’adhérentes, la Ligue patriotique des Françaises, comment la nécessité de la gestion s’impose à une association. En confrontant différents types d’archives, il est possible de mettre au jour l’appropriation de modes de gestion en partie inspirés de l’entreprise. L’association revêtant un caractère de masse avec plusieurs centaines de milliers de membres, il faut l’administrer. Apparaît ainsi une nouvelle catégorie d’employés : l’employé d’association dont le statut comme les rémunérations sont à définir. Diriger une association catholique en lui imprimant un fonctionnement rationnel, systématisé voire une logique de rentabilité en termes d’action et de financement ne va pas de soi. Les résistances et les limites de ce mode d’organisation sont aussi étudiées dans l’article.

Summary Charity and business: the case of the ligue patriotique des françaises (1901-1914) : In this article, the author sheds light on the management of a female Catholic association, the Ligue patriotique des Françaises, which was the single largest feminine organization in France before the First World War. Drawing on a variety of archival material, the author shows how the association was forced to appropriate certain managerial practices inspired by the business world. Because of its large size (counting several hundred thousand members), the association required the strong administrative style of a mass enterprise. As a result, a new category of employees emerged within the ranks of the association: an “association employee” whose status and work conditions had to be defined. Running a Catholic association by using a rational, systematic structure of administration and finance did not come naturally to the new management, whose resistance and limitations are also explored.

Boutique de la Ligue patriotique des Françaises à Lourdes, 1912, Archives de l’Action catholique des femmes.

https://www.cairn.info/revue-entreprises-et-histoire-2009-3-page-11.htm

DOI : 10.3917/eh.056.0011.

“Temporalités à l’épreuve de la parité”

Parité et temporalités professionnelle, familiale et politique chez les élues d’une ville moyenne (2001-2002)

Magali Della Sudda, « Temporalités à l’épreuve de la parité », Temporalités [Online], 9 | 2009, Online since 02 October 2009

DOI : 10.4000/temporalites.999

Résumé: Cet article propose de mettre en lumière l’articulation des différents temps sociaux et des régimes de temporalité qui président à l’entrée en politique des élus hommes et femmes dans une ville moyenne française en 2001. Il interroge une éventuelle spécificité de genre dans la façon de percevoir le temps et de l’organiser chez les élu-e-s selon trois régimes de temporalités. L’« entrée en politique » est présentée comme une rupture ou une continuation selon les configurations : novice plutôt que profane, les élues disposent de savoir-faire acquis hors du champ politique qui sont convertis en ressource à cette occasion. L’appréhension du temps par les élus et les élues témoigne d’un effet du genre sur l’articulation des temps sociaux : tue chez les élus, elle est perçue comme problématique chez la majorité des élues. Mais le genre n’explique par tout, la situation dans le parcours de vie au moment de l’entrée en politique influe sur la façon de ressentir l’articulation des temps sociaux. Cette réflexion permet d’isoler les effets du genre mais aussi de l’âge dans ces trajectoires militantes en confrontant les parcours et les discours des élus des deux sexes.

Summary : This paper seeks to shed some light on the harmonization between various social times and the temporality governing the entry of men and women into politics. It poses the question as to whether perceptions of time and temporality may be gender-specific. Depending on configurations, “going into politics” is presented as either change or continuity: novice rather than “profane”, on this occasion elected female candidates convert the “savoir-faire” acquired outside the political arena into a resource. Analyzing the perception of time reveals a gender effect on how social times work together: whereas elected male candidates do not even mention it, the majority of women in public office perceive it as problematic. Moreover, women’s position in the life course at the time of their election influences the way they experience the articulation of social times. Our approach will isolate the effects of gender but also of age in these militant trajectories, when confronting the experiences and discourses of elected officials of both sexes.

http://URL : http://journals.openedition.org/temporalites/999

“Le temps des élues” : Temps militant, professionnel et familial chez les élues d’un conseil municipal

Résumé : Cet article tiré d’une enquête menée à l’issue des élections municipales de 2001 interroge les effets du genre dans le militantisme municipal des nouvelles élues. Il met au jour l’importance du genre dans la façon dont les élus articulent les différentes temporalités – professionnelle, familiale, politique. Il examine ainsi l’idée selon laquelle la « disponibilité » est élément fondamental dans le cumul de ressources politiques pour les femmes qui cumulent ces différentes activités. Cependant, le genre n’est pas la seule variable qui entre en jeu pour expliquer la façon dont les élues se situent dans l’arène politique municipale : le fait d’être novice ou expérimentée joue un rôle tout aussi déterminant.

“Le temps des élues”, Temps militant, professionnel et familial chez les élues d’un conseil municipal, Sens-public, 22 mai 2009 (revue en ligne)

http://www.sens-public.org/article676.html

“Appropriations empiriques du genre”

Bargel Lucie, Bessière Céline, Della Sudda Magali et al., « Appropriations empiriques du genre », Sociétés & Représentations, 2007/2 (n° 24), p. 5-10. DOI : 10.3917/sr.024.0005.

Ce texte est l’introduction d’un numéro de revue tiré d’une journée d’études.

“Depuis les années Soixante-dix, nombreux sont les ouvrages en sciences sociales qui ont mis en évidence le caractère socialement construit des inégalités entre les sexes. Le genre, tant en histoire qu’en sociologie, en anthropologie et en science politique, s’est ainsi peu à peu constitué en catégorie d’analyse indépassable. Dans beaucoup de travaux, cependant, le terme « genre » reste malheureusement un simple synonyme de « sexe ». Les inégalités entre les hommes et les femmes qui concernent les pratiques observées n’y sont pas systématiquement reliées aux représentations du « masculin » et du « féminin » qui les sous-tendent. Pourtant, le concept de genre pose précisément la question de l’articulation entre les représentations et les inégalités sociales…”

http://URL : https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2007-2-page-5.htm