Archives de catégorie : Revues et ouvrages collectif

« La querelle de l’accouchement »

Della Sudda Magali, Mosconi Nicole, « La querelle de l’accouchement », Travail, genre et sociétés, 2018/1 (n° 39), p. 175-178.

La maternité a, de longue date, eu une place dans la théorie féministe. Loin de se réduire au site premier de la domination, cette expérience fait l’objet aujourd’hui d’appropriations féministes variées et, parfois, contradictoires comme le soulignent Coline Cardi, Michela Villani, Lorraine Odier et Anne-Sophie Vozari dans le numéro « Penser les maternités d’un point de vue féministe » [Cardi et al., 2016]. Récemment, Chiara Quagliarello dans la revue Nouvelles Questions féministes montre ainsi comment les parturientes et les sages-femmes se sont emparé de l’accouchement dit naturel auquel les pères sont associés [Quagliarello, 2016]. Les recherches sur l’accouchement se font l’écho de la remise en cause de la médicalisation de la naissance dont témoigne une littérature destinée au grand public [Winckler, 2009], et la création de maisons de naissance à partir de 2013 en France, à la suite d’autres pays étrangers. Autonomisation des femmes – parturiente et accompagnante –, réappropriation de son corps et implication du père sont autant d’éléments qui participent d’un discours féministe. Les supports de communication sur internet mettent à disposition des femmes un savoir profane et scientifique qui facilitent une lecture critique des rapports de pouvoir dans les institutions médicalisées. En témoigne ainsi le blog du journal Le Monde, « Marie accouche là » de Marie-Hélène Lahaye.

Sur un autre registre, cette mise en cause de l’accouchement à l’hôpital participe d’une contestation du pouvoir médical et de l’industrie pharmaceutique afin de rendre aux femmes la maîtrise de leur fécondité ou de leur accouchement. Cette critique, formulée de manière précoce par Ann Oakley dans différents ouvrages – qui n’ont pas été traduits en français à ce jour – a mis en évidence les rapports de pouvoir qui se nouent autour du corps des femmes et de leur utérus [Oakley, 1984 et 1994]. Elle s’articule aujourd’hui à une opposition croissante aux sophistications techniques de l’accouchement médicalisé et à l’idée d’un accouchement « naturel » en se réclamant de l’écoféminisme…

Pour lire la suite: https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2018-1-page-175.htm

Sommaire de la controverse: Controverse : la querelle de l’Accouchement

DOI : 10.3917/tgs.039.0175.

« Femmes, engagement et classes populaires »

Édito: Une histoire vivante

Hayes Ingrid, Della Sudda Magali, « Femmes, engagement et classes populaires. Une histoire vivante », Le Mouvement Social, 2018/4 (n° 265), p. 3-15.

Dans son ouvrage consacré à l’histoire des femmes, l’historienne Françoise Thébaud rappelle la matrice originelle d’une historiographie engagée et parfois militante. Les jeunes femmes qui entrent en masse à l’université dans les années 1960 sont les contemporaines d’un contexte bien particulier. À l’allongement de la scolarité des filles s’ajoutent la reprise du travail salarié pour les femmes (notable à partir de 1965, elle s’accentue après 1968, même si la durée de vie active reste très inférieure à celle des hommes, jusqu’au milieu des années 1970) et la reconnaissance de nouveaux droits (celui par exemple de placer son salaire sur son propre compte en banque ou de travailler sans l’autorisation de son mari, obtenu en 1965).
Dans le sillage de Mai 68 émerge la deuxième vague du féminisme, dont bien des jeunes femmes sont à la fois les témoins et les actrices. Parmi les universitaires qui ouvrent les brèches des études féministes et de l’histoire des femmes, beaucoup sont des militantes qui rejoignent le Mouvement de libération des femmes (MLF) lors de sa création en 1970. Schématiquement, trois courants distincts coexistent : « Psychanalyse et politique », animé par Antoinette Fouque ; les féministes radicales, emmenées notamment par Christine Delphy ; et les « féministes lutte des classes », regroupant des militantes de diverses organisations d’extrême gauche. À côté de ces groupes militants revendiquant une vision systémique de la lutte pour les droits des femmes, des féministes manifestent ou s’engagent sur la libéralisation de la contraception et du droit à l’avortement…

La suite ici: https://www.cairn.info/revue-le-mouvement-social-2018-4-page-3.htm?contenu=resume

Sommaire du numéro:

http://www.lemouvementsocial.net/numero_revue/2018-4-l-engagement-des-femmes-des-classes-populaires-en-france-depuis-1945/

DOI : 10.3917/lms.265.0003

« Pouvoirs, genre et religions »

Della Sudda Magali, Malochet Guillaume, « Pouvoirs, genre et religions », Travail, genre et sociétés, 2012/1 (n° 27), p. 29-32

Pouvoirs, genre et religions, Travail, genre et sociétés, 2012.

Ce dossier ne manquera pas de surprendre au premier abord. Qu’est-ce que Travail, Genre et Sociétés peut bien avoir à dire de la religion ? Évitons tout de suite les malentendus. Il ne s’agit pas d’ouvrir un débat sans fin sur la question religieuse. En revanche, nous pensons qu’il est possible – et même souhaitable – de soustraire l’analyse des mouvements religieux de leur substrat idéologique pour les comprendre comme des organisations de travail à part entière. Une telle conviction invite alors, enquêtes de terrain à l’appui, à un double mouvement : d’une part, examiner comment s’organise la division sexuelle du travail au sein de certaines institutions religieuses – judaïsme, christianisme, islam – en Orient et en Occident et, d’autre part, analyser comment le genre est lui-même retravaillé par la production de nouvelles normes et l’adaptation constante des systèmes de représentation du masculin et du féminin.

Avec le dossier proposé ici, Travail, Genre et Sociétés contribue à une dynamique de recherche encore récente, mais prometteuse, qui a vu se renouveler depuis une décennie les grilles de lecture sur la hiérarchie du genre au sein des différentes institutions religieuses. L’analyse de la domination masculine caractéristique de toute Église en tant qu’institution patriarcale s’est complexifiée pour interroger désormais les accommodements, le consentement mais aussi la subversion, voire la contestation, de l’inégalité entre les sexes.

Dossier disponible: https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2012-1-page-29.htm

DOI : 10.3917/tgs.027.0029

« Appropriations empiriques du genre »

Introduction du numéro « (En)quêtes de genre.

Bargel Lucie, Bessière Céline, Della Sudda Magali et al., « Appropriations empiriques du genre », Sociétés & Représentations, 2007/2 (n° 24), p. 5-10.

Depuis les années Soixante-dix, nombreux sont les ouvrages en sciences sociales qui ont mis en évidence le caractère socialement construit des inégalités entre les sexes. Le genre, tant en histoire qu’en sociologie, en anthropologie et en science politique, s’est ainsi peu à peu constitué en catégorie d’analyse indépassable. Dans beaucoup de travaux, cependant, le terme « genre » reste malheureusement un simple synonyme de « sexe ». Les inégalités entre les hommes et les femmes qui concernent les pratiques observées n’y sont pas systématiquement reliées aux représentations du « masculin » et du « féminin » qui les sous-tendent. Pourtant, le concept de genre pose précisément la question de l’articulation entre les représentations et les inégalités sociales.

Ce numéro confronte les approches de doctorant(e)s et de jeunes chercheur(e)s qui se sont rencontré(e)s autour d’interrogations communes sur la place du genre dans la construction de leurs objets d’études, alors même qu’ils et elles travaillent dans des disciplines (histoire, sociologie, science politique) et selon des méthodes et des matériaux d’enquête divers (archives historiques, observations de terrain, entretiens ethnographiques).

Nous entendons ainsi par « genre », non seulement l’ensemble des discours qui produisent la différence des sexes mais, plus généralement, la construction sociale de la différence sexuelle en tant qu’elle s’inscrit dans l’économie des rapports sociaux de sexe, structurés par une domination du « masculin » sur le « féminin », et évolue dans l’histoire et dans l’espace social.

« Appropriations empiriques du genre », Sociétés & Représentations, 2007, p.5.

https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2007-2-page-5.htm

https://doi.org/10.3917/sr.024.0005

« Nouvelles approches et nouveaux objets du fait religieux en sciences sociales »

sous la direction de Magali Della Sudda, François Dumasy et Pierre-Antoine Fabre.

Della Sudda, Magali, François Dumasy, Pierre-Antoine Fabre (dir.), « Nouvelles approches et nouveaux objets du fait religieux en sciences sociales », Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [Online], 129-1 | 2017.

Sommaire

« Le genre, une nouvelle approche du fait religieux »

sous la direction de Magali Della Sudda, François Dumasy et Xenia von Tippelskirch, Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [Online], 128-2 | 2016.

La Femme à barbe, José de Rivera, 1631, Museo Fundación Lerma.

Ce dossier sur le genre en histoire religieuse ouvre un diptyque sur les nouvelles approches du fait religieux en histoire et dans les sciences sociales, dont le second volet sera publié dans le prochain numéro des MEFRIM. Conçue comme un état des lieux et comme une présentation de nouvelles pistes de recherche, cette réflexion entend s’inscrire dans la longue tradition que l’École française de Rome n’a cessé de tenir en histoire religieuse, tout en la renouvelant par l’apport de spécialistes d’autres disciplines que l’histoire et d’autres aires religieuses et culturelles que celle du christianisme, dont la présence comme objet d’étude à l’EFR est une évidence du fait même de l’histoire de Rome et de la présence des archives de nombre d’institutions catholiques. Lancé à l’initiative de François Dumasy, alors directeur des études pour les époques moderne et contemporaine, en codirection avec Magali Della Sudda et Pierre-Antoine Fabre, le dossier sur les nouvelles approches du fait religieux a, au fil du temps, pris une importance qui a conduit à le scinder en deux volumes. Répondant au nombre important de contributions sur les femmes et le genre, la rédaction d’un numéro spécifique sur la question du genre en histoire religieuse, sous la direction de Magali Della Sudda et de Xenia von Tippelskirch, était aussi un moyen de rendre un hommage réflexif à l’article de Joan W. Scott trente ans après sa parution…

Lire la suite de l’introduction: http://journals.openedition.org/mefrim/2690

DOI : 10.4000/mefrim.2690

Sommaire

« Genre et christianisme. Plaidoyers pour une histoire croisée »

Coordination avec Magali Della Sudda & Matthieu Bréjon de Lavergnée (dir), Genre et christianisme. Plaidoyers pour une histoire croisée, Paris, Beauchesne, 2014, 419p. coll. Bibliothèque Beauchesne, n°42

Sommaire et couverture « Genre et Christianisme.

La politisation des questions sexuelles en Europe a connu un moment de crispation particulièrement vif en 2012-2013 à la faveur de l’ouverture en France du mariage civil aux couples de même sexe qui, dans son projet initial, envisageait aussi la question de l’homoparentalité. Du « Mariage pour tous » à la « Manif pour tous », le « gender » ou la « théorie du genre » est devenu un des arguments clefs au cœur d’un débat où institutions religieuses et croyants, principalement catholiques, mais aussi protestants, juifs et musulmans, ont formé la pointe de l’opposition.

Pour autant, on ne saurait oublier que le genre a une histoire, que ses acceptions sont diverses et que l’historiographie anglo-saxonne l’a proposé voici trente ans comme une clef de lecture au même titre que d’autres catégories d’analyse plus familières au lecteur français comme la religion, la classe ou l’âge.

De l’histoire des femmes, qui offre des voies de renouvellement à la faveur du genre, à la plus jeune histoire des masculinités, les quatorze auteurs réunis par Matthieu Brejon de Lavergnée et Magali Della Sudda montrent de manière convaincante que le genre peut permettre de penser le religieux dans ses articulations avec le social, le politique, le culturel voire, en régime chrétien, son cœur même : la piété, la mystique et le miracle.

Sommaire

  • Langlois Claude, « Du féminin dans le catholicisme contemporain ».
  • Rousseau Sabine, « Vingt ans d’histoire religieuse des femmes et du genre en France ».
  • Hoegaerts Josephine, « Soldats dévots et saints combatifs. Regards sur l’historiographie anglophone et germanophone des masculinités religieuses (XIXe-XXe siècle) ».
  • Guise Castelnuovo Antoinette, « Lourdes au prisme des études de genre. Quelques jalons ».
  • Verdeil Chantal, « La sœur, le prêtre et les mariés: lecture d’une source missionnaire au prisme du genre ».
  • Chopelin Paul, « Une affaire de femmes ? Les résistances laïques à la politique religieuse d’Etat sous la Révolution française ».
  • Rochefort Florence, « Les conceptions de genre du journal féminin protestant La Femme (1879-1891) ».
  • Moussel-Brillaxis Delphine, «  »Âme du foyer » ou « soldat du Christ »? La jeune fille d’Action catholique au Mexique dans les années 1950″.
  • Muller Caroline, « Le catholicisme au masculin? Un jeune homme catholique au tournant du siècle, Antoine Manilève (1879-1950) ».
  • Raison du Cleuziou Yann, « Devenir homme parmi les hommes. Révolution ascétique et redéfinition de la virilité sacerdotale au milieu du XXe siècle ».
  • Groeninger Fabien, « Sport catholique et genre : une confrontation de modèles et de pratiques (fin XIXe siècle-début des années 1950) ».
  • Favier Anthony, « Filles et gars de la jeunesse ouvrière chrétienne : une remise en cause relative des normes de genre (années 1950-1970) ».
  • Teinturier Sara, « De la mixité des sexes à « l’éducation différenciée » dans les établissements privés catholiques (1960-2010) ».
  • Carnac Romain, « Les autorités catholiques dans le débat français sur la reconnaissance légale des unions homosexuelles (1992-2013) ».