« Pouvoirs, genre et religions »

Della Sudda Magali, Malochet Guillaume, « Pouvoirs, genre et religions », Travail, genre et sociétés, 2012/1 (n° 27), p. 29-32

Pouvoirs, genre et religions, Travail, genre et sociétés, 2012.

Ce dossier ne manquera pas de surprendre au premier abord. Qu’est-ce que Travail, Genre et Sociétés peut bien avoir à dire de la religion ? Évitons tout de suite les malentendus. Il ne s’agit pas d’ouvrir un débat sans fin sur la question religieuse. En revanche, nous pensons qu’il est possible – et même souhaitable – de soustraire l’analyse des mouvements religieux de leur substrat idéologique pour les comprendre comme des organisations de travail à part entière. Une telle conviction invite alors, enquêtes de terrain à l’appui, à un double mouvement : d’une part, examiner comment s’organise la division sexuelle du travail au sein de certaines institutions religieuses – judaïsme, christianisme, islam – en Orient et en Occident et, d’autre part, analyser comment le genre est lui-même retravaillé par la production de nouvelles normes et l’adaptation constante des systèmes de représentation du masculin et du féminin.

Avec le dossier proposé ici, Travail, Genre et Sociétés contribue à une dynamique de recherche encore récente, mais prometteuse, qui a vu se renouveler depuis une décennie les grilles de lecture sur la hiérarchie du genre au sein des différentes institutions religieuses. L’analyse de la domination masculine caractéristique de toute Église en tant qu’institution patriarcale s’est complexifiée pour interroger désormais les accommodements, le consentement mais aussi la subversion, voire la contestation, de l’inégalité entre les sexes.

Dossier disponible: https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2012-1-page-29.htm

DOI : 10.3917/tgs.027.0029