« Le genre, une nouvelle approche du fait religieux »

sous la direction de Magali Della Sudda, François Dumasy et Xenia von Tippelskirch, Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [Online], 128-2 | 2016.

La Femme à barbe, José de Rivera, 1631, Museo Fundación Lerma.

Ce dossier sur le genre en histoire religieuse ouvre un diptyque sur les nouvelles approches du fait religieux en histoire et dans les sciences sociales, dont le second volet sera publié dans le prochain numéro des MEFRIM. Conçue comme un état des lieux et comme une présentation de nouvelles pistes de recherche, cette réflexion entend s’inscrire dans la longue tradition que l’École française de Rome n’a cessé de tenir en histoire religieuse, tout en la renouvelant par l’apport de spécialistes d’autres disciplines que l’histoire et d’autres aires religieuses et culturelles que celle du christianisme, dont la présence comme objet d’étude à l’EFR est une évidence du fait même de l’histoire de Rome et de la présence des archives de nombre d’institutions catholiques. Lancé à l’initiative de François Dumasy, alors directeur des études pour les époques moderne et contemporaine, en codirection avec Magali Della Sudda et Pierre-Antoine Fabre, le dossier sur les nouvelles approches du fait religieux a, au fil du temps, pris une importance qui a conduit à le scinder en deux volumes. Répondant au nombre important de contributions sur les femmes et le genre, la rédaction d’un numéro spécifique sur la question du genre en histoire religieuse, sous la direction de Magali Della Sudda et de Xenia von Tippelskirch, était aussi un moyen de rendre un hommage réflexif à l’article de Joan W. Scott trente ans après sa parution…

Lire la suite de l’introduction: http://journals.openedition.org/mefrim/2690

DOI : 10.4000/mefrim.2690

Sommaire

« Par-delà le bien et le mal »

La morale sexuelle en question chez les femmes catholiques.

Della Sudda Magali, « Par-delà le bien et le mal, la morale sexuelle en question chez les femmes catholiques », Nouvelles Questions Féministes, 2016/1 (Vol. 35), p. 82-101.

Résumé: 1968, pour les catholiques, est l’année de la publication de l’encyclique Humanae Vitae. Peu après le concile Vatican II, qui avait déçu des féministes catholiques comme Cécile de Corlieu, le texte du magistère rappelait avec vigueur l’interdit pesant sur la maîtrise par les femmes de leur fécondité et de leur sexualité. Les réactions furent nombreuses et révélatrices de la mise en crise de la morale sexuelle catholique. Cet article revient sur un moment particulier pour l’Église et pour le féminisme : celui du décrochage d’une partie des fidèles de la parole du magistère sur les questions sexuelles, et celui de l’entrée difficile de certaines catholiques dans l’espace de la cause des femmes, à une époque où l’autonomie des femmes et leur droit à la contraception et à l’interruption volontaire de grossesse étaient l’objet principal du féminisme.

Beyond good and evil: Catholic women explore sexual morality after Humanæ Vitæ (1968). Abstract: 1968 remains for many Catholics the year of the encyclical Humanae Vitae. Coming just after the Second Vatican Council, which disappointed Catholic feminists such as Cécile de Corlieu, the letter reiterated the Church’s prohibition of birth control. The reactions were numerous and questioned the Catholic stance on sexual matters. This article looks back at this particular moment for the Church and for feminism, a moment of conversion of some Catholic women to feminism; in particular, it examines the difficulties they experienced finding their place within the women’s movement at a time when women’s autonomy and their right to contraception and abortion were feminism’s main topics.

DOI : 10.3917/nqf.351.0082


Sommaire à consulter sur le site de Nouvelles questions féministes.