French protesters’ motives are in eyes of many beholders

The Whitehorse Daily Star (YK), no. Vol. 118 No. 243 World, Tuesday, December 18, 2018 899 mots, p. 10

By Raphael Satter, The Associated Press

PARIS – While flaming barricades, shattered glass and skirmishes have occupied Paris during six weeks of anti-government protests, English-speaking observers have fallen back on a favourite pastime: reflecting on France’s revolutions.

Some journalists detect hints of Russian influence in the fuel tax-driven rallies that appeared mid-November.

Far-right American commentators portray the unrest as a rebuke of French President Emmanuel Macron’s defence of the global treaty hammered out in Paris that seeks to limit global warming. For some of the most strident American critics , the protests vindicate President Donald Trump’s « America First » credo.

« The Paris Agreement isn’t working out so well for Paris, » Trump crowed last week, going on to make the evidence-free assertion that « yellow vest » protesters were chanting « We Want Trump! »

Some of those in the best position to know – a French political scientist who has studied social unrest, a researcher who’s helped carry out hundreds of interviews with yellow vest demonstrators and an academic who has crunched 2 million protest-related tweets – say evidence for such assertions ranges from the arguable to the nonexistent.

« I reject these grand explanations, » University of Burgundy political science professor Dominique Andolfatto said. « I think it’s a reaction of the gradual buildup of practical measures. »

Amid the noise, a team of more than 70 academics and students gave themselves an ambitious sociological challenge: getting as complete an idea of who the yellow vests are and what they want. The group has interviewed hundreds so far across France, according to the Center for National Scientific Research’s Magali Della Sudda, one of three researchers who launched the project at the Emile Durkheim Center at Sciences Po Bordeaux.

In an interim report published in Le Monde newspaper last week, the research team said the protesters generally were of modest financial means and named the cost of living and higher taxes as their top two concerns. Della Sudda said she had yet to encounter protesters voicing the wacky allegations – about bogus terror attacks or secret plans to flood France with migrants, for example – that have spread across Facebook in the wake of the yellow vest rallies.

« I’ve not seen any trace of these kinds of conspiracy theories, » she said.

Magali Della Sudda

Ditto the anxiety over supposed Kremlin interference, a roaming target of blame for political ills since Russian hackers and trolls were caught interfering in the 2016 U.S. presidential election. The French arm of Russia Today has covered the protests aggressively, but gets nowhere near as many eyes as more traditional French media outlets. The website of the Moscow-funded broadcaster remains the 17th most-cited in yellow vest-related discussions on Twitter, according to a recent report drawing on 2.3 million tweets sent between Nov. 30 and Dec. 4.

Nikos Smyrnaios, an associate professor of media studies at the University of Toulouse who analyzed the tweets, said holding foreign propaganda responsible for France’s turmoil treats the French public like a passive receptacle « without critical thought, isolated in its digital bubble, and vulnerable to whatever Russian bot or unfounded conspiracy theory. »

Some have read the protests as a rejection of Macron’s focus on climate change. In an editorial published last month, The Wall Street Journal suggested that Macron needed to abandon his « expensive green piety » and focus on « what voters elected him to do – create jobs and make the French economy great again. »

In fact, the French – and the yellow vests – still largely cherish green issues. That includes many who crossed over to join marchers at a pro-environment demonstration in Paris on Dec. 8.

« It’s not a rejection of ecology, » Fabrice Ravebet, 40, who is unemployed and participated in the yellow vest protests. What bothered him was the « financial injustice » of forcing poorer drivers to pony up more to keep older cars running while the wealthy weren’t taxed on the jet fuel used to fly them off on vacation.

English speakers aren’t alone in struggling to understand the protesters’ motives; French journalists, politicians and union leaders have also wrestled over the origins – and the ultimate direction – of the self-organized movement.

Some politicians and commentators have voiced fear that political extremists on the left and right could draw energy and recruits from the ranks of demonstrators. That could yet happen, although many protesters see their movement as nonpartisan.

« It’s not a left and right thing, » said Max Werle, 56, a fluorescent vest-clad office administrator who was among the protesters on Paris’ Champs Elysees on Saturday. Next to him, 53-year-old Lionel Toussaint insisted the yellow vests would resist moves by politicians of any stripe to harness the movement for their own ends.

« We’re apolitical, » he said.

Both men laughed off the idea that the yellow vests were big Trump fans. If anything, they said, Macron reminded them too much of the U.S. president, who is seen by many in France as a megalomaniac bent on serving the wealthiest sliver of Americans at the expense of everyone else.

« Trump and Macron are the same, » Toussaint said.

The idea that the French would take to the streets saying « We want Trump » was totally implausible in any case, said Ravebet.

« Have you ever heard a Frenchman protesting in English? » he said.

Figure(s) :

AP Photo/Bob Edme STILL PROTESTING – A demonstrator wearing her yellow vest holds a placard during a visit by French Foreign Minister Jean-Yves Le Drian in Biarritz, southwestern France today.

https://apnews.com/d29267085f1b45d99cd11807a949077b

Enquête sur les GILETS JAUNES

20 Minutes (site web), lundi 17 décembre 2018 – 1096 mots

par Elsa Provenzano

«Si on s’en tient aux voitures qui brûlent, on ne comprend pas pourquoi le mouvement tient»

Magali Della Sudda, chargée de recherche au CNRS-Centre Émile Durkheim

SOCIAL Environ 80 chercheurs de toute la France recueillent des données auprès des participants au mouvement des « gilets jaunes » pour rendre compte de ce mouvement social qui secoue le pays. Magali Della Sudda, chercheuse au centre Émile Durkheim de Sciences Po Bordeaux, répond aux questions de 20 Minutes…

Un collectif de chercheurs récolte des données auprès des « gilets jaunes » mobilisés sur les ronds points et en manifestations pour mieux comprendre le mouvement. Selon leurs premiers résultats, ils décrivent une révolte populaire empreinte de justice sociale, avec des revendications minoritaires sur l’immigration. L’enquête dépeint un mouvement qui associe des revendications matérielles et des exigences de transformation politique.

Qui sont les « gilets jaunes » mobilisés depuis le 17 novembre partout en France ? C’est la question sur laquelle s’est penché un collectif de chercheurs en sciences humaines (histoire, géographie, sciences politiques etc.) pour mieux cerner le mouvement social. Magali Della Sudda est l’une des trois chercheuses du centre Emile-Durkheim, rattaché à Sciences Po Bordeaux, qui participent aux enquêtes de terrain. Elle commente pour 20 Minutes les premières données récoltées, précisant que le travail d’enquête est toujours en cours et le sera tout au long du mouvement. A l’heure actuelle, environ 500 questionnaires ont été exploités et livrent des résultats provisoires.

D’où part l’idée de vous intéresser au mouvement ?

Les chercheurs doivent absolument pouvoir rendre compte le plus fidèlement possible de ce mouvement, de sa sociologie, de ses revendications et aussi de ses transformations. Si on est parti d’un type de manifestation assez bien connue, c’est-à-dire des blocages contre les taxes et l’Etat, on a basculé vers d’autres modalités d’actions et d’autres revendications et cela, on a voulu le saisir, car cela nous semblait très pertinent dans nos métiers de chercheuses en sciences politiques.

Quelle méthodologie employez-vous pour rendre compte de ce mouvement ?

Aujourd’hui, 80 chercheuses et chercheurs sont mobilisés sur cette enquête, aidés par des étudiants, des doctorants, des enseignants-chercheurs en poste ou à la retraite. On passe des questionnaires sur les ronds-points, les péages et lors des manifestations et on réalise des immersions sur le terrain auprès de personnes mobilisées, mais dont les retours ne sont pas encore disponibles. On a fait le choix d’un questionnaire qui commence par des questions ouvertes pour ne pas induire de réponses. Cela peut parfois prendre 40 minutes pour le remplir, ce sont de petits entretiens. Dans les manifestations, on est tributaires des mouvements de foule et certains n’ont pas confiance ou n’ont pas le temps et on essuie donc des refus. On peut comprendre la sociologie du mouvement par différents types d’enquête de sciences sociales.

Le contexte de la manifestation sans parcours annoncé, sans service d’ordre et avec des violences rend particulièrement complexe la passation du questionnaire.

Nous assurons une présence régulière sur le terrain qui permet d’avoir une continuité dans la collecte des données.

Vous relevez qu’une grande majorité des enquêtés se retrouve autour d’une problématique de pouvoir d’achat ?

Beaucoup sont préoccupés par le pouvoir d’achat, le leur mais aussi celui d’autres personnes, il y a vraiment une revendication de justice sociale. Très vite, on a eu des gens qui ne cochaient même pas la case : « Je suis là pour protester contre la hausse des taxes sur les carburants ». C’est la France des «Petits moyens», si je reprends l’expression de collègues qui ont travaillé sur la banlieue pavillonnaire et ses habitants (Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Yasmine Siblot).

Avez-vous constaté la présence de nombreux primo manifestants ?

Pour l’instant, l’enquête est une photo du mouvement entre le 24 novembre et le 1er décembre et elle montre que 45 % des enquêtés se mobilisaient pour la première fois de leur vie. Déjà le 8 décembre, à notre petite échelle bordelaise, on a collecté davantage de réponses de personnes habituées à des cortèges protestataires (contre la loi travail, la réforme du rail, etc.). Certains enquêtés s’étaient déjà mobilisés sur des enjeux locaux de fermeture de lignes et de transformation des services de transports publics.

Peut-on dire qu’il y a une surreprésentation des femmes dans ce mouvement ?

Non, elles ne sont pas plus présentes qu’à la manif pour tous, par exemple. Elles sont plus visibles mais pas davantage présentes. Le mouvement n’a pas de porte-parole émanant d’organisations comme on le voit habituellement or, les journalistes ont l’habitude de se tourner vers ces représentants, qui sont souvent des hommes. Cette nouvelle configuration contraint les médias à embrasser d’un regard plus vaste les personnes qui sont là et donc à donner de la visibilité aux femmes.

Les revendications portées par les enquêtés sur le thème de l’immigration vont à rebours de ce qu’on entend sur le mouvement. Expliquez-nous.

Une petite minorité des personnes qui nous a répondu évoque la question des migrants et on s’attendait, au regard de tout ce que les médias nous renvoyaient sur le mouvement, à voir sortir ces questions-là plus fréquemment. Et, il s’agissait souvent pour les répondants de mettre en avant le sujet de l’accueil des personnes. Précisons qu’on a essuyé des refus et bien sûr, on ne sait pas quel est le positionnement par rapport à cette question de ceux qui n’ont pas souhaité répondre.

Il ressort aussi de l’enquête une demande de réforme des institutions, une demande finalement très politique pour un mouvement présenté comme apolitique, non ?

C’est un mouvement qui n’est pas partisan mais qui est très politique. Il y a un désir très fort de réforme institutionnelle, que l’on voit monter de plus en plus et qui est assez unanimement partagé. Cette demande d’une réforme démocratique a une dimension très politique, au sens originel du terme (question de l’organisation de la vie dans la cité).

Avez-vous observé le développement d’une certaine sociabilité sur les points de mobilisation des « gilets jaunes » ?

Cela remonte des observations de terrain. Il y a des rencontres et de la solidarité entre eux. C’est important de le souligner car si on s’en tient aux voitures qui brûlent, aux violences qu’on voit à la télévision, on ne peut pas comprendre pourquoi ce mouvement tient. Si on écarte ces aspects, on se demande pourquoi les gens vont aller se mettre dans ces situations-là, alors qu’ils ne sont pas solidaires des violences et qu’ils ne veulent pas faire de dégradations matérielles. La « casse » est la méthode la plus condamnée de toutes par nos enquêtés. 89 % répondent qu’ils ne pourraient « absolument pas » y avoir recours. Cet article est paru dans 20 Minutes (site web)

https://www.20minutes.fr/societe/2397427-20181217-video-enquete-gilets-jaunes-si-tient-voitures-brulent-comprend-pourquoi-mouvement-tient

Ces femmes «gilets jaunes» qui ont investi les ronds-points

Le Figaro.fr, mercredi 12 décembre 2018 – 1605 mots

Lombard-Latune, Marie-Amélie, Ducros, Christine

ENQUÊTE – Au sein de ce mouvement né sur les réseaux sociaux et sans vrais leaders, les femmes sont en première ligne. Familières des fins de mois difficiles, élevant souvent seules leurs enfants, rejetant la politique, elles ont été parmi les plus promptes à se mobiliser.

Marine Charrette-Labadie, 22 ans, est serveuse à Brive-la-Gaillarde. Au chômage depuis quelques mois. Le jour où Éric Drouet, chauffeur routier de Melun, en Seine-et-Marne, figure des «gilets jaunes», qui appellera plus tard à «entrer dans l’Élysée», lance sa page Facebook, la jeune femme vient d’être interdite bancaire. La cause de cette sanction? Un chèque en bois pour payer son plein d’essence. Autant dire que l’appel d’Éric Drouet à un «blocage national contre la hausse du carburant» tombe à pic. Aussitôt, elle relaie cette initiative en Corrèze et devient à son tour une «coordinatrice» du mouvement.

Avant elle, la pionnière, Priscillia Ludosky, 32 ans, avait, dès le 29 mai, lancé sa pétition. Un million cent mille signatures ont été recueillies depuis par cette autoentrepreneuse de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne). Impossible de ne pas les voir parmi les gilets fluo: elles sont partout! Marine, Priscillia, mais aussi Laetitia ou Ingrid. Et Jacline Mouraud, bien sûr, à la vidéo virale, vue plus de cinq millions de fois: «Je crois que si le message est passé, c’est parce que j’ai les cheveux gris et que je suis une femme. J »ai mis le feu aux poudres, mais la mèche était allumée.»

Le président de la République ne s’y est pas trompé. Dès les premières minutes de son allocution lundi, il s’arrête longuement sur la colère de «la mère de famille célibataire, veuve ou divorcée, qui ne vit même plus, qui n’a pas les moyens de faire garder les enfants et d’améliorer ses fins de mois et n’a plus d’espoir. Je les ai vues, ces femmes de courage pour la première fois disant cette détresse sur tant de ronds-points.»

Depuis un mois, jeunes ou âgées, rurales ou citadines, salariées ou chômeuses, militantes ou novices, elles occupent les giratoires comme les plateaux télévisés, fabriquent les banderoles et distribuent des bonbons aux automobilistes. Désormais, elles poussent aussi les portes des mairies pour y noircir des cahiers de doléances. «À Saint-Étienne, nous avons ouvert la permanence et les registres lundi à 9 heures. À 17 heures, nous avions 50 témoignages dont la moitié de femmes. Je ne l’aurais jamais imaginé, témoigne Gaël Perdriau, maire LR de Saint-Étienne. Les plus âgées se plaignent de leur retraite trop faible, les plus jeunes de l’éducation difficile de leurs enfants. Et beaucoup sont agacées par la façon dont le président leur parle.»

Des Gauloises «présentes dès les XVIIIe et XIXe siècles sur les barricades»

L’une des premières à avoir rempli une page est une handicapée de 55 ans, avec un fils étudiant à sa charge. Elle s’adresse au président et à «ces messieurs du gouvernement» pour trouver un CDD. Une dame de 68 ans s’est, elle aussi, précipitée pour reprocher à Emmanuel Macron d’être «déconnecté de la réalité», lui demander «d’arrêter de ponctionner les ouvriers et les retraités» et lui lancer: «Les Gaulois n’en peuvent plus!», d’une belle écriture appliquée.

Des Gauloises qui, selon Mathilde Larrère, historienne des mouvements révolutionnaires, ont été «présentes dès les XVIIIe et XIXe siècles sur les barricades. Mais elles chargeaient les fusils à l’arrière tandis que les insurgés étaient aux avant-postes». Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS-Sciences Po Bordeaux, complète: «Aujourd’hui, il n’y a pas de leaders bien identifiés parmi les “gilets jaunes”. Du coup, les médias tendent leurs micros à tout le monde, aux hommes comme aux femmes. Dès le début, cette visibilité féminine a attiré notre attention.» Avec 70 collègues, elle a distribué des questionnaires pour mieux cerner ces profils. Les premiers retours de cette vaste enquête montrent que, parmi les Français mobilisés, 45 % sont des femmes.

En 2018, plus d’un tiers (35%) de la population vit seul, d’après l’Insee. Le nombre de familles monoparentales a augmenté de 43% en vingt ans. Le plus souvent, ce sont des femmes qui élèvent seules leurs enfants. Près de Crest, dans la Drôme, c’est le cas de Nathalie, 42 ans, qui alterne les CDD d’assistante administrative dans le BTP et les périodes de chômage. Elle a élevé en solo ses deux fils de 18 ans et 6 ans. «Pour l’aîné, dans les années 2000, je m’en sortais encore. Mais là, avec le petit, je rame vraiment. J’ai dû quitter ma maison pour un HLM. Les factures s’accumulent: électricité, eau, Internet, cantine, garderie… Mes parents ne roulaient pas sur l’or mais, moi, je vis nettement moins bien qu’eux.» Pour cette Drômoise, l’adhésion au mouvement se concrétise par un gilet jaune posé sur son tableau de bord.

«Ces femmes tiennent les cordons de la bourse»

Assistante maternelle, Cécile, qui vit seule avec sa fille de 16 ans, est une assidue d’un rond-point de Montpellier, celui de Prés d’Arènes, «tenu» par une trentaine de «gilets jaunes» dont une dizaine de femmes. «Je n’ai jamais manifesté de ma vie, mes nouvelles copines non plus, mais nous sommes dans la même galère, les problèmes d’argent, ce sont des problèmes de femmes», lance-t-elle. Pas de tabou sur les barrages: des mères qui se connaissent à peine, se confient sur le casse-tête de leurs pensions alimentaires impayées – 35%, selon plusieurs rapports de l’Ined et de la Cnaf.

«Aujourd’hui, vous ne pouvez plus vivre si vous n’avez pas deux revenus. Or, qu’elles soient seules ou en couple, ces femmes remplissent le réfrigérateur et tiennent les cordons de la bourse. Les dépenses, les crédits, les pleins de carburant et les montants des réparations de la voiture: c’est leur domaine. Dans les couches populaires, ce sont toujours les femmes qui ont géré le porte-monnaie, analyse Dominique Desjeux, anthropologue, professeur émérite à la Sorbonne. Elles savent mieux que personne ce que signifie pour le budget une chaudière, un lave-linge ou une voiture qui lâchent. Et, maintenant, parmi leurs dépenses contraintes, il y a aussi les téléphones portables et les ordinateurs.»

Sur les ronds-points et les barrages, ces femmes reprennent souvent leur rôle domestique: elles servent les cafés, confectionnent les gâteaux et décorent les sapins de Noël. Mais n’hésitent pas à hausser le ton. Coralie Dubost, députée LaREM à Montpellier, a voulu les rencontrer. Lundi, avant le discours d’Emmanuel Macron, elle a organisé une réunion «gilets jaunes» à sa permanence.

Parmi les sept porte-parole présents pendant deux heures, six femmes, dont trois au chômage. «Même quand elles ont un travail, elles vivent dans la précarité, très seules. Venir papoter ou tenter de refaire le monde sur les ronds-points leur permet de se resocialiser. La déléguée du rond-point de Lunel dit même “mes garçons” quand elle parle des “gilets jaunes”», constate l’élue qui décrit des échanges «rock’n’roll» avec des «femmes agressives à l’égard du politique, colportant des “fake news“». Pas de grand débat sur l’identité culturelle mais cette histoire de migrants logés gratuitement dans des appartements avec «cuisines équipées flambant neuves». «Elles répètent “Vous ne faites rien pour nous.” Et croient dur comme fer à tout ce qu’elles ramassent sur Internet, réfutant toute parole officielle, tout appel à la raison.»

Leur communication, le plus souvent via Facebook, ne garantit guère une information fiable. D’autant que tous les groupes créés sur la même thématique – «Blocages 19», «Blocages 26», «Blocages 34»- monopolisent les fils d’actualité des internautes. C’est bien connu, Facebook favorise les contenus issus des amis et des groupes, ce qui tend à enfermer chacun dans une «bulle de filtre» (un univers d’information personnalisé). Un entre-soi bien confortable où une fausse information, mille fois partagée, finit par devenir une prétendue vérité. «Allez lutter contre cela! Vous vous attirez les foudres de tout le groupe», se désole la députée Coralie Dubost, sortie lessivée de cette réunion.

Un site de rencontres «Adopte un gilet jaune»

Très présentes sur Facebook, Instagram ou Snapchat, les femmes sont les premières à alimenter le flux de ces nouveaux journaux intimes. «Elles sont parfaitement à l’aise sur le digital pour raconter des histoires comme pour mobiliser un réseau. Leurs atouts? Leur sincérité et leur persévérance», confirme Sophie Noël, directrice générale de l’agence de communication Heaven.

Mais ces nouvelles militantes peuvent aussi se transformer en pasionarias, voire venir gonfler les rangs de La France insoumise ou du Rassemblement national. «Elles sont là, y compris quand ça devient violent, comme le week-end dernier à Saint-Étienne. Ça m’a surpris», observe Gaël Perdriau, le maire de la ville. Un autre élu, le député LR de Seine-et-Marne Christian Jacob, qui a un long passé de syndicaliste à la tête de la FNSEA, complète: «Elles sont moins nombreuses sur les barrages depuis que le mouvement se radicalise. Mais elles y ont été massivement dès le début. Ça m’a immédiatement frappé. Cela veut dire que le mouvement est profond car les femmes ne s’engagent pas pour de l’accessoire.»

Ce qui n’exclut pas de s’amuser. Le samedi 8 décembre, des flots de champagne et 200 personnes ont célébré le mariage de «Chouchoune et Coco Bel Œil» au petit matin sur le barrage de Séméac, près de Tarbes, où le couple, tout en jaune fluo, s’était rencontré un mois plus tôt. Au même moment, dans les Landes, Cécile et Elisabeth créaient «Adopte un gilet jaune 40», un site de rencontres pour célibataires. Mardi, le groupe comptait déjà plus de 3.000 membres.

https://i.f1g.fr/media/figaro/616x347_crop/2018/12/12/XVMd681a2bc-fe00-11e8-b5a2-b44637c34deb.jpg