Municipales: «Il est difficile de prévoir le vote des “gilets jaunes”»

Le Figaro (site web) vendredi 21 février 2020 – 1209 mots

par Carcenac, Paul

INTERVIEW – Magali Della Sudda est universitaire et a coordonné la plus vaste enquête menée en France sur les «gilets jaunes». Elle analyse les mutations du mouvement né il y a plus d’un an.

Les «gilets jaunes» n’ont pas disparu. En province, surtout dans le sud de la France, certains réinvestissent des ronds-points. Magali Della Sudda est l’une des universitaires qui connaît le mieux la dynamique de ce mouvement. L’hiver dernier, elle a coordonné la plus vaste enquête sociopolitique menée sur le sujet par quatre-vingts chercheurs.

Aujourd’hui, elle continue de suivre l’évolution de la mobilisation, et ses mutations. À l’heure des municipales, les «gilets jaunes» ne considèrent toujours pas les urnes comme un moyen d’expression efficace. Ils semblent, en revanche, avoir trouvé dans la contestation contre la réforme des retraites un nouvel angle d’attaque face au gouvernement.

LE FIGARO.- Aucune liste de «gilets jaunes» n’émerge dans la campagne des municipales. Après l’échec des européennes, peut-on dire que le mouvement se dirige vers un nouveau rendez-vous électoral manqué?

Magali DELLA SUDDA.- Nous, chercheurs, pensions que les municipales seraient l’occasion pour les «gilets jaunes» de faire le lien avec le champ politique. Le jeu des partis est moins important qu’aux européennes. Personnellement, je révise mon jugement. Il faut attendre le dépôt des listes, mais, pour l’instant, ils ne semblent pas s’engager massivement dans la campagne. Notre enquête a montré que ces personnes sont toujours éloignées des urnes et ne sont pas convaincues que le vote soit forcément la meilleure manière d’exprimer leurs opinions.

» LIRE AUSSI – Européennes 2019: les listes «gilets jaunes» obtiennent moins de 1% des voix

Néanmoins, dans quelles villes devra-t-on surveiller les résultats?

Les petites communes seront sûrement plus intéressantes à observer que les métropoles, peu ouvertes aux nouveaux entrants. Des listes de collectifs de «gilets jaunes» s’y créent. On peut supposer des passages plus faciles du rond-point à la mairie dans ces lieux où ils vivent en majorité comme l’a montré mon collègue Etienne Walker. Des listes «citoyennes» leur réservent aussi des places. C’est une formule qui semble fonctionner. Il y a celle de Philippe Poutou à Bordeaux, créditée dans un sondage à 11 % des intentions de vote, ou encore celle, à Cenon (Gironde), emmenée par le «gilet jaune» Alexandre Ribeiro.

Ingrid Levavasseur, ex-figure du mouvement, est impliquée dans la campagne à Louviers, dans l’Eure, mais pas en tant que représentante du mouvement. Contestée par la base en raison de son ambition politique aux européennes, elle avait annoncé assez tôt qu’elle s’engagerait pour les municipales. Son parcours semble illustrer la difficulté qu’ont les «gilets jaunes» à avoir une trajectoire électorale. La suspension de la circulaire Castaner (qui prévoyait de ne plus attribuer de nuance politique dans les villes de moins de 9000 habitants, NDLR) est une bonne nouvelle: cela permettra d’observer le score des «gilets jaunes» sur le plan national.

Dans les urnes, n’est-ce pas le Rassemblement national qui, dans un élan de «dégagisme», peut bénéficier d’un «effet “gilet jaune”»?

Il n’y a pas de traduction automatique d’un mouvement social dans les urnes. La plupart des «gilets jaunes» refusent de se positionner sur l’axe gauche-droite. Ceux qui expriment quand même une préférence politique citent plus souvent la gauche radicale. Très peu d’entre eux se revendiquent proches du RN, dans les enquêtes.

Il y a bien eu des tentatives de militants identitaires d’occuper des ronds-points, mais ils étaient minoritaires. En revanche, les «gilets jaunes» qui sont actifs sur les réseaux sociaux expriment une préférence bien plus affirmée pour l’extrême droite. C’est pour cela qu’il est difficile de prévoir leur vote.

Des «gilets jaunes» continuent de défiler, avec des affrontements, chaque samedi en province, en particulier dans le sud de la France. De qui est composé ce noyau dur?

Il y a des gens qui sont là depuis le premier jour du mouvement, le 17 novembre 2018, et qui n’ont jamais fait défection. On remarque aussi le retour de personnes qui avaient disparu. Elles reviennent depuis quelques semaines à la faveur des mobilisations contre la réforme des retraites, de la défense de l’hôpital public ou de la grève des enseignants.

On note enfin la présence d’une troisième catégorie de personnes, avec une double casquette: «gilet jaune» et syndicaliste, ou membre d’un parti de gauche. On voit désormais, le samedi, à Bordeaux ou à Toulouse par exemple, des cortèges avec des drapeaux. Les syndicalistes, très longtemps sceptiques, ont appris à connaître les «gilets jaunes».

La convergence entre les «gilets jaunes» et les syndicats, qui avaient des relations très compliquées, s’est donc finalement opérée?

Pas tout à fait. Selon les lieux et les configurations, les pratiques et les habitudes peuvent diverger entre la CGT et les «gilets jaunes». Ces derniers ne sont pas habitués à défiler dans un cortège, avec un service d’ordre, qu’on leur dise où aller. La moitié d’entre eux, au début du mouvement, n’étaient pas habitués aux manifestations.

» LIRE AUSSI – Bousculés par les «gilets jaunes», les syndicats cherchent la parade

Les cultures militantes se frictionnent. Reste que la contestation contre la réforme des retraites a ouvert un espace de convergence comme le souligne Karine Clément. Elle s’est créée en Lorraine, sur les ronds-points, comme à la RATP, où les grévistes se sont réapproprié le gilet jaune.

Laval, Boulogne-sur-Mer, Vannes, Poitiers, Cahors… Ces dernières semaines, plusieurs groupes composés de dizaines de «gilets jaunes» se rassemblent de nouveau sur des ronds-points. Le signe d’un retour?

On ne peut pas prédire l’avenir. Il s’agit principalement de ronds-points où les «gilets jaunes» ont une sensibilité à la question sociale, avec une majorité de gens de gauche. Nous avons surtout des éléments de l’enquête faite en Moselle par ma collègue Karine Clément, ou de Raphaël Challier dans l’Est de la France. On remarque que le mouvement contre la réforme des retraites les a remobilisés et leur a donné l’espoir d’une mobilisation plus large.

Ils y ont vu un second souffle. Ils sont très concernés par cette question car ils sont en moyenne plus âgés qu’en manifestations. Il y a plus d’ouvriers ou de femmes travaillant dans le domaine médico-social.

Le référendum d’initiative citoyenne, le RIC, a disparu du débat public aussi brutalement qu’il y est entré…

Ce mot d’ordre du RIC a permis, à un moment, de faire tenir une coalition de personnes qui avaient des visions du monde très différentes. Il était la clé pour traduire les demandes des «gilets jaunes» en actions politiques concrètes. Mais il y avait des débats sur ses modalités, sur sa mise en œuvre. Il a cependant eu deux traductions. Le référendum sur la privatisation des aéroports de Paris (ADP), même s’il va échouer, a recueilli plus d’un million de signatures. Il y a aussi la conférence pour le climat avec 150 citoyens tirés au sort. Sans les «gilets jaunes», ces dispositifs n’auraient jamais existé.

Gilets jaunes : ce que racontent les premières enquêtes de terrain

  La Tribune (France), no 6615 Territoires, vendredi 1 février 2019, p. 85 – 1155 mots

par Pierre Cheminade

Le Centre Emile Durkheim, de l’Université de Bordeaux, mène depuis le mois de novembre une enquête sociologique dans les manifestations et sur les ronds-points des Gilets jaunes dans un quart des départements français. Près de 700 questionnaires ont été traités à ce jour, permettant d’esquisser une première photographie provisoire des personnes mobilisées et des ressorts de leur action.

Lancée le 19 novembre par quatre chercheurs du Centre Emile Durkheim de l’Université de Bordeaux et du CNRS (*), cette vaste enquête de terrain associe désormais une quarantaine de leurs collègues de plusieurs universités françaises qui, chaque week-end, vont interroger des Gilets jaunes dans les manifestations ou sur les ronds-points occupés. 686 questionnaires provenant de 26 communes de 15 départements différents ont désormais été analysés (**) permettant d’en présenter une première synthèse ce mercredi 30 janvier 2019 à Sciences Po Bordeaux, dans un amphithéâtre bondé.

« Ce sont des résultats extrêmement provisoires qui ne prennent pas en compte pleinement l’évolution dans le temps de la mobilisation, tant au niveau des revendications que des profils des participants », prévient cependant Magali Della Sudda, chargée de recherche au CNRS et l’une des co-pilotes de la démarche. Cette enquête scientifique ne tire donc aucun enseignement définitif à ce stade et ne se veut pas exhaustive mais elle permet de jeter un premier éclairage à la fois sur le profil et sur les motivations des Gilets jaunes ayant accepté de répondre à ces questionnaires.

75 % des foyers ont un revenu inférieur à 2.800 €/mois

Ces derniers ont en moyenne 47 ans et sont à 57 % des hommes. On y trouve environ 1/3 d’inactifs, principalement des retraités. Parmi les actifs, deux tiers ont un emploi en CDI tandis que le dernier tiers se partage entre CDD, indépendants et chômeurs. Les travailleurs indépendants (commerçants et artisans) y sont sur-représentés tandis que parmi les professions les plus citées figurent des ouvriers qualifiés et des métiers tels que les chauffeurs, infirmiers, aides-soignants, travailleurs sociaux ou encore vendeurs. Parmi les femmes, le secteur du soin et du service à la personne, le « care », est très présent.

« On constate que ce ne sont pas des gens en situation de grande pauvreté mais des gens qui ont un emploi avec des revenus peu élevés et qui vivent chichement de leur travail. Des personnes qui ont aujourd’hui du mal à joindre les deux bouts chaque mois », explique Camille Bedock, du Centre Emile-Durkheim. Et les chiffres recueillis sont en effet assez éclairants puisqu’un quart des répondants déclarent que leur foyer dispose d’un revenu mensuel inférieur à 1.200 €, la moitié inférieur à 1.800 € et les trois-quarts inférieur à 2.800 €. A titre de comparaison, le salaire net médian en France se situe, selon l’Insee, autour de 1.800 € par personne (et non par foyer).

Le pouvoir d’achat : revendication n°1

Une forte proportion des répondants déclare se mobiliser pour la première fois et le rejet des syndicats (60 %) et des partis politiques (75 %) est très fort. « On constate sur le terrain qu’il y a un fort rejet de la notion de représentation que ce soit par le biais des syndicats, des partis politiques ou des médias mais aussi par des porte-paroles du mouvement. C’est un trait davantage marqué sur les ronds-points qu’en manifestation », explique Antoine Bernard de Raymond, chercheur à l’Inra. Par ailleurs, un quart des répondants déclare n’avoir jamais voté et ne pas envisager de le faire.

A la question ouverte : « Pourquoi êtes-vous là? », les Gilets jaunes interrogés répondent à une écrasante majorité : le pouvoir d’achat. « Cela correspond à une volonté de pouvoir vivre de son travail sans dépendre des aides de l’Etat. Cependant, les questions des modes de production, des conditions de travail, du rapport à l’employeur, du rôle du marché sont très peu abordées », précise Tinette Schnatterer.

L’entreprise et le patron aux abonnés absents

Le chef d’entreprise, le patronat, le niveau des salaires des cadres dans le privé ou encore le rôle des multinationales figurent ainsi parmi les grands absents de cette mobilisation tandis qu’en miroir les organisations patronales se gardent bien de s’exprimer sur le sujet. Quelles en sont les raisons? Rejet des syndicats et de leur dialectique traditionnelle avec le patronat? Surreprésentation des travailleurs indépendants et des retraités? Difficile d’y voir clair à ce stade, d’autant que le poids des fonctionnaires dans la mobilisation n’a pas encore été mesuré. « Ce qui apparaît c’est que les répondants ciblent une fraction bien particulière des élites, principalement les élites politiques avec une forte personnalisation autour d’Emmanuel Macron », ajoute Antoine Bernard de Raymond. A titre d’exemple, l’affaire Carlos Ghosn est peu évoquée spontanément par les répondants.

Lire aussi : Gilets jaunes : « Notre société a choisi de gérer la pauvreté au lieu de l’éradiquer » (lien : https://objectifaquitaine.latribune.fr/politique/2019-01-28/gilets-jaunes-notre-societe-a-choisi-de-gerer-la-pauvrete-au-lieu-de-l-eradiquer-805167.html)

Plus largement, les chercheurs ont voulu isoler le plus petit dénominateur commun de la mobilisation, au-delà des divergences politiques sur telle ou telle question. « Ce qui ressort c’est une posture contre ‘ceux d’en haut’, les ‘élites’, les ‘riches’ et très peu de revendications à l’encontre de ‘ceux d’en bas’ comme les chômeurs et les « assistés’ « , complète Tinette Schnatterer.

Quid de l’écologie?

Parmi les autres ressorts de la mobilisation, viennent ensuite dans l’ordre les questions de fiscalité et de redistribution, notamment concrétisées par le débat sur l’ISF, les questions institutionnelles, dont le référendum d’initiative populaire, et les critiques du gouvernement, puis le niveau du salaire minimum et des retraites. A noter également une part de personnes déclarant être là par solidarité et/ou pour leurs enfants.

Le prix du diesel, l’écotaxe et les services publics sont peu cités spontanément tandis que l’écologie figure aussi loin derrière, juste devant les deux sujets les moins souvent abordés par les répondants : l’Union européenne et l’immigration, cités seulement par une vingtaine de répondants sur près de 700 questionnaires. « L’écologie n’est pas citée spontanément mais, quand on creuse un peu, ce qui ressort c’est l’idée que l’écologie est importante mais qu’elle n’est pas de leur responsabilité. Ils pointent d’abord la responsabilité des élites politiques, des classes supérieures qui prennent l’avion, des entreprises, etc. », contextualise Tinette Schnatterer.

——

(*) Le projet a été initié par Camille Bedock , Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux, CNRS, Magali Della Sudda , Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux, CNRS, Tinette Schnatterer , centre Émile Durkheim, Sciences Po Bordeaux, CNRS, Antoine Bernard de Raymond , Irisso, Université Paris-Dauphine, INRA, et Emmanuelle Reungoat , CEPEL, Université Montpellier.

(**) Près de 900 questionnaires ont été remplis depuis le début de la mobilisation des Gilets jaunes en novembre 2018. A ce jour, 686 questionnaires ont été analysés dont 382 provenant de ronds-points et autres lieux d’occupation et 304 provenant des manifestations. Ces questionnaires qualitatifs regroupent une soixantaine de questions ouvertes et fermées et le temps de réponse peut dépasser les 40 minutes. Les questionnaires déjà traités proviennent de 26 communes situées dans 15 départements français dont la Gironde, les Bouches-du-Rhône, la Haute-Garonne, l’Isère, le Calvados, l’Hérault, l’Ille-et-Vilaine et la Corse.

Illustration(s) :

Thibaud Moritz / Agence APPA