Elles sont Gilets Jaunes : qui sont ces femmes qui manifestent ?

Cet article est paru en libre accès dans Le Journal des Femmes (site web), vendredi 29 mars 2019 – 528 mots

par Lucile Bonnin

Photo: Claude Paris/AP/SIPA

Dans les manifestations des gilets jaunes, on peut voir des femmes seules, des mères, des femmes au foyer, des travailleuses salariées, employées…. Sur les ronds-points ou dans Paris elles font entendre leurs voix. On les aperçoit, mais on ne les connait pas. Une enquête réalisée par Elabe et commandée par l’institut Montaigne permet de dresser le portrait-robot des femmes gilets jaunes et leurs conditions de vie… Qui sont ces manifestantes ?

Gilets jaunes. Une expression tellement utilisée aujourd’hui qu’on en oublierait le sens. Pourtant derrière ce terme se cachent des hommes… et des femmes ! C’est grâce à une étude menée par Elabe pour l’Institut Montaigne que l’on peut préciser plus clairement le profil type d’un(e) gilet jaune. L’acte 19 a rassemblé 40 000 personnes en France. Lors de ce dernier weekend du 23/24 mars 2019, une nouvelle polémique a fait surface. Une septuagénaire, militante d’Attac, a été blessée alors qu’elle participait à la manifestation non-autorisée à Nice. Un événement qui montre que les femmes son présentes et actives dans le mouvement Gilets Jaunes. Des visages féminins qui ont des points communs et dont la visibilité est forte. Qui sont-elles ?

Les femmes seules en tête de cortège

Les gilets jaunes sont majoritairement issus de classes populaires : 25 % sont ouvriers ou ouvrières et 20% sont employé-e-s. Dans l’Express, on peut lire que 53 % d’entre eux sont des hommes mais que cela reste un mouvement inhabituellement porté par des femmes. « C’est assez inédit de voir les femmes aussi présentes sur des lieux, types barrages routiers et blocages, qui jusqu’à présent, dans d’autres mouvements sociaux étaient des types d’actions masculins » explique Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS et à Sciences-Po Bordeaux dans Tv5Monde. L’étude relève un autre point particulièrement intéressant : les femmes vivant seules avec enfants sont surreprésentées chez les gilets jaunes (12%). Les gilets jaunes, en grande majorité, ont aussi des fins de mois difficiles pour 65% d’entre eux et considèrent à 87% vivre dans une société injuste.

Une défiance unificatrice envers les politiques

Que ce soit pour un homme ou bien pour une femme, une chose est certaine : la confiance envers les institutions se fait de plus en plus difficile. Les gilets jaunes sont 75% à se méfier des partis politiques et 80% à défier le chef de l’État. Un rejet du système politique français se fait ressentir dans leurs préférences relevées par l’étude Elabe. 33% des manifestants rejettent tout parti politique, 19% sont proches du Rassemblement National et 10% de La France Insoumise.

Le sentiment d’injustice et d’abandon de la part des politiques est ce qui unit le plus les deux sexes.

Laëtitia Casta explique dans une interview au magazine Grazia que les femmes, malgré leurs vies parfois compliquées, « tiennent parce qu’une femme sait à l’euro près ce que ça représente, le coût de la vie. Leur vision est concrète. »

Si par le biais des gilets jaunes, les femmes apportent une nouvelle image de la politique, on peut espérer que l’environnement politique dirigé majoritairement par les hommes saura davantage évoluer et se restructurer. Avec cette vindicte populaire, la féminisation de la chose publique est en marche…

Marlène Schiappa : un ovni pour la galaxie féministe

Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, le 21 novembre. Photo Cyril Zannettacci

https://www.liberation.fr/politiques/2018/03/20/marlene-schiappa-un-ovni-pour-la-galaxie-feministe_1637682

Par Nathalie Raulin , Catherine Mallaval et Laure Bretton — 20 mars 2018.

Clivante, la secrétaire d’Etat présente, ce mercredi, son projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes. «Libé» a sondé quatre groupes de féministes sur son action et sa personnalité.

Marlène Schiappa : un ovni pour la galaxie féministe

Les débuts ? Un rien maladroits. Puis, de polémiques en recadrages, Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes, a manifestement su trouver sa place au sein du gouvernement. Et la voilà qui présente ce mercredi en Conseil des ministres, avec sa consœur de la Justice, Nicole Belloubet, son projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes (lire pages 12-13), mille fois défloré, reporté, mais enfin ficelé. Les applaudissements vont-ils suivre ? Dans les rangs des féministes, qu’elles soient de gauche ou de droite, penseures ou activistes, la standing-ovation n’est pas acquise.

Les féministes de gauche

Elle parle, elle parle. Fait parler d’elle. Logiquement, les féministes qui portent la cause des femmes depuis des années s’en réjouissent. Anne-Cécile Mailfert, présidente de la Fondation des femmes : «On a besoin d’une parole forte et audible, partout. Tout le temps. Et elle sait mettre les sujets au cœur de l’actualité.» Sa prédécesseure Laurence Rossignol, aujourd’hui sénatrice, confirme : «Elle est active, audible, porte le sujet. Et c’est important, car c’est aussi un ministère de la parole.» Mais Clémentine Autain, députée de La France insoumise, asticote : «La beauté du verbe, c’est important, mais on attend aussi autre chose, non ?» «Si on parle sans agir, ça ne fait que décrédibiliser le combat», rappelle Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d’Osez le féminisme.

Précisément, que pensent ces militantes de l’action de la secrétaire d’État ? De fait, ça raille un peu dans les rangs sur le thème «elle n’a peur de rien, elle annonce, elle annonce, si ça ne marche pas, ce n’est pas grave, elle s’en fout», tacle une féministe de gauche de longue date. Mais passons, son projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes est bel et bien là. Et là, comment être contre ? Pas si simple. D’abord, il y a la question des moyens. «On voulait une loi-cadre, avec un financement adossé,pointe Clémentine Autain. L’argent, c’est le cœur du réacteur, pour former la police, soutenir la justice, soutenir ceux qui bossent, au moment où l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail et le Collectif féministe contre le viol ont dû fermer leurs permanences téléphoniques faute de moyens.» Ensuite, il y a ce que nombre de militantes considèrent comme des dérapages : «Si elle a su accompagner les mouvements « Me Too » et « Balance ton porc », maintenant, c’est patatras ! Comment peut-elle affirmer sur France Inter qu’elle ne ressent pas de malaise face au cas Darmanin. Et quel besoinde se fendre d’une tribune dans le Journal du dimanche pour dire Monsieur Hulot est très charmant ?» se désespère Autain.«Cette tribune n’est pas digne d’une secrétaire d’Etat qui prétend accompagner la libération de la parole des femmes»,se désole Laurence Rossignol. «Elle a délégitimé sa parole en faisant ça. Ce gouvernement a l’air d’être très cadré, encadré, recadré, on se demande quelle est la marge de manœuvre», lance Raphaëlle Rémy-Leleu.

Et puis, il y a la méthode Schiappa. «Elle passe plus de temps dans les médias qu’avec les associations qui doivent se contenter de suivre sa politique sur Twitter», assure une responsable associative. «Elle ne dispose pas d’un gros budget et pourrait s’appuyer davantage sur les associations, et se servir de leurs revendications comme d’un levier», expose avec calme Anne-Cécile Mailfert. «Pour ficeler son projet, elle a fait son fameux tour de France de l’égalité. C’est bien la rencontre directe avec le peuple, mais elle s’est passée de l’expertise et de la connaissance de terrain des associations. Comme si elle voulait faire table rase du vieux monde. C’est très macronien, regrette une militante. Et puis, très macronien aussi, elle ne supporte pas la critique. Prend tout comme une attaque contre elle. Dès que l’on émet même une nuance sur ses annonces, elle balance des DM [messages directs, ndlr] incendiaires.» Le torchon brûlerait-il ? «Nous n’avons rien de personnel contre elle, affirme une responsable d’association. Nous, tout le mal qu’on lui souhaite, c’est un ministère et un gros budget.»

Les féministes de droite

Puisqu’elle dérange à gauche, Marlène Schiappa remporte-t-elle tous les suffrages à droite ? Loin de là. Dans les rangs de l’alterféminisme, théorisé par la journaliste Eugénie Bastié et l’essayiste Marianne Durano, qui ont signé ensemble un «Manifeste du féminisme intégral» (paru dans leur revue Limite), la personne de Marlène Schiappa a peu d’importance, on se place au niveau politique et philosophique. Cette école de pensée embryonnaire, qui a grandi à l’ombre de la Manif pour tous pendant le quinquennat Hollande, mâtine le féminisme d’écologie et vice-versa. Un grand retour à la nature contre le «féminisme technolâtre». Comprendre : pro-contraception et pro-choix. Cela conduit ses militantes à prôner le retour des mères au foyer et à combattre le capitalisme. Pour Magali Della Sudda, qui enseigne à Sciences-Po Bordeaux et étudie au CNRS la place des femmes dans la recomposition des droites, «le projet libéral, au plan économique et sociétal, d’Emmanuel Macron, les place donc forcément en rupture avec Marlène Schiappa qui est chargée de l’appliquer». Le fait que le père de la secrétaire d’État, historien de formation, a signé un livre intitulé La France n’a pas de racines chrétiennes et que Marlène Schiappa ne soit pas opposée à la présence de mères voilées lors de sorties scolaires n’arrangent pas les choses : elle s’est rapidement retrouvée rangée dans la catégorie «islamo-gauchiste». Voire pire. Dans un article publié par l’hebdo réac Causeur,Schiappa est accusée d’avoir une «vision indigéniste du féminisme». Carrément.

Les marcheuses

Elles lui pardonnent tout, ses faux pas des débuts, ses approximations parfois, ses petites contradictions aussi. Au sein de La République en marche (LREM), la cote de la secrétaire d’Etat ne faiblit pas dans les rangs du «deuxième sexe». Si l’appel du candidat Macron à porter ses couleurs aux législatives les a tirées de leur torpeur un peu partout sur le territoire, l’activisme forcené de Schiappa entretient leur flamme. Mieux, leur confiance dans la volonté du pouvoir d’«agir sur les mœurs», d’écouter et de rendre justice aux femmes. «Elle a donné une visibilité à des sujets longtemps considérés comme secondaires dans le débat public», relève Claire Pitollat, députée LREM des Bouches-du-Rhône qui, comme nombre d’élues marcheuses, a contribué à animer sur son département les ateliers du «tour de France de l’égalité» lancé début octobre par Schiappa pour «recueillir la parole des femmes» sur tout le territoire. Elles lui savent gré d’avoir su anticiper : la secrétaire d’Etat a en effet vendu son idée au Premier ministre avant même que l’affaire Weinstein et les hashtags «Balance ton porc» et «Me Too» ne tournent au défouloir collectif.

Les marcheuses saluent aussi le «courage» de celle qui incarne si bien, à leurs yeux, «la grande cause du quinquennat». Sans songer à lui reprocher de ne pas avoir su doper un budget famélique, à mille lieues des besoins et des attentes des associations féministes.

Cécile Muschotti, députée LREM du Var et membre de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes au sein d’une Assemblée nationale féminisée comme jamais : «Son secrétariat d’Etat est à la croisée de ministères tenus par des hommes : il en faut à une jeune femme ministre pour ne rien lâcher.» Personne non plus pour lui reprocher son approche plus «pragmatique» qu’idéologique des problématiques touchant les femmes. «On a besoin que les choses avancent et elle essaie de trouver des solutions», insiste Marie Pierre Rixain, présidente LREM de la délégation des droits des femmes qui s’appuie sur sa récente réunion publique à Villiers-sur-Orge (Essonne) pour poursuivre.  «Les interrogations des femmes portent sur les sujets concrets : pourquoi elles ne peuvent pas rester au domicile conjugal en cas de violence, pourquoi les mesures d’éloignement sont inopérantes, pourquoi il y a un délai de prescription pour les crimes sur mineurs, pourquoi elles n’ont pas le même salaire que les hommes ? C’est sur ces sujets qu’elles attendent des réponses…» Que la méthode Schiappa leur aille n’exclut pas des vues plus ambitieuses. «Sur les genres, on ne pourra pas en rester au dogme « les filles s’habillent en rose et les garçons en bleu »», estime Muschiotti. «Il y a un gros travail à faire pour que l’Education nationale travaille plus étroitement avec les associations. Il faudrait aussi veiller à ce que les fonctionnaires délégués aux droits des femmes sur le terrain ne coupent pas systématiquement les subventions aux associations qui se préoccupent d’éducation sexuelle ou de sujets sensibles comme le port du voile, comme c’est le cas chez moi en Paca…» Pour toutes, Schiappa, même «montée en compétence», a du boulot devant elle.

Les universitaires

«Je ne m’identifie à personne», dit Marlène Schiappa à l’envi quand on l’interroge sur les figures du féminisme qui l’inspirent. Sûre d’elle, inventant en marchant son propre corpus ? Pour les universitaires, la secrétaire d’Etat n’est pourtant pas un ovni mais la digne héritière d’un courant identifié depuis les années 70 : le féminisme libéral, centré sur le travail, la place des femmes dans les entreprises et les inégalités salariales.

Dans un milieu qui ne jure que par l’universalité ou l’intersectionnalité – c’est-à-dire une forme de convergence de toutes les luttes -, son féminisme pour cadres sup est jugé trop étroit pour faire l’unanimité. «C’est vrai qu’elle ne fonctionne pas par rapport à une idéologie préconçue, qu’elle évite les références aux références, sourit Anne-Charlotte Husson, doctorante à Paris-XIII, spécialisée sur les études de genre et le discours politique. Elle s’inscrit dans une rupture avec la mémoire féministe. Elle n’est pas dans la défense de ses aspects politiques, plus dans la conciliation avec le statu quo.» Accompagner sans changer les choses. Pas de révolution. Le sacro-saint «pragmatisme» macronien adapté au féminisme. «Elle fait semi-table rase du passé féministe et elle est totalement décomplexée. Ce qui lui permet de varier les emprunts en passant de Badinter à Despentes, souligne Catherine Achin, professeure de sciences politiques à Paris-Dauphine. Elle semble relativement au courant des clivages féministes mais refuse de se situer dans un courant.»

Parfois, Marlène Schiappa sort des rails du féminisme libéral et dénote. Quand elle se prononce pour la procréation médicalement assistée pour toutes ou les mères voilées lors des sorties scolaires. Ou quand elle dénonce le «féminicide» d’Alexia Daval, reprenant un concept féministe qui n’existe pas en droit français, inventé en 1976 par Diana E. Russell, spécialiste mondialement reconnue de la lutte contre la violence faite aux femmes. «Avoir des références théoriques n’est pas un préalable à une politique efficace, loin de là, prend soin de préciser Camille Froidevaux-Metterie, prof de sciences politiques à Reims et spécialiste de la pensée féministe. Ce qui pêche plutôt, c’est le manque d’innovation de ses mesures, réactives et non préventives, et le fait qu’elle défende un féminisme par le haut.» Comprendre : des femmes qui sont bien intégrées à la société puisqu’ayant un emploi et une capacité à formuler leurs revendications. Dans la plupart des cas donc, blanches, éduquées et urbaines, soit l’exact décalque des gagnants de la mondialisation qui ont fait l’élection d’Emmanuel Macron. Il n’y a pas de hasard.

Pourquoi les « gilets jaunes » ont épargné les employeurs

Les Échos, no 22907 Idées & Débats, jeudi 14 mars 2019, p. 8 – 970 mots

L’analyse de la rédaction par Elsa Freyssenet

Sur les ronds-points comme dans les réunions du grand débat national, les Français parlent de pouvoir d’achat, de fiscalité, de dépenses contraintes, mais pas de salaires. La révolte fiscale a-t-elle remplacé la revendication salariale ?

Comme souvent, Marlène Schiappa a mis les pieds dans le plat lors d’une rencontre du grand débat national : « Je suis frappée de voir des gens pas assez payés s’en prendre non pas aux employeurs, non pas aux partenaires sociaux, mais à l’Etat », a lancé la secrétaire d’Etat. Un sentiment isolé ? Pas du tout.

Début janvier, un ministre de premier plan s’offusquait en privé : « Le pouvoir d’achat, c’est d’abord la responsabilité des employeurs ! Cette fois-ci, les patrons ont été épargnés, mais ce ne sera pas forcément le cas la prochaine fois… »

Qu’il s’agisse d’un mouvement d’humeur de la part de ministres bousculés par les « gilets jaunes » ou d’un sentiment plus diffus chez les politiques d’être pris pour cible à la place du patronat, la question n’est pas anecdotique. Auteur de « La Lutte et l’Entraide », l’historien Nicolas Delalande la formule ainsi : « Au lieu de remettre en cause en priorité les inégalités primaires produites par le marché, les ‘gilets jaunes’ ont surtout demandé à l’Etat de ne pas les aggraver. » Et la tendance se poursuit, au-delà de leurs rangs, dans le cadre du grand débat national. « Dans les réunions locales, les entreprises sont ciblées sur leur empreinte environnementale mais pas sur le pouvoir d’achat », confie la secrétaire d’Etat Emmanuelle Wargon .

Pourquoi se retourner vers l’Etat et pas vers son employeur quand on a des problèmes d’argent ? La révolte fiscale a-t-elle ou non pris le pas sur la revendication salariale ? Le mouvement actuel étant composite et soumis à des mutations, les réponses ne peuvent être que partielles et multiples.

Il y a bien sûr l’étincelle de départ qui cadre la suite et, dans le cas présent, c’est la hausse des taxes sur le carburant. Les retraités, travailleurs indépendants et petits chefs d’entreprise vus sur les ronds-points n’avaient pas de raisons de s’en prendre à un patron qu’ils n’ont pas. Les infirmières, aides-soignantes et fonctionnaires de catégorie C – « relativement nombreux dans les manifestations » , souligne la sociologue Magali Della Sudda – avaient, eux, toutes les raisons de se retourner vers l’État employeur.

La première explication découle de ce constat : les « gilets jaunes » ont des statuts professionnels très différents, même s’ils ont en commun leur difficulté de vie matérielle. Ils ne touchent pas tous un salaire, mais tous paient des impôts ou des taxes. Un plus petit dénominateur commun qui s’étend aux Français, dont les sondeurs constatent depuis des années le « ras-le-bol fiscal » . Mais pas une demande de moins d’Etat, au contraire.

Au-delà des circonstances présentes, il y a l’Histoire. La construction du sentiment national par la promesse d’une égalité de traitement entre territoires – « c’était la contrepartie au jacobinisme » , souligne Bruno Cautrès, politologue au Cevipof. Et, ajoute Nicolas Delalande, « le rôle que les républicains attribuent à l’Etat pour contenir les inégalités » . Par la fiscalité, par la redistribution et, pendant les Trente Glorieuses, par son intervention dans l’économie.

Pour mettre fin aux grèves de Mai 1968, le gouvernement avait augmenté le SMIC de 35 % et obtenu des organisations patronales une hausse des salaires de 10 %. Autres temps, autres moeurs… Avec la crise et la désindexation des salaires, l’Etat n’a conservé que deux outils : le niveau des cotisations (que le gouvernement a réduit) et celui du SMIC. Les seules mobilisations nationales sur les salaires concernent désormais la fonction publique. S’agissant du secteur privé, les dernières manifestations interprofessionnelles sur le sujet remontent à 2009, dans la foulée de la crise financière.

Voilà déjà des raisons de conclure à un glissement de la conflictualité des salaires vers la fiscalité. Sauf que ce serait trop simple… Car les conflits salariaux n’ont pas disparu : ils sont, presque chaque année, la cause de la moitié des grèves dans le secteur privé, selon le ministère du Travail. « Pour l’essentiel, cela se passe au niveau de l’entreprise. C’est donc moins visible » , souligne le politologue Jean-Marie Pernot, spécialiste des mouvements sociaux à l’Ires. La raison pour laquelle il conteste l’idée d’un remplacement de la revendication salariale par une réclamation fiscale. Les deux seraient concomitantes mais portées par des groupes sociaux différents.

Une autre grille de lecture, pas forcément contradictoire, consiste à se dire que les Français qui s’en prennent à la fiscalité agissent avec pragmatisme. La sociologue Magali Della Sudda coordonne une enquête pluridisciplinaire fondée sur un millier d’entretiens réalisés sur les ronds-points et dans les manifestations. Elle confie : « Les salariés des TPE, dont le patron partage des conditions de vie comparables, ne le perçoivent pas comme un exploiteur. Pour les salariés des multinationales, le patron est très, très loin, et les précaires n’ont pas de collectif de travail. Quand on ne sait plus vers qui se tourner, il reste l’État. » L’historien Gérard Noiriel ajoute : « Avec la pression sur le coût du travail due à la mondialisation et les fermetures d’usines, il peut y avoir une intériorisation que se battre contre son patron est dangereux. »

Si l’on poursuit ce raisonnement, la conscience que « l’État ne peut pas tout » aurait conduit non pas à une réduction des demandes à son endroit, mais à un changement de nature de ces demandes. Les Français ne se retourneraient donc pas vers l’État pour tout et n’importe quoi, mais s’adresseraient juste à l’interlocuteur qui peut encore leur donner quelque chose.

Encadré(s) :

Traditionnellement, les salaires sont au coeur des grands mouvements sociaux, mais celui des « gilets jaunes » fait exception à la règle.

Cela s’explique en partie par la grande différence de leur statut professionnel.

Qu’ils soient retraités ou travailleurs indépendants, beaucoup n’ont pas de patron, mais tous paient des impôts.

Les revendications salariales n’ont pas pour autant disparu, mais elles s’exercent désormais à l’intérieur des entreprises.