Gilets jaunes: quel sens politique?

Jeudi  17 octobre    2019  17 h – 20 h

EHESS, salle 8, 105 bd Raspail, 75006 Paris

avec

Magali DELLA SUDDA,  politiste (Centre Émile Durkheim, CNRS, Sciences Po, Bordeaux)

Collaboratrice de l’enquête nationale Gilets Jaunes – Jaune Vif

Gérard NOIRIEL, historien (IRIS, EHESS)

auteur de Les Gilets Jaunes à la lumière de l’histoire, Ed. de l’Aube 2019

Discutante et discutant :     Rose-Marie LAGRAVE et Emmanuel TERRAY

—————————————-

Deux questions organiseront l’essentiel du débat :

1) Que disent les mobilisations des Gilets Jaunes des fractures de la société, et quels déplacements nous obligent-elles à opérer  en termes d’approches?

2°) Que révèlent tant la répression policière et juridique à l’encontre des Gilets Jaunes que son traitement médiatique quant au mépris de classe dont elles et ils sont les victimes, empêchant la perception collective et politique de leur action ?

NB : Attentive au lien entre recherche et engagement, la section EHESS de la LDH appelle à assister aussi au prochain colloque de l’IIAC consacré à „L’approche ethnographique des Gilets Jaunes“ et organisé par Marc Abélès et Serena Boncompagni, à l’EHESS les 28 et 29 octobre prochains.

Discussion organisée par la section de la LDH de l’EHESS

Pour en voir plus : « Plein le dos » pour une mémoire populaire – la rue contre le mépris », un très beau site sur le mouvement.

« Les « gilets jaunes » sont écolos à leur manière »

Le Monde, mercredi 4 septembre 2019, p.28 – 1070 mots.

Propos recueillis par Aline Leclerc, Le Monde.

Les acteurs du mouvement, souvent qualifié d’anti-écologiste, veulent pourtant se réapproprier leur alimentation et leur consommation. C’est l’une des tendances qui émergent d’une enquête menée auprès de 1 300 « gilets jaunes », explique la politiste

Interpellés par la révolte des « gilets jaunes », soixante-dix sociologues, politistes et géographes ont répondu en novembre 2018 à l’appel du Centre Émile-Durkheim (CNRS-Sciences Po Bordeaux) en lançant un ambitieux projet de recherche pour appréhender ce mouvement social. Sur l’ensemble du territoire, dans les manifestations comme sur les ronds-points, plus de 1 300 « gilets jaunes » ont répondu à une enquête par questionnaire qui a été complétée, depuis lors, par plusieurs dizaines d’entretiens approfondis menés en face à face. Les premiers résultats de ces recherches avaient été publiés dans Le Monde du 12 décembre 2018. Une publication scientifique paraîtra à l’automne [ndr: dans la Revue française de science politique].

Magali Della Sudda, historienne et politiste chargée de recherche au CNRS, membre du Centre Emile-Durkheim, est spécialiste des questions de citoyenneté, de genre et de religion en France et en Italie. Elle commente les grandes tendances qui ont émergé de cette enquête.

Après neuf mois de recueil de parole des « gilets jaunes », notez-vous des évolutions au sein du mouvement ?

L’une des évolutions notables est sans doute son positionnement à l’égard de l’environnement. Ce mouvement, né d’une protestation contre la hausse des taxes sur le carburant, a souvent été qualifié d’antiécologiste. Notre enquête montre pourtant que les « gilets jaunes » qui estiment que l’écologie n’est pas une priorité sont très minoritaires. L’argument des fins de mois contre la fin du monde est battu en brèche.

A la question : « Certaines personnes défendent la hausse des taxes sur le carburant pour des raisons écologiques. Que leur répondez-vous ? », près d’un tiers des personnes répond : « Je suis pour l’écologie », et près d’une personne sur cinq : « C’est le kérosène et les yachts qu’il faut taxer. » Ce qui résume bien le mouvement : s’exprime une demande de justice dans les politiques environne mentales, fiscales et sociales. Un peu plus d’un sur dix estime que « ce n’est pas à [eux] de payer », qu’ « il faudrait que la taxe sur les carburants aille vraiment à l’écologie », ou que l’écologie, « c’est pour ceux qui ont les moyens .

Les « gilets jaunes » sont écolos, mais pas nécessairement à la manière des partis écologistes ou des associations environnementales. L’enquête témoigne ainsi de l’émergence d’une « praxis écolo populaire » – faire son potager, acheter sa viande chez l’éleveur d’à côté, consommer autrement. Plusieurs marchés citoyens réunissant producteurs locaux et habitants, et qui court-circuitent la grande distribution, ont vu le jour depuis le début du mouvement. On l’a constaté aussi bien en Gironde (à Saint-Macaire) que dans l’Oise ou en Bretagne. Des « gilets jaunes » ont aussi créé des jardins partagés dans l’idée de se réapproprier leur alimentation et leur consommation. Cela rappelle les jardins ouvriers mis en place au début du XXe siècle pour nourrir et pacifier la classe ouvrière, même si aujourd’hui l’initiative vient des citoyens, non du patronat ou des édiles.

(Crédit: s.n.)

Ce sont les mêmes « gilets jaunes » qui ont évolué, ou d’autres, qui sont arrivés après ?

Deux dynamiques sont à l’oeuvre à la fois. Des personnes qui ont déjà appartenu à des organisations syndicales, politiques ou associatives, souvent avec une fibre plus écologiste, ont rejoint le mouvement. Chez d’autres, il y a eu une prise de conscience, notamment à la faveur des rencontres sur les ronds-points, dans les Marches pour le climat ou lors de réunions avec des organisations écologistes comme Action non violente COP21 (ANV-COP21). Leur rapport à la politique et à l’engagement s’est transformé, ce qui peut expliquer, par exemple, que certains se lancent dans la création de jardins partagés. Au début ce n’était pas leur horizon d’action, mais lorsqu’ils ont été délogés des ronds-points, il leur a fallu trouver des modes d’action alternatifs. Le jardin partagé est apparu comme un outil de transformation sociale et politique, une création de « communs .

On voit aussi une évolution dans la place de la revendication sur le référendum d’initiative citoyenne (RIC). Qui aurait cru que des gens n’ayant jamais manifesté ni voté allaient participer à des ateliers citoyens sur la Constitution ? Les gens le disent, « maintenant je m’intéresse, je ne veux plus être passif », il y a un processus de politisation. Il faut se garder de généralisation hâtive, l’enquête en est à ses débuts, mais ces évolutions n’en demeurent pas moins significatives des transformations de ce mouvement social.

Avez-vous analysé ce succès du RIC parmi les « gilets jaunes » ?

Le référendum d’initiative citoyenne répond à deux préoccupations : faire en sorte que les demandes des citoyens soient mieux écoutées et exercer un plus grand contrôle sur le processus législatif. Il y a, chez les « gilets jaunes », le sentiment d’un déficit de démocratie, auquel, selon eux, le RIC pourrait remédier. Ce n’est pas tant la démocratie représentative qui est mise en cause que son fonctionnement : ils ne sont pas opposés, par principe, à la délégation du pouvoir à des représentants. On sort de la dichotomie entre démocratie directe et démocratie représentative, mais aussi de la dichotomie opposant démocratie substantive (agir au nom d’un groupe sans en faire partie, comme Jaurès quand il soutient les mineurs de Carmaux (Tarn) en 1892) et démocratie descriptive (seul un « gilet jaune » peut représenter les « gilets jaunes »). Cette réflexion complexe devrait inviter à réfléchir au calibrage des réformes institutionnelles.

La mobilisation est bien moins forte depuis trois mois. Peut-on parler de fin du mouvement ?

Beaucoup nous disent : « Avant j’étais seul devant ma télé, là, tout a changé, et je ne retournerai pas à ma vie d’avant. » Mais il est difficile de tenir le rythme des manifestations pendant huit mois. Par ailleurs, les médias s’en désintéressent : les opérations de blocage de juin tout comme les actions citoyennes ont eu moins de visibilité qu’en décembre un marché de producteurs n’est pas spectaculaire. C’est un classique des mobilisations : après la naissance, le mouvement se donne à voir par des actions collectives médiatisées, puis il décline dans l’espace public et médiatique.

Cette transformation est liée au mouvement lui-même (sa durée, ses modes d’action, sa composition), mais aussi à des facteurs extérieurs : les violences policières, les poursuites, la moindre médiatisation. Certains se désengagent et d’autres s’engagent différemment. C’est ce qu’on appelle un mouvement en veille : à la faveur d’un contexte favorable, les actions peuvent reprendre et les réseaux constitués se réactiver. Plutôt que de dire que le mouvement disparaît, il vaudrait mieux considérer qu’il évolue.

Manif pour tous, militants catholiques, Veilleurs… Qui défile sous la bannière de « Marchons enfants » pour s’opposer à la PMA pour toutes ?

par Jean-Loup Adénor & Valentine Pasquesoone pour France Télévisions

Article publié en libre accès sur francetvinfo.fr le dimanche 06 octobre 2019, disponible ici.

« Les Sentinelles, ces manifestants immobiles, debout et en silence devant des institutions publiques pendant la mobilisation contre le mariage pour tous, avaient réussi à maintenir une petite présence dans la rue ces dernières années. Jusqu’en 2017, ils réunissaient chaque semaine quelques dizaines de personnes à Bordeaux (Gironde), d’après Magali Della Sudda. Avec la PMA pour toutes, ces Sentinelles appellent à de nouvelles « veillées ». »

Künstliche Befruchtung für alle – Bündnis macht mobil

GrenzEcho POLITIK, Friday, October 4, 2019, p.13 – 581 mots.

Es ist die Einlösung eines Versprechens von Emmanuel Macron: Die künstliche Befruchtung für alle. Damit hat Frankreichs Präsident eine Gesetzesreform mit großer gesellschaftlicher Bedeutung auf den Weg gebracht. Bisher ist die künstliche Befruchtung in Frankreich nur heterosexuellen Paaren erlaubt – sie müssen verheiratet sein oder mindestens zwei Jahre zusammen leben. Das soll sich nun ändern. Auch lesbische und alleinstehende Frauen sollen sich ihren Kinderwunsch erfüllen dürfen. Macron hatte das im Wahlkampf zugesagt, nun will er liefern.

Doch katholische Verbände und Politiker aus dem rechten Spektrum machen gegen die geplante Reform mobil. Und vor allem ein Bündnis will die Menschen zum Protest auf die Straße holen: „La Manif pour tous ». Sie rufen am Sonntag zu einer Großdemonstration in Paris auf. „La Manif pour tous » kennt man in Frankreich nur zu gut. Vor sechs Jahren hatte das konservative Bündnis Hunderttausende Menschen gegen die Legalisierung der gleichgeschlechtlichen Ehe mobilisiert. Wochenlang gab es Massenproteste, die Demonstranten lieferten sich Auseinandersetzungen mit der Polizei. Stehen Frankreich erneut derartige Großdemonstrationen bevor? Ein neuer heißer Herbst sozusagen, nachdem sich die „Gelbwesten »-Demos größtenteils beruhigt haben?

« Manif pour tous » – das heißt auf Deutsch so viel wie « Demo für alle ». Und das dürfte vielen auch in Deutschland noch ein Begriff sein. Das Bündnis hat im Nachbarland gegen die angebliche « Frühsexualisierung » von Kindern an Schulen demonstriert und sich gegen Lehrpläne gestellt, die verschiedene Lebensmodelle neben der klassischen Ehe gleichberechtigt vermitteln. An der geplanten Demo am Sonntag in Paris will das deutsche Bündnis aber nicht teilnehmen, hieß es auf Anfrage. Aber wie das Original lehnt die Gruppe die Reformpläne der französischen Regierung ab. „La Manif pour Tous » ist für das deutsche Pendant ein Vorbild gewesen, vor allen in „Erscheinungsbild und Auftreten », erklärt die Organisatorin, Hedwig Freifrau von Beverfoerde. Das Besondere an der französischen Bewegung ist tatsächlich ihr bunter Auftritt mit modernem Anstrich bei gleichzeitig erzkonservativen Positionen. Es gab bei den Demos farbige Ballons, T-Shirts und Plakate, Happenings wurden organisiert. Bloß nicht bieder wirken. Das Bündnis war ein Sammelbecken für junge Menschen aus dem katholisch-konservativen Umfeld. Die Kirche stand hinter dem Protest. Aber auch die rechtspopulistische Marion Maréchal-Le Pen, Enkelin des Rechtsextremisten Jean-Marie Le Pen, trat auf. Warum aber stört sich „La Manif pour Tous » überhaupt an der künstlichen Befruchtung für alle? Das Bündnis argumentiert, eine solche Regelung würde die Kinder nicht nur des Vaters, sondern der gesamten väterlichen Familie berauben. Es sei eine große Ungerechtigkeit für Kinder, sagte die Organisatorin des Bündnisses, Ludovine de La Rochère, dem Sender Franceinfo. „Ich denke, es gibt eine sehr breite Ablehnung. »

Damit dürfte sie falsch liegen. Eine aktuelle Umfrage zeigt, dass 65 Prozent der Franzosen die künstliche Befruchtung für lesbische Paare unterstützen und 68 Prozent für alleinstehende Frauen. Und auch die Kirche gibt sich dieses Mal eher zurückhaltend. Auch von den „Gelbwesten » wird die Bewegung Experten zufolge eher nicht profitieren können – zu unterschiedlich sind die Bewegungen. Wird aus dem groß geplanten Protest also eine Luftnummer? « Die Formen der Mobilisierung sind weniger spektakulär », erklärt Magali Della Sudda mit Blick auf die Demos von damals. Sie forscht unter anderem zu Religion und Geschlecht am politisch-soziologischen Centre Émile Durkheim in Bordeaux. Dadurch, so die Expertin, würden die Medien das Interesse verlieren – die Illusion des Verschwindens entstehe. Die Rückkehr auf die Straße markiere nun aber den Versuch einer Wiedererweckung der Demonstrationen von damals gegen die Ehe für alle. (dpa)