Pourquoi les gilets jaunes n’ont pas réussi à transformer l’essai en politique

Cet article est paru en libre accès sur L‘Express (site web) Politique, mercredi 13 novembre 2019 – 1380 mots

par Julien Chabrout

Refus de représentation, défiance vis-à-vis des partis, incapacité à créer leur propre formation… Le mouvement n’a pas su s’intégrer dans le système politique partisan.

Le sondage était trop beau et il n’a pas résisté à l’épreuve du temps. Le 9 décembre 2018, une liste de gilets jaunes était créditée de 12% aux élections européennes, selon un sondage Ipsos pour le JDD commandé par La République en marche. Mais plus de six mois plus tard, le score des deux listes issues du mouvement a finalement été bien en-deçà: 0,54 % pour “Alliance jaune” de Francis Lalanne, et 0,01 % pour “Évolution citoyenne”, menée par Christophe Chalençon.

La première tentative électorale des gilets jaunes s’est donc soldée par un échec. “Nous nous sommes présentés avec seulement 2500 euros, sans compte en banque. Par ailleurs, notre mouvement n’a pas été convié à un seul plateau télé, c’était compliqué de percer médiatiquement”, avance Christophe Chalençon, joint par l’Express.

Les raisons de l’échec sont aussi plus profondes. “Ce n’est pas un scrutin très mobilisateur pour les classes populaires”, rappelle à L’Express Magali Della Sudda, chargée de recherche au CNRS. “Le parti préféré des gilets jaunes est l’abstention”, précise l’une des 70 personnes ayant réalisé une enquête sur les manifestants, avec le centre Émile Durkheim, une unité de recherche de Sciences Po Bordeaux.

“Ce mouvement était trop hétérogène politiquement pour pouvoir aussi rapidement se synthétiser sur une liste, ce qui nécessite une homogénéité”, estime auprès de L’Express Éric Coquerel, le député de La France insoumise (LFI), formation qui n’a eu de cesse de se présenter en adéquation avec “l’esprit gilet jaune”. “Ce mouvement est tellement polymorphe qu’il est très compliqué d’incarner une seule des tendances”, abonde la porte-parole d’EELV Sandra Regol.

La “cacophonie revendicative” des gilets jaunes

Dès le 4 décembre 2018, Jean-François Barnaba, l’une des figures des gilets jaunes, indiquait qu’il “travaillait” à la constitution d’une liste aux européennes. Sans succès. Une autre personnalité, Ingrid Levavasseur, avait renoncé en février dernier à mener sa liste. En cause: des menaces et des insultes suivies de défections dans ses rangs.

“Le simple fait de refuser l’émergence de leaders et de porte-paroles a contraint les gilets jaunes à une espèce de ‘cacophonie revendicative'”, explique à L’Express Luc Rouban, directeur de recherche au CNRS et auteur de La matière noire de la démocratie , aux Presses de Sciences Po.

“Ils veulent être en dehors du système de la démocratie représentative”, souligne également Luc Rouban. “Résultat: cela les conduit à s’auto-enfermer dans la contestation et ils n’ont pas de représentants”.

Gérer les désaccords, une difficulté de taille pour les gilets jaunes

Un an après le lancement du mouvement, une partie des gilets jaunes refuse toujours de plonger dans le grand bain et d’intégrer un système qu’ils dénoncent, via des candidatures aux élections, l’adhésion à un parti politique ou la création de leur propre formation. “Quand vous créez votre parti, vous êtes obligés de vous entendre sur un programme, de gérer des contradictions et des désaccords”, observe Éric Coquerel. Une difficulté de taille pour des manifestants qui ne partagent pas tous le même socle idéologique.

“Dès le début du mouvement, un refus très fort a été exprimé vis-à-vis des partis et, d’une manière générale, de ce qui divise. Or la compétition électorale ou la politique divisent, c’est même le sens originel du terme ‘parti’, observe Magali Della Sudda. Néanmoins, cette docteure en histoire contemporaine note que “les syndicalistes de la base sont souvent bienvenus dans le mouvement, de même que les personnes membres de partis politiques, tant qu’elles ne récupèrent pas la contestation”.

LIRE AUSSI >> Un an après le début des gilets jaunes, 10 000 gardes à vue et 3100 condamnations

Si quelques gilets jaunes, comme le porte-parole de Debout la France (DLF) Benjamin Cauchy, ont été candidats aux européennes, la quasi-totalité d’entre eux s’est opposée à toute tentative de récupération politique. Contactée par plusieurs formations, notamment par LFI, Priscillia Ludosky avait ainsi décliné.

“Les gilets jaunes, c’est un mouvement social sans structuration politique sur lequel les partis n’ont pas de prise”, analyse auprès de L’Express l’ex-premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis. Il poursuit: “Sous la Ve République, aucun mouvement social ne s’est transformé en mouvement politique. La mutation entre le social et la politique est complexe, parce que le social c’est le ‘tous ensemble’, tandis que le politique c’est le ‘moi sauf les autres’, ce n’est donc pas la même nature.”

“La création d’un parti regroupant les gilets jaunes ne peut pas fonctionner car c’est un mouvement social et non pas politique”, abonde Nicolas Dupont-Aignan, député et président de DLF. Un constat partagé par le député européen du Rassemblement national (RN), Philippe Olivier, lui aussi joint par L’Express.

Groupe de réflexion, parti… Les initiatives des figures du mouvement

Mais d’autres gilets jaunes veulent offrir un débouché politique. Le 7 janvier, Jacline Mouraud, qui avait vite pris ses distances avec le mouvement, fondait son parti, les Émergents. L’expérience a tourné court. “Certains m’ont soutenu, d’autres m’ont dit que les gilets jaunes sont apolitiques”, explique-t-elle aujourd’hui.

Jacline Mouraud s’est “rendue compte qu’un parti politique, cela enferme” et évoque son “mal de fou à trouver une banque”. Les Émergents sont désormais “en train de muter en groupe de réflexion politique et de propositions”, précise cette gilet jaune “sur le fond, mais pas sur la forme”.

Malgré son échec aux européennes et en dépit des difficultés des gilets jaunes à maîtriser un certain nombre de codes de la vie politique partisane, Christophe Chalençon s’attelle lui à “structurer” au niveau régional son mouvement “Évolution citoyenne”. L’objectif? “Créer une force politique citoyenne en miroir à En marche”, selon lui.

Figure de la contestation dans le Vaucluse, Christophe Chalençon souhaite que les gilets jaunes se dotent d’un ou de plusieurs porte-paroles et ‘d’une ligne politique”. Et voit plus loin: il compte se présenter aux élections législatives, en 2022, et souhaite que les gilets jaunes aient leur propre candidat à la présidentielle de cette même année. “La crise des gilets jaunes fera la prochaine élection présidentielle”, assure Nicolas Dupont-Aignan. “Et si les gilets jaunes votent à la présidentielle, ce que je pense, Emmanuel Macron a du souci à se faire”, veut croire le député de l’Essonne.

Les élections municipales dans le viseur

En attendant 2022, plusieurs figures comptent déjà se présenter aux élections municipales. Parmi elles, Benjamin Cauchy à Vigneux-sur-Seine, également dans l’Essonne, et Ingrid Levavasseur à Louviers, dans l’Eure, où elle sera candidate sur une liste “citoyenne” soutenue par LFI, le PCF et EELV. “Les municipales, c’est une élection où le projet est beaucoup plus palpable que pour d’autres”, déclare-t-elle à L’Express.

LIRE AUSSI >> “Certains gilets jaunes trouveront leur voie dans les élections municipales”

La jeune femme, qui a pris ses distances avec le mouvement, note un changement d’attitude. “Jusqu’à présent, beaucoup de gens, comme moi, n’avaient pas de conscience politique. Je n’avais pas forcément envie de participer à la vie politique car cela n’avait pas de sens”, explique-t-elle. “Mais de nombreuses personnes se sont rendues compte que, finalement, ‘intégrer le système’ pour pouvoir le changer de l’intérieur, ce n’était pas une mauvaise chose. Si l’on ne fait que de manifester et de râler, les choses ne peuvent pas évoluer.”

Un an après le coup d’envoi du mouvement, d’autres gilets jaunes, dénonçant initialement les difficultés à boucler les fins de mois, continuent de battre le pavé. Mais la mobilisation évolue. Certains ont rejoint les cortèges des récentes mobilisations en faveur du climat, où fleurissent des pancartes “Fin de mois, fin du monde = même combat”.

“La conscience politique se construit. Au départ, le mouvement était strictement apolitique. Aujourd’hui, il commence à conjuguer des revendications de réaction avec des demandes d’intérêt général. La question écologique est donc prise en compte car les gilets jaunes y sont confrontés au premier chef”, note à L’Express le coordinateur politique de Génération.s, Guillaume Balas. Du gilet jaune au gilet vert, seule la couleur du chasuble change…

Les femmes voient jaune

Cet article est paru en libre accès sur Libération (site web) mercredi 6 novembre 2019 – 160 mots

Entretien réalisé par Léa Mormin-Chauvac

«45% de femmes ont participé à la mobilisation des gilets jaunes» explique l’historienne Magali Della Sudda, qui a travaillé sur le mouvement dès ses débuts.

«Sur les ronds-points, on a souvent vu des mères célibataires, rappelant les figures de femmes luttant pour avoir du pain, la justice sociale et les libertés au XVIIIe siècle. Ce sont les émeutières de 1848, de 1830… Mais au-delà du symbole historique, c’est la difficulté de leur quotidien qui les a poussées à occuper des ronds-points. Elles exercent souvent des professions emblématiques des difficultés sociales, les métiers du soin, largement féminisés: aides à domicile, infirmières, aides-soignantes, agentes dans les écoles. Elles sont les premières touchées par les réformes de l’État-providence entamées depuis vingt ans. Quand l’État se retire, elles sont aux premières loges : les familles doivent suppléer, mais elles ne le peuvent plus.»

Extrait d’«L», notre newsletter féminisme, genre et sexualités à découvrir gratuitement en vous inscrivant sur Libe.fr Cet article est paru dans Libération (site web)

«Quand l’Etat se retire, les mères sont aux premières loges»

Intégralité de l’entretien réalisé par Léa Mormin-Chauvac, Libération, 12 novembre 2019.

L’historienne et politiste Magali Della Sudda, qui mène avec d’autres chercheurs une enquête sur les gilets jaunes, commente la place des femmes dans le mouvement et leur positionnement vis-à-vis des féministes.

La présence des femmes dans le mouvement des gilets jaunes s’explique notamment par la forte féminisation des professions emblématiques des difficultés sociales, selon la chercheuse Magali Della Sudda. Cette historienne et politiste au centre Emile-Durkheim, à Bordeaux, a co-initié il y a un an un projet de recherche pour analyser le mouvement des gilets jaunes dès ses débuts. Plus de soixante-dix chercheurs dans la France entière y collaborent.

A lire aussi Gilets jaunes, un an après : les femmes mettent les ronds-points sur les «i»

Métiers emblématiques. «45 % de femmes ont participé à la mobilisation des gilets jaunes, selon les résultats de notre enquête, menée dès novembre 2018. On retrouve cette même proportion féminine dans les manifestations de 1995 contre la réforme des retraites ou, à l’opposé du champ politique, lors de la Manif pour tous en 2012-2013. Le mouvement a rassemblé des professions emblématiques des difficultés sociales, les métiers du soin, exercés principalement par les femmes : aides à domicile, infirmières, aides-soignantes, agentes dans les écoles.»

Femmes du peuple. «Sur les ronds-points, on a aussi vu des mères célibataires, rappelant les figures maternelles de femmes luttant pour avoir du pain, la justice sociale et les libertés au XIXe siècle. Ce sont les émeutières de 1830, de 1848… Ces combats de femmes du peuple font écho à la difficulté de vivre des mères mobilisées au sein des gilets jaunes. L’absence de porte-parole a poussé les médias à tourner leur regard vers ces participantes ordinaires. Au-delà du symbole historique, c’est la difficulté de leur quotidien qui les a poussées à occuper des ronds-points. La majorité d’entre elles n’ont pas les conditions d’existence suffisantes pour vivre décemment. Elles sont les premières victimes, les premières touchées par les réformes de l’Etat-providence entamées depuis vingt ans. Quand l’Etat se retire, elles sont aux premières loges : les familles doivent suppléer, mais elles ne le peuvent plus.»

Jonction avec les féministes. «Les tentatives de rassemblement entre féministes et gilets jaunes n’ont pas toujours abouti. Il y a eu des marches de femmes, des cortèges séparés à Bordeaux, à Paris. Le jour de la manifestation pour le droit à l’avortement du 28 septembre, certains gilets jaunes ne comprenaient pas pourquoi ces militantes étaient là. Parfois, cela a été l’inverse : le 24 novembre 2018, l’acte II des gilets jaunes a croisé la manifestation contre les violences faites aux femmes. Des manifestantes de ce cortège étaient également gilets jaunes. Et à Montpellier, les gilets jaunes ont fait une haie d’honneur aux militantes féministes.

«Depuis quelque temps, j’observe une jonction entre les deux mouvements : la question des féminicides a été remise à l’agenda par des collectifs féministes qui manifestent tous les samedis en même temps que les gilets jaunes. Il y a quelques semaines, la manifestation des femmes à Bordeaux a pris la tête du cortège des gilets jaunes, et des gilets jaunes étaient présents lors d’une performance pour dénoncer le silence à propos des féminicides. Quelque chose se passe, même si ça ne se fait pas du jour au lendemain. Mais le mouvement des gilets jaunes transcende les identités particulières. Quand les manifestantes portent la chasuble, elles ne sont pas là en tant que femmes, même si c’est le seul groupe avec une identité singulière.»