Pourquoi la place des femmes dans le mouvement des gilets jaunes fait-elle tant polémique ?

Article publié en libre accès sur lesinrocks.fr le 17 décembre 2018, par Vincent Bilhem

« Entre le 17 et le 24 novembre, un tournant s’est opéré. Les mouvements de gauche ont rejoint les gilets jaunes, ce qui a ouvert les portes à des préoccupations plus larges que le débat originel sur les taxes », retrace Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS et à Sciences Po Bordeaux.

Le 8 décembre marque quant à lui un changement décisif, avec l’arrivée de manifestants plus aguerris. Une diversité bienvenue, qui a permis par exemple d’entendre l’hymne du Mouvement de Libération des Femmes (MLF) dans certains cortèges. « C’est plutôt rare, même dans les manifestations de gauche« , explique l’universitaire, qui travaille actuellement sur les gilets jaunes.

Magali Della Sudda, propos recueillis par Vincent Bilhem

« La querelle de l’accouchement »

Della Sudda Magali, Mosconi Nicole, « La querelle de l’accouchement », Travail, genre et sociétés, 2018/1 (n° 39), p. 175-178.

La maternité a, de longue date, eu une place dans la théorie féministe. Loin de se réduire au site premier de la domination, cette expérience fait l’objet aujourd’hui d’appropriations féministes variées et, parfois, contradictoires comme le soulignent Coline Cardi, Michela Villani, Lorraine Odier et Anne-Sophie Vozari dans le numéro « Penser les maternités d’un point de vue féministe » [Cardi et al., 2016]. Récemment, Chiara Quagliarello dans la revue Nouvelles Questions féministes montre ainsi comment les parturientes et les sages-femmes se sont emparé de l’accouchement dit naturel auquel les pères sont associés [Quagliarello, 2016]. Les recherches sur l’accouchement se font l’écho de la remise en cause de la médicalisation de la naissance dont témoigne une littérature destinée au grand public [Winckler, 2009], et la création de maisons de naissance à partir de 2013 en France, à la suite d’autres pays étrangers. Autonomisation des femmes – parturiente et accompagnante –, réappropriation de son corps et implication du père sont autant d’éléments qui participent d’un discours féministe. Les supports de communication sur internet mettent à disposition des femmes un savoir profane et scientifique qui facilitent une lecture critique des rapports de pouvoir dans les institutions médicalisées. En témoigne ainsi le blog du journal Le Monde, « Marie accouche là » de Marie-Hélène Lahaye.

Sur un autre registre, cette mise en cause de l’accouchement à l’hôpital participe d’une contestation du pouvoir médical et de l’industrie pharmaceutique afin de rendre aux femmes la maîtrise de leur fécondité ou de leur accouchement. Cette critique, formulée de manière précoce par Ann Oakley dans différents ouvrages – qui n’ont pas été traduits en français à ce jour – a mis en évidence les rapports de pouvoir qui se nouent autour du corps des femmes et de leur utérus [Oakley, 1984 et 1994]. Elle s’articule aujourd’hui à une opposition croissante aux sophistications techniques de l’accouchement médicalisé et à l’idée d’un accouchement « naturel » en se réclamant de l’écoféminisme…

Pour lire la suite: https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2018-1-page-175.htm

Sommaire de la controverse: Controverse : la querelle de l’Accouchement

DOI : 10.3917/tgs.039.0175.

« Femmes, engagement et classes populaires »

Édito: Une histoire vivante

Hayes Ingrid, Della Sudda Magali, « Femmes, engagement et classes populaires. Une histoire vivante », Le Mouvement Social, 2018/4 (n° 265), p. 3-15.

Dans son ouvrage consacré à l’histoire des femmes, l’historienne Françoise Thébaud rappelle la matrice originelle d’une historiographie engagée et parfois militante. Les jeunes femmes qui entrent en masse à l’université dans les années 1960 sont les contemporaines d’un contexte bien particulier. À l’allongement de la scolarité des filles s’ajoutent la reprise du travail salarié pour les femmes (notable à partir de 1965, elle s’accentue après 1968, même si la durée de vie active reste très inférieure à celle des hommes, jusqu’au milieu des années 1970) et la reconnaissance de nouveaux droits (celui par exemple de placer son salaire sur son propre compte en banque ou de travailler sans l’autorisation de son mari, obtenu en 1965).
Dans le sillage de Mai 68 émerge la deuxième vague du féminisme, dont bien des jeunes femmes sont à la fois les témoins et les actrices. Parmi les universitaires qui ouvrent les brèches des études féministes et de l’histoire des femmes, beaucoup sont des militantes qui rejoignent le Mouvement de libération des femmes (MLF) lors de sa création en 1970. Schématiquement, trois courants distincts coexistent : « Psychanalyse et politique », animé par Antoinette Fouque ; les féministes radicales, emmenées notamment par Christine Delphy ; et les « féministes lutte des classes », regroupant des militantes de diverses organisations d’extrême gauche. À côté de ces groupes militants revendiquant une vision systémique de la lutte pour les droits des femmes, des féministes manifestent ou s’engagent sur la libéralisation de la contraception et du droit à l’avortement…

La suite ici: https://www.cairn.info/revue-le-mouvement-social-2018-4-page-3.htm?contenu=resume

Sommaire du numéro:

http://www.lemouvementsocial.net/numero_revue/2018-4-l-engagement-des-femmes-des-classes-populaires-en-france-depuis-1945/

DOI : 10.3917/lms.265.0003

« Pouvoirs, genre et religions »

Della Sudda Magali, Malochet Guillaume, « Pouvoirs, genre et religions », Travail, genre et sociétés, 2012/1 (n° 27), p. 29-32

Pouvoirs, genre et religions, Travail, genre et sociétés, 2012.

Ce dossier ne manquera pas de surprendre au premier abord. Qu’est-ce que Travail, Genre et Sociétés peut bien avoir à dire de la religion ? Évitons tout de suite les malentendus. Il ne s’agit pas d’ouvrir un débat sans fin sur la question religieuse. En revanche, nous pensons qu’il est possible – et même souhaitable – de soustraire l’analyse des mouvements religieux de leur substrat idéologique pour les comprendre comme des organisations de travail à part entière. Une telle conviction invite alors, enquêtes de terrain à l’appui, à un double mouvement : d’une part, examiner comment s’organise la division sexuelle du travail au sein de certaines institutions religieuses – judaïsme, christianisme, islam – en Orient et en Occident et, d’autre part, analyser comment le genre est lui-même retravaillé par la production de nouvelles normes et l’adaptation constante des systèmes de représentation du masculin et du féminin.

Avec le dossier proposé ici, Travail, Genre et Sociétés contribue à une dynamique de recherche encore récente, mais prometteuse, qui a vu se renouveler depuis une décennie les grilles de lecture sur la hiérarchie du genre au sein des différentes institutions religieuses. L’analyse de la domination masculine caractéristique de toute Église en tant qu’institution patriarcale s’est complexifiée pour interroger désormais les accommodements, le consentement mais aussi la subversion, voire la contestation, de l’inégalité entre les sexes.

Dossier disponible: https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2012-1-page-29.htm

DOI : 10.3917/tgs.027.0029

« Appropriations empiriques du genre »

Introduction du numéro « (En)quêtes de genre.

Bargel Lucie, Bessière Céline, Della Sudda Magali et al., « Appropriations empiriques du genre », Sociétés & Représentations, 2007/2 (n° 24), p. 5-10.

Depuis les années Soixante-dix, nombreux sont les ouvrages en sciences sociales qui ont mis en évidence le caractère socialement construit des inégalités entre les sexes. Le genre, tant en histoire qu’en sociologie, en anthropologie et en science politique, s’est ainsi peu à peu constitué en catégorie d’analyse indépassable. Dans beaucoup de travaux, cependant, le terme « genre » reste malheureusement un simple synonyme de « sexe ». Les inégalités entre les hommes et les femmes qui concernent les pratiques observées n’y sont pas systématiquement reliées aux représentations du « masculin » et du « féminin » qui les sous-tendent. Pourtant, le concept de genre pose précisément la question de l’articulation entre les représentations et les inégalités sociales.

Ce numéro confronte les approches de doctorant(e)s et de jeunes chercheur(e)s qui se sont rencontré(e)s autour d’interrogations communes sur la place du genre dans la construction de leurs objets d’études, alors même qu’ils et elles travaillent dans des disciplines (histoire, sociologie, science politique) et selon des méthodes et des matériaux d’enquête divers (archives historiques, observations de terrain, entretiens ethnographiques).

Nous entendons ainsi par « genre », non seulement l’ensemble des discours qui produisent la différence des sexes mais, plus généralement, la construction sociale de la différence sexuelle en tant qu’elle s’inscrit dans l’économie des rapports sociaux de sexe, structurés par une domination du « masculin » sur le « féminin », et évolue dans l’histoire et dans l’espace social.

« Appropriations empiriques du genre », Sociétés & Représentations, 2007, p.5.

https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2007-2-page-5.htm

https://doi.org/10.3917/sr.024.0005

« When male heterosexual leaders politicize gender and sexual issues »

The logic of representation in the 2014 Bordeaux municipal election campaign

Arambourou Clément, Della Sudda Magali, Bugnon Fanny, Marneur Victor, Neyrat Frédéric et Paoletti Marion, “When male heterosexual leaders politicize gender and sexual issues: The logic of representation in the 2014 Bordeaux municipal election campaign”, French Politics, 14(1), avril 2016, p. 83-100.

Summary: Gender and sexual politics were major issues during the 2014 French municipal elections campaign. A few weeks before the election, France experienced large-scale campaigns against gay marriage and gender equality policies. The aim of this article is to question the relationship between descriptive and substantive representation in the context of the municipal election campaign in Bordeaux. In the context of the ‘demo for all’, the return of a religious-based opposition between ‘moral order and permissiveness’ calls for further investigation. This article thus offers an original point of view based on fieldwork at the municipal level and polling data.

Available here: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02156547/file/DELLA%20SUDDA%20When%20male%20French%20politics%202016.pdf

Editor: https://link.springer.com/article/10.1057/fp.2015.23

« Les femmes catholiques dans la Grande Guerre »

Della Sudda, Magali, « Les femmes catholiques dans la Grande Guerre », Communio, Revue catholique internationale, XXXVIII, 1, n°226, août 2013, pp.51-73.

La guerre a projeté les mouvements catholiques féminins dans l’action publique. Les femmes ont exercé les métiers des appelés, accompagné la mobilisation des enfants, soutenu les soldats au front, réinséré blessés et mutilés, bousculant ainsi la hiérarchie du genre. Les pouvoirs publics ont reconnu combien leur présence et leur action ont été bénéfiques.

Mme de Solages, Infirmière, in M. Reille, Faire sans dire, 2001.

De l’activité des femmes catholiques durant le premier conflit mondial, on ne connaît souvent que le rôle de pourvoyeuses de colis, d’infirmières à la Croix rouge ou la Croix blanche. Pourtant, parce que les hommes sont au front, mais aussi parce que les États ne peuvent venir à bout de toutes les misères et soulager toutes les détresses, les membres des associations féminines catholiques participent activement à l’encadrement des civiles – et au soutien des militaires.

Site de la revue: https://communio.fr/numero/summary/2395

« Le Sfide del pontificato di Pio XI per l’azione cattolica femminile »

Della Sudda, Magali, « Le Sfide del pontificato di Pio XI per l’azione cattolica femminile », in Alberto Guasco, Raffaella Perin, Pius XI: Keywords, Lit Verlag, Münster, coll. « Christianity and History, series of the « John XXIII Foundation for Religious Studies in Bologna », vol.7. 2010, pp.207-225.

Book abstract: The documents of Pius XI’s pontificate from the Vatican Secret Archives, recently accessible for the first time, establish new perspectives of research and analysis. International experts and junior specialists discuss here the Roman point of view concerning the most important issues in the international scene between the two world wars and offer new outlooks and interpretations marking a substantial step forward in research. Alberto Guasco, a researcher at the John XXIII Foundation for Religious Studies, focuses on the pontificate of Pius XI, especially the relations between the Holy See and the Fascist Regime. Raffaella Perin, a researcher at the University Ca’ Foscari of Venice, studies the relation between the anti-Protestant and anti-Semitic prejudice in the pontificates of Pius X, Benedict XV and Pius XI.

« Des Antichambres du Parlement »

L’Action catholique féminine et la carrière des députées italiennes (1945-1950)

Della Sudda Magali, « Des antichambres du Parlement ? L’Action catholique féminine et la carrière des députées italiennes (1945-1950) », Parlement[s], Revue d’histoire politique, 2013/1 (n° 19), p. 31-47.

Résumé: Cet article s’intéresse au rôle joué par l’Union des femmes d’Action catholique italienne dans la carrière politique des premières députées italiennes durant la période charnière des années 1945-1950. L’hypothèse est que les mouvements d’Action catholique féminine ont constitué un vivier pour la Démocratie chrétienne, légitimant de manière paradoxale la présence de ces outsiders dans le champ politique.

Riassunto: L’antecamera della Camera? L’Azione cattolica femminile nella carriera politica delle prime deputate italiane (1945-1950). Questo articolo s’interessa al ruolo delle deputate cattoliche durante la prima legislature della Repubblica italiana. L’ipotesi è che l’Azione cattolica ha avuto un effetto paradossale nella legitimazione della presenza delle donne nel campo politico.

Summary: Antechambers of the Chamber? Women’s Catholic Action activism and the political career of women MPs in Italy (1945-1950). This article focuses on the role played by the Italian Catholic Women’s organization in the political career of the first Italian MPs during the crucial period of the Constituent and the firs legislature (1945-1950’s). The assumption is that the militancy within the Women’s Catholic Action legitimized in a paradoxical way the presence of these outsiders in the political field.

Article en français: https://www.cairn.info/revue-parlements1-2013-1-page-31.htm

DOI : 10.3917/parl.019.0031