Archives par mot-clé : Action catholique

« Le Sfide del pontificato di Pio XI per l’azione cattolica femminile »

Della Sudda, Magali, « Le Sfide del pontificato di Pio XI per l’azione cattolica femminile », in Alberto Guasco, Raffaella Perin, Pius XI: Keywords, Lit Verlag, Münster, coll. « Christianity and History, series of the « John XXIII Foundation for Religious Studies in Bologna », vol.7. 2010, pp.207-225.

Book abstract: The documents of Pius XI’s pontificate from the Vatican Secret Archives, recently accessible for the first time, establish new perspectives of research and analysis. International experts and junior specialists discuss here the Roman point of view concerning the most important issues in the international scene between the two world wars and offer new outlooks and interpretations marking a substantial step forward in research. Alberto Guasco, a researcher at the John XXIII Foundation for Religious Studies, focuses on the pontificate of Pius XI, especially the relations between the Holy See and the Fascist Regime. Raffaella Perin, a researcher at the University Ca’ Foscari of Venice, studies the relation between the anti-Protestant and anti-Semitic prejudice in the pontificates of Pius X, Benedict XV and Pius XI.

« Des Antichambres du Parlement »

L’Action catholique féminine et la carrière des députées italiennes (1945-1950)

Della Sudda Magali, « Des antichambres du Parlement ? L’Action catholique féminine et la carrière des députées italiennes (1945-1950) », Parlement[s], Revue d’histoire politique, 2013/1 (n° 19), p. 31-47.

Résumé: Cet article s’intéresse au rôle joué par l’Union des femmes d’Action catholique italienne dans la carrière politique des premières députées italiennes durant la période charnière des années 1945-1950. L’hypothèse est que les mouvements d’Action catholique féminine ont constitué un vivier pour la Démocratie chrétienne, légitimant de manière paradoxale la présence de ces outsiders dans le champ politique.

Riassunto: L’antecamera della Camera? L’Azione cattolica femminile nella carriera politica delle prime deputate italiane (1945-1950). Questo articolo s’interessa al ruolo delle deputate cattoliche durante la prima legislature della Repubblica italiana. L’ipotesi è che l’Azione cattolica ha avuto un effetto paradossale nella legitimazione della presenza delle donne nel campo politico.

Summary: Antechambers of the Chamber? Women’s Catholic Action activism and the political career of women MPs in Italy (1945-1950). This article focuses on the role played by the Italian Catholic Women’s organization in the political career of the first Italian MPs during the crucial period of the Constituent and the firs legislature (1945-1950’s). The assumption is that the militancy within the Women’s Catholic Action legitimized in a paradoxical way the presence of these outsiders in the political field.

Article en français: https://www.cairn.info/revue-parlements1-2013-1-page-31.htm

DOI : 10.3917/parl.019.0031

« Le sexe de l’Homme de la Déclaration des droits »

Contestation et Appropriations par les catholiques italiennes de l’héritage de 1789 (1900-1919)

Résumé : Qui représentait l’Homme de la Déclaration des Droits de 1789 ? A quels individus de chair et d’os cette catégorie abstraite renvoyait-elle ? Olympe de Gouge et les féministes qui se réclamèrent de l’héritage révolutionnaire apportaient une première réponse pour faire reconnaître le caractère bi-sexué de l’Homme et être inclues dans le corps des citoyens. A côté d’elles, d’autres voix féminines se prononcèrent pour une autre catégorisation du genre de l’Homme. En opérant un double déplacement dans le temps et dans l’espace, cet article propose de lire en creux la représentation de l’Homme de la Déclaration des Droits qui prévalait dans des mouvements féminins catholiques. A partir des écrits de la fondatrice du premier mouvement féminin catholique italien, la figure de la citoyenne catholique émerge comme un sujet politique différent de l’Homme masculin. L’article met en lumière les évolutions dans le discours des associations catholiques qui se rallient après la Grande guerre à une idée de l’Homme bi-sexué.

Della Sudda, Magali, Le sexe de l’Homme de la Déclaration des droits. Contestation et Appropriations par les catholiques italiennes de l’héritage de 1789 (1900-1919), Clio&Thémis, revue en ligne, n°3, 2010.

Texte en français : http://cliothemis.com/Le-sexe-de-l-Homme-de-la

« Discours conservateurs, pratiques novatrices »

Della Sudda Magali, « Discours conservateurs, pratiques novatrices », Sociétés & Représentations, 2007/2 (n° 24), p. 211-231. DOI : 10.3917/sr.024.0211.

Congrès de la Ligue féminine d’action catholiques française, Archives Action catholique des femmes.

Résumé : En s’intéressant à la principale ligue féminine française du début du siècle dernier, la Ligue patriotique des Françaises (LPDF), il s’agit de mettre au jour l’apparente contradiction entre, d’une part, des discours conservateurs sur le plan politique et, d’autre part, les pratiques parfois novatrices de certaines Catholiques. La LPDF, qui comptait plus d’un million et demi en 1933, a représenté pour de nombreuses Catholiques un lieu de politisation qui explique, pour partie, le comportement électoral des femmes lors des premières consultations. Sous la contrainte de la loi de 1901, et au nom de la défense de la religion et du conservatisme, les militantes ont contribué à la modernisation du système politique en s’appropriant certaines techniques de la démocratie partisane de masse et en reconvertissant des savoir-faire acquis à travers leur expérience religieuse. Apparaît ainsi au début du XXe siècle la femme politique moderne, conservatrice certes, mais capable de financer les candidats, de formuler des propositions politiques, voire de promouvoir certaines réformes sociales.

URL : https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2007-2-page-211.htm

1902, les catholiques sont dans la rue

L’Histoire, no. 435 Actualité, lundi 1 mai 2017, p. 26 – 1004 mots

par Magali Della Sudda, Chargée de recherche CNRS à Sciences Po Bordeaux

Depuis La Manif pour tous en 2012, l’Église reviendrait en politique. C’est oublier de grands précédents. Dont le défilé de 1902.

L ‘Église serait de retour en politique. Du côté de l’institution, l’épiscopat s’est prononcé récemment en rappelant les catholiques à leur devoir dans la cité1. Du côté des fidèles, la médiatisation très intense des manifestations de 2012 et de 2013 contre le mariage pour tous, puis, il y a peu, le succès à la primaire de droite du candidat François Fillon, soutenu par Sens commun, un groupe politique issu de La Manif pour tous, soulignent la présence de catholiques dans l’espace public. Ce qui apparaît comme une résurgence étonne à la mesure du succès rencontré par le « récit » sur la « sécularisation » de la société.

La visibilité de groupes d’inspiration catholique doit se comprendre à l’aune des transformations de l’Église. La mobilisation, initiée par des laïcs, a emprunté le répertoire de l’action collective de gauche pour interpeller les pouvoirs publics, notamment l’occupation de la rue par la manifestation.

Cette pratique n’est pas nouvelle à droite. Elle fait cependant l’objet d’investissements mémoriels différents. Si l’Action française commémore encore aujourd’hui les cortèges du 6 février 1934 qui se sont déroulés dans un contexte de scandales politiques et dénonçaient la république parlementaire, peu de mouvements catholiques revendiquent la mémoire des manifestations contre la loi Savary pour la défense de l’école libre (1984).

Contre la loi Waldeck-Rousseau

Aujourd’hui, les mots d’ordre autour de la défense de l’enfant et de la famille des manifestations de l’année 2012 entrent en résonance avec un autre rassemblement organisé par les catholiques en réaction aux effets de la loi Waldeck-Rousseau de 1901 sur la liberté d’association.

Cette loi établit en effet le régime des associations et encadre les congrégations religieuses. Les catholiques se mobilisent mais échouent aux élections législatives de 1902. Cela provoque notamment la division des mouvements de femmes. Certaines veulent abandonner le terrain électoral et constatent l’impossibilité du ralliement à la république.

D’autres, souvent épouses et proches de catholiques libéraux élus à la Chambre et au Sénat, veulent poursuivre l’œuvre électorale. Elles se regroupent dans la Ligue patriotique des Françaises (LPDF) fondée à Paris le 21 mai 1902, dans la même mouvance que l’Action libérale populaire, une organisation politique de catholiques libéraux ralliés à la république, et que l’Action française qui veut défendre la cause de l’Église et celle des femmes catholiques.

La publication des décrets d’application de la loi de 1901 oblige les congrégations non déclarées à la dissolution puis c’est l’abandon des écoles congréganistes en juillet 1902. Les femmes catholiques de la LPDF y voient une menace en tant que mères – dépossédées de leur fonction éducative par l’école publique -, et que catholiques.

La baronne Reille et Mme Richefeu

Les initiatives se multiplient. Le lundi 21 juillet, un cortège de femmes, emmené par la baronne Reille et Mme Richefeu, se rend à l’Élysée pour apporter une pétition de mères à l’épouse du président Loubet. Différents comités et ligues de catholiques organisent des rassemblements devant les écoles tenues par des congrégations susceptibles d’être fermées et accompagnent leurs protestations de réunions politiques. Le 23 juillet, des affrontements émaillent les expulsions de religieuses des écoles congréganistes1 elles sont suivies de contre-manifestations d’« églantinards », terme péjoratif désignant les socialistes, qui portent une fleur ou un bouquet d’églantines à la boutonnière , et de bagarres dans le Quartier latin. A Paris, le député nationaliste du XVIIe arrondissement Pugliesi-Conti est arrêté. La veille, le journaliste d’extrême droite Gaston Méry et deux hommes politiques catholiques sont interpellés à Saint-Ambroise : François Coppée et le député du VIIe arrondissement Jean Lerolle.

Les « mères de famille », qui désignent en réalité différents groupes catholiques et nationalistes masculins comme féminins, appellent alors à un rassemblement à la Concorde le dimanche 27 juillet. A l’annonce de la manifestation, une contre-manifestation est organisée. Le préfet de police Lépine met en place un dispositif innovant : un maillage policier important doit réduire les troubles à l’ordre public et la confrontation entre forces de l’ordre et manifestants des deux bords.

La « délégation » de dames arrive sur la place de la Concorde. La baronne René Reille, épouse et mère de députés, accompagnée de « l’état-major des dames françaises » toutes membres de la LPDF – la comtesse de Mun, Mme Cibiel, Mme de Pomairols, Mme de Richefeu -, se veut les porte-parole des mères françaises. Ne pouvant accéder au ministère de l’Intérieur pour remettre la pétition des « mères françaises », la baronne lance à l’agent de police : « Au revoir… nous protesterons d’une autre manière. » Des affrontements ont lieu entre des ligueurs nationalistes et des contre-manifestants. L’ancien préfet de police Andrieu, qui défile aux côtés des catholiques, est ainsi pris à partie et des coups de canne sont échangés. Des heurts surviennent aussi entre les forces de l’ordre et des nationalistes. Soixante-dix personnes, manifestants et contre-manifestants, sont interpellées et relâchées dans la soirée.

Placées dans une situation inconfortable du fait de leur engagement public, les dames essuient les « moqueries du boulevard Saint-Germain » . Elles ne reçoivent plus l’appui des comités masculins de l’Action libérale populaire qui ne pratiquent pas la manifestation de rue de manière habituelle. La « manifestation des mères de famille », exceptionnelle dans le mode d’action des catholiques, est rapidement oubliée. La Ligue patriotique des Françaises privilégie d’autres modes d’action tels que la propagande par la presse et les conférences, les réunions publiques et privées, et s’appuie sur les oeuvres sociales pour contrer la politique de laïcisation de l’État. Même si le succès électoral ne fut pas au rendez-vous, les réseaux féminins catholiques constituèrent un réseau dense sur le territoire métropolitain et pouvaient revendiquer 500 000 membres en 1914 et autour de 1 million en 1933, au moment de la création de l’unique Ligue féminine d’action catholique française.

Note(s) :

1. Cf. Conseil permanent de la Conférence des évêques de France, Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique , Bayard-Cerf-Mame, 2016 et J.-L. Pouthier, « L’Église revient en politique ! », L’Histoire n° 430, décembre 2016, pp. 28-29.

Manifestation de la Place de la Concorde, carte postale, collection particulière M. Della Sudda. 1902.

« Par-delà le bien et le mal »

La morale sexuelle en question chez les femmes catholiques.

Della Sudda Magali, « Par-delà le bien et le mal, la morale sexuelle en question chez les femmes catholiques », Nouvelles Questions Féministes, 2016/1 (Vol. 35), p. 82-101.

Résumé: 1968, pour les catholiques, est l’année de la publication de l’encyclique Humanae Vitae. Peu après le concile Vatican II, qui avait déçu des féministes catholiques comme Cécile de Corlieu, le texte du magistère rappelait avec vigueur l’interdit pesant sur la maîtrise par les femmes de leur fécondité et de leur sexualité. Les réactions furent nombreuses et révélatrices de la mise en crise de la morale sexuelle catholique. Cet article revient sur un moment particulier pour l’Église et pour le féminisme : celui du décrochage d’une partie des fidèles de la parole du magistère sur les questions sexuelles, et celui de l’entrée difficile de certaines catholiques dans l’espace de la cause des femmes, à une époque où l’autonomie des femmes et leur droit à la contraception et à l’interruption volontaire de grossesse étaient l’objet principal du féminisme.

Beyond good and evil: Catholic women explore sexual morality after Humanæ Vitæ (1968). Abstract: 1968 remains for many Catholics the year of the encyclical Humanae Vitae. Coming just after the Second Vatican Council, which disappointed Catholic feminists such as Cécile de Corlieu, the letter reiterated the Church’s prohibition of birth control. The reactions were numerous and questioned the Catholic stance on sexual matters. This article looks back at this particular moment for the Church and for feminism, a moment of conversion of some Catholic women to feminism; in particular, it examines the difficulties they experienced finding their place within the women’s movement at a time when women’s autonomy and their right to contraception and abortion were feminism’s main topics.

DOI : 10.3917/nqf.351.0082


Sommaire à consulter sur le site de Nouvelles questions féministes.