Archives par mot-clé : Catholicisme

From Natural Law to Ecology : Changing Conceptions of « Nature » in Catholic Sexual Morality (20th-21st C.)

Romain Carnac, Magali Sudda. « De la loi naturelle à l’écologie : évolution des conceptions de la « nature » mobilisées dans la morale sexuelle catholique (20e-21e siècle) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, Association Paul Langevin, 2020, Dossier : « Le sexe dans l’Église (Moyen Âge – 21e siècle) », pp.53-68.

En Français ici ⟨10.4000/chrhc.15222⟩.

Abstract : Sexuality has always been subject to normative and practical regulation by the Catholic Church. During the contemporary period the deployment of discourse and technics designed to control, contain and repress sexual practices seems to be evolving. In a secular society, the effectiveness of these normative devices is challenged and has to be renewed. The valorization of « responsible » and ethical sexuality tends to take precedence over the enumeration of sins which, although still very present, are no longer at the centre of the Church discourse on sexuality. Today, facing climate change and environmental crisis, the emancipatory power of technology raises more scepticism. From a Catholic perspective, « human ecology » – or even an « integral ecology » – should be followed in sexual conduct; the condemnation of sexuality outside marriage, « artificial » contraception and medically assisted procreation technologies is no longer directly justified by « moral » considerations but by biological and environmental considerations.

 

 

« Les transformations de l’exercice de l’autorité épiscopale dans l’Église catholique en France à la lumière de la condamnation de l’Action française »

Della Sudda Magali, « Les transformations de l’exercice de l’autorité épiscopale dans l’Église catholique en France à la lumière de la condamnation de l’Action française », Genèses, 2012/3 (n° 88), p. 68-88.

Conseil central de la Ligue patriotique des Françaises, 1927, Archives de l’Action catholique des femmes (H402)

Résumé: Cet article revient sur les transformations de l’exercice de l’autorité religieuse dans l’Église catholique de France lors de la condamnation de l’Action française en 1926. Le contexte dans lequel la condamnation prend place est celui d’une évolution centralisatrice du pouvoir dans l’Église au profit de la curie romaine. Le rôle inédit joué par le pape mais aussi l’explicitation des attentes du centre romain vis-à-vis des évêques de France chargés de faire appliquer les sanctions ont laissé des traces de la transformation de l’exercice de l’autorité religieuse épiscopale.

Summary: This article re-examines the changes in the exercise of religious authority in the Catholic Church in France in the light of the condemnation of l’Action Française in 1926. The condemnation took place in the context of a centralizing evolution in church authority in favor of the Roman Curie. The new role played by the pope as well as Rome’s explicit expectations of French bishops in charge of applying sanctions left traces of the transformation in the exercise of Episcopal religious authority.

Article en français: http://URL : https://www.cairn.info/revue-geneses-2012-3-page-68.htm

« La politique malgré elles »

Mobilisations féminines catholiques en France et en Italie (1900-1914)

Della Sudda Magali, « La politique malgré elles. Mobilisations féminines catholiques en France et en Italie (1900-1914) », Revue française de science politique, 2010/1 (Vol. 60), p. 37-60

Femmes de France, Mères chrétiennes! Tract de la Ligue patriotique des Françaises, 1905, Archives de l’Action catholique des femmes.

Résumé: À travers l’étude comparée de deux associations catholiques, la Ligue patriotique des Françaises (LPDF) et l’Union des femmes catholiques d’Italie (Unione fra le donne cattoliche d’Italia : UDCI), cet article met au jour les effets du genre et le rôle de l’Église dans l’apprentissage du jeu démocratique. Aux côtés des hommes catholiques en politique, les ligueuses françaises mettent en place un répertoire féminin conservateur de l’action collective et investissent la compétition électorale. En revanche, le contexte politique et religieux italien ne laisse pas d’espace pour une telle intervention des catholiques italiennes aux côtés de l’Union électorale masculine. Cet article éclaire ainsi les différentes voies de la politique avant le suffrage.

Version française: https://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2010-1-page-37.htm

Summary: Politics before suffrage : Politicization, gender and catholicism in french and italian catholic women’s movements (1900-1914). Through a comparative study of two Catholic associations, the Ligue patriotique des Françaises (French Women’s Patriotic League, LPDF) and the Unione fra le donne cattoliche d’Italia (Union of CatholicWomenof Italy, UDCI), this article sheds some light on the role of gender and the Church in the politicization process. Working alongside Roman Catholic politicians, the women in the LPDF established a conservative feminine repertoire of collective action and participated, albeit indirectly, in electoral politics. The Italian political and religious context, in contrast, did not allow any such scope for Catholic women to get involved in politics. This article aims to gain some new insight into the various ways conservative women did politics before their eventual enfranchisement.

English version : https://www.cairn-int.info/article-E_RFSP_601_0037–politics-despite-themselves.htm?DocId=41975&hits=13351+13350+13148+13147+12028+12027+11487+11486+31+30+17+16+

« La suppression de l’hebdomadaire dominicain Sept »

Immixtion du Vatican dans les affaires françaises (1936-1937) ?

Della Sudda Magali, « La suppression de l’hebdomadaire dominicain Sept. Immixtion du Vatican dans les affaires françaises (1936-1937) ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2009/4 (n° 104), p. 29-44.

Couverture de l’hebdomadaire Sept, 10 mars 1934.

Résumé: À la fin de l’été 1937, l’hebdomadaire Sept annonce sa disparition. Celle-ci pourrait sembler anodine dans une période de difficultés pour la presse de manière générale. Quoi de surprenant, dès lors, qu’une publication fondée par des dominicains mette la clé sous la porte ? C’est qu’au-delà du motif financier invoqué, certains ont vu dans la fin du journal une intervention directe du Vatican dans les affaires françaises. Cet article s’appuie sur les fonds du pontificat de Pie XI ouverts à la consultation en 2006. Il apporte des éléments nouveaux pour comprendre la politique de Pie XI à l’égard du Front populaire. La suppression de Sept peut ainsi être interprétée comme un moment de redéfinition des frontières entre l’engagement religieux, moral et politique ainsi que l’indice d’un renforcement du rôle de la Curie romaine dans le contrôle de la presse catholique en France.

Summary : August 1937. The editorial board of the weekly magazine Sept announced the end of the publication, which could seem trifling during this harsh time for the press. But beyond the apparent financial motive for the closing of the newspaper, some people saw a direct intervention of the Vatican in French politics. This paper is based on material from the secret Vatican archive of Pope Pius XI, opened to public consultation in 2006. It provides an insight into the policies of Pius XI concerning the Popular Front. The end of Sept can be interpreted as a crucial moment when the boundaries of politics, moral issues and religious commitments were reshaped. It also reveals the intensification of the role of the Vatican Curia in the control of the Catholic press in France.

https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2009-4-page-29.htm?contenu=article

« La charité et les affaires »

Le cas de la ligue patriotique des françaises (1901-1914)

Della Sudda Magali, « La charité et les affaires. le cas de la ligue patriotique des françaises (1901-1914) », Entreprises et histoire, 2009/3 (n° 56), p. 11-29.

Résumé: Dans cet article, l’auteure montre en s’appuyant sur les archives de l’organisation féminine la plus importante du siècle dernier en termes d’adhérentes, la Ligue patriotique des Françaises, comment la nécessité de la gestion s’impose à une association. En confrontant différents types d’archives, il est possible de mettre au jour l’appropriation de modes de gestion en partie inspirés de l’entreprise. L’association revêtant un caractère de masse avec plusieurs centaines de milliers de membres, il faut l’administrer. Apparaît ainsi une nouvelle catégorie d’employés : l’employé d’association dont le statut comme les rémunérations sont à définir. Diriger une association catholique en lui imprimant un fonctionnement rationnel, systématisé voire une logique de rentabilité en termes d’action et de financement ne va pas de soi. Les résistances et les limites de ce mode d’organisation sont aussi étudiées dans l’article.

Summary Charity and business: the case of the ligue patriotique des françaises (1901-1914) : In this article, the author sheds light on the management of a female Catholic association, the Ligue patriotique des Françaises, which was the single largest feminine organization in France before the First World War. Drawing on a variety of archival material, the author shows how the association was forced to appropriate certain managerial practices inspired by the business world. Because of its large size (counting several hundred thousand members), the association required the strong administrative style of a mass enterprise. As a result, a new category of employees emerged within the ranks of the association: an “association employee” whose status and work conditions had to be defined. Running a Catholic association by using a rational, systematic structure of administration and finance did not come naturally to the new management, whose resistance and limitations are also explored.

Boutique de la Ligue patriotique des Françaises à Lourdes, 1912, Archives de l’Action catholique des femmes.

https://www.cairn.info/revue-entreprises-et-histoire-2009-3-page-11.htm

DOI : 10.3917/eh.056.0011.

Catholic women’s 1968 responses to Humanae Vitae

La Croix International (web site) Home, Friday, July 20, 2018 941 mots

Catholic women’s 1968 responses to Humanae Vitae The demand for conjugal intimacy and the rejection of an inquisitorial approach to sexuality on the part of the priest are clearly visible Anne-Bénédicte Hoffner France

Sociologist Magali Della Sudda, a research fellow at the Emile Durkheim Center in Bordeaux, has studied 100 letters sent to the Women’s General Catholic Action (ACGF) movement following the publication of Pope Paul VI’s encyclical Humanae Vitae in 1968. The women – and a few men – describe their struggle with their daily experience and the teaching of the magisterium. The letters were sent to the movement’s journal between October 1968 and February 1969 in the wake of the publication of Humanae Vitae. Anne-Bénédicte Hoffner for La Croix interviews Magali Della Sudda.

La Croix: What do these letters say?

Magali Della Sudda: The October 1968 edition of L’Echo de notre temps (The Echo of Our Time), the bimonthly publication of the ACGF, commented on the encyclical Humanae Vitae and invited readers to respond.

Out of the 2,958 responses received by the movement following its appeal, only 98 letters are still preserved in its archives. Most — 76 — were written by women, four by couples, 17 by men and one by ‘a group of Christian households.’

The letters, which record very concrete and sometimes extremely intimate experiences – albeit with reserve – reveal the extent to which the authors were torn between their attachment to the church and doubts over their ability to implement its teaching.

They express their regret at not receiving the support they were looking for from the church.

What are their arguments?

Most argue from their own situation as mothers of families, although some also base themselves on their experience as doctors or nurses, expressing either frank disagreement or doubt.

They cite health problems, including « nervous depression » linked to « numerous births, » caesarian births, irregular cycles and financial concerns, particularly in working class families.

Many women also referred to « conjugal duty, » « charity » regarding their spouses. They cannot see how to « say no » to their partner without pushing him into adultery.

One husband, who had five children, of whom the last one was an Ogino baby [The Ogino method is a calendar-based method of avoiding conception, named after Kyasaku Ogino] wrote of the need for a couple to experience a fulfilling sexuality.

‘We think that the current successor of Peter is not very well informed from a practical point of view,’ he wrote. ‘He writes abstractly and from a legalistic perspective.’

However, several older women completely defended the document. So too did the only priest who contributed, a movement chaplain, who was furious that the magazine dared to present the encyclical as a subject for debate and ask readers to express their views!

Finally, one woman expressed her rupture with the church over the issue of sexuality and access to contraception.

What do the letters indicate about the state of mind and marital life of Catholic women during the 1960s?

This is a completely unprecedented voice of women dating from a period when letters from readers, e.g. of the magazine Marie-Claire or Ménie Grégoire’s TV program on RTL, became a vital means of expression, emancipation or at least affirmation of oneself and one’s femininity, both inside and outside the church.

It is interesting in two respects, first because the ACGF was the most important women’s movement of the time, and secondly because this period is now little known.

The women of those years were always suspect in the eyes of those who came later of having been too conservative and not feminist enough.

However, these archives demonstrate that change was already under way. The letters written by the men are also interesting on the issue of equality between the spouses.

There is a radical change here from the « Letters to Fr Viollet » written during the 1920s and 1930s. [Martine Sevegrand, L’Amour en toutes lettres : Questions à l’abbé Viollet sur la sexualité, 1924-1943, Albin Michel, 1996]

At that time, women – and sometimes their spouses – wrote to ask for advice. Thirty years later, the tone had changed.

The demand for conjugal intimacy and the rejection of an inquisitorial approach to sexuality on the part of the priest are clearly visible.

Several letters also mention the desire to take a decision ‘in conscience’ and highlight the contradiction with the emphasis placed on this point by Vatican II.

The call to responsibility by the faithful lay at the center of aggiornamento of those years.

Some Catholics expected that this would also apply to the field of sexuality. Thus, Humanae Vitae seemed to them to treat people like children.

‘For the last two or three years, they have invited us to become adults, to take decisions ourselves without constantly asking what is permissible and what is prohibited,’ wrote one married woman with six children.

‘Now that Paul VI has spoken, we need to make love on command and not when we desire,’ she wrote.

Another couple made reference to a decision ‘taken in full conscience which appears to us to be the only one possible.’

The ACGF did not take a stand itself.

However, the very fact that it opened its columns to debate and allowed dissent to appear scandalized some readers.

Moreover, the publication of certain extracts, which are quite representative of the whole, illustrates that the leaders and chaplains of the movement wished to give a voice to women.

None of the women claimed sexual freedom outside of marriage. They simply wished to articulate the injunctions of the magisterium with their desire for a fulfilling sex life, which was not necessarily procreative. This article was published in La Croix International (web site)

1902, les catholiques sont dans la rue

L’Histoire, no. 435 Actualité, lundi 1 mai 2017, p. 26 – 1004 mots

par Magali Della Sudda, Chargée de recherche CNRS à Sciences Po Bordeaux

Depuis La Manif pour tous en 2012, l’Église reviendrait en politique. C’est oublier de grands précédents. Dont le défilé de 1902.

L ‘Église serait de retour en politique. Du côté de l’institution, l’épiscopat s’est prononcé récemment en rappelant les catholiques à leur devoir dans la cité1. Du côté des fidèles, la médiatisation très intense des manifestations de 2012 et de 2013 contre le mariage pour tous, puis, il y a peu, le succès à la primaire de droite du candidat François Fillon, soutenu par Sens commun, un groupe politique issu de La Manif pour tous, soulignent la présence de catholiques dans l’espace public. Ce qui apparaît comme une résurgence étonne à la mesure du succès rencontré par le « récit » sur la « sécularisation » de la société.

La visibilité de groupes d’inspiration catholique doit se comprendre à l’aune des transformations de l’Église. La mobilisation, initiée par des laïcs, a emprunté le répertoire de l’action collective de gauche pour interpeller les pouvoirs publics, notamment l’occupation de la rue par la manifestation.

Cette pratique n’est pas nouvelle à droite. Elle fait cependant l’objet d’investissements mémoriels différents. Si l’Action française commémore encore aujourd’hui les cortèges du 6 février 1934 qui se sont déroulés dans un contexte de scandales politiques et dénonçaient la république parlementaire, peu de mouvements catholiques revendiquent la mémoire des manifestations contre la loi Savary pour la défense de l’école libre (1984).

Contre la loi Waldeck-Rousseau

Aujourd’hui, les mots d’ordre autour de la défense de l’enfant et de la famille des manifestations de l’année 2012 entrent en résonance avec un autre rassemblement organisé par les catholiques en réaction aux effets de la loi Waldeck-Rousseau de 1901 sur la liberté d’association.

Cette loi établit en effet le régime des associations et encadre les congrégations religieuses. Les catholiques se mobilisent mais échouent aux élections législatives de 1902. Cela provoque notamment la division des mouvements de femmes. Certaines veulent abandonner le terrain électoral et constatent l’impossibilité du ralliement à la république.

D’autres, souvent épouses et proches de catholiques libéraux élus à la Chambre et au Sénat, veulent poursuivre l’œuvre électorale. Elles se regroupent dans la Ligue patriotique des Françaises (LPDF) fondée à Paris le 21 mai 1902, dans la même mouvance que l’Action libérale populaire, une organisation politique de catholiques libéraux ralliés à la république, et que l’Action française qui veut défendre la cause de l’Église et celle des femmes catholiques.

La publication des décrets d’application de la loi de 1901 oblige les congrégations non déclarées à la dissolution puis c’est l’abandon des écoles congréganistes en juillet 1902. Les femmes catholiques de la LPDF y voient une menace en tant que mères – dépossédées de leur fonction éducative par l’école publique -, et que catholiques.

La baronne Reille et Mme Richefeu

Les initiatives se multiplient. Le lundi 21 juillet, un cortège de femmes, emmené par la baronne Reille et Mme Richefeu, se rend à l’Élysée pour apporter une pétition de mères à l’épouse du président Loubet. Différents comités et ligues de catholiques organisent des rassemblements devant les écoles tenues par des congrégations susceptibles d’être fermées et accompagnent leurs protestations de réunions politiques. Le 23 juillet, des affrontements émaillent les expulsions de religieuses des écoles congréganistes1 elles sont suivies de contre-manifestations d’« églantinards », terme péjoratif désignant les socialistes, qui portent une fleur ou un bouquet d’églantines à la boutonnière , et de bagarres dans le Quartier latin. A Paris, le député nationaliste du XVIIe arrondissement Pugliesi-Conti est arrêté. La veille, le journaliste d’extrême droite Gaston Méry et deux hommes politiques catholiques sont interpellés à Saint-Ambroise : François Coppée et le député du VIIe arrondissement Jean Lerolle.

Les « mères de famille », qui désignent en réalité différents groupes catholiques et nationalistes masculins comme féminins, appellent alors à un rassemblement à la Concorde le dimanche 27 juillet. A l’annonce de la manifestation, une contre-manifestation est organisée. Le préfet de police Lépine met en place un dispositif innovant : un maillage policier important doit réduire les troubles à l’ordre public et la confrontation entre forces de l’ordre et manifestants des deux bords.

La « délégation » de dames arrive sur la place de la Concorde. La baronne René Reille, épouse et mère de députés, accompagnée de « l’état-major des dames françaises » toutes membres de la LPDF – la comtesse de Mun, Mme Cibiel, Mme de Pomairols, Mme de Richefeu -, se veut les porte-parole des mères françaises. Ne pouvant accéder au ministère de l’Intérieur pour remettre la pétition des « mères françaises », la baronne lance à l’agent de police : « Au revoir… nous protesterons d’une autre manière. » Des affrontements ont lieu entre des ligueurs nationalistes et des contre-manifestants. L’ancien préfet de police Andrieu, qui défile aux côtés des catholiques, est ainsi pris à partie et des coups de canne sont échangés. Des heurts surviennent aussi entre les forces de l’ordre et des nationalistes. Soixante-dix personnes, manifestants et contre-manifestants, sont interpellées et relâchées dans la soirée.

Placées dans une situation inconfortable du fait de leur engagement public, les dames essuient les « moqueries du boulevard Saint-Germain » . Elles ne reçoivent plus l’appui des comités masculins de l’Action libérale populaire qui ne pratiquent pas la manifestation de rue de manière habituelle. La « manifestation des mères de famille », exceptionnelle dans le mode d’action des catholiques, est rapidement oubliée. La Ligue patriotique des Françaises privilégie d’autres modes d’action tels que la propagande par la presse et les conférences, les réunions publiques et privées, et s’appuie sur les oeuvres sociales pour contrer la politique de laïcisation de l’État. Même si le succès électoral ne fut pas au rendez-vous, les réseaux féminins catholiques constituèrent un réseau dense sur le territoire métropolitain et pouvaient revendiquer 500 000 membres en 1914 et autour de 1 million en 1933, au moment de la création de l’unique Ligue féminine d’action catholique française.

Note(s) :

1. Cf. Conseil permanent de la Conférence des évêques de France, Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique , Bayard-Cerf-Mame, 2016 et J.-L. Pouthier, « L’Église revient en politique ! », L’Histoire n° 430, décembre 2016, pp. 28-29.

Manifestation de la Place de la Concorde, carte postale, collection particulière M. Della Sudda. 1902.

« Réseaux catholiques féminins. Une perspective de genre sur une mobilisation transnationale »

Magali Della Sudda, « Réseaux catholiques féminins. Une perspective de genre sur une mobilisation transnationale.  », Genre & Histoire [Online], 12-13 | Printemps-Automne 2013, Online since 28 December 2013.

Résumé: Cet article est consacré à la manière dont le rassemblement des différents mouvements féminins catholiques, nés avant 1914, s’est opérée. Le matériau principal sur lequel porte l’analyse provient de la riche documentation déposée aux Archives secrètes vaticanes, à savoir le fonds des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, celui de la Secrétairerie d’État et celui de la nonciature de France pour la période concernée. Un premier point porte sur la naissance des mouvements, en insistant sur le rôle d’un institut séculier féminin lié à la Compagnie de Jésus. D’abord informels, ces réseaux prennent une allure plus officielle avec la naissance de la Fédération internationale des ligues féminines catholiques. La guerre marque un arrêt dans les liens entre membres des pays belligérants. Cependant, les réseaux féminins demeurent et seront réactivés après guerre, sous le contrôle du Saint-Siège. Cette mobilisation s’inscrit dans le processus plus large de transformation de l’Église comme institution étatique reconnue par les accords de Latran (1929) et comme institution religieuse, centre de la catholicité.

Summary: This article is devoted to the transnational dimensions of Catholic women’s movements before and shortly after the Great War. The main source material comes from the rich documentation of the Vatican’s Secret Archives, namely, for the period under consideration, the extraordinary ecclesiastical affairs collection, that the Secretary of State and that of the Nunciature in France. The article analyses the birth of these Catholic women’s movements, focusing on the role played by a religious secular institution connected to the Society of Jesus. These initially informal networks adopted a more formal shape when they joined the International Federation of Catholic Women’s Leagues. The War interrupted the ties between members of belligerent countries. However, the networks were reactivated after the War under the control of the Holy See, confirming the ambiguous place of lay women within the Church hierarchy.

Article en français: http://journals.openedition.org/genrehistoire/1872

« L’internationale blanche. La Fédération internationale des Ligues féminines catholiques »

Della Sudda, Magali « L’internationale blanche. La Fédération internationale des Ligues féminines catholiques », Bibliothèque du CRH, « Pratiques du transnational : Preuves, terrains, limites », coordonné par Jean-Paul Zuñiga, n°1, 2011, pp.79-100.

Résumé: Dans la lignée des réflexions actuelles menées sur les organisations internationales, cet article s’attache à éclairer la manière dont l’Église catholique a pris part, au début du siècle dernier, à la dynamique transnationale qui a caractérisé les mobilisations en faveur de la « cause des femmes ». Il conjugue une démarche comparative à une approche par les circulations transnationales pour dégager les  ressors d’une mobilisation collective féminine transnationale. Il met en évidence la participation précoce des organisations catholiques à une action collective internationale et souligne le poids du Vatican, tout à la fois centre de l’autorité religieuse pour les catholique et capitale d’un Etat qui tend à intervenir au-delà des frontières nationales. Dans cette perspective, le rôle de passeuse joué par certaines militantes entre différents mouvements et pays sera mis en lumière, invitant ainsi à reconsidérer le clivage autour de la question religieuse qui structure l’espace de mobilisation autour de la cause des femmes.

Dirigeantes de l’UMOFC v.1952