Archives par mot-clé : Elections

Pourquoi les gilets jaunes n’ont pas réussi à transformer l’essai en politique

Cet article est paru en libre accès sur L‘Express (site web) Politique, mercredi 13 novembre 2019 – 1380 mots

par Julien Chabrout

Refus de représentation, défiance vis-à-vis des partis, incapacité à créer leur propre formation… Le mouvement n’a pas su s’intégrer dans le système politique partisan.

Le sondage était trop beau et il n’a pas résisté à l’épreuve du temps. Le 9 décembre 2018, une liste de gilets jaunes était créditée de 12% aux élections européennes, selon un sondage Ipsos pour le JDD commandé par La République en marche. Mais plus de six mois plus tard, le score des deux listes issues du mouvement a finalement été bien en-deçà: 0,54 % pour « Alliance jaune » de Francis Lalanne, et 0,01 % pour « Évolution citoyenne », menée par Christophe Chalençon.

La première tentative électorale des gilets jaunes s’est donc soldée par un échec. « Nous nous sommes présentés avec seulement 2500 euros, sans compte en banque. Par ailleurs, notre mouvement n’a pas été convié à un seul plateau télé, c’était compliqué de percer médiatiquement », avance Christophe Chalençon, joint par l’Express.

Les raisons de l’échec sont aussi plus profondes. « Ce n’est pas un scrutin très mobilisateur pour les classes populaires », rappelle à L’Express Magali Della Sudda, chargée de recherche au CNRS. « Le parti préféré des gilets jaunes est l’abstention », précise l’une des 70 personnes ayant réalisé une enquête sur les manifestants, avec le centre Émile Durkheim, une unité de recherche de Sciences Po Bordeaux.

« Ce mouvement était trop hétérogène politiquement pour pouvoir aussi rapidement se synthétiser sur une liste, ce qui nécessite une homogénéité », estime auprès de L’Express Éric Coquerel, le député de La France insoumise (LFI), formation qui n’a eu de cesse de se présenter en adéquation avec « l’esprit gilet jaune ». « Ce mouvement est tellement polymorphe qu’il est très compliqué d’incarner une seule des tendances », abonde la porte-parole d’EELV Sandra Regol.

La « cacophonie revendicative » des gilets jaunes

Dès le 4 décembre 2018, Jean-François Barnaba, l’une des figures des gilets jaunes, indiquait qu’il « travaillait » à la constitution d’une liste aux européennes. Sans succès. Une autre personnalité, Ingrid Levavasseur, avait renoncé en février dernier à mener sa liste. En cause: des menaces et des insultes suivies de défections dans ses rangs.

« Le simple fait de refuser l’émergence de leaders et de porte-paroles a contraint les gilets jaunes à une espèce de ‘cacophonie revendicative' », explique à L’Express Luc Rouban, directeur de recherche au CNRS et auteur de La matière noire de la démocratie , aux Presses de Sciences Po.

« Ils veulent être en dehors du système de la démocratie représentative », souligne également Luc Rouban. « Résultat: cela les conduit à s’auto-enfermer dans la contestation et ils n’ont pas de représentants ».

Gérer les désaccords, une difficulté de taille pour les gilets jaunes

Un an après le lancement du mouvement, une partie des gilets jaunes refuse toujours de plonger dans le grand bain et d’intégrer un système qu’ils dénoncent, via des candidatures aux élections, l’adhésion à un parti politique ou la création de leur propre formation. « Quand vous créez votre parti, vous êtes obligés de vous entendre sur un programme, de gérer des contradictions et des désaccords », observe Éric Coquerel. Une difficulté de taille pour des manifestants qui ne partagent pas tous le même socle idéologique.

« Dès le début du mouvement, un refus très fort a été exprimé vis-à-vis des partis et, d’une manière générale, de ce qui divise. Or la compétition électorale ou la politique divisent, c’est même le sens originel du terme ‘parti’, observe Magali Della Sudda. Néanmoins, cette docteure en histoire contemporaine note que « les syndicalistes de la base sont souvent bienvenus dans le mouvement, de même que les personnes membres de partis politiques, tant qu’elles ne récupèrent pas la contestation ».

LIRE AUSSI >> Un an après le début des gilets jaunes, 10 000 gardes à vue et 3100 condamnations

Si quelques gilets jaunes, comme le porte-parole de Debout la France (DLF) Benjamin Cauchy, ont été candidats aux européennes, la quasi-totalité d’entre eux s’est opposée à toute tentative de récupération politique. Contactée par plusieurs formations, notamment par LFI, Priscillia Ludosky avait ainsi décliné.

« Les gilets jaunes, c’est un mouvement social sans structuration politique sur lequel les partis n’ont pas de prise », analyse auprès de L’Express l’ex-premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis. Il poursuit: « Sous la Ve République, aucun mouvement social ne s’est transformé en mouvement politique. La mutation entre le social et la politique est complexe, parce que le social c’est le ‘tous ensemble’, tandis que le politique c’est le ‘moi sauf les autres’, ce n’est donc pas la même nature. »

« La création d’un parti regroupant les gilets jaunes ne peut pas fonctionner car c’est un mouvement social et non pas politique », abonde Nicolas Dupont-Aignan, député et président de DLF. Un constat partagé par le député européen du Rassemblement national (RN), Philippe Olivier, lui aussi joint par L’Express.

Groupe de réflexion, parti… Les initiatives des figures du mouvement

Mais d’autres gilets jaunes veulent offrir un débouché politique. Le 7 janvier, Jacline Mouraud, qui avait vite pris ses distances avec le mouvement, fondait son parti, les Émergents. L’expérience a tourné court. « Certains m’ont soutenu, d’autres m’ont dit que les gilets jaunes sont apolitiques », explique-t-elle aujourd’hui.

Jacline Mouraud s’est « rendue compte qu’un parti politique, cela enferme » et évoque son « mal de fou à trouver une banque ». Les Émergents sont désormais « en train de muter en groupe de réflexion politique et de propositions », précise cette gilet jaune « sur le fond, mais pas sur la forme ».

Malgré son échec aux européennes et en dépit des difficultés des gilets jaunes à maîtriser un certain nombre de codes de la vie politique partisane, Christophe Chalençon s’attelle lui à « structurer » au niveau régional son mouvement « Évolution citoyenne ». L’objectif? « Créer une force politique citoyenne en miroir à En marche », selon lui.

Figure de la contestation dans le Vaucluse, Christophe Chalençon souhaite que les gilets jaunes se dotent d’un ou de plusieurs porte-paroles et ‘d’une ligne politique ». Et voit plus loin: il compte se présenter aux élections législatives, en 2022, et souhaite que les gilets jaunes aient leur propre candidat à la présidentielle de cette même année. « La crise des gilets jaunes fera la prochaine élection présidentielle », assure Nicolas Dupont-Aignan. « Et si les gilets jaunes votent à la présidentielle, ce que je pense, Emmanuel Macron a du souci à se faire », veut croire le député de l’Essonne.

Les élections municipales dans le viseur

En attendant 2022, plusieurs figures comptent déjà se présenter aux élections municipales. Parmi elles, Benjamin Cauchy à Vigneux-sur-Seine, également dans l’Essonne, et Ingrid Levavasseur à Louviers, dans l’Eure, où elle sera candidate sur une liste « citoyenne » soutenue par LFI, le PCF et EELV. « Les municipales, c’est une élection où le projet est beaucoup plus palpable que pour d’autres », déclare-t-elle à L’Express.

LIRE AUSSI >> « Certains gilets jaunes trouveront leur voie dans les élections municipales »

La jeune femme, qui a pris ses distances avec le mouvement, note un changement d’attitude. « Jusqu’à présent, beaucoup de gens, comme moi, n’avaient pas de conscience politique. Je n’avais pas forcément envie de participer à la vie politique car cela n’avait pas de sens », explique-t-elle. « Mais de nombreuses personnes se sont rendues compte que, finalement, ‘intégrer le système’ pour pouvoir le changer de l’intérieur, ce n’était pas une mauvaise chose. Si l’on ne fait que de manifester et de râler, les choses ne peuvent pas évoluer. »

Un an après le coup d’envoi du mouvement, d’autres gilets jaunes, dénonçant initialement les difficultés à boucler les fins de mois, continuent de battre le pavé. Mais la mobilisation évolue. Certains ont rejoint les cortèges des récentes mobilisations en faveur du climat, où fleurissent des pancartes « Fin de mois, fin du monde = même combat ».

« La conscience politique se construit. Au départ, le mouvement était strictement apolitique. Aujourd’hui, il commence à conjuguer des revendications de réaction avec des demandes d’intérêt général. La question écologique est donc prise en compte car les gilets jaunes y sont confrontés au premier chef », note à L’Express le coordinateur politique de Génération.s, Guillaume Balas. Du gilet jaune au gilet vert, seule la couleur du chasuble change…

Élections européennes 2019 : « Politiquement, le jaune a cessé d’être une couleur primaire »

mercredi 29 mai 2019 – 891 mots

Signataires : Loïc Bonin , Centre Emile-Durkheim – université Paris-Dauphine; Magali Della Sudda , Centre Emile-Durkheim – CNRS et Sciences Po Bordeaux; Ornella Graziani , Lisa ICPP, Universita di Corsica Pasquale-Paoli; Pauline Liochon , Centre Emile-Durkheim – université Paris-Dauphine; Frédéric Neyrat , DySoLab, université de Rouen.

Les listes qui ont endossé le message des « gilets jaunes » ont échoué dans les urnes, malgré la repolitisation des citoyens enclenchée par le mouvement, constate, dans une tribune au « Monde », un collectif de chercheurs. Collectif

Tribune . Il n’y aura donc pas eu de vague jaune mais dix ans après leur score historique de 2009, une nouvelle vague verte. Les sondages ne l’avaient guère anticipée, tout comme ils n’avaient pas vu venir l’effondrement des Républicains et de La France insoumise. L’abstention, en recul par rapport au dernier scrutin européen, s’élève à près d’un électeur sur deux : 49,88 % des personnes inscrites ne sont pas allées voter. Le Rassemblement national se maintient en première position. Nouvelles venues dans la compétition, les listes « gilets jaunes » n’ont pas remporté le succès escompté au regard de la mobilisation inédite par son ampleur et sa durée. Le mouvement des « gilets jaunes » n’aurait donc pas trouvé de traduction politique aux européennes ?

Certes, les scores des « listes jaunes » sont très faibles : l’Alliance jaune, emmenée par Francis Lalanne, obtient 0,54 % des suffrages, la liste tirée au sort du Mouvement pour l’initiative citoyenne, avec à sa tête Gilles Helgen, réalise 0,03 %, tandis qu’Evolution citoyenne rassemble 0,01 % des voix.

Les « gilets jaunes » étaient pourtant bien présents dans cette campagne. Dès le début du mouvement, l’hypothèse d’une liste « gilets jaunes » avait été testée par les sondeurs. Un sondage, commandité par La République en marche (LRM), leur prédisait un score de 12 %. Une liste Ralliement d’initiative citoyenne (RIC) émergeait d’ailleurs le 23 janvier, avec à sa tête Ingrid Levavasseur. Les critiques l’accusant de faire le jeu d’Emmanuel Macron s’accompagnèrent d’une violence qui se déploya notamment sur les réseaux sociaux et qui la conduisirent très rapidement à renoncer à se présenter.

Peu d’intérêt pour l’Europe

Il n’y eut donc pas de liste de rassemblement, et trois listes revendiquaient directement la couleur jaune; à quoi il faudrait aussi ajouter la liste de Florian Philippot, rebaptisée Ensemble patriotes et « gilets jaunes » (0,6 %) après que Jean-François Barnaba, autre « gilet jaune » médiatique, l’a rejoint. Les partis politiques présents dans les manifestations aux côtés des « gilets jaunes » ne semblent pas avoir bénéficié de la mobilisation.

Il faudra voir, avec les sondages sortis des urnes et les enquêtes postélectorales, ce qu’ont été finalement les votes des « gilets jaunes ». Avec toutes les réserves méthodologiques d’usage tenant à ce que signifie « gilet jaune ». A quelle pratique et à quelle intensité de mobilisation cela renvoie-t-il : être sympathisant, manifester, être sur un rond-point ? Et sur quelle durée ? On peut faire l’hypothèse que l’augmentation inattendue de la participation à ces élections doit paradoxalement quelque chose à ce mouvement social et à ses suites.

L’intérêt pour l’Europe se manifeste peu dans le mouvement des « gilets jaunes ». L’Europe est peu visible sur la scène manifestante. A titre indicatif, un comptage réalisé sur 900 « gilets jaunes » et pancartes brandies en manifestation (à Paris et Nice) montrait une référence à l’Europe dans plus de 5 % des cas. Une référence critique le plus souvent, quand elle est ainsi arborée, avec une évocation du « Frexit ».

Dans l’enquête – par questionnaire – réalisée entre le 24 novembre et le 16 mars, l’Europe n’est pas la principale motivation pour manifester ou être sur le rond-point (19 ont mentionné l’Europe sur 928 questionnaires, avec une tonalité négative). C’est une question qui peut diviser. Le mouvement des « gilets jaunes » est composite, avec une forte mise à distance des partis politiques, comme le montre notre enquête.

Politisation en dehors des urnes

Politiquement, le jaune a cessé d’être une couleur primaire. De manière inédite, le mouvement a pu et peut réunir effectivement des personnes aux sensibilités politiques différentes, pour ne pas dire franchement divergentes. C’est sans doute la raison de son succès initial, comme celle de sa durée. Ainsi, sur ce rond-point, occupé durablement, comme dans tant d’autres, la règle est que l’on ne parle pas de ses positions partisanes pour ne pas se diviser.

Il y avait donc un risque à ce que l’élection européenne soit vécue sur le mode de la division et que la faible préoccupation affichée se traduise par une faible participation. Les résultats, corroborés par les discussions sur les réseaux sociaux, invitent à déplacer le regard. La mobilisation des « gilets jaunes » pose la question d’une repolitisation. Elle se manifesterait, au-delà de la revendication initiale et unificatrice sur le prix des carburants, dans l’intérêt pour des questions touchant à la justice fiscale, à la redistribution, aux politiques sociales, aux services publics, autrement dit au politique.

Révélatrice aussi de cet intérêt renouvelé pour la chose politique a été l’émergence de préoccupations institutionnelles portant sur la Constitution, le référendum sous ses différentes formes, le rôle des élus ou encore l’Etat de droit quand il est mis à mal par des violences policières. Une repolitisation ancrée dans l’expérience et le quotidien des personnes mobilisées, qui pourrait expliquer que ce regain de la participation n’ait pas profité aux listes « gilets jaunes » et aux partis les soutenant à un niveau européen, mais qui trouvera peut-être une expression spécifique lors des élections municipales.

Municipales: «Il est difficile de prévoir le vote des “gilets jaunes”»

Le Figaro (site web) vendredi 21 février 2020 – 1209 mots

par Carcenac, Paul

INTERVIEW – Magali Della Sudda est universitaire et a coordonné la plus vaste enquête menée en France sur les «gilets jaunes». Elle analyse les mutations du mouvement né il y a plus d’un an.

Les «gilets jaunes» n’ont pas disparu. En province, surtout dans le sud de la France, certains réinvestissent des ronds-points. Magali Della Sudda est l’une des universitaires qui connaît le mieux la dynamique de ce mouvement. L’hiver dernier, elle a coordonné la plus vaste enquête sociopolitique menée sur le sujet par quatre-vingts chercheurs.

Aujourd’hui, elle continue de suivre l’évolution de la mobilisation, et ses mutations. À l’heure des municipales, les «gilets jaunes» ne considèrent toujours pas les urnes comme un moyen d’expression efficace. Ils semblent, en revanche, avoir trouvé dans la contestation contre la réforme des retraites un nouvel angle d’attaque face au gouvernement.

LE FIGARO.- Aucune liste de «gilets jaunes» n’émerge dans la campagne des municipales. Après l’échec des européennes, peut-on dire que le mouvement se dirige vers un nouveau rendez-vous électoral manqué?

Magali DELLA SUDDA.- Nous, chercheurs, pensions que les municipales seraient l’occasion pour les «gilets jaunes» de faire le lien avec le champ politique. Le jeu des partis est moins important qu’aux européennes. Personnellement, je révise mon jugement. Il faut attendre le dépôt des listes, mais, pour l’instant, ils ne semblent pas s’engager massivement dans la campagne. Notre enquête a montré que ces personnes sont toujours éloignées des urnes et ne sont pas convaincues que le vote soit forcément la meilleure manière d’exprimer leurs opinions.

» LIRE AUSSI – Européennes 2019: les listes «gilets jaunes» obtiennent moins de 1% des voix

Néanmoins, dans quelles villes devra-t-on surveiller les résultats?

Les petites communes seront sûrement plus intéressantes à observer que les métropoles, peu ouvertes aux nouveaux entrants. Des listes de collectifs de «gilets jaunes» s’y créent. On peut supposer des passages plus faciles du rond-point à la mairie dans ces lieux où ils vivent en majorité comme l’a montré mon collègue Etienne Walker. Des listes «citoyennes» leur réservent aussi des places. C’est une formule qui semble fonctionner. Il y a celle de Philippe Poutou à Bordeaux, créditée dans un sondage à 11 % des intentions de vote, ou encore celle, à Cenon (Gironde), emmenée par le «gilet jaune» Alexandre Ribeiro.

Ingrid Levavasseur, ex-figure du mouvement, est impliquée dans la campagne à Louviers, dans l’Eure, mais pas en tant que représentante du mouvement. Contestée par la base en raison de son ambition politique aux européennes, elle avait annoncé assez tôt qu’elle s’engagerait pour les municipales. Son parcours semble illustrer la difficulté qu’ont les «gilets jaunes» à avoir une trajectoire électorale. La suspension de la circulaire Castaner (qui prévoyait de ne plus attribuer de nuance politique dans les villes de moins de 9000 habitants, NDLR) est une bonne nouvelle: cela permettra d’observer le score des «gilets jaunes» sur le plan national.

Dans les urnes, n’est-ce pas le Rassemblement national qui, dans un élan de «dégagisme», peut bénéficier d’un «effet “gilet jaune”»?

Il n’y a pas de traduction automatique d’un mouvement social dans les urnes. La plupart des «gilets jaunes» refusent de se positionner sur l’axe gauche-droite. Ceux qui expriment quand même une préférence politique citent plus souvent la gauche radicale. Très peu d’entre eux se revendiquent proches du RN, dans les enquêtes.

Il y a bien eu des tentatives de militants identitaires d’occuper des ronds-points, mais ils étaient minoritaires. En revanche, les «gilets jaunes» qui sont actifs sur les réseaux sociaux expriment une préférence bien plus affirmée pour l’extrême droite. C’est pour cela qu’il est difficile de prévoir leur vote.

Des «gilets jaunes» continuent de défiler, avec des affrontements, chaque samedi en province, en particulier dans le sud de la France. De qui est composé ce noyau dur?

Il y a des gens qui sont là depuis le premier jour du mouvement, le 17 novembre 2018, et qui n’ont jamais fait défection. On remarque aussi le retour de personnes qui avaient disparu. Elles reviennent depuis quelques semaines à la faveur des mobilisations contre la réforme des retraites, de la défense de l’hôpital public ou de la grève des enseignants.

On note enfin la présence d’une troisième catégorie de personnes, avec une double casquette: «gilet jaune» et syndicaliste, ou membre d’un parti de gauche. On voit désormais, le samedi, à Bordeaux ou à Toulouse par exemple, des cortèges avec des drapeaux. Les syndicalistes, très longtemps sceptiques, ont appris à connaître les «gilets jaunes».

La convergence entre les «gilets jaunes» et les syndicats, qui avaient des relations très compliquées, s’est donc finalement opérée?

Pas tout à fait. Selon les lieux et les configurations, les pratiques et les habitudes peuvent diverger entre la CGT et les «gilets jaunes». Ces derniers ne sont pas habitués à défiler dans un cortège, avec un service d’ordre, qu’on leur dise où aller. La moitié d’entre eux, au début du mouvement, n’étaient pas habitués aux manifestations.

» LIRE AUSSI – Bousculés par les «gilets jaunes», les syndicats cherchent la parade

Les cultures militantes se frictionnent. Reste que la contestation contre la réforme des retraites a ouvert un espace de convergence comme le souligne Karine Clément. Elle s’est créée en Lorraine, sur les ronds-points, comme à la RATP, où les grévistes se sont réapproprié le gilet jaune.

Laval, Boulogne-sur-Mer, Vannes, Poitiers, Cahors… Ces dernières semaines, plusieurs groupes composés de dizaines de «gilets jaunes» se rassemblent de nouveau sur des ronds-points. Le signe d’un retour?

On ne peut pas prédire l’avenir. Il s’agit principalement de ronds-points où les «gilets jaunes» ont une sensibilité à la question sociale, avec une majorité de gens de gauche. Nous avons surtout des éléments de l’enquête faite en Moselle par ma collègue Karine Clément, ou de Raphaël Challier dans l’Est de la France. On remarque que le mouvement contre la réforme des retraites les a remobilisés et leur a donné l’espoir d’une mobilisation plus large.

Ils y ont vu un second souffle. Ils sont très concernés par cette question car ils sont en moyenne plus âgés qu’en manifestations. Il y a plus d’ouvriers ou de femmes travaillant dans le domaine médico-social.

Le référendum d’initiative citoyenne, le RIC, a disparu du débat public aussi brutalement qu’il y est entré…

Ce mot d’ordre du RIC a permis, à un moment, de faire tenir une coalition de personnes qui avaient des visions du monde très différentes. Il était la clé pour traduire les demandes des «gilets jaunes» en actions politiques concrètes. Mais il y avait des débats sur ses modalités, sur sa mise en œuvre. Il a cependant eu deux traductions. Le référendum sur la privatisation des aéroports de Paris (ADP), même s’il va échouer, a recueilli plus d’un million de signatures. Il y a aussi la conférence pour le climat avec 150 citoyens tirés au sort. Sans les «gilets jaunes», ces dispositifs n’auraient jamais existé.