Archives par mot-clé : Femmes

Pourquoi la place des femmes dans le mouvement des gilets jaunes fait-elle tant polémique ?

Article publié en libre accès sur lesinrocks.fr le 17 décembre 2018, par Vincent Bilhem

« Entre le 17 et le 24 novembre, un tournant s’est opéré. Les mouvements de gauche ont rejoint les gilets jaunes, ce qui a ouvert les portes à des préoccupations plus larges que le débat originel sur les taxes », retrace Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS et à Sciences Po Bordeaux.

Le 8 décembre marque quant à lui un changement décisif, avec l’arrivée de manifestants plus aguerris. Une diversité bienvenue, qui a permis par exemple d’entendre l’hymne du Mouvement de Libération des Femmes (MLF) dans certains cortèges. « C’est plutôt rare, même dans les manifestations de gauche« , explique l’universitaire, qui travaille actuellement sur les gilets jaunes.

Magali Della Sudda, propos recueillis par Vincent Bilhem

« Réseaux catholiques féminins. Une perspective de genre sur une mobilisation transnationale »

Magali Della Sudda, « Réseaux catholiques féminins. Une perspective de genre sur une mobilisation transnationale.  », Genre & Histoire [Online], 12-13 | Printemps-Automne 2013, Online since 28 December 2013.

Résumé: Cet article est consacré à la manière dont le rassemblement des différents mouvements féminins catholiques, nés avant 1914, s’est opérée. Le matériau principal sur lequel porte l’analyse provient de la riche documentation déposée aux Archives secrètes vaticanes, à savoir le fonds des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, celui de la Secrétairerie d’État et celui de la nonciature de France pour la période concernée. Un premier point porte sur la naissance des mouvements, en insistant sur le rôle d’un institut séculier féminin lié à la Compagnie de Jésus. D’abord informels, ces réseaux prennent une allure plus officielle avec la naissance de la Fédération internationale des ligues féminines catholiques. La guerre marque un arrêt dans les liens entre membres des pays belligérants. Cependant, les réseaux féminins demeurent et seront réactivés après guerre, sous le contrôle du Saint-Siège. Cette mobilisation s’inscrit dans le processus plus large de transformation de l’Église comme institution étatique reconnue par les accords de Latran (1929) et comme institution religieuse, centre de la catholicité.

Summary: This article is devoted to the transnational dimensions of Catholic women’s movements before and shortly after the Great War. The main source material comes from the rich documentation of the Vatican’s Secret Archives, namely, for the period under consideration, the extraordinary ecclesiastical affairs collection, that the Secretary of State and that of the Nunciature in France. The article analyses the birth of these Catholic women’s movements, focusing on the role played by a religious secular institution connected to the Society of Jesus. These initially informal networks adopted a more formal shape when they joined the International Federation of Catholic Women’s Leagues. The War interrupted the ties between members of belligerent countries. However, the networks were reactivated after the War under the control of the Holy See, confirming the ambiguous place of lay women within the Church hierarchy.

Article en français: http://journals.openedition.org/genrehistoire/1872

« Discours conservateurs, pratiques novatrices »

Della Sudda Magali, « Discours conservateurs, pratiques novatrices », Sociétés & Représentations, 2007/2 (n° 24), p. 211-231. DOI : 10.3917/sr.024.0211.

Congrès de la Ligue féminine d’action catholiques française, Archives Action catholique des femmes.

Résumé : En s’intéressant à la principale ligue féminine française du début du siècle dernier, la Ligue patriotique des Françaises (LPDF), il s’agit de mettre au jour l’apparente contradiction entre, d’une part, des discours conservateurs sur le plan politique et, d’autre part, les pratiques parfois novatrices de certaines Catholiques. La LPDF, qui comptait plus d’un million et demi en 1933, a représenté pour de nombreuses Catholiques un lieu de politisation qui explique, pour partie, le comportement électoral des femmes lors des premières consultations. Sous la contrainte de la loi de 1901, et au nom de la défense de la religion et du conservatisme, les militantes ont contribué à la modernisation du système politique en s’appropriant certaines techniques de la démocratie partisane de masse et en reconvertissant des savoir-faire acquis à travers leur expérience religieuse. Apparaît ainsi au début du XXe siècle la femme politique moderne, conservatrice certes, mais capable de financer les candidats, de formuler des propositions politiques, voire de promouvoir certaines réformes sociales.

URL : https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2007-2-page-211.htm

Les femmes voient jaune

Cet article est paru en libre accès sur Libération (site web) mercredi 6 novembre 2019 – 160 mots

Entretien réalisé par Léa Mormin-Chauvac

«45% de femmes ont participé à la mobilisation des gilets jaunes» explique l’historienne Magali Della Sudda, qui a travaillé sur le mouvement dès ses débuts.

«Sur les ronds-points, on a souvent vu des mères célibataires, rappelant les figures de femmes luttant pour avoir du pain, la justice sociale et les libertés au XVIIIe siècle. Ce sont les émeutières de 1848, de 1830… Mais au-delà du symbole historique, c’est la difficulté de leur quotidien qui les a poussées à occuper des ronds-points. Elles exercent souvent des professions emblématiques des difficultés sociales, les métiers du soin, largement féminisés: aides à domicile, infirmières, aides-soignantes, agentes dans les écoles. Elles sont les premières touchées par les réformes de l’État-providence entamées depuis vingt ans. Quand l’État se retire, elles sont aux premières loges : les familles doivent suppléer, mais elles ne le peuvent plus.»

Extrait d’«L», notre newsletter féminisme, genre et sexualités à découvrir gratuitement en vous inscrivant sur Libe.fr Cet article est paru dans Libération (site web)

«Quand l’Etat se retire, les mères sont aux premières loges»

Intégralité de l’entretien réalisé par Léa Mormin-Chauvac, Libération, 12 novembre 2019.

L’historienne et politiste Magali Della Sudda, qui mène avec d’autres chercheurs une enquête sur les gilets jaunes, commente la place des femmes dans le mouvement et leur positionnement vis-à-vis des féministes.

La présence des femmes dans le mouvement des gilets jaunes s’explique notamment par la forte féminisation des professions emblématiques des difficultés sociales, selon la chercheuse Magali Della Sudda. Cette historienne et politiste au centre Emile-Durkheim, à Bordeaux, a co-initié il y a un an un projet de recherche pour analyser le mouvement des gilets jaunes dès ses débuts. Plus de soixante-dix chercheurs dans la France entière y collaborent.

A lire aussi Gilets jaunes, un an après : les femmes mettent les ronds-points sur les «i»

Métiers emblématiques. «45 % de femmes ont participé à la mobilisation des gilets jaunes, selon les résultats de notre enquête, menée dès novembre 2018. On retrouve cette même proportion féminine dans les manifestations de 1995 contre la réforme des retraites ou, à l’opposé du champ politique, lors de la Manif pour tous en 2012-2013. Le mouvement a rassemblé des professions emblématiques des difficultés sociales, les métiers du soin, exercés principalement par les femmes : aides à domicile, infirmières, aides-soignantes, agentes dans les écoles.»

Femmes du peuple. «Sur les ronds-points, on a aussi vu des mères célibataires, rappelant les figures maternelles de femmes luttant pour avoir du pain, la justice sociale et les libertés au XIXe siècle. Ce sont les émeutières de 1830, de 1848… Ces combats de femmes du peuple font écho à la difficulté de vivre des mères mobilisées au sein des gilets jaunes. L’absence de porte-parole a poussé les médias à tourner leur regard vers ces participantes ordinaires. Au-delà du symbole historique, c’est la difficulté de leur quotidien qui les a poussées à occuper des ronds-points. La majorité d’entre elles n’ont pas les conditions d’existence suffisantes pour vivre décemment. Elles sont les premières victimes, les premières touchées par les réformes de l’Etat-providence entamées depuis vingt ans. Quand l’Etat se retire, elles sont aux premières loges : les familles doivent suppléer, mais elles ne le peuvent plus.»

Jonction avec les féministes. «Les tentatives de rassemblement entre féministes et gilets jaunes n’ont pas toujours abouti. Il y a eu des marches de femmes, des cortèges séparés à Bordeaux, à Paris. Le jour de la manifestation pour le droit à l’avortement du 28 septembre, certains gilets jaunes ne comprenaient pas pourquoi ces militantes étaient là. Parfois, cela a été l’inverse : le 24 novembre 2018, l’acte II des gilets jaunes a croisé la manifestation contre les violences faites aux femmes. Des manifestantes de ce cortège étaient également gilets jaunes. Et à Montpellier, les gilets jaunes ont fait une haie d’honneur aux militantes féministes.

«Depuis quelque temps, j’observe une jonction entre les deux mouvements : la question des féminicides a été remise à l’agenda par des collectifs féministes qui manifestent tous les samedis en même temps que les gilets jaunes. Il y a quelques semaines, la manifestation des femmes à Bordeaux a pris la tête du cortège des gilets jaunes, et des gilets jaunes étaient présents lors d’une performance pour dénoncer le silence à propos des féminicides. Quelque chose se passe, même si ça ne se fait pas du jour au lendemain. Mais le mouvement des gilets jaunes transcende les identités particulières. Quand les manifestantes portent la chasuble, elles ne sont pas là en tant que femmes, même si c’est le seul groupe avec une identité singulière.»

 

Elles sont Gilets Jaunes : qui sont ces femmes qui manifestent ?

Cet article est paru en libre accès dans Le Journal des Femmes (site web), vendredi 29 mars 2019 – 528 mots

par Lucile Bonnin

Photo: Claude Paris/AP/SIPA

Dans les manifestations des gilets jaunes, on peut voir des femmes seules, des mères, des femmes au foyer, des travailleuses salariées, employées…. Sur les ronds-points ou dans Paris elles font entendre leurs voix. On les aperçoit, mais on ne les connait pas. Une enquête réalisée par Elabe et commandée par l’institut Montaigne permet de dresser le portrait-robot des femmes gilets jaunes et leurs conditions de vie… Qui sont ces manifestantes ?

Gilets jaunes. Une expression tellement utilisée aujourd’hui qu’on en oublierait le sens. Pourtant derrière ce terme se cachent des hommes… et des femmes ! C’est grâce à une étude menée par Elabe pour l’Institut Montaigne que l’on peut préciser plus clairement le profil type d’un(e) gilet jaune. L’acte 19 a rassemblé 40 000 personnes en France. Lors de ce dernier weekend du 23/24 mars 2019, une nouvelle polémique a fait surface. Une septuagénaire, militante d’Attac, a été blessée alors qu’elle participait à la manifestation non-autorisée à Nice. Un événement qui montre que les femmes son présentes et actives dans le mouvement Gilets Jaunes. Des visages féminins qui ont des points communs et dont la visibilité est forte. Qui sont-elles ?

Les femmes seules en tête de cortège

Les gilets jaunes sont majoritairement issus de classes populaires : 25 % sont ouvriers ou ouvrières et 20% sont employé-e-s. Dans l’Express, on peut lire que 53 % d’entre eux sont des hommes mais que cela reste un mouvement inhabituellement porté par des femmes. « C’est assez inédit de voir les femmes aussi présentes sur des lieux, types barrages routiers et blocages, qui jusqu’à présent, dans d’autres mouvements sociaux étaient des types d’actions masculins » explique Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS et à Sciences-Po Bordeaux dans Tv5Monde. L’étude relève un autre point particulièrement intéressant : les femmes vivant seules avec enfants sont surreprésentées chez les gilets jaunes (12%). Les gilets jaunes, en grande majorité, ont aussi des fins de mois difficiles pour 65% d’entre eux et considèrent à 87% vivre dans une société injuste.

Une défiance unificatrice envers les politiques

Que ce soit pour un homme ou bien pour une femme, une chose est certaine : la confiance envers les institutions se fait de plus en plus difficile. Les gilets jaunes sont 75% à se méfier des partis politiques et 80% à défier le chef de l’État. Un rejet du système politique français se fait ressentir dans leurs préférences relevées par l’étude Elabe. 33% des manifestants rejettent tout parti politique, 19% sont proches du Rassemblement National et 10% de La France Insoumise.

Le sentiment d’injustice et d’abandon de la part des politiques est ce qui unit le plus les deux sexes.

Laëtitia Casta explique dans une interview au magazine Grazia que les femmes, malgré leurs vies parfois compliquées, « tiennent parce qu’une femme sait à l’euro près ce que ça représente, le coût de la vie. Leur vision est concrète. »

Si par le biais des gilets jaunes, les femmes apportent une nouvelle image de la politique, on peut espérer que l’environnement politique dirigé majoritairement par les hommes saura davantage évoluer et se restructurer. Avec cette vindicte populaire, la féminisation de la chose publique est en marche…

Ces femmes «gilets jaunes» qui ont investi les ronds-points

Le Figaro.fr, mercredi 12 décembre 2018 – 1605 mots

Lombard-Latune, Marie-Amélie, Ducros, Christine

ENQUÊTE – Au sein de ce mouvement né sur les réseaux sociaux et sans vrais leaders, les femmes sont en première ligne. Familières des fins de mois difficiles, élevant souvent seules leurs enfants, rejetant la politique, elles ont été parmi les plus promptes à se mobiliser.

Marine Charrette-Labadie, 22 ans, est serveuse à Brive-la-Gaillarde. Au chômage depuis quelques mois. Le jour où Éric Drouet, chauffeur routier de Melun, en Seine-et-Marne, figure des «gilets jaunes», qui appellera plus tard à «entrer dans l’Élysée», lance sa page Facebook, la jeune femme vient d’être interdite bancaire. La cause de cette sanction? Un chèque en bois pour payer son plein d’essence. Autant dire que l’appel d’Éric Drouet à un «blocage national contre la hausse du carburant» tombe à pic. Aussitôt, elle relaie cette initiative en Corrèze et devient à son tour une «coordinatrice» du mouvement.

Avant elle, la pionnière, Priscillia Ludosky, 32 ans, avait, dès le 29 mai, lancé sa pétition. Un million cent mille signatures ont été recueillies depuis par cette autoentrepreneuse de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne). Impossible de ne pas les voir parmi les gilets fluo: elles sont partout! Marine, Priscillia, mais aussi Laetitia ou Ingrid. Et Jacline Mouraud, bien sûr, à la vidéo virale, vue plus de cinq millions de fois: «Je crois que si le message est passé, c’est parce que j’ai les cheveux gris et que je suis une femme. J »ai mis le feu aux poudres, mais la mèche était allumée.»

Le président de la République ne s’y est pas trompé. Dès les premières minutes de son allocution lundi, il s’arrête longuement sur la colère de «la mère de famille célibataire, veuve ou divorcée, qui ne vit même plus, qui n’a pas les moyens de faire garder les enfants et d’améliorer ses fins de mois et n’a plus d’espoir. Je les ai vues, ces femmes de courage pour la première fois disant cette détresse sur tant de ronds-points.»

Depuis un mois, jeunes ou âgées, rurales ou citadines, salariées ou chômeuses, militantes ou novices, elles occupent les giratoires comme les plateaux télévisés, fabriquent les banderoles et distribuent des bonbons aux automobilistes. Désormais, elles poussent aussi les portes des mairies pour y noircir des cahiers de doléances. «À Saint-Étienne, nous avons ouvert la permanence et les registres lundi à 9 heures. À 17 heures, nous avions 50 témoignages dont la moitié de femmes. Je ne l’aurais jamais imaginé, témoigne Gaël Perdriau, maire LR de Saint-Étienne. Les plus âgées se plaignent de leur retraite trop faible, les plus jeunes de l’éducation difficile de leurs enfants. Et beaucoup sont agacées par la façon dont le président leur parle.»

Des Gauloises «présentes dès les XVIIIe et XIXe siècles sur les barricades»

L’une des premières à avoir rempli une page est une handicapée de 55 ans, avec un fils étudiant à sa charge. Elle s’adresse au président et à «ces messieurs du gouvernement» pour trouver un CDD. Une dame de 68 ans s’est, elle aussi, précipitée pour reprocher à Emmanuel Macron d’être «déconnecté de la réalité», lui demander «d’arrêter de ponctionner les ouvriers et les retraités» et lui lancer: «Les Gaulois n’en peuvent plus!», d’une belle écriture appliquée.

Des Gauloises qui, selon Mathilde Larrère, historienne des mouvements révolutionnaires, ont été «présentes dès les XVIIIe et XIXe siècles sur les barricades. Mais elles chargeaient les fusils à l’arrière tandis que les insurgés étaient aux avant-postes». Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS-Sciences Po Bordeaux, complète: «Aujourd’hui, il n’y a pas de leaders bien identifiés parmi les “gilets jaunes”. Du coup, les médias tendent leurs micros à tout le monde, aux hommes comme aux femmes. Dès le début, cette visibilité féminine a attiré notre attention.» Avec 70 collègues, elle a distribué des questionnaires pour mieux cerner ces profils. Les premiers retours de cette vaste enquête montrent que, parmi les Français mobilisés, 45 % sont des femmes.

En 2018, plus d’un tiers (35%) de la population vit seul, d’après l’Insee. Le nombre de familles monoparentales a augmenté de 43% en vingt ans. Le plus souvent, ce sont des femmes qui élèvent seules leurs enfants. Près de Crest, dans la Drôme, c’est le cas de Nathalie, 42 ans, qui alterne les CDD d’assistante administrative dans le BTP et les périodes de chômage. Elle a élevé en solo ses deux fils de 18 ans et 6 ans. «Pour l’aîné, dans les années 2000, je m’en sortais encore. Mais là, avec le petit, je rame vraiment. J’ai dû quitter ma maison pour un HLM. Les factures s’accumulent: électricité, eau, Internet, cantine, garderie… Mes parents ne roulaient pas sur l’or mais, moi, je vis nettement moins bien qu’eux.» Pour cette Drômoise, l’adhésion au mouvement se concrétise par un gilet jaune posé sur son tableau de bord.

«Ces femmes tiennent les cordons de la bourse»

Assistante maternelle, Cécile, qui vit seule avec sa fille de 16 ans, est une assidue d’un rond-point de Montpellier, celui de Prés d’Arènes, «tenu» par une trentaine de «gilets jaunes» dont une dizaine de femmes. «Je n’ai jamais manifesté de ma vie, mes nouvelles copines non plus, mais nous sommes dans la même galère, les problèmes d’argent, ce sont des problèmes de femmes», lance-t-elle. Pas de tabou sur les barrages: des mères qui se connaissent à peine, se confient sur le casse-tête de leurs pensions alimentaires impayées – 35%, selon plusieurs rapports de l’Ined et de la Cnaf.

«Aujourd’hui, vous ne pouvez plus vivre si vous n’avez pas deux revenus. Or, qu’elles soient seules ou en couple, ces femmes remplissent le réfrigérateur et tiennent les cordons de la bourse. Les dépenses, les crédits, les pleins de carburant et les montants des réparations de la voiture: c’est leur domaine. Dans les couches populaires, ce sont toujours les femmes qui ont géré le porte-monnaie, analyse Dominique Desjeux, anthropologue, professeur émérite à la Sorbonne. Elles savent mieux que personne ce que signifie pour le budget une chaudière, un lave-linge ou une voiture qui lâchent. Et, maintenant, parmi leurs dépenses contraintes, il y a aussi les téléphones portables et les ordinateurs.»

Sur les ronds-points et les barrages, ces femmes reprennent souvent leur rôle domestique: elles servent les cafés, confectionnent les gâteaux et décorent les sapins de Noël. Mais n’hésitent pas à hausser le ton. Coralie Dubost, députée LaREM à Montpellier, a voulu les rencontrer. Lundi, avant le discours d’Emmanuel Macron, elle a organisé une réunion «gilets jaunes» à sa permanence.

Parmi les sept porte-parole présents pendant deux heures, six femmes, dont trois au chômage. «Même quand elles ont un travail, elles vivent dans la précarité, très seules. Venir papoter ou tenter de refaire le monde sur les ronds-points leur permet de se resocialiser. La déléguée du rond-point de Lunel dit même “mes garçons” quand elle parle des “gilets jaunes”», constate l’élue qui décrit des échanges «rock’n’roll» avec des «femmes agressives à l’égard du politique, colportant des “fake news“». Pas de grand débat sur l’identité culturelle mais cette histoire de migrants logés gratuitement dans des appartements avec «cuisines équipées flambant neuves». «Elles répètent “Vous ne faites rien pour nous.” Et croient dur comme fer à tout ce qu’elles ramassent sur Internet, réfutant toute parole officielle, tout appel à la raison.»

Leur communication, le plus souvent via Facebook, ne garantit guère une information fiable. D’autant que tous les groupes créés sur la même thématique – «Blocages 19», «Blocages 26», «Blocages 34»- monopolisent les fils d’actualité des internautes. C’est bien connu, Facebook favorise les contenus issus des amis et des groupes, ce qui tend à enfermer chacun dans une «bulle de filtre» (un univers d’information personnalisé). Un entre-soi bien confortable où une fausse information, mille fois partagée, finit par devenir une prétendue vérité. «Allez lutter contre cela! Vous vous attirez les foudres de tout le groupe», se désole la députée Coralie Dubost, sortie lessivée de cette réunion.

Un site de rencontres «Adopte un gilet jaune»

Très présentes sur Facebook, Instagram ou Snapchat, les femmes sont les premières à alimenter le flux de ces nouveaux journaux intimes. «Elles sont parfaitement à l’aise sur le digital pour raconter des histoires comme pour mobiliser un réseau. Leurs atouts? Leur sincérité et leur persévérance», confirme Sophie Noël, directrice générale de l’agence de communication Heaven.

Mais ces nouvelles militantes peuvent aussi se transformer en pasionarias, voire venir gonfler les rangs de La France insoumise ou du Rassemblement national. «Elles sont là, y compris quand ça devient violent, comme le week-end dernier à Saint-Étienne. Ça m’a surpris», observe Gaël Perdriau, le maire de la ville. Un autre élu, le député LR de Seine-et-Marne Christian Jacob, qui a un long passé de syndicaliste à la tête de la FNSEA, complète: «Elles sont moins nombreuses sur les barrages depuis que le mouvement se radicalise. Mais elles y ont été massivement dès le début. Ça m’a immédiatement frappé. Cela veut dire que le mouvement est profond car les femmes ne s’engagent pas pour de l’accessoire.»

Ce qui n’exclut pas de s’amuser. Le samedi 8 décembre, des flots de champagne et 200 personnes ont célébré le mariage de «Chouchoune et Coco Bel Œil» au petit matin sur le barrage de Séméac, près de Tarbes, où le couple, tout en jaune fluo, s’était rencontré un mois plus tôt. Au même moment, dans les Landes, Cécile et Elisabeth créaient «Adopte un gilet jaune 40», un site de rencontres pour célibataires. Mardi, le groupe comptait déjà plus de 3.000 membres.

https://i.f1g.fr/media/figaro/616x347_crop/2018/12/12/XVMd681a2bc-fe00-11e8-b5a2-b44637c34deb.jpg

« Par-delà le bien et le mal »

La morale sexuelle en question chez les femmes catholiques.

Della Sudda Magali, « Par-delà le bien et le mal, la morale sexuelle en question chez les femmes catholiques », Nouvelles Questions Féministes, 2016/1 (Vol. 35), p. 82-101.

Résumé: 1968, pour les catholiques, est l’année de la publication de l’encyclique Humanae Vitae. Peu après le concile Vatican II, qui avait déçu des féministes catholiques comme Cécile de Corlieu, le texte du magistère rappelait avec vigueur l’interdit pesant sur la maîtrise par les femmes de leur fécondité et de leur sexualité. Les réactions furent nombreuses et révélatrices de la mise en crise de la morale sexuelle catholique. Cet article revient sur un moment particulier pour l’Église et pour le féminisme : celui du décrochage d’une partie des fidèles de la parole du magistère sur les questions sexuelles, et celui de l’entrée difficile de certaines catholiques dans l’espace de la cause des femmes, à une époque où l’autonomie des femmes et leur droit à la contraception et à l’interruption volontaire de grossesse étaient l’objet principal du féminisme.

Beyond good and evil: Catholic women explore sexual morality after Humanæ Vitæ (1968). Abstract: 1968 remains for many Catholics the year of the encyclical Humanae Vitae. Coming just after the Second Vatican Council, which disappointed Catholic feminists such as Cécile de Corlieu, the letter reiterated the Church’s prohibition of birth control. The reactions were numerous and questioned the Catholic stance on sexual matters. This article looks back at this particular moment for the Church and for feminism, a moment of conversion of some Catholic women to feminism; in particular, it examines the difficulties they experienced finding their place within the women’s movement at a time when women’s autonomy and their right to contraception and abortion were feminism’s main topics.

DOI : 10.3917/nqf.351.0082


Sommaire à consulter sur le site de Nouvelles questions féministes.

« L’internationale blanche. La Fédération internationale des Ligues féminines catholiques »

Della Sudda, Magali « L’internationale blanche. La Fédération internationale des Ligues féminines catholiques », Bibliothèque du CRH, « Pratiques du transnational : Preuves, terrains, limites », coordonné par Jean-Paul Zuñiga, n°1, 2011, pp.79-100.

Résumé: Dans la lignée des réflexions actuelles menées sur les organisations internationales, cet article s’attache à éclairer la manière dont l’Église catholique a pris part, au début du siècle dernier, à la dynamique transnationale qui a caractérisé les mobilisations en faveur de la « cause des femmes ». Il conjugue une démarche comparative à une approche par les circulations transnationales pour dégager les  ressors d’une mobilisation collective féminine transnationale. Il met en évidence la participation précoce des organisations catholiques à une action collective internationale et souligne le poids du Vatican, tout à la fois centre de l’autorité religieuse pour les catholique et capitale d’un Etat qui tend à intervenir au-delà des frontières nationales. Dans cette perspective, le rôle de passeuse joué par certaines militantes entre différents mouvements et pays sera mis en lumière, invitant ainsi à reconsidérer le clivage autour de la question religieuse qui structure l’espace de mobilisation autour de la cause des femmes.

Dirigeantes de l’UMOFC v.1952