Archives par mot-clé : France

Antifeministisch, reaktionär, rassistisch

Die neuen Frauen der französischen Rechten: Eine Buchbesprechung vor der Parlamentswahl

Traduction

Florence Hervé

Tous les cinq ans, les Françaises sont courtisées avant les élections présidentielles. Cette année, on remarque à la fois le nombre relativement élevé de candidates et l’évocation de thèmes féministes. Rien qu’à droite, voire à l’ultra-droite, deux candidates vont à la pêche aux voix féminines en se donnant un air féministe :

Marine Le Pen du Rassemblement national (RN), qui ne s’est pas particulièrement engagée jusqu’ici pour les droits des femmes, défend désormais un prétendu “vrai féminisme”. Valérie Pécresse (Les Républicains, LR), qui participait il y a quelques années encore à la Manif pour tous (droite conservatrice et catholique) contre le mariage homosexuel et le droit à l’adoption pour les couples de même sexe, vante désormais son équipe de campagne paritaire. La ministre de l’Education nationale sous l’ex-président Nicolas Sarkozy déclare désormais que “le temps des femmes est venu”. Elle a également “changé d’avis” sur le mariage homosexuel.

Il en va autrement du raciste, sexiste et masculiniste Éric Zemmour (Reconquête) qui, dans son pamphlet “Le premier sexe” (2006), mettait notamment en garde contre le prétendu danger de féminisation de la société et de destruction de la masculinité. On y lit également : “Les féministes veulent la mort de la France”. L’homophobe et prédicateur d’une culture du viol, qui a plusieurs accusations de harcèlement sexuel sur le dos, considère les femmes comme des objets sexuels, des “proies”.

Derrière ces représentants de partis se trouvent également les “nouvelles femmes de droite”. Un livre paru en février de Magali Della Sudda, politiste au prestigieux Centre national de la recherche scientifique (CNRS), donne des informations sur ces dernières. Della Sudda y fait état d’une demi-douzaine de groupes de femmes qui ont vu le jour au cours des dix dernières années et dont certains se disent féministes – notamment en réaction aux politiques d’égalité et de genre. La plupart des groupes ont en commun le rejet de l’avortement, du “mariage homosexuel” et du droit d’adoption pour les couples de même sexe, des techniques de reproduction ainsi que de l’immigration extra-européenne.

Les “Caryatides”, rattachées au Parti national (PNF), plaident pour un nationalisme féminin – hétérosexuel et chrétien – et pour un “ordre naturel” de complémentarité des sexes. Dans la tradition de Philippe Pétain, collaborateur de Vichy, les femmes sont le pilier de la famille, les valeurs sont la patrie, la famille et la religion. Le “Cercle fraternité” au sein du RN de Le Pen milite depuis 2016 pour un féminisme blanc à identité nationale. Le “Cercle” ne s’exprime pas sur l’avortement, mais revendique le droit des femmes à protéger leur propre corps et rend les immigrés responsables des violences faites aux femmes.

Le groupe de femmes “Belle et Rebelle” défend un féminisme identitaire et féminin amusant. Il défend une prétendue identité européenne et polémique contre l’immigration et l’islam, qu’il considère comme la cause de la violence envers les femmes. Le “Collectif Nemesis” se veut non-conformiste, féministe identitaire. L’ennemi n’est pas le patriarcat, mais les migrants. Il s’agit de défendre l’identité des femmes européennes. La violence sexuelle y est chargée d’une connotation raciste. Il existe des contacts avec le réseau de femmes de droite allemand Lukreta.

Les “Antigones” partent du principe de la complémentarité des sexes et luttent pour l’émancipation par la soumission à une “loi naturelle”. Le corps des femmes est un terrain de lutte, il doit être soustrait à l’influence de l’État. Le planning familial et le droit à l’avortement sont rejetés en tant que violence légale et mécanismes d’oppression.

L’autrice conclut que les nouveaux groupes de femmes se situent entre l’antiféminisme et le fémonationalisme. Ils rejettent le projet politique d’une émancipation critique du patriarcat et rendent les migrants masculins non-européens responsables de la violence contre les femmes. Le fait que ces groupes exercent une influence politique et médiatique non négligeable est particulièrement critique.

Magali Della Sudda : Les nouvelles femmes de droite. Marseille 2022, 280 pages, 19 euros

“Derrière le ‘féminisme’ d’extrême-droite” un entretien pour l’Humanité

par Lola Ruscio, journaliste à l’Humanité

Idéologie Magali Della Sudda a enquêté sur ces militantes qui s’autoproclament défenseuses de la cause des femmes pour mieux vanter la « race blanche » et stigmatiser les étrangers. Publié leJeudi 17 Février 2022

La suite de l’article ici : https://www.humanite.fr/politique/extreme-droite/derriere-le-feminisme-dextreme-droite-entretien-avec-magali-della-sudda

Obéir et soumettre: Les Sanctions spirituelles et la condamnation de l’Action Française (1926-1939)

Référence: Magali Della Sudda, “Obéir et soumettre : la condamnation de l’Action française (1926-1939)”, Fulmen 2 : Le lancement, les relances et la levée des sanctions spirituelles (déclaration, promulgation, publication, réitération, réconciliation, absolution) dans le temps long de la tradition chrétienne (Ve-XXIe s.), organisé par Théry-Astruc, Julien, Fossier, Arnaud et Jesné, Fabrice, Rome, Italie, 14&15 janvier 2019 ⟨halshs-03197618⟩

Résumé : La communication interroge un usage qui peut sembler paradoxal de la sanction spirituelle : l’intervention dans le champ politique au XXe siècle. Dans un contexte de sécularisation constatée par les sociologues et déplorée par les clercs, la sanction religieuse fut utilisée tout au long du XXe siècle dans le champ politique. Le Sillon, l’Action Française, mais aussi les catholiques suspects de sympathie pour le communisme subirent différents types de sanctions religieuses, dont la mémoire est encore patente aujourd’hui. Moins connue, la condamnation du féminisme en pleine crise moderniste, attira les foudres de certains membres de la Curie romaine sur des femmes catholiques professant une spiritualité féminine égalitaire et démocrate. Le cas de l’Action française est sans doute celui qui a fait l’objet des travaux les plus riches. Nous proposons ici de revenir sur la condamnation de 1926 et ses déclinaisons en portant une attention plus marquée au processus d’énonciation et d’application de la sanction, et en particulier à la manière dont les clercs l’interprètent et la mettent en pratique. La performance de certains rites devenant un indicateur de l’orthodoxie politique. Nous nous attacherons plus précisément à déterminer les modes de contrainte pour faire appliquer la décision de la Curie romaine depuis la lettre du Cardinal Andrieu et le décret du Saint-Office du 29 décembre 1926 jusqu’à la levée des sanctions en 1939 à l’aune d’études de cas. Nous nous appuierons pour ce faire sur les documents conservés dans le fonds des Affaires ecclésiastiques extraordinaires et dans celui de la Nonciature apostolique de France (Archives secrètes vaticanes).

Obedience and submission: Spiritual sanctions and the condemnation of the Action française (1926-1939)

Abstract: This presentation questions a use of spiritual sanction that may seem paradoxical in a secularised country: the Church intervention in the political field in French Third Republic. In a context of secularisation acknowledged by sociologists and deplored by clerics, religious sanction was used throughout the 20th century in the French political field. Political groups as the christian-democrat Le Sillon, the monarchist l’Action Française, but also Catholics suspected of sympathising with communism were subjected to various types of religious sanctions, the memory of which is still evident today. Less well known is the condemnation of feminism in the midst of the modernist crisis, which drew the wrath of certain members of the Roman Curia on Catholic women professing an egalitarian and democratic feminine spirituality. The case of Action Française is without doubt the one that has been the subject of the richest works. We propose here to return to the 1926 condemnation and its variations by paying closer attention to the process of enunciation and application of the sanction, and in particular to the way in which the clerics interpreted it and put it into practice. The performance of certain rites becomes an indicator of political orthodoxy. More specifically, we will examine the modes of coercion used to enforce the Roman Curia’s decision from Cardinal Andrieu’s letter and the Holy Office’s decree of 29 December 1926 to the lifting of sanctions in 1939 through case studies. We will base our analysis on the documents kept in the collection of the Extraordinary Ecclesiastical Affairs and in that of the Apostolic Nunciature of France (Vatican Secret Archives). 

To read the document in English: MDS_Obey-and-Subdue-Ecclesiastical-Sanctions-FULMEN-2Télécharger

“Les transformations de l’exercice de l’autorité épiscopale dans l’Église catholique en France à la lumière de la condamnation de l’Action française”

Della Sudda Magali, « Les transformations de l’exercice de l’autorité épiscopale dans l’Église catholique en France à la lumière de la condamnation de l’Action française », Genèses, 2012/3 (n° 88), p. 68-88.

Conseil central de la Ligue patriotique des Françaises, 1927, Archives de l’Action catholique des femmes (H402)

Résumé: Cet article revient sur les transformations de l’exercice de l’autorité religieuse dans l’Église catholique de France lors de la condamnation de l’Action française en 1926. Le contexte dans lequel la condamnation prend place est celui d’une évolution centralisatrice du pouvoir dans l’Église au profit de la curie romaine. Le rôle inédit joué par le pape mais aussi l’explicitation des attentes du centre romain vis-à-vis des évêques de France chargés de faire appliquer les sanctions ont laissé des traces de la transformation de l’exercice de l’autorité religieuse épiscopale.

Summary: This article re-examines the changes in the exercise of religious authority in the Catholic Church in France in the light of the condemnation of l’Action Française in 1926. The condemnation took place in the context of a centralizing evolution in church authority in favor of the Roman Curie. The new role played by the pope as well as Rome’s explicit expectations of French bishops in charge of applying sanctions left traces of the transformation in the exercise of Episcopal religious authority.

Article en français: http://URL : https://www.cairn.info/revue-geneses-2012-3-page-68.htm

“Gender, Fascism and the Right-Wing in France between the Wars”

The Catholic Matrix

Della Sudda, Magali, « Gender, Fascism and the Right-Wing in France between the Wars: The Catholic Matrix » Julie V. Gottlieb (Ed.) “Gender and Fascism”, Totalitarian Movements and Political Religion, 2012, vol.13, issue 2, pp.179-195.

Marie-Thérèse Moreau (1883-1969)

Summary: This article seeks to take the discussion of French fascism in a different direction by offering an analysis from a gendered perspective. Based on original archive material and literature, it provides an interpretation in terms of continuity between prewar conservative movements, Catholic women’s leagues and far right organizations in terms of gender representations and the sexual division of political labour. The first part of the article focuses on the contrast between a vivid and flourishing scholarship on gender and fascism led by English-speaking scholars, and the relative paucity of research conducted from within the French academy on the same. The debate over the existence and the peculiarity of French fascism has represented an obstacle for the emergence of innovative research on subjects such as women, masculinity and more generally gender in France. Nevertheless, an empirical survey based on archival material of the Catholic Church and Catholic women’s leagues, as well as the more usual material from the National Archives, provides new evidences of continuity from an organisational and ideological perspective to the Catholic Action league, the Croix de Feu/Parti social français and the Jeunesses patriotes.

https://doi.org/10.1080/21567689.2012.675706

« Le Sfide del pontificato di Pio XI per l’azione cattolica femminile »

Della Sudda, Magali, « Le Sfide del pontificato di Pio XI per l’azione cattolica femminile », in Alberto Guasco, Raffaella Perin, Pius XI: Keywords, Lit Verlag, Münster, coll. “Christianity and History, series of the “John XXIII Foundation for Religious Studies in Bologna”, vol.7. 2010, pp.207-225.

Book abstract: The documents of Pius XI’s pontificate from the Vatican Secret Archives, recently accessible for the first time, establish new perspectives of research and analysis. International experts and junior specialists discuss here the Roman point of view concerning the most important issues in the international scene between the two world wars and offer new outlooks and interpretations marking a substantial step forward in research. Alberto Guasco, a researcher at the John XXIII Foundation for Religious Studies, focuses on the pontificate of Pius XI, especially the relations between the Holy See and the Fascist Regime. Raffaella Perin, a researcher at the University Ca’ Foscari of Venice, studies the relation between the anti-Protestant and anti-Semitic prejudice in the pontificates of Pius X, Benedict XV and Pius XI.