Archives par mot-clé : Genre

Antifeministisch, reaktionär, rassistisch

Die neuen Frauen der französischen Rechten: Eine Buchbesprechung vor der Parlamentswahl

Traduction

Florence Hervé

Tous les cinq ans, les Françaises sont courtisées avant les élections présidentielles. Cette année, on remarque à la fois le nombre relativement élevé de candidates et l’évocation de thèmes féministes. Rien qu’à droite, voire à l’ultra-droite, deux candidates vont à la pêche aux voix féminines en se donnant un air féministe :

Marine Le Pen du Rassemblement national (RN), qui ne s’est pas particulièrement engagée jusqu’ici pour les droits des femmes, défend désormais un prétendu “vrai féminisme”. Valérie Pécresse (Les Républicains, LR), qui participait il y a quelques années encore à la Manif pour tous (droite conservatrice et catholique) contre le mariage homosexuel et le droit à l’adoption pour les couples de même sexe, vante désormais son équipe de campagne paritaire. La ministre de l’Education nationale sous l’ex-président Nicolas Sarkozy déclare désormais que “le temps des femmes est venu”. Elle a également “changé d’avis” sur le mariage homosexuel.

Il en va autrement du raciste, sexiste et masculiniste Éric Zemmour (Reconquête) qui, dans son pamphlet “Le premier sexe” (2006), mettait notamment en garde contre le prétendu danger de féminisation de la société et de destruction de la masculinité. On y lit également : “Les féministes veulent la mort de la France”. L’homophobe et prédicateur d’une culture du viol, qui a plusieurs accusations de harcèlement sexuel sur le dos, considère les femmes comme des objets sexuels, des “proies”.

Derrière ces représentants de partis se trouvent également les “nouvelles femmes de droite”. Un livre paru en février de Magali Della Sudda, politiste au prestigieux Centre national de la recherche scientifique (CNRS), donne des informations sur ces dernières. Della Sudda y fait état d’une demi-douzaine de groupes de femmes qui ont vu le jour au cours des dix dernières années et dont certains se disent féministes – notamment en réaction aux politiques d’égalité et de genre. La plupart des groupes ont en commun le rejet de l’avortement, du “mariage homosexuel” et du droit d’adoption pour les couples de même sexe, des techniques de reproduction ainsi que de l’immigration extra-européenne.

Les “Caryatides”, rattachées au Parti national (PNF), plaident pour un nationalisme féminin – hétérosexuel et chrétien – et pour un “ordre naturel” de complémentarité des sexes. Dans la tradition de Philippe Pétain, collaborateur de Vichy, les femmes sont le pilier de la famille, les valeurs sont la patrie, la famille et la religion. Le “Cercle fraternité” au sein du RN de Le Pen milite depuis 2016 pour un féminisme blanc à identité nationale. Le “Cercle” ne s’exprime pas sur l’avortement, mais revendique le droit des femmes à protéger leur propre corps et rend les immigrés responsables des violences faites aux femmes.

Le groupe de femmes “Belle et Rebelle” défend un féminisme identitaire et féminin amusant. Il défend une prétendue identité européenne et polémique contre l’immigration et l’islam, qu’il considère comme la cause de la violence envers les femmes. Le “Collectif Nemesis” se veut non-conformiste, féministe identitaire. L’ennemi n’est pas le patriarcat, mais les migrants. Il s’agit de défendre l’identité des femmes européennes. La violence sexuelle y est chargée d’une connotation raciste. Il existe des contacts avec le réseau de femmes de droite allemand Lukreta.

Les “Antigones” partent du principe de la complémentarité des sexes et luttent pour l’émancipation par la soumission à une “loi naturelle”. Le corps des femmes est un terrain de lutte, il doit être soustrait à l’influence de l’État. Le planning familial et le droit à l’avortement sont rejetés en tant que violence légale et mécanismes d’oppression.

L’autrice conclut que les nouveaux groupes de femmes se situent entre l’antiféminisme et le fémonationalisme. Ils rejettent le projet politique d’une émancipation critique du patriarcat et rendent les migrants masculins non-européens responsables de la violence contre les femmes. Le fait que ces groupes exercent une influence politique et médiatique non négligeable est particulièrement critique.

Magali Della Sudda : Les nouvelles femmes de droite. Marseille 2022, 280 pages, 19 euros

“Les femmes, grandes oubliées de l’histoire”

Article et entretien réalisés par Maud Rieu

https://www.sudouest.fr/societe/egalite-femmes-hommes/les-femmes-grandes-oubliees-de-l-histoire-9444541.php?utm_source=fid&utm_campaign=MonAlerteAboDossierRedac&utm_medium=email

Dans cet entretien, j’ai évoqué la manière dont les femmes ont fait irruption comme sujet d’histoire durant les dernières décennies du XXe siècle. A partir des années 1970, pour des raisons socio-culturelles et structurelles, de jeunes femmes, historiennes et sociologues notamment, ont renouvelé les sujets et méthodes de leur discipline pour mieux prendre en compte les silences et impensés. Parmi elles, Michelle Perrot, Rolande Trempé ou Madeleine Rébérioux qui sont évoquées dans cet article.

New Right-Wing Women

Feminism is in tension. In many Western countries, women are challenging feminist narratives and struggles. Some of them explicitly challenge feminist’s organization legitimacy to represent women’s claim. Other claim specific feminist identity such as “true feminism”, “identitarian feminism” or even White feminism. The emergence of “New Right Wing Women” as champions of women’s advocacy received media coverage but little attention in academic scholarship. This book addresses the shift in women’s political participation in favor of radical-right wing movements and anti-gender equality. France is an interesting observatory of the shift: since 2012, women aligned their vote for Marine Le Pen and the Rassemblement national was first among the 25-34 women voters in 2017. The radical-right gender gap seems to no longer exist. At the same time, right-wing and extreme-right wing parties have merged to oppose gender equality policies launched under the socialist governments (2012-2017). In reaction to the laws passed by the French socialist majority between 2021 and 2017, conservative and religious networks in abeyance have been reactivated within a conservative social movement called “La Manif pour tous” (Demo for All). The conservative coalition led to a desectorisation within different political spaces and among the various currents within the Catholic Church. This conjunctural effect is articulated to a more structural effect of opportunity : the ecological crisis, because it raises the question of nature, gives new legitimacy to naturalist or essentialist arguments disqualified by most feminist currents. New women leaders emerged to challenge gender equality and to reclaim femininity.

This book based on empirical research – in depth-interviews, observation and on-line data – provides a an insight right-wing women activism, ranging from the traditional antifeminist activism to current conservative eco-feminism. 1) Female nationalism is represented by the women’s section of the “Caryatides” of the French nationalist Party (2013). Explicitly anti-feminists, these women assume a gendered hierarchy and a strong nationalist project, reffering to French authoritarian Régime de Vichy. 2) More central on the political spectrum, the Cercle Fraternité, a think tank founded by the Front National (2016), provides a pro-women and pro-family frame for the presidential election of 2017. It is still active and illustrates modern femonationalism, using pro-women rethoric to promote anti-immigration and islam politics. They explicitly refer to Christian identity and oppose reproductive rights. 3) Identitarian women and Occidentalist feminism : The radical-right wing party the “Identitarian” are not to be outdone. It assumes to be “women friendly” but remains shaped by gender, which determines differentiated symbolic retribution. The Identitarian women claim to be “feminine but not feminist”. They joined together in the “Belle et Rebelle” group within the organisation. In 2014, the group ceased to be active. Today, the Collectif Nemesis founded n 2019 is their heir. They use feminist frames such as gender equality, violence against women to claim the superiority of Europeans civilization against Islam and immigration. This supremacist use of gender equality is also to be found in Solveig Mineo’s Occidentalist Feminism. Her organisation is mostly virtual and has closed ties to the “Occidentalist Party”. It distinguishes itself from the first four groups by its attachment to secularism and even its anticlericalism and by its explicit feminism. But it clings to nationalist or identity-based currents by its defence of Western civilisation because of the place of women.

Less concerned by femonationalist rethoric, two other groups identify themselves as “alterfeminists” and seems specific to France.  The “Antigones, this group of women born in 2013 and which acts as a crucible for alterfeminism. This only-women group oppose current feminism as FEMEN, the Femocrats and more broadly feminists groups that do not refer to women identity but rather to gender or queer politics. Their political project is based on sexual essentialism, men and women complementarity, their crucial role as primary cel of society within the family and ecology. As a consequence they oppose reproductive technology as techno-medical power over women’s body. They cautiously avoid to be associated to political parties or religion, though considering Christianity and Pre-Christian philosophies as central for Western civilization and women empowerment. By puting “Nature” at the forefront, their opposition to chemical contraception, abortion or reproductive technology is no longer perceive as conservative but rather eco-feminist. Christian alterfeminism and integral feminism emerged at the crossroads of Pope Francis’ human ecology, conservative feminism and ecology. It is directly derived from the Demo for All protests since allthe founder of this philosophical current. Based on essentialism and differentialism – i.e. Men and Women are different and have different functions assigned by God, although they have equal dignity, it drews from Catholic theology and moral on sexuality.

All of these groups oppose liberal and radical feminism, as well as gender politics. Some of them explicitly refer to nationalism and western culture supremacy while other tend to refer to Nature as the core of their political project. By so doing, they provide new frames for essentialism and differentialism.

 

Électrices et ÉLUES AU VILLAGE

Magali Della Sudda, Victor Marneur. Les électrices et les élues au village. Granger, Christophe; Le Gall, Laurent; Vignon, Sébastien. Voter au village : Les formes locales de la vie politique, XXe-XXIe siècles, Presses universitaires du Septentrion, 2021. ⟨halshs-03094816⟩

Résumé : Notre contribution, restreinte au cas français métropolitain, a pour ambition modeste d’esquisser des pistes de recherche sur la politisation des femmes en milieu rural avant le droit de suffrage et d’éligibilité, puis de donner quelques résultats pour la période contemporaine. Pour cela, ce texte s’appuie sur les matériaux récoltés dans le cadre d’une enquête sur les femmes élues dans les espaces ruraux en Gironde des années 1970 à nos jours, ainsi que sur des fonds d’archives. On s’interrogera dans un premier temps sur les modalités d’inclusion des femmes dans la communauté politique villageoise et dans un second temps sur les conditions d’éligibilité des femmes en milieu rural.

Abstract : Our contribution, restricted to the case of metropolitan France, has the modest ambition of outlining avenues of research on the politicization of women in rural areas before the right to vote and eligibility, and then to give some results for the contemporary period. To do so, this text is based on material collected in the framework of a survey of women elected in rural areas in the Gironde from the 1970s to the present day, as well as on archival holdings. The first part of the paper will look at the ways in which women are included in the village political community and the second part will look at the conditions of eligibility of women in rural areas.

https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-03094816

“Le sexe de l’Homme de la Déclaration des droits”

Contestation et Appropriations par les catholiques italiennes de l’héritage de 1789 (1900-1919)

Résumé : Qui représentait l’Homme de la Déclaration des Droits de 1789 ? A quels individus de chair et d’os cette catégorie abstraite renvoyait-elle ? Olympe de Gouge et les féministes qui se réclamèrent de l’héritage révolutionnaire apportaient une première réponse pour faire reconnaître le caractère bi-sexué de l’Homme et être inclues dans le corps des citoyens. A côté d’elles, d’autres voix féminines se prononcèrent pour une autre catégorisation du genre de l’Homme. En opérant un double déplacement dans le temps et dans l’espace, cet article propose de lire en creux la représentation de l’Homme de la Déclaration des Droits qui prévalait dans des mouvements féminins catholiques. A partir des écrits de la fondatrice du premier mouvement féminin catholique italien, la figure de la citoyenne catholique émerge comme un sujet politique différent de l’Homme masculin. L’article met en lumière les évolutions dans le discours des associations catholiques qui se rallient après la Grande guerre à une idée de l’Homme bi-sexué.

Della Sudda, Magali, Le sexe de l’Homme de la Déclaration des droits. Contestation et Appropriations par les catholiques italiennes de l’héritage de 1789 (1900-1919), Clio&Thémis, revue en ligne, n°3, 2010.

Texte en français : http://cliothemis.com/Le-sexe-de-l-Homme-de-la

“La politique malgré elles”

Mobilisations féminines catholiques en France et en Italie (1900-1914)

Della Sudda Magali, « La politique malgré elles. Mobilisations féminines catholiques en France et en Italie (1900-1914) », Revue française de science politique, 2010/1 (Vol. 60), p. 37-60

Femmes de France, Mères chrétiennes! Tract de la Ligue patriotique des Françaises, 1905, Archives de l’Action catholique des femmes.

Résumé: À travers l’étude comparée de deux associations catholiques, la Ligue patriotique des Françaises (LPDF) et l’Union des femmes catholiques d’Italie (Unione fra le donne cattoliche d’Italia : UDCI), cet article met au jour les effets du genre et le rôle de l’Église dans l’apprentissage du jeu démocratique. Aux côtés des hommes catholiques en politique, les ligueuses françaises mettent en place un répertoire féminin conservateur de l’action collective et investissent la compétition électorale. En revanche, le contexte politique et religieux italien ne laisse pas d’espace pour une telle intervention des catholiques italiennes aux côtés de l’Union électorale masculine. Cet article éclaire ainsi les différentes voies de la politique avant le suffrage.

Version française: https://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2010-1-page-37.htm

Summary: Politics before suffrage : Politicization, gender and catholicism in french and italian catholic women’s movements (1900-1914). Through a comparative study of two Catholic associations, the Ligue patriotique des Françaises (French Women’s Patriotic League, LPDF) and the Unione fra le donne cattoliche d’Italia (Union of CatholicWomenof Italy, UDCI), this article sheds some light on the role of gender and the Church in the politicization process. Working alongside Roman Catholic politicians, the women in the LPDF established a conservative feminine repertoire of collective action and participated, albeit indirectly, in electoral politics. The Italian political and religious context, in contrast, did not allow any such scope for Catholic women to get involved in politics. This article aims to gain some new insight into the various ways conservative women did politics before their eventual enfranchisement.

English version : https://www.cairn-int.info/article-E_RFSP_601_0037–politics-despite-themselves.htm?DocId=41975&hits=13351+13350+13148+13147+12028+12027+11487+11486+31+30+17+16+

“La charité et les affaires”

Le cas de la ligue patriotique des françaises (1901-1914)

Della Sudda Magali, « La charité et les affaires. le cas de la ligue patriotique des françaises (1901-1914) », Entreprises et histoire, 2009/3 (n° 56), p. 11-29.

Résumé: Dans cet article, l’auteure montre en s’appuyant sur les archives de l’organisation féminine la plus importante du siècle dernier en termes d’adhérentes, la Ligue patriotique des Françaises, comment la nécessité de la gestion s’impose à une association. En confrontant différents types d’archives, il est possible de mettre au jour l’appropriation de modes de gestion en partie inspirés de l’entreprise. L’association revêtant un caractère de masse avec plusieurs centaines de milliers de membres, il faut l’administrer. Apparaît ainsi une nouvelle catégorie d’employés : l’employé d’association dont le statut comme les rémunérations sont à définir. Diriger une association catholique en lui imprimant un fonctionnement rationnel, systématisé voire une logique de rentabilité en termes d’action et de financement ne va pas de soi. Les résistances et les limites de ce mode d’organisation sont aussi étudiées dans l’article.

Summary Charity and business: the case of the ligue patriotique des françaises (1901-1914) : In this article, the author sheds light on the management of a female Catholic association, the Ligue patriotique des Françaises, which was the single largest feminine organization in France before the First World War. Drawing on a variety of archival material, the author shows how the association was forced to appropriate certain managerial practices inspired by the business world. Because of its large size (counting several hundred thousand members), the association required the strong administrative style of a mass enterprise. As a result, a new category of employees emerged within the ranks of the association: an “association employee” whose status and work conditions had to be defined. Running a Catholic association by using a rational, systematic structure of administration and finance did not come naturally to the new management, whose resistance and limitations are also explored.

Boutique de la Ligue patriotique des Françaises à Lourdes, 1912, Archives de l’Action catholique des femmes.

https://www.cairn.info/revue-entreprises-et-histoire-2009-3-page-11.htm

DOI : 10.3917/eh.056.0011.

“Temporalités à l’épreuve de la parité”

Parité et temporalités professionnelle, familiale et politique chez les élues d’une ville moyenne (2001-2002)

Magali Della Sudda, « Temporalités à l’épreuve de la parité », Temporalités [Online], 9 | 2009, Online since 02 October 2009

DOI : 10.4000/temporalites.999

Résumé: Cet article propose de mettre en lumière l’articulation des différents temps sociaux et des régimes de temporalité qui président à l’entrée en politique des élus hommes et femmes dans une ville moyenne française en 2001. Il interroge une éventuelle spécificité de genre dans la façon de percevoir le temps et de l’organiser chez les élu-e-s selon trois régimes de temporalités. L’« entrée en politique » est présentée comme une rupture ou une continuation selon les configurations : novice plutôt que profane, les élues disposent de savoir-faire acquis hors du champ politique qui sont convertis en ressource à cette occasion. L’appréhension du temps par les élus et les élues témoigne d’un effet du genre sur l’articulation des temps sociaux : tue chez les élus, elle est perçue comme problématique chez la majorité des élues. Mais le genre n’explique par tout, la situation dans le parcours de vie au moment de l’entrée en politique influe sur la façon de ressentir l’articulation des temps sociaux. Cette réflexion permet d’isoler les effets du genre mais aussi de l’âge dans ces trajectoires militantes en confrontant les parcours et les discours des élus des deux sexes.

Summary : This paper seeks to shed some light on the harmonization between various social times and the temporality governing the entry of men and women into politics. It poses the question as to whether perceptions of time and temporality may be gender-specific. Depending on configurations, “going into politics” is presented as either change or continuity: novice rather than “profane”, on this occasion elected female candidates convert the “savoir-faire” acquired outside the political arena into a resource. Analyzing the perception of time reveals a gender effect on how social times work together: whereas elected male candidates do not even mention it, the majority of women in public office perceive it as problematic. Moreover, women’s position in the life course at the time of their election influences the way they experience the articulation of social times. Our approach will isolate the effects of gender but also of age in these militant trajectories, when confronting the experiences and discourses of elected officials of both sexes.

http://URL : http://journals.openedition.org/temporalites/999

“Le temps des élues” : Temps militant, professionnel et familial chez les élues d’un conseil municipal

Résumé : Cet article tiré d’une enquête menée à l’issue des élections municipales de 2001 interroge les effets du genre dans le militantisme municipal des nouvelles élues. Il met au jour l’importance du genre dans la façon dont les élus articulent les différentes temporalités – professionnelle, familiale, politique. Il examine ainsi l’idée selon laquelle la « disponibilité » est élément fondamental dans le cumul de ressources politiques pour les femmes qui cumulent ces différentes activités. Cependant, le genre n’est pas la seule variable qui entre en jeu pour expliquer la façon dont les élues se situent dans l’arène politique municipale : le fait d’être novice ou expérimentée joue un rôle tout aussi déterminant.

“Le temps des élues”, Temps militant, professionnel et familial chez les élues d’un conseil municipal, Sens-public, 22 mai 2009 (revue en ligne)

http://www.sens-public.org/article676.html

“Appropriations empiriques du genre”

Bargel Lucie, Bessière Céline, Della Sudda Magali et al., « Appropriations empiriques du genre », Sociétés & Représentations, 2007/2 (n° 24), p. 5-10. DOI : 10.3917/sr.024.0005.

Ce texte est l’introduction d’un numéro de revue tiré d’une journée d’études.

“Depuis les années Soixante-dix, nombreux sont les ouvrages en sciences sociales qui ont mis en évidence le caractère socialement construit des inégalités entre les sexes. Le genre, tant en histoire qu’en sociologie, en anthropologie et en science politique, s’est ainsi peu à peu constitué en catégorie d’analyse indépassable. Dans beaucoup de travaux, cependant, le terme « genre » reste malheureusement un simple synonyme de « sexe ». Les inégalités entre les hommes et les femmes qui concernent les pratiques observées n’y sont pas systématiquement reliées aux représentations du « masculin » et du « féminin » qui les sous-tendent. Pourtant, le concept de genre pose précisément la question de l’articulation entre les représentations et les inégalités sociales…”

http://URL : https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2007-2-page-5.htm

Questionner l’effondrement

Journée d’études organisée par Paul Cary, Nadia Garnoussi, Yann Le Lann et Caroline Senez.


Session Faire face à l’effondrement : luttes sociales et alternatives.
crédits photographiques Paul Cary.

“Ce que la contamination du monde fait aux femmes : perspectives Alter-féministes sur l’Effondrement”

Date: Jeudi 21 novembre 2019, Maison de la recherche, Université de Lille.

Lieu : Centre de Recherche « Individus, Epreuves, Sociétés », Université de Lille

“Par-delà le bien et le mal”

La morale sexuelle en question chez les femmes catholiques.

Della Sudda Magali, « Par-delà le bien et le mal, la morale sexuelle en question chez les femmes catholiques », Nouvelles Questions Féministes, 2016/1 (Vol. 35), p. 82-101.

Résumé: 1968, pour les catholiques, est l’année de la publication de l’encyclique Humanae Vitae. Peu après le concile Vatican II, qui avait déçu des féministes catholiques comme Cécile de Corlieu, le texte du magistère rappelait avec vigueur l’interdit pesant sur la maîtrise par les femmes de leur fécondité et de leur sexualité. Les réactions furent nombreuses et révélatrices de la mise en crise de la morale sexuelle catholique. Cet article revient sur un moment particulier pour l’Église et pour le féminisme : celui du décrochage d’une partie des fidèles de la parole du magistère sur les questions sexuelles, et celui de l’entrée difficile de certaines catholiques dans l’espace de la cause des femmes, à une époque où l’autonomie des femmes et leur droit à la contraception et à l’interruption volontaire de grossesse étaient l’objet principal du féminisme.

Beyond good and evil: Catholic women explore sexual morality after Humanæ Vitæ (1968). Abstract: 1968 remains for many Catholics the year of the encyclical Humanae Vitae. Coming just after the Second Vatican Council, which disappointed Catholic feminists such as Cécile de Corlieu, the letter reiterated the Church’s prohibition of birth control. The reactions were numerous and questioned the Catholic stance on sexual matters. This article looks back at this particular moment for the Church and for feminism, a moment of conversion of some Catholic women to feminism; in particular, it examines the difficulties they experienced finding their place within the women’s movement at a time when women’s autonomy and their right to contraception and abortion were feminism’s main topics.

DOI : 10.3917/nqf.351.0082


Sommaire à consulter sur le site de Nouvelles questions féministes.

“Réseaux catholiques féminins. Une perspective de genre sur une mobilisation transnationale”

Magali Della Sudda, « Réseaux catholiques féminins. Une perspective de genre sur une mobilisation transnationale.  », Genre & Histoire [Online], 12-13 | Printemps-Automne 2013, Online since 28 December 2013.

Résumé: Cet article est consacré à la manière dont le rassemblement des différents mouvements féminins catholiques, nés avant 1914, s’est opérée. Le matériau principal sur lequel porte l’analyse provient de la riche documentation déposée aux Archives secrètes vaticanes, à savoir le fonds des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, celui de la Secrétairerie d’État et celui de la nonciature de France pour la période concernée. Un premier point porte sur la naissance des mouvements, en insistant sur le rôle d’un institut séculier féminin lié à la Compagnie de Jésus. D’abord informels, ces réseaux prennent une allure plus officielle avec la naissance de la Fédération internationale des ligues féminines catholiques. La guerre marque un arrêt dans les liens entre membres des pays belligérants. Cependant, les réseaux féminins demeurent et seront réactivés après guerre, sous le contrôle du Saint-Siège. Cette mobilisation s’inscrit dans le processus plus large de transformation de l’Église comme institution étatique reconnue par les accords de Latran (1929) et comme institution religieuse, centre de la catholicité.

Summary: This article is devoted to the transnational dimensions of Catholic women’s movements before and shortly after the Great War. The main source material comes from the rich documentation of the Vatican’s Secret Archives, namely, for the period under consideration, the extraordinary ecclesiastical affairs collection, that the Secretary of State and that of the Nunciature in France. The article analyses the birth of these Catholic women’s movements, focusing on the role played by a religious secular institution connected to the Society of Jesus. These initially informal networks adopted a more formal shape when they joined the International Federation of Catholic Women’s Leagues. The War interrupted the ties between members of belligerent countries. However, the networks were reactivated after the War under the control of the Holy See, confirming the ambiguous place of lay women within the Church hierarchy.

Article en français: http://journals.openedition.org/genrehistoire/1872

“Des Antichambres du Parlement”

L’Action catholique féminine et la carrière des députées italiennes (1945-1950)

Della Sudda Magali, « Des antichambres du Parlement ? L’Action catholique féminine et la carrière des députées italiennes (1945-1950) », Parlement[s], Revue d’histoire politique, 2013/1 (n° 19), p. 31-47.

Résumé: Cet article s’intéresse au rôle joué par l’Union des femmes d’Action catholique italienne dans la carrière politique des premières députées italiennes durant la période charnière des années 1945-1950. L’hypothèse est que les mouvements d’Action catholique féminine ont constitué un vivier pour la Démocratie chrétienne, légitimant de manière paradoxale la présence de ces outsiders dans le champ politique.

Riassunto: L’antecamera della Camera? L’Azione cattolica femminile nella carriera politica delle prime deputate italiane (1945-1950). Questo articolo s’interessa al ruolo delle deputate cattoliche durante la prima legislature della Repubblica italiana. L’ipotesi è che l’Azione cattolica ha avuto un effetto paradossale nella legitimazione della presenza delle donne nel campo politico.

Summary: Antechambers of the Chamber? Women’s Catholic Action activism and the political career of women MPs in Italy (1945-1950). This article focuses on the role played by the Italian Catholic Women’s organization in the political career of the first Italian MPs during the crucial period of the Constituent and the firs legislature (1945-1950’s). The assumption is that the militancy within the Women’s Catholic Action legitimized in a paradoxical way the presence of these outsiders in the political field.

Article en français: https://www.cairn.info/revue-parlements1-2013-1-page-31.htm

DOI : 10.3917/parl.019.0031