Archives par mot-clé : Genre

“Des Antichambres du Parlement”

L’Action catholique féminine et la carrière des députées italiennes (1945-1950)

Della Sudda Magali, « Des antichambres du Parlement ? L’Action catholique féminine et la carrière des députées italiennes (1945-1950) », Parlement[s], Revue d’histoire politique, 2013/1 (n° 19), p. 31-47.

Résumé: Cet article s’intéresse au rôle joué par l’Union des femmes d’Action catholique italienne dans la carrière politique des premières députées italiennes durant la période charnière des années 1945-1950. L’hypothèse est que les mouvements d’Action catholique féminine ont constitué un vivier pour la Démocratie chrétienne, légitimant de manière paradoxale la présence de ces outsiders dans le champ politique.

Riassunto: L’antecamera della Camera? L’Azione cattolica femminile nella carriera politica delle prime deputate italiane (1945-1950). Questo articolo s’interessa al ruolo delle deputate cattoliche durante la prima legislature della Repubblica italiana. L’ipotesi è che l’Azione cattolica ha avuto un effetto paradossale nella legitimazione della presenza delle donne nel campo politico.

Summary: Antechambers of the Chamber? Women’s Catholic Action activism and the political career of women MPs in Italy (1945-1950). This article focuses on the role played by the Italian Catholic Women’s organization in the political career of the first Italian MPs during the crucial period of the Constituent and the firs legislature (1945-1950’s). The assumption is that the militancy within the Women’s Catholic Action legitimized in a paradoxical way the presence of these outsiders in the political field.

Article en français: https://www.cairn.info/revue-parlements1-2013-1-page-31.htm

DOI : 10.3917/parl.019.0031

“Pouvoirs, genre et religions”

Della Sudda Magali, Malochet Guillaume, « Pouvoirs, genre et religions », Travail, genre et sociétés, 2012/1 (n° 27), p. 29-32

Pouvoirs, genre et religions, Travail, genre et sociétés, 2012.

Ce dossier ne manquera pas de surprendre au premier abord. Qu’est-ce que Travail, Genre et Sociétés peut bien avoir à dire de la religion ? Évitons tout de suite les malentendus. Il ne s’agit pas d’ouvrir un débat sans fin sur la question religieuse. En revanche, nous pensons qu’il est possible – et même souhaitable – de soustraire l’analyse des mouvements religieux de leur substrat idéologique pour les comprendre comme des organisations de travail à part entière. Une telle conviction invite alors, enquêtes de terrain à l’appui, à un double mouvement : d’une part, examiner comment s’organise la division sexuelle du travail au sein de certaines institutions religieuses – judaïsme, christianisme, islam – en Orient et en Occident et, d’autre part, analyser comment le genre est lui-même retravaillé par la production de nouvelles normes et l’adaptation constante des systèmes de représentation du masculin et du féminin.

Avec le dossier proposé ici, Travail, Genre et Sociétés contribue à une dynamique de recherche encore récente, mais prometteuse, qui a vu se renouveler depuis une décennie les grilles de lecture sur la hiérarchie du genre au sein des différentes institutions religieuses. L’analyse de la domination masculine caractéristique de toute Église en tant qu’institution patriarcale s’est complexifiée pour interroger désormais les accommodements, le consentement mais aussi la subversion, voire la contestation, de l’inégalité entre les sexes.

Dossier disponible: https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2012-1-page-29.htm

DOI : 10.3917/tgs.027.0029

“Appropriations empiriques du genre”

Introduction du numéro “(En)quêtes de genre.

Bargel Lucie, Bessière Céline, Della Sudda Magali et al., « Appropriations empiriques du genre », Sociétés & Représentations, 2007/2 (n° 24), p. 5-10.

Depuis les années Soixante-dix, nombreux sont les ouvrages en sciences sociales qui ont mis en évidence le caractère socialement construit des inégalités entre les sexes. Le genre, tant en histoire qu’en sociologie, en anthropologie et en science politique, s’est ainsi peu à peu constitué en catégorie d’analyse indépassable. Dans beaucoup de travaux, cependant, le terme « genre » reste malheureusement un simple synonyme de « sexe ». Les inégalités entre les hommes et les femmes qui concernent les pratiques observées n’y sont pas systématiquement reliées aux représentations du « masculin » et du « féminin » qui les sous-tendent. Pourtant, le concept de genre pose précisément la question de l’articulation entre les représentations et les inégalités sociales.

Ce numéro confronte les approches de doctorant(e)s et de jeunes chercheur(e)s qui se sont rencontré(e)s autour d’interrogations communes sur la place du genre dans la construction de leurs objets d’études, alors même qu’ils et elles travaillent dans des disciplines (histoire, sociologie, science politique) et selon des méthodes et des matériaux d’enquête divers (archives historiques, observations de terrain, entretiens ethnographiques).

Nous entendons ainsi par « genre », non seulement l’ensemble des discours qui produisent la différence des sexes mais, plus généralement, la construction sociale de la différence sexuelle en tant qu’elle s’inscrit dans l’économie des rapports sociaux de sexe, structurés par une domination du « masculin » sur le « féminin », et évolue dans l’histoire et dans l’espace social.

“Appropriations empiriques du genre”, Sociétés & Représentations, 2007, p.5.

https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2007-2-page-5.htm

https://doi.org/10.3917/sr.024.0005