Archives par mot-clé : Gilets jaunes

Le point sur les Gilets jaunes sur Radio TOTEM

Infos, Radio Totem, mercredi 18 novembre 2020, 7h30.

L’Invitée du Matin, l’historienne Magali Della Sudda, revient sur les deux ans des Gilets Jaunes et ce qu’il en reste.

Le 17 novembre 2018 débutait le mouvement des Gilets Jaunes autour des ronds-points. Un mouvement qui a bousculé le gouvernement, beaucoup ne l’ont pas vu venir… Qu’en reste-il deux ans après ?

Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS, répond aux questions d’Olivier Cammas

https://www.radiototem.fr/infos/7993-que-reste-t-il-des-gilets-jaunes-deux-ans-apres

Gilets jaunes: comment ce mouvement inédit a évolué depuis son apparition il y a deux ans

par Salomé Vincendon, BFMTV, 17/11/2020

https://www.bfmtv.com/societe/gilets-jaunes-comment-ce-mouvement-inedit-a-evolue-depuis-son-apparition-il-y-a-deux-ans_AN-202011170269.html

« Cette évolution rapide entraîne aussi des départs parmi les manifestants. « Une partie des personnes qui étaient là le 17 novembre ou en décembre ne sont ensuite plus revenues ni aux manifestations, ni sur les ronds-points », explique Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS et au centre Emile Durkheim de Bordeaux. Elle a également participé au groupe de recherche qui a suivi, dès ses débuts, le mouvement des gilets jaunes. »

« Il y a celles et ceux qui ne s’étaient jamais engagés auparavant et qui ont tout simplement arrêté », explique-t-elle. Mais il est aussi possible que certains ne soient descendus dans la rue que pour le retrait de la taxe carbone, et « ne se soient plus retrouvés dans les revendications du RIC, de justice sociale et environnementale » qui ont suivi. »

M. Della Sudda, BFMTV, 17/11/2017

Ciné-Club « Un pays qui se tient sage »

Mardi 29 septembre 10h00-12h00, Cinéma l’Utopia Bordeaux

Ce film documentaire, en avant-première, traite des « violences policières » sous le quinquennat Macron. Il montre comment à partir de témoignages et de commentaires, est mis en place un fonctionnement nouveau ( pour la France) du « maintien de l’ordre », vis à vis des manifestations et des revendications sociales, qui a pour conséquences une augmentation sans précédent des violences policières comme du regard de la population sur cette même police.
Le journaliste David Dufresne y donne la parole aux Gilets jaunes victimes de violences policières, à des représentants des forces de l’ordre, à des universitaires – juriste, politiste, historiennes -, à des avocats et rapporteur des nations unis, ainsi qu’à l’écrivain Alain Damasio.
Il a été suivi d’un débat qui a porté sur l’usage de la force ou l’exercice de la violence légitime par les forces de l’ordre durant le mouvement social des Gilets jaunes. Mais pas seulement. La discussion a été l’occasion de souligner l’invisibilisation d’autres violences policières et de revenir sur les restrictions apportées à la jouissance de libertés fondamentales et à l’exercice du droit de manifester.

Pourquoi la place des femmes dans le mouvement des gilets jaunes fait-elle tant polémique ?

Article publié en libre accès sur lesinrocks.fr le 17 décembre 2018, par Vincent Bilhem

« Entre le 17 et le 24 novembre, un tournant s’est opéré. Les mouvements de gauche ont rejoint les gilets jaunes, ce qui a ouvert les portes à des préoccupations plus larges que le débat originel sur les taxes », retrace Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS et à Sciences Po Bordeaux.

Le 8 décembre marque quant à lui un changement décisif, avec l’arrivée de manifestants plus aguerris. Une diversité bienvenue, qui a permis par exemple d’entendre l’hymne du Mouvement de Libération des Femmes (MLF) dans certains cortèges. « C’est plutôt rare, même dans les manifestations de gauche« , explique l’universitaire, qui travaille actuellement sur les gilets jaunes.

Magali Della Sudda, propos recueillis par Vincent Bilhem

« Gilets jaunes », syndicats : l’inconnue de la convergence des luttes

Cet article est paru en libre accès sur Les Échos (site web) vendredi 15 novembre 2019 – 1036 mots

par Elsa Freyssenet

Un artisan ou une aide à domicile se sentiront-ils concernés par les difficultés d’un cheminot ou d’un enseignant malgré l’impact sur leur vie quotidienne du blocage des transports ou des fermetures d’école ? Y aura-t-il persistance d’une méfiance de tous contre tous ou au contraire conjonction des ressentiments contre le gouvernement ? A la veille de la mobilisation anti-réforme des retraites le 5 décembre prochain dans les transports, les experts se divisent sur le sujet.

L’an dernier, Luis De Freitas, délégué syndical (CFDT puis Unsa) chez un sous-traitant d’ArcelorMittal à Florange, s’est rendu sur un rond-point de Thionville à la rencontre des « gilets jaunes » . « Au début, j’ai eu du mal, car les gens ne voulaient pas de syndicaliste », raconte-t-il. Au bout de quelques semaines, ses camarades de rond-point en ont fait leur porte-parole « parce que tu as de l’expérience » , lui ont-ils dit. Un an après, il est encore sur le pont. Le 5 décembre prochain, jour de mobilisation dans les transports et point de départ, espèrent la CGT, la FSU, FO et SUD, d’un mouvement interprofessionnel, Luis De Freitas se mettra, lui aussi, en grève « pour une durée illimitée » . Il pourrait incarner le cauchemar de l’exécutif, la jonction entre les petites classes moyennes du secteur privé (le socle des « gilets jaunes ») et leurs homologues de la fonction publique (qui expriment leur colère en cet automne).

Bien malin qui pourrait prédire s’il y aura la fameuse « convergence des luttes » comme en mai 1968 ou encore « une grève par procuration » comme en 1995. Cela dépend non seulement du degré de colère accumulée – il est élevé – mais aussi de la volonté et de la capacité des différentes professions et classes d’âge concernées à être solidaires les unes avec les autres. Un artisan ou une aide à domicile se sentiront-ils concernés par les difficultés d’un cheminot ou d’un enseignant malgré l’impact sur leur vie quotidienne du blocage des transports ou des fermetures d’école ? Y aura-t-il persistance d’une méfiance de tous contre tous ou conjonction des ressentiments contre le gouvernement ?

Un ennemi commun

Le seul fait que l’hypothèse ne soit pas exclue en dit long sur l’état de fébrilité du pays. Hospitaliers, « gilets jaunes », agriculteurs, pompiers, policiers ou étudiants… « Pour l’instant, les foyers sont isolés et séparés […] Mais un jour tout peut basculer », s’inquiète dans « L’Express » Raymond Soubie, l’ancien conseiller social des présidents de droite qui en a pourtant vu d’autres. Le sondeur Jérôme Fourquet, lui, ne croit pas au front commun : « La convergence des luttes ne s’est pas faite au pic du mouvement des ‘gilets jaunes’, alors pourquoi se ferait-elle maintenant ? » L’auteur de « L’Archipel français » (1) ajoute néanmoins : « Sur la réforme des retraites, attention danger ! » Car elle concerne tout le monde, et que plus personne ne comprend ce que veut l’exécutif. Le même type de réaction se produit chez le politologue grenoblois Frédéric Gonthier : « Le mouvement des ‘gilets jaunes’ est original dans son rapport à la politique et à l’organisation, il est donc assez peu fusionnable avec un mouvement syndical », commence par dire ce maître de conférences à Sciences Po Grenoble qui a coordonné l’étude de 5.000 questionnaires remplis par les membres des 300 groupes Facebook les plus fréquentés l’hiver dernier. Mais il note aussi : « Pour coaliser, il faut un ennemi et celui-là est bien identifié de part et d’autre : c’est Emmanuel Macron. »

Archipel ou front uni ?

Alors l’archipel ou le front commun ? On ne se perdra pas en conjecture, mais on peut en revanche examiner les éléments de continuité (ou pas) entre les deux révoltes. A première vue, tout les oppose : des travailleurs précarisés du secteur privé l’an dernier versus des professions à statut cet automne; des publics syndicalisés aujourd’hui contre des gens se défiant des corps intermédiaires et de tout mécanisme de représentation hier… Sauf que ces dernières semaines, les confédérations sont souvent dépassées par leur propre base, et les chercheurs font état d’acteurs communs aux deux mouvements. « Dans les manifestations de ‘gilets jaunes’, il y avait beaucoup de fonctionnaires de catégorie C et de ‘cols roses’, infirmières, aides-soignantes ou aides à domicile. Les professions qui craquent aujourd’hui étaient déjà mobilisées hier », souligne la sociologue Magali Della Sudda, qui a coordonné une étude de 1.500 questionnaires remplis sur les ronds-points et en manifestation.

Les publics n’étaient pas forcément identiques dans la rue – au maximum 300.000 manifestants – et sur les groupes Facebook. Et avec le temps, seuls sont restés les plus déterminés et les plus politisés. Ce qui peut expliquer que « l’assemblée des assemblées » des « gilets jaunes » ait récemment appelé à la mobilisation le 5 décembre.

L’influence des femmes

Mais il existe d’autres explications plus inquiétantes pour l’exécutif. « Les femmes étaient très présentes chez les ‘gilets jaunes’ et porteuses d’une forte exigence de solidarité ou de justice intergénérationnelle », relèvent en choeur Magali Della Sudda et Frédéric Gonthier. Alors forcément, elles se sentent concernées par la réforme des retraites. « Le peuple des ronds-points et les professions qui craquent ont pour point commun de se vivre comme les soutiers du modèle économique, des gens en première ligne mais pas reconnus », ajoute Jérôme Fourquet. Le mépris à leur endroit pour sentiment partagé, un sujet anxiogène (les retraites) et un coupable tout désigné (le président)… L’économiste Daniel Cohen (2) ne croit pas à la grève générale et ne voit pas de « plate-forme commune » entre les révoltés d’hier et ceux d’aujourd’hui. Ce n’est pas forcément signe de modération : « Leur seule demande commune pourrait être le retrait pur et simple de la réforme » – la CGT le demande déjà. Et de prévenir : « Il y a urgence, car il y a un point d’ébullition où les gens ne se satisferont que d’une capitulation du gouvernement. »

VIDEO. Un an après les « Gilets jaunes », le malaise persistant de la « France discount »

(1) Seuil 2019.

(2) « Les Origines du populisme », par Yann Algan, Elizabeth Beasley, Daniel Cohen, Martial Foucault, Seuil 2019.

Elsa FreyssenetNote(s) :

Articles connexes :

L’opposition à la réforme des retraites grandit

L’insécurité économique et la solitude : ferments du populisme

Macron face à l’archipel social

Rentrée : les sujets à risques du gouvernement sur le front social

« Gilets jaunes » : est-ce la fin du mouvement ?

« Gilets jaunes » : un an après, le malaise persistant de la « France discount »

Pourquoi les gilets jaunes n’ont pas réussi à transformer l’essai en politique

Cet article est paru en libre accès sur L‘Express (site web) Politique, mercredi 13 novembre 2019 – 1380 mots

par Julien Chabrout

Refus de représentation, défiance vis-à-vis des partis, incapacité à créer leur propre formation… Le mouvement n’a pas su s’intégrer dans le système politique partisan.

Le sondage était trop beau et il n’a pas résisté à l’épreuve du temps. Le 9 décembre 2018, une liste de gilets jaunes était créditée de 12% aux élections européennes, selon un sondage Ipsos pour le JDD commandé par La République en marche. Mais plus de six mois plus tard, le score des deux listes issues du mouvement a finalement été bien en-deçà: 0,54 % pour « Alliance jaune » de Francis Lalanne, et 0,01 % pour « Évolution citoyenne », menée par Christophe Chalençon.

La première tentative électorale des gilets jaunes s’est donc soldée par un échec. « Nous nous sommes présentés avec seulement 2500 euros, sans compte en banque. Par ailleurs, notre mouvement n’a pas été convié à un seul plateau télé, c’était compliqué de percer médiatiquement », avance Christophe Chalençon, joint par l’Express.

Les raisons de l’échec sont aussi plus profondes. « Ce n’est pas un scrutin très mobilisateur pour les classes populaires », rappelle à L’Express Magali Della Sudda, chargée de recherche au CNRS. « Le parti préféré des gilets jaunes est l’abstention », précise l’une des 70 personnes ayant réalisé une enquête sur les manifestants, avec le centre Émile Durkheim, une unité de recherche de Sciences Po Bordeaux.

« Ce mouvement était trop hétérogène politiquement pour pouvoir aussi rapidement se synthétiser sur une liste, ce qui nécessite une homogénéité », estime auprès de L’Express Éric Coquerel, le député de La France insoumise (LFI), formation qui n’a eu de cesse de se présenter en adéquation avec « l’esprit gilet jaune ». « Ce mouvement est tellement polymorphe qu’il est très compliqué d’incarner une seule des tendances », abonde la porte-parole d’EELV Sandra Regol.

La « cacophonie revendicative » des gilets jaunes

Dès le 4 décembre 2018, Jean-François Barnaba, l’une des figures des gilets jaunes, indiquait qu’il « travaillait » à la constitution d’une liste aux européennes. Sans succès. Une autre personnalité, Ingrid Levavasseur, avait renoncé en février dernier à mener sa liste. En cause: des menaces et des insultes suivies de défections dans ses rangs.

« Le simple fait de refuser l’émergence de leaders et de porte-paroles a contraint les gilets jaunes à une espèce de ‘cacophonie revendicative' », explique à L’Express Luc Rouban, directeur de recherche au CNRS et auteur de La matière noire de la démocratie , aux Presses de Sciences Po.

« Ils veulent être en dehors du système de la démocratie représentative », souligne également Luc Rouban. « Résultat: cela les conduit à s’auto-enfermer dans la contestation et ils n’ont pas de représentants ».

Gérer les désaccords, une difficulté de taille pour les gilets jaunes

Un an après le lancement du mouvement, une partie des gilets jaunes refuse toujours de plonger dans le grand bain et d’intégrer un système qu’ils dénoncent, via des candidatures aux élections, l’adhésion à un parti politique ou la création de leur propre formation. « Quand vous créez votre parti, vous êtes obligés de vous entendre sur un programme, de gérer des contradictions et des désaccords », observe Éric Coquerel. Une difficulté de taille pour des manifestants qui ne partagent pas tous le même socle idéologique.

« Dès le début du mouvement, un refus très fort a été exprimé vis-à-vis des partis et, d’une manière générale, de ce qui divise. Or la compétition électorale ou la politique divisent, c’est même le sens originel du terme ‘parti’, observe Magali Della Sudda. Néanmoins, cette docteure en histoire contemporaine note que « les syndicalistes de la base sont souvent bienvenus dans le mouvement, de même que les personnes membres de partis politiques, tant qu’elles ne récupèrent pas la contestation ».

LIRE AUSSI >> Un an après le début des gilets jaunes, 10 000 gardes à vue et 3100 condamnations

Si quelques gilets jaunes, comme le porte-parole de Debout la France (DLF) Benjamin Cauchy, ont été candidats aux européennes, la quasi-totalité d’entre eux s’est opposée à toute tentative de récupération politique. Contactée par plusieurs formations, notamment par LFI, Priscillia Ludosky avait ainsi décliné.

« Les gilets jaunes, c’est un mouvement social sans structuration politique sur lequel les partis n’ont pas de prise », analyse auprès de L’Express l’ex-premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis. Il poursuit: « Sous la Ve République, aucun mouvement social ne s’est transformé en mouvement politique. La mutation entre le social et la politique est complexe, parce que le social c’est le ‘tous ensemble’, tandis que le politique c’est le ‘moi sauf les autres’, ce n’est donc pas la même nature. »

« La création d’un parti regroupant les gilets jaunes ne peut pas fonctionner car c’est un mouvement social et non pas politique », abonde Nicolas Dupont-Aignan, député et président de DLF. Un constat partagé par le député européen du Rassemblement national (RN), Philippe Olivier, lui aussi joint par L’Express.

Groupe de réflexion, parti… Les initiatives des figures du mouvement

Mais d’autres gilets jaunes veulent offrir un débouché politique. Le 7 janvier, Jacline Mouraud, qui avait vite pris ses distances avec le mouvement, fondait son parti, les Émergents. L’expérience a tourné court. « Certains m’ont soutenu, d’autres m’ont dit que les gilets jaunes sont apolitiques », explique-t-elle aujourd’hui.

Jacline Mouraud s’est « rendue compte qu’un parti politique, cela enferme » et évoque son « mal de fou à trouver une banque ». Les Émergents sont désormais « en train de muter en groupe de réflexion politique et de propositions », précise cette gilet jaune « sur le fond, mais pas sur la forme ».

Malgré son échec aux européennes et en dépit des difficultés des gilets jaunes à maîtriser un certain nombre de codes de la vie politique partisane, Christophe Chalençon s’attelle lui à « structurer » au niveau régional son mouvement « Évolution citoyenne ». L’objectif? « Créer une force politique citoyenne en miroir à En marche », selon lui.

Figure de la contestation dans le Vaucluse, Christophe Chalençon souhaite que les gilets jaunes se dotent d’un ou de plusieurs porte-paroles et ‘d’une ligne politique ». Et voit plus loin: il compte se présenter aux élections législatives, en 2022, et souhaite que les gilets jaunes aient leur propre candidat à la présidentielle de cette même année. « La crise des gilets jaunes fera la prochaine élection présidentielle », assure Nicolas Dupont-Aignan. « Et si les gilets jaunes votent à la présidentielle, ce que je pense, Emmanuel Macron a du souci à se faire », veut croire le député de l’Essonne.

Les élections municipales dans le viseur

En attendant 2022, plusieurs figures comptent déjà se présenter aux élections municipales. Parmi elles, Benjamin Cauchy à Vigneux-sur-Seine, également dans l’Essonne, et Ingrid Levavasseur à Louviers, dans l’Eure, où elle sera candidate sur une liste « citoyenne » soutenue par LFI, le PCF et EELV. « Les municipales, c’est une élection où le projet est beaucoup plus palpable que pour d’autres », déclare-t-elle à L’Express.

LIRE AUSSI >> « Certains gilets jaunes trouveront leur voie dans les élections municipales »

La jeune femme, qui a pris ses distances avec le mouvement, note un changement d’attitude. « Jusqu’à présent, beaucoup de gens, comme moi, n’avaient pas de conscience politique. Je n’avais pas forcément envie de participer à la vie politique car cela n’avait pas de sens », explique-t-elle. « Mais de nombreuses personnes se sont rendues compte que, finalement, ‘intégrer le système’ pour pouvoir le changer de l’intérieur, ce n’était pas une mauvaise chose. Si l’on ne fait que de manifester et de râler, les choses ne peuvent pas évoluer. »

Un an après le coup d’envoi du mouvement, d’autres gilets jaunes, dénonçant initialement les difficultés à boucler les fins de mois, continuent de battre le pavé. Mais la mobilisation évolue. Certains ont rejoint les cortèges des récentes mobilisations en faveur du climat, où fleurissent des pancartes « Fin de mois, fin du monde = même combat ».

« La conscience politique se construit. Au départ, le mouvement était strictement apolitique. Aujourd’hui, il commence à conjuguer des revendications de réaction avec des demandes d’intérêt général. La question écologique est donc prise en compte car les gilets jaunes y sont confrontés au premier chef », note à L’Express le coordinateur politique de Génération.s, Guillaume Balas. Du gilet jaune au gilet vert, seule la couleur du chasuble change…

Les femmes voient jaune

Cet article est paru en libre accès sur Libération (site web) mercredi 6 novembre 2019 – 160 mots

Entretien réalisé par Léa Mormin-Chauvac

«45% de femmes ont participé à la mobilisation des gilets jaunes» explique l’historienne Magali Della Sudda, qui a travaillé sur le mouvement dès ses débuts.

«Sur les ronds-points, on a souvent vu des mères célibataires, rappelant les figures de femmes luttant pour avoir du pain, la justice sociale et les libertés au XVIIIe siècle. Ce sont les émeutières de 1848, de 1830… Mais au-delà du symbole historique, c’est la difficulté de leur quotidien qui les a poussées à occuper des ronds-points. Elles exercent souvent des professions emblématiques des difficultés sociales, les métiers du soin, largement féminisés: aides à domicile, infirmières, aides-soignantes, agentes dans les écoles. Elles sont les premières touchées par les réformes de l’État-providence entamées depuis vingt ans. Quand l’État se retire, elles sont aux premières loges : les familles doivent suppléer, mais elles ne le peuvent plus.»

Extrait d’«L», notre newsletter féminisme, genre et sexualités à découvrir gratuitement en vous inscrivant sur Libe.fr Cet article est paru dans Libération (site web)

«Quand l’Etat se retire, les mères sont aux premières loges»

Intégralité de l’entretien réalisé par Léa Mormin-Chauvac, Libération, 12 novembre 2019.

L’historienne et politiste Magali Della Sudda, qui mène avec d’autres chercheurs une enquête sur les gilets jaunes, commente la place des femmes dans le mouvement et leur positionnement vis-à-vis des féministes.

La présence des femmes dans le mouvement des gilets jaunes s’explique notamment par la forte féminisation des professions emblématiques des difficultés sociales, selon la chercheuse Magali Della Sudda. Cette historienne et politiste au centre Emile-Durkheim, à Bordeaux, a co-initié il y a un an un projet de recherche pour analyser le mouvement des gilets jaunes dès ses débuts. Plus de soixante-dix chercheurs dans la France entière y collaborent.

A lire aussi Gilets jaunes, un an après : les femmes mettent les ronds-points sur les «i»

Métiers emblématiques. «45 % de femmes ont participé à la mobilisation des gilets jaunes, selon les résultats de notre enquête, menée dès novembre 2018. On retrouve cette même proportion féminine dans les manifestations de 1995 contre la réforme des retraites ou, à l’opposé du champ politique, lors de la Manif pour tous en 2012-2013. Le mouvement a rassemblé des professions emblématiques des difficultés sociales, les métiers du soin, exercés principalement par les femmes : aides à domicile, infirmières, aides-soignantes, agentes dans les écoles.»

Femmes du peuple. «Sur les ronds-points, on a aussi vu des mères célibataires, rappelant les figures maternelles de femmes luttant pour avoir du pain, la justice sociale et les libertés au XIXe siècle. Ce sont les émeutières de 1830, de 1848… Ces combats de femmes du peuple font écho à la difficulté de vivre des mères mobilisées au sein des gilets jaunes. L’absence de porte-parole a poussé les médias à tourner leur regard vers ces participantes ordinaires. Au-delà du symbole historique, c’est la difficulté de leur quotidien qui les a poussées à occuper des ronds-points. La majorité d’entre elles n’ont pas les conditions d’existence suffisantes pour vivre décemment. Elles sont les premières victimes, les premières touchées par les réformes de l’Etat-providence entamées depuis vingt ans. Quand l’Etat se retire, elles sont aux premières loges : les familles doivent suppléer, mais elles ne le peuvent plus.»

Jonction avec les féministes. «Les tentatives de rassemblement entre féministes et gilets jaunes n’ont pas toujours abouti. Il y a eu des marches de femmes, des cortèges séparés à Bordeaux, à Paris. Le jour de la manifestation pour le droit à l’avortement du 28 septembre, certains gilets jaunes ne comprenaient pas pourquoi ces militantes étaient là. Parfois, cela a été l’inverse : le 24 novembre 2018, l’acte II des gilets jaunes a croisé la manifestation contre les violences faites aux femmes. Des manifestantes de ce cortège étaient également gilets jaunes. Et à Montpellier, les gilets jaunes ont fait une haie d’honneur aux militantes féministes.

«Depuis quelque temps, j’observe une jonction entre les deux mouvements : la question des féminicides a été remise à l’agenda par des collectifs féministes qui manifestent tous les samedis en même temps que les gilets jaunes. Il y a quelques semaines, la manifestation des femmes à Bordeaux a pris la tête du cortège des gilets jaunes, et des gilets jaunes étaient présents lors d’une performance pour dénoncer le silence à propos des féminicides. Quelque chose se passe, même si ça ne se fait pas du jour au lendemain. Mais le mouvement des gilets jaunes transcende les identités particulières. Quand les manifestantes portent la chasuble, elles ne sont pas là en tant que femmes, même si c’est le seul groupe avec une identité singulière.»

 

Gilets jaunes: quel sens politique?

Jeudi  17 octobre    2019  17 h – 20 h

EHESS, salle 8, 105 bd Raspail, 75006 Paris

avec

Magali DELLA SUDDA,  politiste (Centre Émile Durkheim, CNRS, Sciences Po, Bordeaux)

Collaboratrice de l’enquête nationale Gilets Jaunes – Jaune Vif

Gérard NOIRIEL, historien (IRIS, EHESS)

auteur de Les Gilets Jaunes à la lumière de l’histoire, Ed. de l’Aube 2019

Discutante et discutant :     Rose-Marie LAGRAVE et Emmanuel TERRAY

—————————————-

Deux questions organiseront l’essentiel du débat :

1) Que disent les mobilisations des Gilets Jaunes des fractures de la société, et quels déplacements nous obligent-elles à opérer  en termes d’approches?

2°) Que révèlent tant la répression policière et juridique à l’encontre des Gilets Jaunes que son traitement médiatique quant au mépris de classe dont elles et ils sont les victimes, empêchant la perception collective et politique de leur action ?

NB : Attentive au lien entre recherche et engagement, la section EHESS de la LDH appelle à assister aussi au prochain colloque de l’IIAC consacré à „L’approche ethnographique des Gilets Jaunes“ et organisé par Marc Abélès et Serena Boncompagni, à l’EHESS les 28 et 29 octobre prochains.

Discussion organisée par la section de la LDH de l’EHESS

Pour en voir plus : « Plein le dos » pour une mémoire populaire – la rue contre le mépris », un très beau site sur le mouvement.

« Les « gilets jaunes » sont écolos à leur manière »

Le Monde, mercredi 4 septembre 2019, p.28 – 1070 mots.

Propos recueillis par Aline Leclerc, Le Monde.

Les acteurs du mouvement, souvent qualifié d’anti-écologiste, veulent pourtant se réapproprier leur alimentation et leur consommation. C’est l’une des tendances qui émergent d’une enquête menée auprès de 1 300 « gilets jaunes », explique la politiste

Interpellés par la révolte des « gilets jaunes », soixante-dix sociologues, politistes et géographes ont répondu en novembre 2018 à l’appel du Centre Émile-Durkheim (CNRS-Sciences Po Bordeaux) en lançant un ambitieux projet de recherche pour appréhender ce mouvement social. Sur l’ensemble du territoire, dans les manifestations comme sur les ronds-points, plus de 1 300 « gilets jaunes » ont répondu à une enquête par questionnaire qui a été complétée, depuis lors, par plusieurs dizaines d’entretiens approfondis menés en face à face. Les premiers résultats de ces recherches avaient été publiés dans Le Monde du 12 décembre 2018. Une publication scientifique paraîtra à l’automne [ndr: dans la Revue française de science politique].

Magali Della Sudda, historienne et politiste chargée de recherche au CNRS, membre du Centre Emile-Durkheim, est spécialiste des questions de citoyenneté, de genre et de religion en France et en Italie. Elle commente les grandes tendances qui ont émergé de cette enquête.

Après neuf mois de recueil de parole des « gilets jaunes », notez-vous des évolutions au sein du mouvement ?

L’une des évolutions notables est sans doute son positionnement à l’égard de l’environnement. Ce mouvement, né d’une protestation contre la hausse des taxes sur le carburant, a souvent été qualifié d’antiécologiste. Notre enquête montre pourtant que les « gilets jaunes » qui estiment que l’écologie n’est pas une priorité sont très minoritaires. L’argument des fins de mois contre la fin du monde est battu en brèche.

A la question : « Certaines personnes défendent la hausse des taxes sur le carburant pour des raisons écologiques. Que leur répondez-vous ? », près d’un tiers des personnes répond : « Je suis pour l’écologie », et près d’une personne sur cinq : « C’est le kérosène et les yachts qu’il faut taxer. » Ce qui résume bien le mouvement : s’exprime une demande de justice dans les politiques environne mentales, fiscales et sociales. Un peu plus d’un sur dix estime que « ce n’est pas à [eux] de payer », qu’ « il faudrait que la taxe sur les carburants aille vraiment à l’écologie », ou que l’écologie, « c’est pour ceux qui ont les moyens .

Les « gilets jaunes » sont écolos, mais pas nécessairement à la manière des partis écologistes ou des associations environnementales. L’enquête témoigne ainsi de l’émergence d’une « praxis écolo populaire » – faire son potager, acheter sa viande chez l’éleveur d’à côté, consommer autrement. Plusieurs marchés citoyens réunissant producteurs locaux et habitants, et qui court-circuitent la grande distribution, ont vu le jour depuis le début du mouvement. On l’a constaté aussi bien en Gironde (à Saint-Macaire) que dans l’Oise ou en Bretagne. Des « gilets jaunes » ont aussi créé des jardins partagés dans l’idée de se réapproprier leur alimentation et leur consommation. Cela rappelle les jardins ouvriers mis en place au début du XXe siècle pour nourrir et pacifier la classe ouvrière, même si aujourd’hui l’initiative vient des citoyens, non du patronat ou des édiles.

(Crédit: s.n.)

Ce sont les mêmes « gilets jaunes » qui ont évolué, ou d’autres, qui sont arrivés après ?

Deux dynamiques sont à l’oeuvre à la fois. Des personnes qui ont déjà appartenu à des organisations syndicales, politiques ou associatives, souvent avec une fibre plus écologiste, ont rejoint le mouvement. Chez d’autres, il y a eu une prise de conscience, notamment à la faveur des rencontres sur les ronds-points, dans les Marches pour le climat ou lors de réunions avec des organisations écologistes comme Action non violente COP21 (ANV-COP21). Leur rapport à la politique et à l’engagement s’est transformé, ce qui peut expliquer, par exemple, que certains se lancent dans la création de jardins partagés. Au début ce n’était pas leur horizon d’action, mais lorsqu’ils ont été délogés des ronds-points, il leur a fallu trouver des modes d’action alternatifs. Le jardin partagé est apparu comme un outil de transformation sociale et politique, une création de « communs .

On voit aussi une évolution dans la place de la revendication sur le référendum d’initiative citoyenne (RIC). Qui aurait cru que des gens n’ayant jamais manifesté ni voté allaient participer à des ateliers citoyens sur la Constitution ? Les gens le disent, « maintenant je m’intéresse, je ne veux plus être passif », il y a un processus de politisation. Il faut se garder de généralisation hâtive, l’enquête en est à ses débuts, mais ces évolutions n’en demeurent pas moins significatives des transformations de ce mouvement social.

Avez-vous analysé ce succès du RIC parmi les « gilets jaunes » ?

Le référendum d’initiative citoyenne répond à deux préoccupations : faire en sorte que les demandes des citoyens soient mieux écoutées et exercer un plus grand contrôle sur le processus législatif. Il y a, chez les « gilets jaunes », le sentiment d’un déficit de démocratie, auquel, selon eux, le RIC pourrait remédier. Ce n’est pas tant la démocratie représentative qui est mise en cause que son fonctionnement : ils ne sont pas opposés, par principe, à la délégation du pouvoir à des représentants. On sort de la dichotomie entre démocratie directe et démocratie représentative, mais aussi de la dichotomie opposant démocratie substantive (agir au nom d’un groupe sans en faire partie, comme Jaurès quand il soutient les mineurs de Carmaux (Tarn) en 1892) et démocratie descriptive (seul un « gilet jaune » peut représenter les « gilets jaunes »). Cette réflexion complexe devrait inviter à réfléchir au calibrage des réformes institutionnelles.

La mobilisation est bien moins forte depuis trois mois. Peut-on parler de fin du mouvement ?

Beaucoup nous disent : « Avant j’étais seul devant ma télé, là, tout a changé, et je ne retournerai pas à ma vie d’avant. » Mais il est difficile de tenir le rythme des manifestations pendant huit mois. Par ailleurs, les médias s’en désintéressent : les opérations de blocage de juin tout comme les actions citoyennes ont eu moins de visibilité qu’en décembre un marché de producteurs n’est pas spectaculaire. C’est un classique des mobilisations : après la naissance, le mouvement se donne à voir par des actions collectives médiatisées, puis il décline dans l’espace public et médiatique.

Cette transformation est liée au mouvement lui-même (sa durée, ses modes d’action, sa composition), mais aussi à des facteurs extérieurs : les violences policières, les poursuites, la moindre médiatisation. Certains se désengagent et d’autres s’engagent différemment. C’est ce qu’on appelle un mouvement en veille : à la faveur d’un contexte favorable, les actions peuvent reprendre et les réseaux constitués se réactiver. Plutôt que de dire que le mouvement disparaît, il vaudrait mieux considérer qu’il évolue.

« Gilets jaunes » : quelles leçons pour les sciences sociales ?

France Culture, le 19 septembre 2019

À retrouver dans l’émissionL’Invité des Matins par Guillaume Erner

Alors que de nombreux travaux universitaires tentent d’éclairer le mouvement des « gilets jaunes », le décalage entre temps politique et médiatique et temps de la recherche apparaît criant. Les sciences sociales ont-elles les moyens d’éclairer des phénomènes sociaux en construction ?

Rassemblement de gilets jaunes le 7 septembre à Montpellier.
Rassemblement de gilets jaunes le 7 septembre à Montpellier.• Crédits : Pascal GUYOTAFP

Dix mois après l’acte I des « gilets jaunes », les universitaires se sont pleinement emparés de ce mouvement comme objet d’étude. De nombreux travaux académiques cherchent aujourd’hui à éclairer ce phénomène. Dans le même temps, le nombre de manifestants dans la rue a fortement faibli. Les « gilets jaunes » semblent avoir pris de court une partie du monde de la recherche, et le recul nécessaire pour étudier ce mouvement met en évidence le décalage entre actualité brûlante et temporalité du chercheur.

Que peuvent nous dire les sciences sociales sur les « gilets jaunes » ? Quelles leçons tirent-elles de ce mouvement ? Les sciences sociales ont-elles les moyens d’éclairer l’actualité en train de se faire ? 

Pour en parler, nous recevons Magali Della Sudda, historienne et politiste, chargée de recherche au CNRS, membre du centre Emile-Durkheim, co-autrice d’une l’enquête du centre Emile-Durkheim auprès de 1 300 « gilets jaunes », et Cyril Lemieux, directeur d’études à l’EHESS en sociologie, sociologue des médias, notamment co-auteur avec Bruno Karsenti de Socialisme et sociologie (éditions EHESS) et de Pour les sciences sociales, 101 livres (éditions EHESS).

Magali Della Sudda : 

L’écologie est bien présente dans le mouvement des « gilets jaunes » : il s’agit d’une pratique écologiste populaire. On note par exemple un réinvestissement des jardins individuels qui sont issus d’une pratique ouvrière. Les gilets jaunes se tournent aussi vers des marchés de producteurs locaux. 

Dans le mouvement des « gilets jaunes », les femmes ont réinvesti des rôles traditionnels mais elles ont aussi pris de nouvelles responsabilités comme des rôles de coordination ou de porte-parole. 

Parmi les 1 300 personnes que nous avons interrogées, une personne sur dix a spontanément dit être confrontée soit personnellement soit dans son entourage au handicap. 

Au début du mouvement, on pensait qu’on avait affaire à une défiance des « gilets jaunes » face à la démocratie. C’est plus compliqué : quand on creuse, on comprend qu’ils veulent plus de représentativité, de visibilité. 

Cyril Lemieux : 

Le complotisme est une manière maladroite mais réelle d’entrer en politique pour certains jeunes. C’est l’idée qu’on essaye de trouver sa place, de participer, d’avoir un rapport à l’Etat. Il témoigne de quelque chose de positif : il produit de l’énergie sociale. 

Il y a réellement un risque des sciences sociales de se confondre avec les idéologies : la sociologie avec l’idéologie socialiste, les sciences cognitives ou l’économie avec l’idéologie libérale et parfois même conservatrice. Mais je crois vraiment à la production d’un regard plus objectif sur la société par les sciences sociales.

Bibliographie

Pour les sciences sociales

Pour les sciences sociales : 101 livres CollectifEHESS, 2017

Les « Gilets jaunes » n’ont-ils plus rien à dire?

18h20 France Culture : Mme Magali DELLA SUDDA, chargée de recherche au CNRS, M. Olivier FILLIEULE, professeur de sociologie politique à l’Université de Lausanne, Mme Aline LECLERC, reporter au service politique du Monde (« Du grain à moudre » : « Gilets jaunes : qu’ont-ils encore à nous dire ? »)

Ils étaient 280 000 le 17 novembre dernier. Sept mois plus tard, les « gilets jaunes » ne sont plus que 7 000. Comment ont évolué leurs revendications ? Quel regard portent-ils aujourd’hui sur la mobilisation ? Comment voient-ils la suite ?

Des Gilets jaunes à Marseille, le 12 janvier 2019
Des Gilets jaunes à Marseille, le 12 janvier 2019• Crédits : Boris HORVATAFP

Ils étaient 280 000 le 17 novembre dernier. Plus que 7 000 avant-hier. En sept mois, la mobilisation des « gilets jaunes » a été divisée par 40. Chaque samedi enregistre désormais une moindre participation que le précédent. Est-ce à dire pour autant que cette mobilisation, d’une ampleur et d’une durée inédites, appartient au passé ?

Les résultats des européennes le laissent penser. Les listes qui affichaient leur appartenance aux « gilets jaunes » n’ont pas dépassé les 1% des suffrages. Signe, selon certains observateurs, d’un décalage entre la médiatisation de ce mouvement et la réalité de son ancrage.

Il serait pourtant périlleux de détourner trop vite le regard, tant ce mouvement a imprégné l’actualité politique et sociale de ces derniers mois. A son apogée, le soutien aux « gilets jaunes » était très largement majoritaire dans l’opinion. Il a obligé le pouvoir exécutif à réagir, sur le fond et sur la forme.

Quant à la participation aux actions (manifs du samedi, occupation des ronds-points), elle a transformé celles et ceux qui y ont participé. Et qui continuent, autrement, à se mobiliser.

« A quoi les Gilets jaunes sont-ils réduits ? »

Articles :

« Qu’espèrent les derniers Gilets jaunes ? », Le Républicain Lorrain, le 17/06/2019

[abonnés] « « Gilets jaunes » : après six mois de contestation, l’heure du découragement », Le Monde, le 17/05/2019

« Dans la Meuse, une assemblée de « gilets jaunes » de toute la France propose un appel commun », Le Monde, 27/01/2019

Analyses :

[abonnés] « « Gilets jaunes » : une enquête pionnière sur la « révolte des revenus modestes » », tribune d’un collectif de chercheurs (dont Magali Della Sudda) pour Le Monde, le 11/12/2018

[abonnés] « « Gilets jaunes » : moins mobilisés, toujours aussi visibles, 5 mois après, où en est le mouvement ? », Le Monde, le 19/04/2019

[abonnés] Mediapart, « Gilets jaunes: la recherche aussi s’est mobilisée », Mediapart, le 19/04/2019 

https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-a-moudre/du-grain-a-moudre-emission-du-lundi-17-juin-2019