Archives par mot-clé : Gilets jaunes

Élections européennes 2019 : « Politiquement, le jaune a cessé d’être une couleur primaire »

mercredi 29 mai 2019 – 891 mots

Signataires : Loïc Bonin , Centre Emile-Durkheim – université Paris-Dauphine; Magali Della Sudda , Centre Emile-Durkheim – CNRS et Sciences Po Bordeaux; Ornella Graziani , Lisa ICPP, Universita di Corsica Pasquale-Paoli; Pauline Liochon , Centre Emile-Durkheim – université Paris-Dauphine; Frédéric Neyrat , DySoLab, université de Rouen.

Les listes qui ont endossé le message des « gilets jaunes » ont échoué dans les urnes, malgré la repolitisation des citoyens enclenchée par le mouvement, constate, dans une tribune au « Monde », un collectif de chercheurs. Collectif

Tribune . Il n’y aura donc pas eu de vague jaune mais dix ans après leur score historique de 2009, une nouvelle vague verte. Les sondages ne l’avaient guère anticipée, tout comme ils n’avaient pas vu venir l’effondrement des Républicains et de La France insoumise. L’abstention, en recul par rapport au dernier scrutin européen, s’élève à près d’un électeur sur deux : 49,88 % des personnes inscrites ne sont pas allées voter. Le Rassemblement national se maintient en première position. Nouvelles venues dans la compétition, les listes « gilets jaunes » n’ont pas remporté le succès escompté au regard de la mobilisation inédite par son ampleur et sa durée. Le mouvement des « gilets jaunes » n’aurait donc pas trouvé de traduction politique aux européennes ?

Certes, les scores des « listes jaunes » sont très faibles : l’Alliance jaune, emmenée par Francis Lalanne, obtient 0,54 % des suffrages, la liste tirée au sort du Mouvement pour l’initiative citoyenne, avec à sa tête Gilles Helgen, réalise 0,03 %, tandis qu’Evolution citoyenne rassemble 0,01 % des voix.

Les « gilets jaunes » étaient pourtant bien présents dans cette campagne. Dès le début du mouvement, l’hypothèse d’une liste « gilets jaunes » avait été testée par les sondeurs. Un sondage, commandité par La République en marche (LRM), leur prédisait un score de 12 %. Une liste Ralliement d’initiative citoyenne (RIC) émergeait d’ailleurs le 23 janvier, avec à sa tête Ingrid Levavasseur. Les critiques l’accusant de faire le jeu d’Emmanuel Macron s’accompagnèrent d’une violence qui se déploya notamment sur les réseaux sociaux et qui la conduisirent très rapidement à renoncer à se présenter.

Peu d’intérêt pour l’Europe

Il n’y eut donc pas de liste de rassemblement, et trois listes revendiquaient directement la couleur jaune; à quoi il faudrait aussi ajouter la liste de Florian Philippot, rebaptisée Ensemble patriotes et « gilets jaunes » (0,6 %) après que Jean-François Barnaba, autre « gilet jaune » médiatique, l’a rejoint. Les partis politiques présents dans les manifestations aux côtés des « gilets jaunes » ne semblent pas avoir bénéficié de la mobilisation.

Il faudra voir, avec les sondages sortis des urnes et les enquêtes postélectorales, ce qu’ont été finalement les votes des « gilets jaunes ». Avec toutes les réserves méthodologiques d’usage tenant à ce que signifie « gilet jaune ». A quelle pratique et à quelle intensité de mobilisation cela renvoie-t-il : être sympathisant, manifester, être sur un rond-point ? Et sur quelle durée ? On peut faire l’hypothèse que l’augmentation inattendue de la participation à ces élections doit paradoxalement quelque chose à ce mouvement social et à ses suites.

L’intérêt pour l’Europe se manifeste peu dans le mouvement des « gilets jaunes ». L’Europe est peu visible sur la scène manifestante. A titre indicatif, un comptage réalisé sur 900 « gilets jaunes » et pancartes brandies en manifestation (à Paris et Nice) montrait une référence à l’Europe dans plus de 5 % des cas. Une référence critique le plus souvent, quand elle est ainsi arborée, avec une évocation du « Frexit ».

Dans l’enquête – par questionnaire – réalisée entre le 24 novembre et le 16 mars, l’Europe n’est pas la principale motivation pour manifester ou être sur le rond-point (19 ont mentionné l’Europe sur 928 questionnaires, avec une tonalité négative). C’est une question qui peut diviser. Le mouvement des « gilets jaunes » est composite, avec une forte mise à distance des partis politiques, comme le montre notre enquête.

Politisation en dehors des urnes

Politiquement, le jaune a cessé d’être une couleur primaire. De manière inédite, le mouvement a pu et peut réunir effectivement des personnes aux sensibilités politiques différentes, pour ne pas dire franchement divergentes. C’est sans doute la raison de son succès initial, comme celle de sa durée. Ainsi, sur ce rond-point, occupé durablement, comme dans tant d’autres, la règle est que l’on ne parle pas de ses positions partisanes pour ne pas se diviser.

Il y avait donc un risque à ce que l’élection européenne soit vécue sur le mode de la division et que la faible préoccupation affichée se traduise par une faible participation. Les résultats, corroborés par les discussions sur les réseaux sociaux, invitent à déplacer le regard. La mobilisation des « gilets jaunes » pose la question d’une repolitisation. Elle se manifesterait, au-delà de la revendication initiale et unificatrice sur le prix des carburants, dans l’intérêt pour des questions touchant à la justice fiscale, à la redistribution, aux politiques sociales, aux services publics, autrement dit au politique.

Révélatrice aussi de cet intérêt renouvelé pour la chose politique a été l’émergence de préoccupations institutionnelles portant sur la Constitution, le référendum sous ses différentes formes, le rôle des élus ou encore l’Etat de droit quand il est mis à mal par des violences policières. Une repolitisation ancrée dans l’expérience et le quotidien des personnes mobilisées, qui pourrait expliquer que ce regain de la participation n’ait pas profité aux listes « gilets jaunes » et aux partis les soutenant à un niveau européen, mais qui trouvera peut-être une expression spécifique lors des élections municipales.

Quels enseignements peut-on tirer de la mobilisation des gilets jaunes ?Trois clefs pour comprendre

Sud Ouest, mardi 30 avril 2019, p. Bergerac ~ Sarlat-C1_4- 433 mots,

par Jefferson Desport

1 Quel est le portrait-robot du gilet jaune ?

À la faveur des premiers résultats de l’étude menée depuis mi-novembre sur ce mouvement et à laquelle participe Magali Della Sudda, plusieurs traits communs émergent. À commencer par leurs revendications dont les trois principales sont : ” Le pouvoir d’achat, une réforme institutionnelle pour améliorer la représentation et la justice sociale. Mais, observe Magali Della Sudda, il n’y a rien sur l’immigration, ni sur la laïcité. “

Sur le profil des manifestants, là aussi des éléments apparaissent. ” Parmi les personnes qui nous ont répondu, nous avons une forte proportion de femmes, souligne la chercheuse. Ce n’est pas du 50-50, mais on s’en rapproche. L’âge moyen est de 47 ans. Beaucoup sont concernés directement ou indirectement par la question du handicap et de l’invalidité. ” Enfin, l’étude en cours fait apparaître un revenu moyen de ” 1 800 euros par foyer “. ” Ce sont des gens très modestes “, appuie Magali Della Sudda.

2 Peut-on parler d’une crise de la représentation ?

Parmi les lignes de force qui soutiennent ce mouvement émerge aussi la réelle défiance des représentations habituelles. ” Ce mouvement est très protéiforme, souligne Vincent Tiberj, mais il y a un décrochage face à la représentation classique. C’est fini le temps du citoyen bien éduqué qui s’en remettait aux élites pour choisir pour lui. Cette culture de la déférence est terminée. “

Une analyse confirmée par les entretiens menés sur les ronds-points, comme le souligne Magali Della Sudda. ” Pour trois-quarts des gilets jaunes, les partis n’ont pas leur place dans le mouvement. Tout comme les syndicats. On note aussi le refus de se positionner sur l’axe gauche-droite. ” Mais ceux qui le font penchent ” plutôt à gauche “. Si elle ne nie pas la présence ” d’identitaires “, elle affirme que ” ce n’est pas le gros des troupes “.

3 Que peut devenir le mouvement ?

Se refusant à jouer les astrologues, Magali Della Sudda estime néanmoins que ” des changements très profonds ” sont à l’oeuvre. Pour Vincent Tiberj, l’avenir s’annonce, en revanche, ” compliqué “, en raison notamment de ” la culture anti-chef ” des gilets jaunes.

Une certitude : si le Grand Débat a rassemblé près de 2 millions de contributions, ce résultat mérite d’être nuancé à leurs yeux. ” On n’a pas les mêmes chances de participer selon que l’on est un homme ou une femme, selon qu’on s’intéresse à la politique ou pas, qu’on est diplômé ou pas, souligne Vincent Tiberj. Rien que le mécanisme d’écrire sur Internet a exclu un certain nombre de citoyens. Tout cela renvoie à des inégalités sociales. “

(1) Retrouvez cette interview sur

Elles sont Gilets Jaunes : qui sont ces femmes qui manifestent ?

Cet article est paru en libre accès dans Le Journal des Femmes (site web), vendredi 29 mars 2019 – 528 mots

par Lucile Bonnin

Photo: Claude Paris/AP/SIPA

Dans les manifestations des gilets jaunes, on peut voir des femmes seules, des mères, des femmes au foyer, des travailleuses salariées, employées…. Sur les ronds-points ou dans Paris elles font entendre leurs voix. On les aperçoit, mais on ne les connait pas. Une enquête réalisée par Elabe et commandée par l’institut Montaigne permet de dresser le portrait-robot des femmes gilets jaunes et leurs conditions de vie… Qui sont ces manifestantes ?

Gilets jaunes. Une expression tellement utilisée aujourd’hui qu’on en oublierait le sens. Pourtant derrière ce terme se cachent des hommes… et des femmes ! C’est grâce à une étude menée par Elabe pour l’Institut Montaigne que l’on peut préciser plus clairement le profil type d’un(e) gilet jaune. L’acte 19 a rassemblé 40 000 personnes en France. Lors de ce dernier weekend du 23/24 mars 2019, une nouvelle polémique a fait surface. Une septuagénaire, militante d’Attac, a été blessée alors qu’elle participait à la manifestation non-autorisée à Nice. Un événement qui montre que les femmes son présentes et actives dans le mouvement Gilets Jaunes. Des visages féminins qui ont des points communs et dont la visibilité est forte. Qui sont-elles ?

Les femmes seules en tête de cortège

Les gilets jaunes sont majoritairement issus de classes populaires : 25 % sont ouvriers ou ouvrières et 20% sont employé-e-s. Dans l’Express, on peut lire que 53 % d’entre eux sont des hommes mais que cela reste un mouvement inhabituellement porté par des femmes. “C’est assez inédit de voir les femmes aussi présentes sur des lieux, types barrages routiers et blocages, qui jusqu’à présent, dans d’autres mouvements sociaux étaient des types d’actions masculins” explique Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS et à Sciences-Po Bordeaux dans Tv5Monde. L’étude relève un autre point particulièrement intéressant : les femmes vivant seules avec enfants sont surreprésentées chez les gilets jaunes (12%). Les gilets jaunes, en grande majorité, ont aussi des fins de mois difficiles pour 65% d’entre eux et considèrent à 87% vivre dans une société injuste.

Une défiance unificatrice envers les politiques

Que ce soit pour un homme ou bien pour une femme, une chose est certaine : la confiance envers les institutions se fait de plus en plus difficile. Les gilets jaunes sont 75% à se méfier des partis politiques et 80% à défier le chef de l’État. Un rejet du système politique français se fait ressentir dans leurs préférences relevées par l’étude Elabe. 33% des manifestants rejettent tout parti politique, 19% sont proches du Rassemblement National et 10% de La France Insoumise.

Le sentiment d’injustice et d’abandon de la part des politiques est ce qui unit le plus les deux sexes.

Laëtitia Casta explique dans une interview au magazine Grazia que les femmes, malgré leurs vies parfois compliquées, “tiennent parce qu’une femme sait à l’euro près ce que ça représente, le coût de la vie. Leur vision est concrète.”

Si par le biais des gilets jaunes, les femmes apportent une nouvelle image de la politique, on peut espérer que l’environnement politique dirigé majoritairement par les hommes saura davantage évoluer et se restructurer. Avec cette vindicte populaire, la féminisation de la chose publique est en marche…

Pourquoi les « gilets jaunes » ont épargné les employeurs

Les Échos, no 22907 Idées & Débats, jeudi 14 mars 2019, p. 8 – 970 mots

L’analyse de la rédaction par Elsa Freyssenet

Sur les ronds-points comme dans les réunions du grand débat national, les Français parlent de pouvoir d’achat, de fiscalité, de dépenses contraintes, mais pas de salaires. La révolte fiscale a-t-elle remplacé la revendication salariale ?

Comme souvent, Marlène Schiappa a mis les pieds dans le plat lors d’une rencontre du grand débat national : « Je suis frappée de voir des gens pas assez payés s’en prendre non pas aux employeurs, non pas aux partenaires sociaux, mais à l’Etat », a lancé la secrétaire d’Etat. Un sentiment isolé ? Pas du tout.

Début janvier, un ministre de premier plan s’offusquait en privé : « Le pouvoir d’achat, c’est d’abord la responsabilité des employeurs ! Cette fois-ci, les patrons ont été épargnés, mais ce ne sera pas forcément le cas la prochaine fois… »

Qu’il s’agisse d’un mouvement d’humeur de la part de ministres bousculés par les « gilets jaunes » ou d’un sentiment plus diffus chez les politiques d’être pris pour cible à la place du patronat, la question n’est pas anecdotique. Auteur de « La Lutte et l’Entraide », l’historien Nicolas Delalande la formule ainsi : « Au lieu de remettre en cause en priorité les inégalités primaires produites par le marché, les ‘gilets jaunes’ ont surtout demandé à l’Etat de ne pas les aggraver. » Et la tendance se poursuit, au-delà de leurs rangs, dans le cadre du grand débat national. « Dans les réunions locales, les entreprises sont ciblées sur leur empreinte environnementale mais pas sur le pouvoir d’achat », confie la secrétaire d’Etat Emmanuelle Wargon .

Pourquoi se retourner vers l’Etat et pas vers son employeur quand on a des problèmes d’argent ? La révolte fiscale a-t-elle ou non pris le pas sur la revendication salariale ? Le mouvement actuel étant composite et soumis à des mutations, les réponses ne peuvent être que partielles et multiples.

Il y a bien sûr l’étincelle de départ qui cadre la suite et, dans le cas présent, c’est la hausse des taxes sur le carburant. Les retraités, travailleurs indépendants et petits chefs d’entreprise vus sur les ronds-points n’avaient pas de raisons de s’en prendre à un patron qu’ils n’ont pas. Les infirmières, aides-soignantes et fonctionnaires de catégorie C – « relativement nombreux dans les manifestations » , souligne la sociologue Magali Della Sudda – avaient, eux, toutes les raisons de se retourner vers l’État employeur.

La première explication découle de ce constat : les « gilets jaunes » ont des statuts professionnels très différents, même s’ils ont en commun leur difficulté de vie matérielle. Ils ne touchent pas tous un salaire, mais tous paient des impôts ou des taxes. Un plus petit dénominateur commun qui s’étend aux Français, dont les sondeurs constatent depuis des années le « ras-le-bol fiscal » . Mais pas une demande de moins d’Etat, au contraire.

Au-delà des circonstances présentes, il y a l’Histoire. La construction du sentiment national par la promesse d’une égalité de traitement entre territoires – « c’était la contrepartie au jacobinisme » , souligne Bruno Cautrès, politologue au Cevipof. Et, ajoute Nicolas Delalande, « le rôle que les républicains attribuent à l’Etat pour contenir les inégalités » . Par la fiscalité, par la redistribution et, pendant les Trente Glorieuses, par son intervention dans l’économie.

Pour mettre fin aux grèves de Mai 1968, le gouvernement avait augmenté le SMIC de 35 % et obtenu des organisations patronales une hausse des salaires de 10 %. Autres temps, autres moeurs… Avec la crise et la désindexation des salaires, l’Etat n’a conservé que deux outils : le niveau des cotisations (que le gouvernement a réduit) et celui du SMIC. Les seules mobilisations nationales sur les salaires concernent désormais la fonction publique. S’agissant du secteur privé, les dernières manifestations interprofessionnelles sur le sujet remontent à 2009, dans la foulée de la crise financière.

Voilà déjà des raisons de conclure à un glissement de la conflictualité des salaires vers la fiscalité. Sauf que ce serait trop simple… Car les conflits salariaux n’ont pas disparu : ils sont, presque chaque année, la cause de la moitié des grèves dans le secteur privé, selon le ministère du Travail. « Pour l’essentiel, cela se passe au niveau de l’entreprise. C’est donc moins visible » , souligne le politologue Jean-Marie Pernot, spécialiste des mouvements sociaux à l’Ires. La raison pour laquelle il conteste l’idée d’un remplacement de la revendication salariale par une réclamation fiscale. Les deux seraient concomitantes mais portées par des groupes sociaux différents.

Une autre grille de lecture, pas forcément contradictoire, consiste à se dire que les Français qui s’en prennent à la fiscalité agissent avec pragmatisme. La sociologue Magali Della Sudda coordonne une enquête pluridisciplinaire fondée sur un millier d’entretiens réalisés sur les ronds-points et dans les manifestations. Elle confie : « Les salariés des TPE, dont le patron partage des conditions de vie comparables, ne le perçoivent pas comme un exploiteur. Pour les salariés des multinationales, le patron est très, très loin, et les précaires n’ont pas de collectif de travail. Quand on ne sait plus vers qui se tourner, il reste l’État. » L’historien Gérard Noiriel ajoute : « Avec la pression sur le coût du travail due à la mondialisation et les fermetures d’usines, il peut y avoir une intériorisation que se battre contre son patron est dangereux. »

Si l’on poursuit ce raisonnement, la conscience que « l’État ne peut pas tout » aurait conduit non pas à une réduction des demandes à son endroit, mais à un changement de nature de ces demandes. Les Français ne se retourneraient donc pas vers l’État pour tout et n’importe quoi, mais s’adresseraient juste à l’interlocuteur qui peut encore leur donner quelque chose.

Encadré(s) :

Traditionnellement, les salaires sont au coeur des grands mouvements sociaux, mais celui des « gilets jaunes » fait exception à la règle.

Cela s’explique en partie par la grande différence de leur statut professionnel.

Qu’ils soient retraités ou travailleurs indépendants, beaucoup n’ont pas de patron, mais tous paient des impôts.

Les revendications salariales n’ont pas pour autant disparu, mais elles s’exercent désormais à l’intérieur des entreprises.

Municipales: «Il est difficile de prévoir le vote des “gilets jaunes”»

Le Figaro (site web) vendredi 21 février 2020 – 1209 mots

par Carcenac, Paul

INTERVIEW – Magali Della Sudda est universitaire et a coordonné la plus vaste enquête menée en France sur les «gilets jaunes». Elle analyse les mutations du mouvement né il y a plus d’un an.

Les «gilets jaunes» n’ont pas disparu. En province, surtout dans le sud de la France, certains réinvestissent des ronds-points. Magali Della Sudda est l’une des universitaires qui connaît le mieux la dynamique de ce mouvement. L’hiver dernier, elle a coordonné la plus vaste enquête sociopolitique menée sur le sujet par quatre-vingts chercheurs.

Aujourd’hui, elle continue de suivre l’évolution de la mobilisation, et ses mutations. À l’heure des municipales, les «gilets jaunes» ne considèrent toujours pas les urnes comme un moyen d’expression efficace. Ils semblent, en revanche, avoir trouvé dans la contestation contre la réforme des retraites un nouvel angle d’attaque face au gouvernement.

LE FIGARO.- Aucune liste de «gilets jaunes» n’émerge dans la campagne des municipales. Après l’échec des européennes, peut-on dire que le mouvement se dirige vers un nouveau rendez-vous électoral manqué?

Magali DELLA SUDDA.- Nous, chercheurs, pensions que les municipales seraient l’occasion pour les «gilets jaunes» de faire le lien avec le champ politique. Le jeu des partis est moins important qu’aux européennes. Personnellement, je révise mon jugement. Il faut attendre le dépôt des listes, mais, pour l’instant, ils ne semblent pas s’engager massivement dans la campagne. Notre enquête a montré que ces personnes sont toujours éloignées des urnes et ne sont pas convaincues que le vote soit forcément la meilleure manière d’exprimer leurs opinions.

» LIRE AUSSI – Européennes 2019: les listes «gilets jaunes» obtiennent moins de 1% des voix

Néanmoins, dans quelles villes devra-t-on surveiller les résultats?

Les petites communes seront sûrement plus intéressantes à observer que les métropoles, peu ouvertes aux nouveaux entrants. Des listes de collectifs de «gilets jaunes» s’y créent. On peut supposer des passages plus faciles du rond-point à la mairie dans ces lieux où ils vivent en majorité comme l’a montré mon collègue Etienne Walker. Des listes «citoyennes» leur réservent aussi des places. C’est une formule qui semble fonctionner. Il y a celle de Philippe Poutou à Bordeaux, créditée dans un sondage à 11 % des intentions de vote, ou encore celle, à Cenon (Gironde), emmenée par le «gilet jaune» Alexandre Ribeiro.

Ingrid Levavasseur, ex-figure du mouvement, est impliquée dans la campagne à Louviers, dans l’Eure, mais pas en tant que représentante du mouvement. Contestée par la base en raison de son ambition politique aux européennes, elle avait annoncé assez tôt qu’elle s’engagerait pour les municipales. Son parcours semble illustrer la difficulté qu’ont les «gilets jaunes» à avoir une trajectoire électorale. La suspension de la circulaire Castaner (qui prévoyait de ne plus attribuer de nuance politique dans les villes de moins de 9000 habitants, NDLR) est une bonne nouvelle: cela permettra d’observer le score des «gilets jaunes» sur le plan national.

Dans les urnes, n’est-ce pas le Rassemblement national qui, dans un élan de «dégagisme», peut bénéficier d’un «effet “gilet jaune”»?

Il n’y a pas de traduction automatique d’un mouvement social dans les urnes. La plupart des «gilets jaunes» refusent de se positionner sur l’axe gauche-droite. Ceux qui expriment quand même une préférence politique citent plus souvent la gauche radicale. Très peu d’entre eux se revendiquent proches du RN, dans les enquêtes.

Il y a bien eu des tentatives de militants identitaires d’occuper des ronds-points, mais ils étaient minoritaires. En revanche, les «gilets jaunes» qui sont actifs sur les réseaux sociaux expriment une préférence bien plus affirmée pour l’extrême droite. C’est pour cela qu’il est difficile de prévoir leur vote.

Des «gilets jaunes» continuent de défiler, avec des affrontements, chaque samedi en province, en particulier dans le sud de la France. De qui est composé ce noyau dur?

Il y a des gens qui sont là depuis le premier jour du mouvement, le 17 novembre 2018, et qui n’ont jamais fait défection. On remarque aussi le retour de personnes qui avaient disparu. Elles reviennent depuis quelques semaines à la faveur des mobilisations contre la réforme des retraites, de la défense de l’hôpital public ou de la grève des enseignants.

On note enfin la présence d’une troisième catégorie de personnes, avec une double casquette: «gilet jaune» et syndicaliste, ou membre d’un parti de gauche. On voit désormais, le samedi, à Bordeaux ou à Toulouse par exemple, des cortèges avec des drapeaux. Les syndicalistes, très longtemps sceptiques, ont appris à connaître les «gilets jaunes».

La convergence entre les «gilets jaunes» et les syndicats, qui avaient des relations très compliquées, s’est donc finalement opérée?

Pas tout à fait. Selon les lieux et les configurations, les pratiques et les habitudes peuvent diverger entre la CGT et les «gilets jaunes». Ces derniers ne sont pas habitués à défiler dans un cortège, avec un service d’ordre, qu’on leur dise où aller. La moitié d’entre eux, au début du mouvement, n’étaient pas habitués aux manifestations.

» LIRE AUSSI – Bousculés par les «gilets jaunes», les syndicats cherchent la parade

Les cultures militantes se frictionnent. Reste que la contestation contre la réforme des retraites a ouvert un espace de convergence comme le souligne Karine Clément. Elle s’est créée en Lorraine, sur les ronds-points, comme à la RATP, où les grévistes se sont réapproprié le gilet jaune.

Laval, Boulogne-sur-Mer, Vannes, Poitiers, Cahors… Ces dernières semaines, plusieurs groupes composés de dizaines de «gilets jaunes» se rassemblent de nouveau sur des ronds-points. Le signe d’un retour?

On ne peut pas prédire l’avenir. Il s’agit principalement de ronds-points où les «gilets jaunes» ont une sensibilité à la question sociale, avec une majorité de gens de gauche. Nous avons surtout des éléments de l’enquête faite en Moselle par ma collègue Karine Clément, ou de Raphaël Challier dans l’Est de la France. On remarque que le mouvement contre la réforme des retraites les a remobilisés et leur a donné l’espoir d’une mobilisation plus large.

Ils y ont vu un second souffle. Ils sont très concernés par cette question car ils sont en moyenne plus âgés qu’en manifestations. Il y a plus d’ouvriers ou de femmes travaillant dans le domaine médico-social.

Le référendum d’initiative citoyenne, le RIC, a disparu du débat public aussi brutalement qu’il y est entré…

Ce mot d’ordre du RIC a permis, à un moment, de faire tenir une coalition de personnes qui avaient des visions du monde très différentes. Il était la clé pour traduire les demandes des «gilets jaunes» en actions politiques concrètes. Mais il y avait des débats sur ses modalités, sur sa mise en œuvre. Il a cependant eu deux traductions. Le référendum sur la privatisation des aéroports de Paris (ADP), même s’il va échouer, a recueilli plus d’un million de signatures. Il y a aussi la conférence pour le climat avec 150 citoyens tirés au sort. Sans les «gilets jaunes», ces dispositifs n’auraient jamais existé.

Bastion des gilets jaunes, Bordeaux s’interroge sur les violences

Cet article est paru en libre accès dans La Croix (site web), samedi 19 janvier 2019 – 573 mots

par Simon Barthélemy (à Bordeaux)

Dans la métropole girondine, depuis le début du mouvement, les violences sont légion, que ce soit du côté des manifestants ou de celui des forces de l’ordre.

Olivier Béziade est sorti du coma mercredi 16 janvier au soir. Ce père de famille et pompier volontaire de 47 ans, vivant à Bazas (Gironde), manifestait le samedi précédent à Bordeaux lorsqu’il a été touché à la nuque, probablement par un tir de flashball de la police. Depuis son réveil, son pronostic vital n’est plus engagé, mais sa main est encore paralysée.

Des blessures extrêmement graves

La préfecture de la Gironde a saisi l’IGPN (la « police des polices ») pour faire la lumière sur cette affaire mais elle n’a pas déclenché d’enquête pour d’autres faits similaires. Lors de ce même « acte IX », un jeune homme a été éborgné par un tir de lanceur de balles de défense (LBD).

Depuis le début du mouvement des gilets jaunes en Gironde, « on dénombre ainsi pas moins d’une dizaine de personnes victimes de blessures extrêmement graves, irréversibles », s’est indigné vendredi 18 janvier un collectif d’associations, syndicats et partis de gauche (FSU, CGT, SNJ-CGT, Ligue des droits de l’Homme…), citant « des défigurations du visage, l’ablation d’un testicule, des handicaps moteurs permanents, deux mains arrachées ».

À lire?: Le Sud-Ouest, terre de « gilets jaunes »

Ce collectif demande au préfet de la Gironde, outre un moratoire sur les LBD, « l’abandon immédiat des techniques répressives dangereuses et excessives ». L’Observatoire girondin des libertés publiques a dénoncé également de son côté « la brutalité et l’illégalité de telles pratiques de “maintien de l’ordre” ». Il collecte des témoignages de victimes, et des avocats pourraient former un recours collectif en justice.

Des poches de pauvreté

Comment expliquer de tels déchaînements à Bordeaux?? Car avant ces derniers épisodes, la mobilisation massive de gilets jaunes, plusieurs milliers de manifestants tous les samedis, souvent plus qu’à Paris, avait aussi été marquée par des actes non moins violents côté manifestants.

Ici, la gauche radicale fait des scores importants, Jean-Luc Mélenchon y a recueilli 23,43 % des voix au premier tour en 2017. Selon le président (PS) du département, Jean-Luc Gleyze, la métropole bordelaise est l’« incarnation d’une société mondialisée qui fonctionne comme un rouleau compresseur ». Si le dynamisme économique et démographique de la ville est pour lui « une chance pour la Gironde », il « peut créer un sentiment de fracture avec les communes moins bien loties », précise-t-il.

Ainsi, relève François Richard, de la FSU33, les gilets jaunes qui se réunissent à Bordeaux viennent du « couloir de la pauvreté » situé au nord de la Gironde, dans des territoires viticoles et des petites villes (Médoc, Blaye, Libourne…).

Une « gentrification » de la ville

Mais avec 17,2 % de Bordelais en dessous du seuil de pauvreté, la ville elle aussi « concentre une grande partie de la misère départementale », comme le rappelle Alain Juppé. Magali Della Sudda, coordonnatrice d’une vaste enquête du Centre Émile Durkheim (Sciences-Po Bordeaux) sur les gilets jaunes, l’explique par une « gentrification » de la ville?:

« La métropolisation s’est accompagnée de transformations sociales et urbaines très brutales : destruction de l’habitat populaire traditionnel, augmentation très importante de l’immobilier (évoquée à plusieurs reprises par les gilets jaunes) et éviction des ménages modestes, dans un contexte où les infrastructures de transport et scolaires sont lacunaires.»

Magali Della Sudda, CNRS, coordinatrice de l’enquête Gilets jaunes

Beaucoup ont donc dû (ou préféré) quitter Bordeaux, tout en étant contraints de s’y rendre chaque jour pour le travail. Des vies pendulaires qui peuvent nourrir la colère.

Ces femmes «gilets jaunes» qui ont investi les ronds-points

Le Figaro.fr, mercredi 12 décembre 2018 – 1605 mots

Lombard-Latune, Marie-Amélie, Ducros, Christine

ENQUÊTE – Au sein de ce mouvement né sur les réseaux sociaux et sans vrais leaders, les femmes sont en première ligne. Familières des fins de mois difficiles, élevant souvent seules leurs enfants, rejetant la politique, elles ont été parmi les plus promptes à se mobiliser.

Marine Charrette-Labadie, 22 ans, est serveuse à Brive-la-Gaillarde. Au chômage depuis quelques mois. Le jour où Éric Drouet, chauffeur routier de Melun, en Seine-et-Marne, figure des «gilets jaunes», qui appellera plus tard à «entrer dans l’Élysée», lance sa page Facebook, la jeune femme vient d’être interdite bancaire. La cause de cette sanction? Un chèque en bois pour payer son plein d’essence. Autant dire que l’appel d’Éric Drouet à un «blocage national contre la hausse du carburant» tombe à pic. Aussitôt, elle relaie cette initiative en Corrèze et devient à son tour une «coordinatrice» du mouvement.

Avant elle, la pionnière, Priscillia Ludosky, 32 ans, avait, dès le 29 mai, lancé sa pétition. Un million cent mille signatures ont été recueillies depuis par cette autoentrepreneuse de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne). Impossible de ne pas les voir parmi les gilets fluo: elles sont partout! Marine, Priscillia, mais aussi Laetitia ou Ingrid. Et Jacline Mouraud, bien sûr, à la vidéo virale, vue plus de cinq millions de fois: «Je crois que si le message est passé, c’est parce que j’ai les cheveux gris et que je suis une femme. J”ai mis le feu aux poudres, mais la mèche était allumée.»

Le président de la République ne s’y est pas trompé. Dès les premières minutes de son allocution lundi, il s’arrête longuement sur la colère de «la mère de famille célibataire, veuve ou divorcée, qui ne vit même plus, qui n’a pas les moyens de faire garder les enfants et d’améliorer ses fins de mois et n’a plus d’espoir. Je les ai vues, ces femmes de courage pour la première fois disant cette détresse sur tant de ronds-points.»

Depuis un mois, jeunes ou âgées, rurales ou citadines, salariées ou chômeuses, militantes ou novices, elles occupent les giratoires comme les plateaux télévisés, fabriquent les banderoles et distribuent des bonbons aux automobilistes. Désormais, elles poussent aussi les portes des mairies pour y noircir des cahiers de doléances. «À Saint-Étienne, nous avons ouvert la permanence et les registres lundi à 9 heures. À 17 heures, nous avions 50 témoignages dont la moitié de femmes. Je ne l’aurais jamais imaginé, témoigne Gaël Perdriau, maire LR de Saint-Étienne. Les plus âgées se plaignent de leur retraite trop faible, les plus jeunes de l’éducation difficile de leurs enfants. Et beaucoup sont agacées par la façon dont le président leur parle.»

Des Gauloises «présentes dès les XVIIIe et XIXe siècles sur les barricades»

L’une des premières à avoir rempli une page est une handicapée de 55 ans, avec un fils étudiant à sa charge. Elle s’adresse au président et à «ces messieurs du gouvernement» pour trouver un CDD. Une dame de 68 ans s’est, elle aussi, précipitée pour reprocher à Emmanuel Macron d’être «déconnecté de la réalité», lui demander «d’arrêter de ponctionner les ouvriers et les retraités» et lui lancer: «Les Gaulois n’en peuvent plus!», d’une belle écriture appliquée.

Des Gauloises qui, selon Mathilde Larrère, historienne des mouvements révolutionnaires, ont été «présentes dès les XVIIIe et XIXe siècles sur les barricades. Mais elles chargeaient les fusils à l’arrière tandis que les insurgés étaient aux avant-postes». Magali Della Sudda, chargée de recherches au CNRS-Sciences Po Bordeaux, complète: «Aujourd’hui, il n’y a pas de leaders bien identifiés parmi les “gilets jaunes”. Du coup, les médias tendent leurs micros à tout le monde, aux hommes comme aux femmes. Dès le début, cette visibilité féminine a attiré notre attention.» Avec 70 collègues, elle a distribué des questionnaires pour mieux cerner ces profils. Les premiers retours de cette vaste enquête montrent que, parmi les Français mobilisés, 45 % sont des femmes.

En 2018, plus d’un tiers (35%) de la population vit seul, d’après l’Insee. Le nombre de familles monoparentales a augmenté de 43% en vingt ans. Le plus souvent, ce sont des femmes qui élèvent seules leurs enfants. Près de Crest, dans la Drôme, c’est le cas de Nathalie, 42 ans, qui alterne les CDD d’assistante administrative dans le BTP et les périodes de chômage. Elle a élevé en solo ses deux fils de 18 ans et 6 ans. «Pour l’aîné, dans les années 2000, je m’en sortais encore. Mais là, avec le petit, je rame vraiment. J’ai dû quitter ma maison pour un HLM. Les factures s’accumulent: électricité, eau, Internet, cantine, garderie… Mes parents ne roulaient pas sur l’or mais, moi, je vis nettement moins bien qu’eux.» Pour cette Drômoise, l’adhésion au mouvement se concrétise par un gilet jaune posé sur son tableau de bord.

«Ces femmes tiennent les cordons de la bourse»

Assistante maternelle, Cécile, qui vit seule avec sa fille de 16 ans, est une assidue d’un rond-point de Montpellier, celui de Prés d’Arènes, «tenu» par une trentaine de «gilets jaunes» dont une dizaine de femmes. «Je n’ai jamais manifesté de ma vie, mes nouvelles copines non plus, mais nous sommes dans la même galère, les problèmes d’argent, ce sont des problèmes de femmes», lance-t-elle. Pas de tabou sur les barrages: des mères qui se connaissent à peine, se confient sur le casse-tête de leurs pensions alimentaires impayées – 35%, selon plusieurs rapports de l’Ined et de la Cnaf.

«Aujourd’hui, vous ne pouvez plus vivre si vous n’avez pas deux revenus. Or, qu’elles soient seules ou en couple, ces femmes remplissent le réfrigérateur et tiennent les cordons de la bourse. Les dépenses, les crédits, les pleins de carburant et les montants des réparations de la voiture: c’est leur domaine. Dans les couches populaires, ce sont toujours les femmes qui ont géré le porte-monnaie, analyse Dominique Desjeux, anthropologue, professeur émérite à la Sorbonne. Elles savent mieux que personne ce que signifie pour le budget une chaudière, un lave-linge ou une voiture qui lâchent. Et, maintenant, parmi leurs dépenses contraintes, il y a aussi les téléphones portables et les ordinateurs.»

Sur les ronds-points et les barrages, ces femmes reprennent souvent leur rôle domestique: elles servent les cafés, confectionnent les gâteaux et décorent les sapins de Noël. Mais n’hésitent pas à hausser le ton. Coralie Dubost, députée LaREM à Montpellier, a voulu les rencontrer. Lundi, avant le discours d’Emmanuel Macron, elle a organisé une réunion «gilets jaunes» à sa permanence.

Parmi les sept porte-parole présents pendant deux heures, six femmes, dont trois au chômage. «Même quand elles ont un travail, elles vivent dans la précarité, très seules. Venir papoter ou tenter de refaire le monde sur les ronds-points leur permet de se resocialiser. La déléguée du rond-point de Lunel dit même “mes garçons” quand elle parle des “gilets jaunes”», constate l’élue qui décrit des échanges «rock’n’roll» avec des «femmes agressives à l’égard du politique, colportant des “fake news“». Pas de grand débat sur l’identité culturelle mais cette histoire de migrants logés gratuitement dans des appartements avec «cuisines équipées flambant neuves». «Elles répètent “Vous ne faites rien pour nous.” Et croient dur comme fer à tout ce qu’elles ramassent sur Internet, réfutant toute parole officielle, tout appel à la raison.»

Leur communication, le plus souvent via Facebook, ne garantit guère une information fiable. D’autant que tous les groupes créés sur la même thématique – «Blocages 19», «Blocages 26», «Blocages 34»- monopolisent les fils d’actualité des internautes. C’est bien connu, Facebook favorise les contenus issus des amis et des groupes, ce qui tend à enfermer chacun dans une «bulle de filtre» (un univers d’information personnalisé). Un entre-soi bien confortable où une fausse information, mille fois partagée, finit par devenir une prétendue vérité. «Allez lutter contre cela! Vous vous attirez les foudres de tout le groupe», se désole la députée Coralie Dubost, sortie lessivée de cette réunion.

Un site de rencontres «Adopte un gilet jaune»

Très présentes sur Facebook, Instagram ou Snapchat, les femmes sont les premières à alimenter le flux de ces nouveaux journaux intimes. «Elles sont parfaitement à l’aise sur le digital pour raconter des histoires comme pour mobiliser un réseau. Leurs atouts? Leur sincérité et leur persévérance», confirme Sophie Noël, directrice générale de l’agence de communication Heaven.

Mais ces nouvelles militantes peuvent aussi se transformer en pasionarias, voire venir gonfler les rangs de La France insoumise ou du Rassemblement national. «Elles sont là, y compris quand ça devient violent, comme le week-end dernier à Saint-Étienne. Ça m’a surpris», observe Gaël Perdriau, le maire de la ville. Un autre élu, le député LR de Seine-et-Marne Christian Jacob, qui a un long passé de syndicaliste à la tête de la FNSEA, complète: «Elles sont moins nombreuses sur les barrages depuis que le mouvement se radicalise. Mais elles y ont été massivement dès le début. Ça m’a immédiatement frappé. Cela veut dire que le mouvement est profond car les femmes ne s’engagent pas pour de l’accessoire.»

Ce qui n’exclut pas de s’amuser. Le samedi 8 décembre, des flots de champagne et 200 personnes ont célébré le mariage de «Chouchoune et Coco Bel Œil» au petit matin sur le barrage de Séméac, près de Tarbes, où le couple, tout en jaune fluo, s’était rencontré un mois plus tôt. Au même moment, dans les Landes, Cécile et Elisabeth créaient «Adopte un gilet jaune 40», un site de rencontres pour célibataires. Mardi, le groupe comptait déjà plus de 3.000 membres.

https://i.f1g.fr/media/figaro/616x347_crop/2018/12/12/XVMd681a2bc-fe00-11e8-b5a2-b44637c34deb.jpg