Archives par mot-clé : Sexisme

Sexisme en politique : une spécificité française ?

Entretien réalisé par Anne Chemin

Le Monde.fr jeudi 12 mai 2016 1430 mots

Après les accusations d’agressions sexuelles qui visent le député écologiste Denis Baupin, la politiste Magali Della Sudda revient sur la longue histoire du sexisme en politique.

Le monde politique est-il gangrené par le machisme? Après les accusations de harcèlement sexuel portées à l’encontre du député écologiste Denis Baupin, Magali Della Sudda, politiste au Centre Émile Durkheim de Sciences Po Bordeaux, évoque le sexisme de cet univers qui s’est ouvert tardivement aux femmes.

Quelle est votre réaction aux révélations concernant le comportement de Denis Baupin?

Au-delà du cas personnel de Denis Baupin, cette affaire témoigne de l’illégitimité de pratiques qui jusqu’alors étaient tolérées. Elle rappelle également que les dispositifs de lutte contre le harcèlement demeurent à ce jour insuffisants: c’est en effet dans la presse, et non devant la justice, que ces faits ont été dénoncés. Cela montre l’importance des médias et du journalisme d’investigation dans la publicisation de faits qui jusqu’alors étaient tus ou évacués du débat public.

Estimez-vous que le monde politique est un univers plus «macho» que d’autres milieux professionnels?

Les pratiques de harcèlement sexuel, puisque c’est de cela qu’il est question, ne sont pas spécifiques au champ politique, mais elles sont sans doute favorisées dans les métiers, comme celui-ci, où le pouvoir a longtemps été l’apanage des hommes. Le silence qui entoure le harcèlement sexuel est en outre accentué dans des milieux – comme celui de la politique – où la précarité des postes ainsi que la variété des statuts n’encouragent pas les victimes à saisir la justice. Depuis lundi [9mai], lesfemmes politiques qui se sont exprimées ont rappelé que, dans un univers professionnel où la réputation est importante, les collaboratrices d’élus ont peu de chances de retrouver un poste si elles portent plainte.

L’an dernier, un documentaire diffusé sur France 5, Le Sexisme en politique: un mal dominant , a rappelé la persistance de comportements et de discours sexistes dans le champ politique. Mais il montrait aussi, et c’est un signe encourageant, que les femmes politiques réagissent et entendent mettre fin à ces pratiques. Ce métier se construit comme un métier masculin, l’expression de la virilité participe du «charisme» politique, mais la présence des femmes questionne ce machisme: lorsque les hommes tiennent des propos graveleux dans les assemblées, ils sont désormais sommés de s’excuser.

Au nom de quoi les femmes ont-elles été longtemps exclues du pouvoir politique?

La spécificité de la France est la citoyenneté paradoxale: c’est le seul pays au monde où le décalage entre les dates d’obtention du suffrage universel pour les hommes et pour les femmes est aussi grand. Depuis les commémorations du bicentenaire en1989, on a redécouvert Olympe de Gouges, mais, pendant la Révolution, rares étaient celles et ceux qui demandaient que l’égalité politique s’applique aux femmes: Nicolas de Condorcet ou Olympe de Gouges étaient des voix isolées. A la suite de la révolution de 1848, tous les hommes ont obtenu le droit de suffrage, mais les femmes sont demeurées des citoyennes passives, privées de ce droit et d’éligibilité jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale.

Les arguments de l’époque étaient explicitement sexistes: ils étaient fondés sur une prétendue nature féminine incompatible avec des fonctions publiques. Dans un débat entre Jenny d’Héricourt, qui écrivait dans La Voix des femmes, en1848, et le socialiste Pierre-Joseph Proudhon, celui-ci justifiait ainsi la vision inégalitaire de l’homme et de la femme qu’il développait dans La Pornocratie : «Je n’ai pas voulu et je ne veux pas pour la femme (…) de la guerre, parce que la guerre sied aussi peu à la beauté que la servitude. Je ne veux pas de politique, parce que la politique, c’est la guerre. Je dis que le règne de la femme est dans la famille; que la sphère de son rayonnement est le domicile conjugal.» Pour lui, la politique est contraire à la nature des femmes.

On retrouve le même argument chez les hommes politiques de la IIIe République. Émile Morlot, qui fut maître des requêtes au Conseil d’État et député, écrivait en1884: «Destinée à la maternité, faite pour la vie de famille, la dignité de sa situation sera d’autant plus grande qu’elle n’ira point la compromettre dans les luttes du forum et dans les hasards de la vie publique… On a donc parfaitement raison d’exclure de la vie politique les femmes et les personnes qui, par leur peu de maturité d’esprit, ne peuvent prendre une part intelligente à la conduite des affaires publiques.»

En 1919, le sénateur Alexandre Bérard s’opposait lui aussi au vote des femmes car il «souillerait» leurs mains. «Les mains des femmes sont-elles bien faites pour le pugilat de l’arène publique? Plus que pour manier le bulletin de vote, les mains de femme sont faites pour être baisées, baisées dévotement quand ce sont celles des mères, amoureusement quand ce sont celles des femmes et des fiancées… Séduire et être mère, c’est pour cela qu’est faite la femme.» En1944, Paul Giacobbi, député de l’Assemblée nationale constituante, était encore un farouche opposant au vote des femmes. Et on oublie souvent que l’ordonnance d’Alger du 21avril 1944 ne s’est appliquée aux Algériennes qu’en1958!

Pensez-vous que les formes du sexisme en politique ont changé?

Elles ont effectivement évolué en lien avec la présence des femmes dans les assemblées. Dans les arènes politiques ou les médias, les formes brutales de sexisme, qui ont accompagné l’irruption des femmes dans le champ politique, ont fait place à une expression plus subtile: assigner, par exemple, les femmes politiques à des sujets traditionnellement féminins comme la famille, l’enfance ou les personnes âgées, ou faire référence à leur physique – on se souvient de la réponse cinglante de Nathalie Kosciusko-Morizet à un journaliste commentant sa coiffure, en2013.

Blagues déplacées, drague insistante: pendant l’affaire DSK, des féministes américaines ont dénoncé la culture française de l’«amour courtois», expliquant qu’il était difficile, dans cepays, d’échapper à des relations de séduction qui frôlent parfois leharcèlement. Etes-vous d’accord aveccette analyse?

Au moment de l’affaire Dominique Strauss-Kahn, on a vu resurgir des propos antiféministes prenant la défense de la «séduction» et des baisers volés. C’est un discours assez ancien, qui se développe dès la fin du XIXe siècle, en France et ailleurs: il reproche aux femmes qui aspirent à l’égalité et à une sexualité librement consentie de saper les fondements des relations harmonieuses entre hommes et femmes.

La galanterie «à la française», y compris quand elle frôle le harcèlement, serait, dans cette optique, un prolongement de l’amour courtois. C’est sur cette base que certains se sont opposés aux études de genre ou à des législations sanctionnant les discriminations fondées sur le sexe, agitant le spectre de la guerre des sexes importée des États-Unis.

Il faut cependant rappeler que ce qui distingue la séduction du harcèlement sexuel, de l’agression sexuelle ou du viol, c’est le consentement. La législation contre le harcèlement, qui a été complétée sous la tutelle de Najat Vallaud-Belkacem au ministère des droits des femmes en2012, ne prohibe pas la séduction. Elle protège en revanche contre «toute forme de pression grave (même non répétée) dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte sexuel, au profit de l’auteur des faits ou d’un tiers» . Que l’on se rassure, le «doux commerce» entre les sexes existe aussi aux Etats-Unis; la France n’a pas l’apanage de la séduction!

On avait le sentiment, grâce à la parité, que le monde politique se féminisait. Pourquoi le sexisme perdure-t-il dans des assemblées qui comptent 25%, voire30% de femmes?

Roselyne Bachelot, qui est entrée à l’Assemblée nationale quand les femmes ne représentaient que 6% des députés, a évoqué à plusieurs reprises l’idée d’une «masse critique»: elle estime que, quand il y a plus de 30% de femmes dans une assemblée, le «machisme et l’esprit de caserne» ont du mal à s’exprimer. En2012, elle voyait donc dans l’arrivée des femmes à l’Assemblée nationale un tournant: les femmes représentaient alors 27% des élus du Palais-Bourbon.

Malgré ce rééquilibrage, les scandales ont continué à émailler la vie politique, mais il est vrai que quelque chose a changé: aujourd’hui, des pratiques que l’on jugeait autrefois légitimes, voire valorisantes, sont unanimement condamnées. Les hommes qui entrent aujourd’hui dans le champ politique n’ont plus tout à fait les mêmes profils que les plus anciens: quand Patrick Balkany déclare qu’on peut «regarder une femme avec intérêt sans que ce soit du machisme» afin de justifier les sifflements et les plaisanteries graveleuses qui ont accueilli une intervention à l’Assemblée de la ministre Cécile Duflot, qui portait une robe à fleurs, il se situe dans un registre politique daté et marqué par la domination masculine. Je ne suis pas sûre que tous les députés partagent son point de vue.