Archives par mot-clé : Transnational

« Réseaux catholiques féminins. Une perspective de genre sur une mobilisation transnationale »

Magali Della Sudda, « Réseaux catholiques féminins. Une perspective de genre sur une mobilisation transnationale.  », Genre & Histoire [Online], 12-13 | Printemps-Automne 2013, Online since 28 December 2013.

Résumé: Cet article est consacré à la manière dont le rassemblement des différents mouvements féminins catholiques, nés avant 1914, s’est opérée. Le matériau principal sur lequel porte l’analyse provient de la riche documentation déposée aux Archives secrètes vaticanes, à savoir le fonds des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, celui de la Secrétairerie d’État et celui de la nonciature de France pour la période concernée. Un premier point porte sur la naissance des mouvements, en insistant sur le rôle d’un institut séculier féminin lié à la Compagnie de Jésus. D’abord informels, ces réseaux prennent une allure plus officielle avec la naissance de la Fédération internationale des ligues féminines catholiques. La guerre marque un arrêt dans les liens entre membres des pays belligérants. Cependant, les réseaux féminins demeurent et seront réactivés après guerre, sous le contrôle du Saint-Siège. Cette mobilisation s’inscrit dans le processus plus large de transformation de l’Église comme institution étatique reconnue par les accords de Latran (1929) et comme institution religieuse, centre de la catholicité.

Summary: This article is devoted to the transnational dimensions of Catholic women’s movements before and shortly after the Great War. The main source material comes from the rich documentation of the Vatican’s Secret Archives, namely, for the period under consideration, the extraordinary ecclesiastical affairs collection, that the Secretary of State and that of the Nunciature in France. The article analyses the birth of these Catholic women’s movements, focusing on the role played by a religious secular institution connected to the Society of Jesus. These initially informal networks adopted a more formal shape when they joined the International Federation of Catholic Women’s Leagues. The War interrupted the ties between members of belligerent countries. However, the networks were reactivated after the War under the control of the Holy See, confirming the ambiguous place of lay women within the Church hierarchy.

Article en français: http://journals.openedition.org/genrehistoire/1872

« L’internationale blanche. La Fédération internationale des Ligues féminines catholiques »

Della Sudda, Magali « L’internationale blanche. La Fédération internationale des Ligues féminines catholiques », Bibliothèque du CRH, « Pratiques du transnational : Preuves, terrains, limites », coordonné par Jean-Paul Zuñiga, n°1, 2011, pp.79-100.

Résumé: Dans la lignée des réflexions actuelles menées sur les organisations internationales, cet article s’attache à éclairer la manière dont l’Église catholique a pris part, au début du siècle dernier, à la dynamique transnationale qui a caractérisé les mobilisations en faveur de la « cause des femmes ». Il conjugue une démarche comparative à une approche par les circulations transnationales pour dégager les  ressors d’une mobilisation collective féminine transnationale. Il met en évidence la participation précoce des organisations catholiques à une action collective internationale et souligne le poids du Vatican, tout à la fois centre de l’autorité religieuse pour les catholique et capitale d’un Etat qui tend à intervenir au-delà des frontières nationales. Dans cette perspective, le rôle de passeuse joué par certaines militantes entre différents mouvements et pays sera mis en lumière, invitant ainsi à reconsidérer le clivage autour de la question religieuse qui structure l’espace de mobilisation autour de la cause des femmes.

Dirigeantes de l’UMOFC v.1952